olivier - Page 2

  • Après l'Orgie en Livre de Poche !

    Imprimer

    OLIVIERaprsl'orgie-#CC16A3.jpg.jpgAprès L'Amour nègre (Prix Interallié 2010), voici Après l'Orgie, ou les aventures de la belle Ming chez le psy

    Je me permets de reproduire ici le bel article que Michel Audétat avait consacré à mon livre dans Le Matin Dimanche.

    « Ayant renoncé à cultiver son jardin, Candide avait repris du service en 2010 sous la plume de Jean-Michel Olivier : son ingénu s'appelait Adam, venait d'Afrique, se retrouvait adopté par un couple de stars hollywoodiennes, et la fable de cet innocent jeté dans notre hyper-modernité extasiée avait valu à l'écrivain genevois le prix Interallié de cette année-là. L'amour nègre ne l'avait pas volé. 

    Aujourd'hui paraît Après l'orgie qui le prolonge. C'est le versant féminin de L'amour nègre : les aventures de Ming, la demi-soeur d'Adam dont il avait été séparé et qu'il avait retrouvée dans un pensionnat suisse à la fin du roman. La jeune femme se confie ici à son psychanalyste qui finit par y perdre son latin et son Freud: payé pour fouiller les profondeurs de la psyché, il se retrouve devant une Chinoise aux yeux bleus qui semble pure surface, vraie dans ce qu'elle paraît, dénuée de tabous et peut-être même d'inconscient.

     Ming en a des choses à raconter. Les années turbulentes dans la luxueuse hacienda de ses parents adoptifs. Ses amours nombreuses. Ses grossesses foireuses. Sa métamorphose par la chirurgie esthétique, en Suisse, à la suite d'un accident de voiture. Puis ses séjours en Italie où elle devient la cajoleuse favorite de «papi, le chef du gouvernement: cela débouche sur une scène d'apothéose hédoniste, au Colisée, dont on laisse l'agréable surprise au lecteur.

     Satirique, grinçant et dopé aux amphétamines, Après l'orgie est aussi un roman dialogué comme les aimait Diderot. Il emprunte son titre à un essai de 1990: « Que faire après l'orgie? », s'interrogeait Jean Baudrillard dans La transparence du mal. Bonne question. Que faire, en effet, quand on a tout libéré, les moeurs, le plaisir, l'art de ses contraintes, le commerce de ses entraves et le capitalisme financier du réel? C'est la question que nous lègue la modernité et à laquelle Jean-Michel Olivier confronte ses personnages. »

    * Jean-Michel Olivier, Après l'Orgie, roman, Le Livre de Poche, 2014.

    Dans toutes les bonnes librairies dès le 2 juillet !

  • Les livres de l'été (24) : L'Amour nègre

    Imprimer

    amour negre.jpgUne belle couverture vaut mieux qu'un long discours : après le succès de l'édition originale (4 rééditions et près de 60'000 exemplaires vendus), voici L'Amour nègre (Prix Interallié 2010) publié en Livre de Poche.

    Ceux qui ont lu le livre verront pour la première fois le visage d'Adam. Les autres (il paraît que certains ne l'ont pas lu!) découvriront, avec plaisir j'espère, ses aventures mondialisées sur les cinq continents…

    Qui a dit que la littérature (suisse d'expression française) n'intéressait personne ?

  • Le projet Parrains-Poulains

    Imprimer

    images.jpegLe Projet Parrains&Poulains du Salon du livre et de la
    presse de Genève répond à deux missions: mettre en
    lumière des écrivains romands en début de carrière dont nous estimons qu’ils ont un bel avenir devant eux d’une part, encourager, d’autre part, la transmission entre écrivains.
    L’écrivain est solitaire, par essence. Or, lorsqu’on a choisi de faire de l’écriture une activité essentielle de sa vie d’homme ou de femme, de nombreuses questions se posent: comment concilier vie familiale, vie professionnelle et vie d’artiste? Comment gagner sa vie avec l’écriture? Comment faire face à l’angoisse de la page blanche? Comment être lu? Qui mieux que des écrivains expérimentés, ayant trouvé leurs propres réponses à ces questions, pouvaient faire écho aux
    interrogations profondes de jeunes gens faisant ce pari fou de l’écriture, et parfois démunis devant les difficultés du métier d’écrivain?
    PhotoBlogSalonDuLivreParrainsPoulains.jpgCinq auteurs confirmés, Anne Cuneo, Jean-Louis Kuffer, Jean-Michel Olivier, Amélie Plume et Daniel de Roulet ont accepté de parrainer respectivement Quentin Mouton, Max Lobe, Isabelle Aeschlimann, Anne-Frédérique Rochat et Aude Seigne. Autant de personnalités riches, diverses et fortes qui se sont rencontrées à plusieurs reprises entre janvier et mai 2013, et ont généreusement rédigé pour cette présente publication un texte inédit sur le thème de «Le métier d’écrivain» pour les Parrains et, pour les Poulains, le récit d’une de leur rencontre. Je les remercie pour l’énergie, l’empathie, la curiosité et l’inspiration dont ils ont fait preuve en se prêtant au jeu. Acteur à part entière de la scène culturelle suisse, le Salon du livre et de la presse de Genève est heureux de pouvoir ainsi contribuer à la création littéraire de notre pays.
    Isabelle Falconnier
    Présidente du Salon du livre et de la presse de Genève


  • Trois nouvelles inédites à la Galerie

    Imprimer

    2267.jpgÀ l'invitation des Lectures Publiques, je lirai trois nouvelles inédites (Blind date, Chambre d'amour et L'Interview) mercredi 23 janvier à 19h à la Galerie, 13 rue de l'Industrie, dans le quartier des Grottes. Apéro suivra…

    Bienvenue à toutes et à tous !

