• Des enfants dans la guerre (Marc Bressant)

    Imprimer

    images.jpegIl y a sans doute des souvenirs d'enfance dans le dernier roman de Marc Bressant (né en 1938), diplomate, homme de culture (il a dirigé TV5 Monde) et écrivain prolixe. La cabane de l'Anglais*, son dernier livre, publié aux éditions Hérodios, est une manière de fable qui revisite les derniers mois de la Deuxième Guerre mondiale.

    Nous sommes en mars 1944, à quelques mois du débarquement allié. Deux sœurs, dont les maris sont prisonniers en Allemagne, quittent Paris avec leurs trois enfants. Elles ne vont pas très loin, à 25 kilomètres de la capitale, et s'installent dans une vieille ferme désaffectée. Dans ce « monde sans hommes » (partis à la guerre, prisonniers ou décédés), les enfants, libres et livrés à eux-mêmes, vont comploter, à leur manière, à la fois pour passer le temps et pour participer, aussi, à la grande Histoire. Dans le plus grand secret, ils construisent une cabane au fond des bois où ils rêvent d'accueillir un soldat allié (il n'est pas rare, dans les environs, qu'un avion britannique soit abattu par la DCA allemande et que son pilote saute en parachute). 

    images-1.jpegTout le roman, qui fait revivre, avec saveur et minutie, la vie d'un petit village français, tourne autour de ce secret bien gardé. On y croise un maire plutôt complaisant avec l'occupant, un bedeau qui résiste, des femmes qui luttent pour survivre et nourrir leurs enfants, une grand-mère qui écoute radio-Londres et, bien sûr, un collabo qui finira mal. Marc Bressant reconstitue avec talent cette survie, banale ou héroïque, en ces temps difficiles, et surtout le monde de l'enfance, des rêves et des espoirs, des folies aussi propres à cet âge (les enfants savent bien qu'ils risquent d'être fusillés si l'on découvre leur cabane). Il y a de très belles pages sur l'amitié et la solidarité de ces trois mômes qui défient les plus grands dangers.

    « Comme dans les plus cruels des Contes de Grimm, les pères sont retenus en Allemagne par des dragons à plusieurs têtes. Peut-être parviendra-t-on un jour à les arracher à leurs griffes, mais d'abord il faut que les Anglais réussissent à débarquer sur le continent. »

    Dans cette fable élégante et subtile, la chute (ou la morale) est surprenante et bien trouvée. Je me garderai bien de la dévoiler ici. Le lecteur en jugera par lui-même. Inspirée de faits réels, cette fable touche au cœur et nous replonge dans les rêves, la folie et les jeux de l'enfance sous l'occupation.

    * Marc Bressant, La cabane de l'Anglais, roman, éditions Hérodios, 2021. 

    Lien permanent 0 commentaire