Nicolas Bouvier*

Imprimer

images.jpegL'après-midi s'achève. Mes pas me portent jusqu'à Carouge. Je traverse le pont sur l'Arve aux eaux grises et boueuses, je longe les rails du tram sur cinq cents mètres et j'arrive sur la place du Marché.

C'est là, une fois par mois, que j'avais rendez-vous avec Nicolas à la Brasserie de la Bourse. Il arrivait en retard. Ou parfois oubliait de venir. J'allais le chercher dans son repaire du Boulevard des Promenades, tout en haut d'une tour qui offrait une vue grandiose sur la ville. Son atelier était un véritable capharnaüm. Les murs étaient couverts d'images, de photos et de dessins, de plans plus ou moins chimériques. Et son bureau, dans un coin de la pièce, ployait sous les piles de livres. Il y avait toujours une bouteille de whisky à portée de la main.

« Nous avions rendez-vous ? demandait-il d'une voix innocente.

— Oui. Nous devions manger ensemble.

— Ah ! Pardon.

— Pas grave. Une bonne table nous attend. »

Dans la rue, nous marchions côte à côte, mais pas au même rythme. Nicolas avançait au rythme de ses mots et de ses phrases. À chaque point, il marquait une pause, respirait un bon coup, puis commençait une nouvelle phrase en se remettant à marcher. Comme pour Rousseau, la pensée lui venait en marchant. De l'extérieur, il donnait l'impression d'avancer comme une grenouille, par bonds successifs. J'avais quelquefois de la peine à le suivre.

Nous arrivions sur la place du Marché. Le patron de la Bourse nous attendait sur le seuil du bistrot. Une table nous était réservée dans une petite salle, souvent à moitié vide. Nicolas s'asseyait dos à la fenêtre pour ne pas voir les passants dans la rue qui risquaient de le reconnaître. Il sortait de sa poche une multitude de flacons et de fioles pourvus d'étiquettes illisibles.

« Je suis une pharmacie ambulante ! »

Nous commandions toujours un demi de goron. Il se versait un verre et avalait une poignée de pilules jaunes et blanches.

« Tu es sûr que le vin et les médicaments font bon ménage ?

— Pas de souci. C'est un mariage heureux. »

Invariablement, nous commandions le même plat. De la langue de bœuf aux câpres avec de la purée de pommes-de-terre et des légumes de saison. Un délice. Arrosé d'un nouveau demi de goron. Car Nicolas avait toujours très soif.

« La langue, vois-tu, c'est le plat préféré des écrivains ! Ils la découpent, ils la remâchent, ils la savourent, ils la triturent. Ils l'intègrent à leur propre corps au point qu'on ne peut plus savoir qui est qui. C'est une alchimie mystérieuse… »

C'était en 1990. Nicolas avait soixante-et-un ans et il venait de publier son Journal d'Aran et d'autres lieux. Il me parlait de ses pérégrinations sur les îles irlandaises, des paysages arides, mais peuplés de fantômes.

« Il restait une traînée de safran sombre dans le ciel noir. J'ai garé la voiture entre des crocus couchés et rôtis par le gel. De la terrasse on voyait les anses au nord du port déjà prises dans une mince pellicule de glace. Nous étions hors saison et c'est le seul hôtel où j'ai trouvé une chambre. »

En l'écoutant, je me disais que j'irais là-bas un jour, sur l'ile aux sortilèges, à la rencontre des fantômes échappés des châteaux en ruine qui me diraient enfin qui je suis (eux seuls le savent). Chaque voyage est une petite odyssée qui vous fait et qui vous défait. Et Nicolas, à force de chasser les quasars, n'en est jamais revenu indemne.

« Dans le cosmos, il existe des zones noires inexplicables que les astronomes ont baptisées les quasars. La densité de la matière y serait telle que les protons ne peuvent s'en échapper. Des excès, des trous de création, si l'on veut. Dans un quasar, l'esprit se déficelle et ne retient plus rien ; on n'a pas pu prendre son souffle que déjà on a disparu. On refait surface ailleurs, un peu plus tard, un peu plus loin, dans un milieu qui a retrouvé suffisamment de cohérence pour que l'on puisse respirer. Ou on ne revient pas : chaque année, huit mille personnes s'évanouissent en fumée sans que l'on puisse invoquer les terroristes, le grand caïman ou un héritage en litige… »

J'avais vingt ans. Je suivais les cours d'une école de théâtre. Les masques que l'on me proposait ne convenaient pas à mon visage. Les mots que je jouais sonnaient faux dans ma bouche. J'avais la nostalgie du lointain, des voyages et des rencontres. Déjà la soif de disparaître.

*extrait d'un livre en cours

 

Lien permanent Catégories : Work in progress 4 commentaires

Commentaires

  • Peu importe la distance, on ne voyage jamais que dans sa tete. Il y en a ainsi qui parcourent la Terre sans jamais voyager. J`aime bien les récits de voyage de Nicolas Bouvier, lui voyageait vraiment. Avec ses pieds, avec sa tete, dans sa tete, sur cette planete. Conviction intime: en ce moment meme il voyage et plus que jamais. Mézigues, le voyageur anonyme, je lui fais un clin d`oeil par dela le mur de Maya, le mur des apparences.

  • Très beau texte

  • Très joli texte de Nicolas Bouvier comme dit J.-J. et Simon!, Merci à M. JMO.

    On voyage... on voyage....
    On fait le tour du monde...
    Une ou maintes fois...
    Mais le plus grand Voyageur ...
    Est qui fait une fois au moins...
    Dans sa vie, le tour de soi-même ...
    Est infiniment riche et sublime...

    Bien à Vous M. J.M.O
    Charles 05

  • JMO! Étonnant que vous ayez laissé passer ce plagiat sans réagir!?

    « Le plus grand voyageur
    n’est pas celui qui a fait
    dix fois le tour du monde,
    mais celui qui a fait
    une seule fois
    le tour de lui-même. »

    Gandhi inspiré.....par Confucius?

    Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même.

    Confucius

    Hé Oui! Les plagiaires n'hésitent pas à se gratifier de l'érudition des grands de ce monde!

Les commentaires sont fermés.