  • L'année Rousseau

    Imprimer

    images-2.jpegNé à Genève, il y a 300 cents ans, et mort en France, à Ermenonville, en 1778 (avec un passeport prussien !), Jean-Jacques Rousseau aura mené la vie d’un vagabond, tantôt adulé par les grands de ce monde et tantôt pourchassé pour ses idées progressistes. On se souvient que sa bonne ville natale, à l’exemple de Paris, a brûlé deux de ses livres, L’Émile et Le Contrat social, sur la place publique, en 1762. Il a refusé les honneurs et les compromissions. Il s’est battu, sa vie durant, pour son indépendance irréductible. Il a aimé des marquises et des comtesses, mais a passé trente ans avec Thérèse Levasseur, une blanchisseuse qui ne savait ni lire, ni écrire, selon la légende, et qu’il a épousée, lui, l’adversaire farouche des conventions.

    L’année qui se termine aura été l’année Rousseau. Publications et republications (dont l’œuvre complète en version numérique chez Slatkine). Colloques. Pièces de théâtre. Opéras. Films et téléfilms. N’en jetez plus, la cour est pleine ! Il y aura eu à boire et à manger dans cette frénésie commémorative. images-4.jpegDu bon, et même du très bon, comme le livre de Guillaume Chevevière, Rousseau, une histoire genevoise (Labor et Fides), et la pièce de Dominique Ziegler, Le trip Rousseau. images-3.jpegUn opéra plutôt moyen : JJR (Citoyen de Genève). Une série de courts métrages : La faute à Rousseau, où le meilleur côtoyait très souvent le pire. Mais Rousseau n’était-il pas l’adversaire acharné du spectacle ?

    Moi qui ai eu la chance de parler de Rousseau à New York, à Paris et en Californie, j’ai pu me rendre compte de l’extraordinaire actualité de sa pensée, qu’elle soit politique (elle a influencé le mouvement Occupy Wall Street et celui des Indignés), pédagogique (on lit encore L’Émile dans tous les instituts de formation des maîtres), musicale ou botanique (on considère Jean-Jacques comme le précurseur de l’écologie). Sans parler, bien sûr, de son influence littéraire. Son roman épistolaire, La Nouvelle Héloïse, a fait pleurer des générations de lectrices. Et les Confessions, chef-d’œuvre d’introspection rusée, a montré la voie à ce qu’on appelle aujourd’hui l’autofiction, représentée par Annie Ernaux, Delphine de Vigan ou Christine Angot.

    images-6.jpegCette année aura été également celle de Jean Starobinski, écrivain et critique genevois qui vient de fêter ses 92 ans et de publier, coup sur coup, trois livres extraordinaires. L’un sur Rousseau*, le deuxième sur Diderot** et le dernier sur l’histoire de la mélancolie***. Que serait Jean-Jacques sans Staro, comme l’appelaient ses étudiants ? Le professeur genevois a contribué, comme nul autre, à faire (mieux) connaître, la pensée de Rousseau : l’importance du regard dans son œuvre, son désir constant de transparence, ses ruses pour séduire ses contemporains tout en les accusant, son tempérament mélancolique.

    Oui, il faut relire Rousseau, tous les jours, comme Starobinski nous le conseille : c’est une mine, un trésor d’humanité, de liberté et de poésie.

    * Jean Starobinski, Accuser et séduire, Gallimard, 2012.

    ** Jean Starobinski, Diderot, un diable de ramage, Gallimard, 2012.

    *** Jean  Starobinski, L’Encre de la mélancolie, Le Seuil, 2012.


  • Dernières nouvelles d'Hollywood

    Imprimer

    images.jpegCe matin, je suis allé courir au bord de l’océan, de Santa Monica à Venice, Californie, un peu moins de dix kilomètres. Il faisait beau. L’air était pur. Ici, le ciel ne connaît pas l’orage. Des SDF, emmitouflés dans leur sac de couchage, dormaient sur le sable rincé par les marées. Des surfeurs jouaient à taquiner les vagues. Non loin d’ici, à Santa Barbara, l’un d’eux s’est fait croquer par un requin. Aujourd’hui, je ne me baignerai pas.

