Patrice Mugny, maire de province (14/03/2008)

Le Maire de Genève, Patrice Mugny, a tort de s’en prendre vertement à la Radio Suisse Romande, coupable, à ses yeux, de ne pas rendre compte avec justesse et justice de tous les événements d’envergure interplanétaire qui se déroulent dans la cité de Calvin. D’abord parce qu’émanant du nouveau Maire de la ville, qui devrait être au-dessus des querelles de clocher, ses propos apparaissent comme un aveu de faiblesse. Ensuite parce qu’en considérant Genève, la grande rivale de Lausanne, comme un gros bourg de province, la RSR ne fait finalement que reconnaître une situation de fait.
Ne considérons ici que le point de vue culturel (nous parlerons d’urbanisme, de transports et de projets d’envergure une autre fois). Dans presque tous les domaines, aujourd’hui, il faut le reconnaître, Lausanne a repris la main et mène le bal. Le théâtre ? Qui peut rivaliser, à Genève ou ailleurs, avec le dynamique Théâtre de Vidy ? Pas la Comédie, en tout cas, devenue une scène de seconde zone, qui fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a. Et la danse ? Il n’y a pas photo, non plus, entre le Ballet du Grand-Théâtre et le ballet Béjart. Et la peinture ? Et la photographie ? Là encore, il faut se rendre du côté de l’Hermitage ou de l’Élysée — à Lausanne donc — pour admirer les dessins de Victor Hugo ou les dernières images de Salgado. Quant à la littérature, qui mériterait un chapitre à elle seule, son centre névralgique est aussi à Lausanne, dont les structures sont infiniment plus efficaces qu’à Genève (qui a tout de même le Salon du Livre).
S’il fallait un seul exemple de ce déplacement de force, citons enfin celui de la presse (Edipresse, Ringier) dont les pouvoirs de décision sont à Lausanne, Vaud. Mis à part le Courrier, qui tient courageusement sa place, il n’y a plus de journal strictement genevois. N’est-ce pas un signe que Genève, comme Servette, joue désormais en seconde division ?

12:02 | Lien permanent | Commentaires (10) | | |  Facebook