• Constantin, le maquereau des pelouses

    Imprimer

    images-2.jpegLe Valais est un canton à part. Il l'a toujours été. Pendant longtemps, on le considérait, avec condescendance et amusement, comme la Sicile de la Suisse. C'était le royaume du copinage et des magouilles, de l'Eglise catholique et de son parti unique, le PDC. Le règne des maquereaux des cimes blanches chers à Maurice Chappaz. En Valais, rien ne se passait vraiment comme ailleurs.
    Ce temps béni, hélas, est révolu. Aujourd'hui, il y a d'autres partis que le PDC. Le Valais propose même un candidat socialiste au Conseil fédéral. On accepte des femmes en politique. Et le fameux Nouvelliste, qui fut le bastion de la pensée unique, est devenu un journal plus ouvert au monde. Bref, le Valais est rentré dans le rang…

    Lire la suite

  • Café littéraire au Rameau d'Or

    Imprimer


    Café littéraire animé par Sita Pottacheruva
    avec Francine Collet, auteure de Félicien et Jean-Michel Olivier, auteur de L'enfant secret

    A la librairie le Rameau d'Or Bd Georges Favon 17, 1204 Genève
    Jeudi 13 octobre 2011 18h00


    collet_felicien.jpgDe Félicien, je ne possède qu'une dizaine de photos prises je ne sais quand, je ne sais où. Sur mon bureau, j'ai posé un portrait de lui enchâssé dans un médaillon doré. Il est tel que je ne l'ai jamais connu : jeune, les cheveux gominés, la raie au milieu. C'est en regardant ce portrait qu'est venue l'envie d'écrire sur lui comme si je savais tout de lui. Cela lui aurait certainement plu à Félicien, cette liberté prise avec sa vie. Il était rêveur, cela transparaît dans son regard sur ce portrait jauni. Un regard flou, sans lunettes. Félicien s'extrayait de la réalité en ôtant, cassant ou perdant ses lunettes. Cela pouvait durer quelques minutes, un jour ou plus avant qu'il ne les rechausse. A mon tour maintenant d'oublier mes lunettes et de transcrire ce que je vois. Pour qu'une fois encore, Félicien me serre contre lui.
    Comment restituer une existence dont de nombreuses pages se sont égarées pour toujours ? En tissant des bribes de souvenirs avec le fil de l'imaginaire, l'auteure dessine un portrait sincère et touchant de Félicien. L'écriture limpide et toujours subtile de Francine Collet permet ainsi à une mémoire singulière de devenir universelle.

    Francine Collet, Félicien, 2011, ISBN 978-2-9700598-8-2, 228 pages.

    ***

    olivier_enfants.jpgNora et Antonio vivent à Trieste, puis à Turin, puis sillonnent l'Italie sur les traces d'un certain Mussolini, dont Antonio devient le photographe attitré. Émilie et Julien vivent à Nyon, sur la côte vaudoise, et rêvent depuis toujours d'ouvrir une auberge de campagne. Ils ne se connaissent pas. Ils ne parlent pas la même langue. Ils n'ont pas les mêmes rêves. Mais leurs destins -- tout d'abord parallèles -- vont se croiser, puis s'épouser au cours de la première moitié du XXe siècle. Quatre « vies minuscules », silencieuses, dédaignées, héroïques, dont l'enfant secret (vous, moi) sera le témoin ébloui, et l'unique héritier.

    Jean-Michel Olivier est né à Nyon en 1952. Il est l'auteur d'une quinzaine d'essais et de romans, dont La Mémoire engloutie au Mercure de France et L'Amour fantôme aux Editions L'Age d'Homme. Depuis toujours, il partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture, la musique et sa fille.

    Jean-Michel Olivier, L'enfant secret, Editions L'Age d'Homme, 2003



    Adresse
    Librairie le Rameau d'or
    17 Bd. Georges Favon
    1204 Genève
    Tél : 022 310 26 33
    rameaudor@freesurf.ch