    Invité par deux grandes universités (UCLA et Long Beach), j’ai parlé de mes livres (un peu), de littérature romande (beaucoup) et de Jean-Jacques Rousseau (passionnément). J’ai évoqué, également, les particularités de ce petit pays, la Suisse, qui est au centre de l’Europe, mais n’en fait pas partie. Et j’ai fêté, avec beaucoup d’émotion, la traduction américaine de deux de mes romans.

    images-4.jpegIl faut venir ici, dans ce jardin d’Eden, pour rencontrer des étudiants passionnés de lecture, des découvreurs et des passeurs qui cherchent tous les jours à faire partager leur enthousiasme pour les littératures francophones. À UCLA, j’ai fait la connaissance de Jean-Claude Carron (à gauche), valaisan d’origine, genevois par ses études et professeur émérite de littérature française à Los Angeles. images-3.jpegEt j’ai retrouvé mon ami Alain Mabanckou, poète et romancier franco-congolais, qui enseigne également dans la Cité des Anges. Il faut venir ici, à l’autre bout du monde, pour évoquer les noms de nos Pères : Ramuz, Cendrars, Haldas, Bouvier — et tant d’autres. Et que ces noms suscitent une attente, une émotion, un vrai désir de donner sens au monde. Un désir et une curiosité qui n’existent plus, hélas, dans nos universités en état de mort cérébrale.

     Et bien sûr, un peu plus haut, il y a les collines d’Hollywood. La Mecque du cinéma. On oublie bien souvent que le cinéma est un hommage à la littérature. Les plus grands films sont tirés de romans à succès. Et parfois de romans inconnus, qui deviennent des succès au cinéma. Ainsi fonctionne la magie d’Hollywood. On prend un verre à la terrasse du Savoy et un type vient s’asseoir à la table voisine. Mal rasé et mal habillé. Je connais son visage. Le Terminal. Forrest Gump. Une jolie blonde vient le rejoindre. Il ne faut pas déranger Tom Hanks. images-2.jpegUne limousine s’arrête un peu plus loin. Un couple d’acteurs  s’engueulent sur le trottoir. Ils ont plein de soucis avec leurs enfants, la plupart adoptés. Le dernier vient de se faire exclure de l’école française de Los Angeles parce qu’il jouait avec des allumettes. Je ne les ai jamais rencontrés, mais je les connais bien.

    Ici, encore plus qu’ailleurs, la vie est un roman. Je retrouve les visages et les voix que j’ai inventés dans mes livres. Ils sont vrais puisque je les inventés. La route toute en lacets de Mulholland Drive. Le soleil qui rend fou. Le vieux type à petites lunettes noires qui me tend le contrat. L’Amour nègre sera tourné l’année prochaine. Ou dans deux ans. Casting de rêve. Otis Redding murmure sa vieille rengaine, Sitting on the Dock of the Bay. Je regarde le soleil se coucher sur les collines bleues.

    Je signe toute la paperasse sans la lire.

  • Balade littéraire à Nyon

    Imprimer

    images.jpegLa Bibliothèque municipale de Nyon, ma célèbre ville natale, organise, en collaboration avec les Éditions Encre Fraîche, une balade littéraire à travers la ville, suivie d’un débat sur le thème « Lorsque la littérature parle de mémoire » animé par l'excellente Sita Pottacheruva.
    Dimanche 7 octobre à 14h
    Avec les auteurs :
    - Francine Collet et Félicien ;

    - Françoise Roubaudi et Petite Masque ;
    - Arthur Brügger et Ciao Letizia.
    olivier.jpgEt comme guide, le « Nyonnais » Jean-Michel Olivier et L’enfant secret (sur la photo de couverture, mon père, Juste, à l'avant du tricycle, enlacé par sa petite sœur Jacqueline, sur la terrasse du restaurant que mes grands-parents tenaient à Duillier)


    Rendez-vous donc, toutes et tous, ce dimanche 7 octobre, à 14h à la Bibliothèque municipale de Nyon, rue Viollier 10, près de la place Perd-Temps.

  • Rendez-vous au Rameau d'Or

    Imprimer

    jeudi 27 sept-1.jpgComment appelle-t-on la sortie d'un livre ? Vernissage ? Naissance ? Suspension de crémaillère ?

    En tout cas, c'est une fête. Orgie de mots et de vins du terroir…

    Elle aura lieu jeudi soir dès 18 heures à la librairie du Rameau d'Or (17 boulevard Georges-Favon, à Genève) et sera par l'excellente Anne-Catherine Clément, journaliste à radio-Cité, qui mettra à la question trois auteurs de l'Âge d'Homme : l'écrivain (et musicien) lausannois Antonio Albanese, pour Le Roman de Don Juan, Olivier Vanghent pour L'Entresort, et votre serviteur, pour Après l'Orgie, second volet de L'Amour nègre, paru en 2010.

    L'entrée est libre, bien sûr, et les vins délicieux.

  • L'attentat bouffe (Après l'Orgie J-1)

    Imprimer

    images-6.jpeg- Mais dites-moi, à la longue, Papi n’est-il pas fatigué de tout ce cirque ?
    - Comment l’avez-vous deviné ?
    - Je suis fin psychologue.
    - Avec le temps, c’est vrai, la lassitude s’installe. Surtout depuis ce mardi de décembre sur la Piazza Duomo à Milan…
    - Que s’est-il passé ?
    - Papi serrait tranquillement des mains. Comme d’habitude. Au milieu d’une forêt d’appareils numériques. Micros. Caméras de TV. Il y a beaucoup d’admiratrices. Une foule de gens qui veulent embrasser le Messie. Le toucher. Papi adore ces bains de foule. Ça lui donne une seconde jeunesse. Il a besoin de cette chaleur des corps agglutinés.
    - Et alors ?
    - Un homme se hisse sur la pointe des pieds. Il lève la main. Il lance quelque chose au-dessus de la foule. Une statuette de la tour de Pise. En bronze, tout de même. Papi reçoit la chose en pleine figure. images-2.jpegIl baisse la tête. Il porte à son visage un bout d’étoffe ponceau. Hugo Boss. Pour essuyer le sang qui coule. Il n’a pas mal. Il ne comprend pas ce qui lui arrive.
    - C’est une opération de com ?
    - Vous l’avez deviné !
    - Qui a manigancé cela ?
    - Bibi.
    - Vous êtes diabolique, Mademoiselle Ming ! Papi est au courant ?

    - Non. Pour que l’opération ait une chance de succès, il vaut mieux que la victime ne sache rien. C’est le principe de tous les attentats, d’ailleurs.
    - Comment réagit-il ?
    - Il rentre dans la voiture blindée, poussé par ses gardes du corps. Les journalistes, les photographes se pressent autour de lui, attirés par l’odeur du sang. Comme les requins. Je suis dans la voiture. Quand je le vois s’asseoir sur la banquette, le visage dans les mains, je lui dis de se ressaisir. Le Chef ne pleure pas. Je le sermonne. Avec vigueur. Le corps du roi ne peut pas mourir. Jamais. Il me regarde. Les yeux mouillés. Il doit sortir de la voiture. Sourire à l’agresseur. Montrer qu’il est invulnérable. Après quelques secondes, Papi se dresse sur le marchepied. Il montre son visage. Couvert de sang. Il offre cette image à toutes les caméras du monde. Il brave la mort en souriant. Avec ses dents cassées. Icône de l’héroïsme. Nous
    avons tous un corps. Mais le vôtre est mortel. Éphémère. Tandis que mon corps est sacré. L’éternité est devant moi. C’est le message à faire passer.
    - Qui est l’agresseur ?
    images.jpeg- Un fou. Du nom de Massimo Tartaglia. Aussitôt arrêté par la police. Un type que j’ai payé. Grassement. Je suis allée le voir dans son asile. Près de Varèse. Il plantait des
    épingles dans des cactus en pot. Il tirait la langue. Absorbé par sa tâche. Il voulait devenir Pape. Je ne suis pas certaine qu’il ait compris le sens de sa mission. Mais il l’a exécutée tip top.
    - Une fois de plus, Papi a donc triomphé de la mort ?
    - En apparence. Ce coup sur la tête l’a sonné plus qu’il ne veut l’admettre. Comme si cette tour de Pise en miniature lui avait fait perdre l’équilibre. Peut-être, d’ailleurs,
    que le choc a détruit une partie de ses neurones. Commotion cérébrale. Petite hémorragie interne. Quoi qu’il en soit, il n’est plus comme avant. La politique ne l’intéresse plus. Du tout.
    - Ce n’est pas nouveau.
    - Non. Mais cette fois il s’en fout carrément. Il délègue ses pouvoirs aux ministres, qu’il méprise. Il ne lit plus les nouveaux projets de loi. Les journaux. Les magazines people. Il n’écoute plus ses conseillers personnels. Il passe toutes ses journées devant la télévision. À visionner des DVD. Et même des VHS. Ça lui rappelle les premiers temps de sa gloire. La terreur est greffée sur son visage.

  • Tous les goûts sont dans ma nature (Après l'Orgie J-3)

    Imprimer

    images.jpeg- Vous êtes attirée par les femmes ?
    - Tous les goûts sont dans ma nature.
    - Précisez.
    - Homme ou femme, je m’en fous. Du moment que je prends mon pied. Ça vous choque ?
    - Oh, vous savez, Mademoiselle Ming, aujourd’hui plus rien ne me choque !
    - Vous faites des progrès.
    - Merci. J’apprécie vos encouragements. Mais les progrès, c’est à vous de les faire. À vous de descendre au charbon. Avec Justine, ça va plus loin que les baisers ?
    - Parfois elle va chercher des trucs dans sa chambre à coucher.
    - Quels trucs ?
    - Des canards en plastique. Des engins de trente centimètres qui bougent tout seuls. Des dauphins bleus en bois de rose qui ont la gueule ouverte.
    - On appelle cela des sextoys, Mademoiselle Ming.
    - Parfois, elle amène aussi des courgettes. Des calebasses. Des concombres. C’est selon la saison.
    - Justine a la fibre écolo. C’est bien. Mais que faites-vous avec ces cucurbitacées ?
    - À votre avis ?
    - Donnez-moi des détails.
    - Ça vous excite ?
    - Je veux la vérité.
    - On se touche. On s’embrasse. On se donne du plaisir toute la nuit.
    - Entre femmes ?
    - Aux Nymphéas, il n’y a pas d’hommes. C’est la règle. Alors on s’arrange comme on peut.
    - Et ça vous plaît ?
    - Savez-vous que les Suisses sont les champions du monde du plaisir solitaire ?
    - Vous me l’apprenez.
    - 82 % des hommes et 78 % des femmes se masturbenttous les jours. C’est pour cela que le pays carbure plein pot. Le secret de la réussite. C’est aussi la meilleure manière de maîtriser la courbe capricieuse des naissances.
    - Moi j’aime mieux faire l’amour à deux.
    - Je vous comprends.
    - On est moins seul.
    - « Les plus grands plaisirs naissent des répugnances vaincues. »
    - Qui a dit ça ?
    - Le marquis de Sade.
    - Je vois vos références. C’est Justine qui vous donne le goût de ces lectures ?
    images-1.jpeg- Elle nous apprend à jouir librement de nous-mêmes. Parmi ces jeunes filles modèles, certaines sont vierges. Sans expérience. Mais la plupart ont déjà eu plusieurs amants. Cela n’a rien changé. Elles sont constamment dans l’image. Condamnées à faire semblant. La volupté ne fait pas partie de leurs attentes. On leur a dit que c’était sale. Dangereux.
    - « Nous naissons entre la fiente et l’urine », disait saint Augustin.
    - Le plaisir vous isole des autres. Mais il vous en rapproche aussi. C’est le paradoxe. Soudain on ne s’appartient plus. On oublie l’étiquette. Les bonnes manières. Les millions de papa. Les lettres de maman qui n’arriventjamais. Notre prison dorée. La vie qui nous attend derrière les grilles. Le vide éblouissant du ciel.

  • L'enfant de ça (Après l'Orgie J-5)

    Imprimer

    images-1.jpeg- À la fin du tournage, Dol est allée manger au Ritz avec ma mère. Je ne sais pas ce qu’elles ont dit. Ce qu’elles ont fait cette nuit-là sur la terrasse qui domine le port. Je ne sais pas ce qu’il y avait dans l’enveloppe que Dol lui a donnée. 10 000 dollars ? 100 000 ? Peut-être moins. Je n’ai jamais osé lui demander. Quelle est la valeur d’un enfant ?
    - Un enfant n’a pas de prix, voyons !
    - C’est ce qu’on croit. Mais il se négocie un peu partout comme les barils de pétrole. Au cours du jour. Même si ce cours est fluctuant. Même s’il connaît parfois de brusques envolées, quand les enfants sont rares et donc très demandés. En temps de guerre par exemple. D’épidémie ou de famine.
    - Vous connaissez votre sujet.
    - Je suis l’enfant de ça.
    - Et pour une fille, c’est la même chose ?
    - La première chose qui compte, pour une fille, c’est de savoir combien elle vaut. Qu’elle soit adoptée ou non. Le reste n’a pas d’importance.
    - Toutes des putes, c’est ça ? Votre raisonnement me semble assez simpliste.
    - Idem pour les mecs. Mais sur le plan professionnel seulement. Les filles, c’est toujours la même question. Les sentiments. Le boulot. La famille. Combien je vaux aux yeux des autres ? Qu’est-ce qu’il y a dans l’enveloppe ?
    - Au fond, la femme est une marchandise.
    - Oui. Prêtée. Vendue. Adoptée. Échangée. Mariée. Divorcée. Mais toujours désobéissante.
    - Vous n’allez pas vous faire beaucoup d’amies.
    - La vérité est difficile à avaler.
    - Et les féministes ?
    - Je les emmerde. Elles vivent dans le déni. Elles voient la femme comme une victime. Et l’homme comme un bourreau. Inflexible et stupide. Rivé à ses instincts primaires. Un singe en rut. Manger. Baiser. Chier. Dormir. Elles vivent dans la nostalgie du mâle dominant.
    - Ce n’est pas le cas ?
    - Du tout. Il y a longtemps que l’homme a déposé les armes. Il ne domine plus rien. Et surtout pas les femmes. Aujourd’hui il change les couches de bébé. Il mitonne des bons petits plats pour sa moitié. Il fait les courses et la vaisselle. La lessive. Et même parfois le repassage. C’est lui le grillon du foyer. Zen. Égalitaire. Émasculé.
    - En un mot comme en cent, vous avez gagné la guerre ?
    - Pas tout à fait. Mais la victoire est proche.

    * extrait de Après l'Orgie, roman à paraître le 4 septembre.

  • Genève rencontre New York (suite et fin)

    Imprimer

    f-2012-03-12-book.jpgDernier jour à New York.

    Visite du Metropolitan Museum le matin avec ses trésors de peinture italienne, flamande, espagnole.

    Le soir, présentation de L'Amour nègre (et de son auteur) au French Institute de l'Alliance française, sur la 60ème rue. Les discussions ont lieu dans la bibliothèque. 60'000 volumes. La plus grande bibliothèque francophone des USA. Elles sont menées, de main de maître, comme toujours, par Olivier Delhoume, qui connaît le livre, et la littérature française, sur le bout des doigts. Dans le public, des Genevois bien sûr. Mais aussi des Américains férus de littérature française. C'est la première fois qu'un auteur suisse est reçu dans cette impressionnante bibliothèque.

    Ensuite, il faut foncer à Cooper Union où se tient un débat sur la censure et Internet qui met aux prises un journaliste saoudien, Internet_Censorship1-600x500.jpgEbtihal Mubarak, Anas Qtiesh, un blogger syrien établi à San Francisco, Stéphane Koch, bien connu de la blogosphère helvétique, et Thérèse Obrecht, ancienne journaliste de la TSR et présidente de Médecins Sans Frontières suisses. Où commence la censure ? Et où est-elle présente ? Quels dangers menacent les utilisateurs de l'Internet, enfants compris ? Où vont toutes les traces que nous laissons journellement sur la Toile ? Qui les recueille ? Qui les enregistre ?

    Ce furent quelques questions que les pannelists, comme on dit ici, autrement dit les débatteurs, ont essayé d'éclairer de leur mieux. Ils ont eu du mérite, à vrai dire, car Rebecca MacKinnon, qui menait les débats, semblait peu concernée par les questions pourtant cruciales.

    Le séjour touche à sa fin. Tout le monde est ravi, mais sur les genoux. L'« expédition culturelle » mise sur pieds par la ville de Genève, aidée de quelques sponsors généreux, s'est déroulée parfaitement, grâce aux bons soins de Cédric Alber, conseiller de Pierre Maudet, et d'Olivier Delhoume, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour organiser cette semaine intensive et passionnante, dont les échos bruissent déjà de part et d'autre de l'Atlantique.

  • Genève rencontre New York

    Imprimer

    DownloadedFile.jpegQu'est-ce qu'une rencontre entre deux villes aussi éloignées l'une de l'autre et diverses que Genève et New York ?

    C'est le pari un peu fou que relève Olivier Delhoume, photographe et journaliste bien connu, en organisant, pendant une dizaine de jours, une série de manifestations exceptionnelles, qui rassemblent quelques personnalités des deux villes. Une délégation genevoise s'est rendue à New York mercredi, comportant, outre le ministre de la Culture Sami Kanaan, des photographes (Michèle et Michel Auer), des danseurs (le Ballet du Grand Théâtre et Footwa d'Imobility), des musiciens classiques (les solistes de l'Orchestre international de Genève) et de jazz (le trio de Marc Perrenoud), des écrivains (Michel Butor, Guillaume Chenevière et votre serviteur), un éditeur et galeriste (Patrick Cramer), des conservateurs de musées (François Jacob), un cinéaste (Jacob Berger). Pierre Maudet, le maire de la ville, nous rejoindra samedi.

    Pendant dix jours, cette délégation fera souffler sur Big Apple ce qu'on appelle l'esprit de Genève. Celui de Calvin et de Jean-Jacques Rousseau, par exemple, mais aussi de Georges Haldas et d'Albert Gallatin (premier ministre des Finances américain), d'Henry Dunant et d'Amiel…

    IMG_0677.JPGPremier débat, hier soir, passionné, voire polémique, au siège de la Croix-Rouge américaine. Animé par Walter Füllemann, représentant de la CR à l'ONU, il a réuni un ancien colonel de l'armée US, un journaliste du New Yorker, un avocat spécialisé en droit de la guerre et Roger Mayou (à gauche sur la photo), le conservateur du Musée de la CR à Genève. Les Américains ont de la peine, semble-t-il, avec la Convention de Genève, qu'ils appliquent quand bon leur semble, c'est-à-dire peu souvent. L'exemple de ces zones de non-droit qu'ont constitué les prisons d'Abou Graïb et Guantanamo en attestent. Cette question fut au cœur des débats.

    Ce matin, Patrick Cramer, éditeur et galeriste, dont l'aïeul fut le prermier éditeur de Rousseau, exposera dans une galerie new yorkaise quelques affiches rares de sa collection. On se réjouit de les découvrir.

    Et ce soir, Michel Butor, qui a si longtemps enseigné à Genève, sera honoré par l'Université de NY.

    À suivre…

    Site officiel : http://www.thinkswissny.org/genevemeetsnewyork

     

  • Faut-il brûler les livres ?

    Imprimer

    Venez nombreux au banquet Rousseau,

    Bibliothèque de Genève (BGE), Promenade des Bastions,

    mardi 29 novembre à 18 heures.

     

    Unknown.jpeg

     

    Outre votre serviteur, il y aura du beau monde, puisque Pierre Assouline, Michel Butor, Dominique Berlie, Charles Méla, François Jacob et Gabriel de Montmollin participeront à ce débat.

    Il faut s'inscrire et réserver à l'adresse suivante : delhoume@bluewin.ch

    Lien permanent Catégories : all that jazz 0 commentaire
  • Rendez-vous jeudi 24 novembre à la Société de Lecture

    Imprimer

    images.jpgLa Société de Lecture accueille tout au long de l'année des écrivains, philosophes, historiens, journalistes, metteurs en scène, historiens de l'art et hommes politiques pour parler de leurs oeuvres, d'un sujet d'actualité ou d'une thématique. Ces rencontres ont lieu à midi ou le soir et sont précédées d'un buffet ou d'un cocktail. Toutes nos conférences sont enregistrées et sont à disposition de nos membres. L'ensemble des conférences sont organisées grâce au très généreux soutien de Mirabaud & Cie, banquiers privés ainsi que du Mandarin Oriental Genève.

    jeudi 24 novembre 2011
    12h00 / buffet
    12h30 / déjeuner-débat
    Lieu : Société de Lecture

    Du récit autobiographique à la création romanesque
    Entretien mené par Pascal Schouwey, journaliste indépendant

    Quelle est la frontière entre le récit autobiographique et la création romanesque ? Alors que L'Enfant secret raconte l'histoire (réelle) des grands-parents suisses et italiens de l’auteur, L'Amour nègre narre les mésaventures (imaginaires) d'un jeune Africain qui part à la découverte du monde global d'aujourd'hui, assoiffé de musiques et de marques. Quels sont les points communs entre ces histoires ?

    Le nombre de places étant limité, les demandes d'inscription sont traitées par ordre d'arrivée. Nous vous rappelons toutefois que toutes nos conférences sont enregistrées sur CD et disponibles, pour les membres, auprès de notre secrétariat.

    Midi : 12h: buffet, 12h30 - 14h : conférence
    Soir : 19h: cocktail, 19h30 - 21h : conférence
    Participation aux frais * : membres fr. 25.-, non-membres fr. 40.- et étudiants fr. 10.-.

     

  • L'Amour nègre au Salon du Livre

    Imprimer

    images-1.jpegPour celles et ceux qui auraient raté L'Amour nègre (y en a-t-il encore en Suisse romande ?), c'est la dernière occasion de faire la connaissance d'Adam et de débattre avec son auteur…

    Au Salon du Livre de Genève, je serai sur le stand de la FNAC :
    — vendredi 29 avril à 15h00 : débat sur « L’amour nègre » animé par Jean Musy
    — samedi 30 avril à 14h00 : débat sur la « Controverse des prix littéraires » avec Jean-Daniel Belfond des Editions de l’Archipel et conduit par Jean Musy.
    Je serai ensuite au Salon africain :
    dimanche 1er mai, de 14h15 à 15h15, pour une table ronde intitulée "L'Afrique, cadre de roman idéal ?", aux côtés de l'écrivain togolais Sami Tchak, haïtien Louis-Philippe Dalembert, et franco-sénégalais Mamadou Mahoud N'Dongo. Le débat sera animé par la journaliste franco-camerounaise Elizabeth Tchoungui (France 5).
    mardi 3 mai, de 13h à 14h : rencontre avec l'écrivain ivoirien Venance Konan, auteur de Chroniques afro-sarcastiques parues aux éditions FAVRE qui font actuellement un tabac.

    Je me réjouis de vous rencontrer à cette ocassion !

  • L'Amour nègre au Palais Mascotte!

    Imprimer

    affiche_v3_-_moyenne.jpgNe manquez pas cette nouvelle soirée autour de L'Amour nègre

    mardi 29 mars à 21 heures

    au ZAZOU-CLUB du mythique Palais Mascotte

    43 rue de Berne - 1201 Genève. Réservations : 022 741 33 33

    Mise en voix par l'auteur.

    Aux consoles, platines et mix : Sarah Olivier.
    Pour plus de renseignements
    : http://les-soirees-de-la-rime.com/

  • Rendez-vous à la Mère Royaume le 7 février

    Imprimer

    images-1.jpegDu nouveau à la Compagnie des Mots !

    Pour offrir un plus vaste espace aux passionnés de littérature romande, la Compagnie des Mots recevra désormais ses auteurs au restaurant de la Mère Royaume, 4 Place Simon-Goulart (parking à la gare Cornavin).

    Prochain rendez-vous à ne pas manquer : lundi 7 février, de 18h à 20h, la Compagnie accueillera Jean-Michel Olivier, prix Interallié 2010 pour son roman L’amour nègre.

    Animation : Serge Bimpage
    Avec la participation de Stéphanie Pahud, Maître assistante UNIL et de Pierre Cohannier, comédien.
    Bar, possibilité de se restaurer après.
    Renseignements : www.lacompagniedesmots.ch
    ou 078 680 49 53

  • La fête au Rameau d'Or

    Imprimer

    images-1.jpegNe manquez pas, aujourd'hui, le rendez-vous rituel de la Librairie du Rameau d'Or (27 Bd Georges-Favon). À partir de 16h, vous pourrez y retrouver tous les auteurs suisses publiés cette année par les éditions L'Âge d'Homme. Et ils sont nombreux…

    François Hussy, Antonio Albanese, Georges Ottino, Germain Clavien, Mousse Boulanger, Bernard Antenen, François Debluë, Geneviève Piron, Ferenc Ràkoczy, Bernadette Richard, Uli Windisch…

    À cette occasion, hommage sera rendu à l'immense Georges Haldas (1917-2010) qui vient de nous quitter le 20 octobre dernier. Le journaliste Jean-Philippe Rapp, qui fut son confident et son ami, publie cette semaine Conversation du soir (éditions Favre), un recueil de moments forts sur la vie, la mort, le sens de notre destin et l'état de poésie. Il sera là, aussi, pour saluer la mémoire d'Haldas.

    On fêtera enfin L'Amour nègre, de votre serviteur, qui vient de recevoir, à Paris, le Prix Interallié. Qu'un auteur suisse soit primé à Paris arrive environ tous les trente ans (Chessex en 1973, Borgeaud en 1986). Venez boire un verre à la santé d'Adam…

  • Adam et la mondialisation

    Imprimer

    images.jpegDistingué la semaine dernière par les jurés du prix Interallié, L’Amour nègre, de l’écrivain-journaliste suisse Jean-Michel Olivier, est une pochade tournant au tragique. En passant par la case poétique. On s’y plonge d’abord avec amusement, délassement, tant ce roman semble de prime abord éloigné de l’esprit de sérieux qui rend si prétentieuse une bonne partie de la production contemporaine. Tout, dans cet univers déroutant, paraît tellement excessif, caricatural, genre BD, que l’on s’amuse sans arrière-pensée.

    Un Africain qui donne son fils à des acteurs américains bourrés de bons sentiments en échange d’un écran plasma pour télévision, c’est un troc inimaginable. A-t-il seulement le courant sous sa case? Le couple glorieux, dont la vie s’étale sur les pages des journaux «people» du monde entier, va débaptiser l’enfant et l’appeler du beau prénom d’Adam. Adam…

    On se doute alors que l’on va, peu à peu, cesser de rire. Que la vie richissime et oisive, qui se déroule dans une hacienda de la région de Los Angeles, monde artificiel de fêtes absurdes et luxueuses où tout le monde s’ennuie et se toise, va déboucher sur des aspects moins riants que le beau sourire d’Adam, à la peau noire et aux dents blanches. Le monde commence dans un sourire édénique et va mal tourner.

    Le «père numéro 1», oublié dans sa lointaine Afrique, aura peut-être, dans son village de brousse, des nouvelles de son fils sur son écran plasma (si la télé marche…). Nul ne le saura jamais. Adam, né en Afrique, n’y retournera jamais. Le «père numéro 2», vedette de l’écran, et sa femme Dolores, tenaillée par le désir d’adopter tous les enfants de la terre, forment un couple apparemment idéal, en vérité déchiré, explosif. Et qui explosera.

    Le jeune Adam sera ensuite confié à un «père numéro 3», star mondiale encore supérieure en célébrité au père deuxième du nom. Et le jeune Adam sera voué à passer quelque temps dans un de ces paradis superlatifs que constituent, si l’on en croit les magazines sur papier glacé, les «îles privées» de l’Océanie que peuvent s’offrir quelques vedettes de cinéma légèrement misanthropes.

    Passons sur les détails. Tout cela ira de mal en pis. Cocotiers, plages (et filles…) de rêve, gourous fumeux, soleil éternel, il faudra tout quitter. Fuir, car la mort est venue, on ne sait même pas comment. Pour se retrouver en Asie dans un autre lieu de rêve (là où le tsunami de 2004 fit les ravages que l’on sait) dans une sorte de paradis artificiel où les filles sont jeunes (très jeunes…), les hommes blancs bedonnants et nettement plus âgés que leurs proies, les trafics de toutes sortes nombreux, les rencontres de cabarets ambiguës, etc.

    Et toujours cette musique lancinante, ces airs moulinés sur la planète entière par les Anglo-Saxons de plusieurs générations. L’auteur ne néglige pas de donner la liste des titres de ces «tubes» qui n’eurent qu’un temps mais ont laissé dans l’oreille de l’humanité entière des souvenirs et des regrets.

    Le jeune Adam n’a en tête que de retrouver la sœur de misère de son péché originel, une Eurasienne baptisée Ming. Il finira par se retrouver en Europe, en Suisse précisément. Du côté de la face cachée de la lisse ville de Genève. Côté trafics en tous genres, côté dealers, courses-poursuites avec les policiers, sexualité commerciale, assistanat d’un marchand de rêves qui soulage les misères des femmes de ces messieurs de la banque.

    Adam, ainsi, on l’aura compris, se sera cherché partout sur la terre une identité : Afrique, Amérique, Océanie, Asie, Europe. Et il ne l’aura retrouvée nulle part à moins que le livre n’ait été amputé de cette fin heureuse que semble annoncer, dans les dernières lignes, une rencontre avec une certaine Eva…

    Ce récit haletant, écrit d’une manière rapide, au style bref et efficace, coupe le souffle. Il y a une sorte de montée tragique que semblent annoncer les épisodes de sexualité sans tendresse, de plus en plus fréquents, de plus en plus précis, de plus en plus lassants, aussi. Adam se sera cherché dans les villas luxueuses d’Hollywood, sur les plages magnifiques de l’Océanie, dans les bouges de l’Asie louche, au plus près des lacs de la paisible Suisse.

    Partout il aura rencontré les mêmes illusions, les mêmes marques des produits de luxe (vêtement, montres, chaussures), les mêmes variantes de l’alcool et des drogues. Nulle part il n’aura rencontré de vraie tendresse, ou du moins une tendresse durable. Adam, déraciné du jardin d’Eden qu’était son petit village d’Afrique, n’en exprime même pas de nostalgie. Il se meut dans un univers de pacotille, de couleurs excessives, de néon, de toc et de frime où, visiblement, tout le monde se cherche une identité.

    Le monde fracassé dans lequel il tourne est celui de la mondialisation qui tresse autour de nous un filet d’artifices, d’étrangeté, de faux-semblants. La quête de soi y est rendue plus dure par une universalité de façade. Peut-on se passer de cette lecture? Oui, mais, dès lors qu’on y est entré, on file jusqu’au bout. Partageant avec Adam l’inquiétude du paradis perdu.

    article de Bruno Frappat paru dans La Croix du 25.11.2010