La vie mosaïque (Antoine de Caunes) (06/01/2022)

images.jpegAntoine de Caunes aime les histoires. Il sait qu'on approche d'une certaine vérité, surtout personnelle, qu'en se livrant corps et âme au langage. Son livre, Perso*, n'est pas seulement une confession, mais aussi un recueil de nouvelles tantôt graves et tantôt drolatiques. Et de cette mosaïque, volontiers disparate et bigarrée, surgit le dessin d'une vie.

On connaît le parcours de ce sur-doué des médias. Fils d'un célèbre journaliste, Georges de Caunes ÷ qui s'illustra dans les annèes 60, en se glissant dans la peau d'un naufragé volontaire, échoué sur une île rocailleuse et inhospitalière des Marquises — et d'une pionnière de la télévision française (l'ORTF à l'époque, Jacqueline Joubert, qui occupa à l'écran à peu près toutes les fonctions (speakerine, animatrice, réalisatrice, etc.), Antoine a de qui tenir. Et il le tient bien. Passionné de musique, et de rock en particulier, il va lancer sur Antenne2, puis Canal+ les premières émissions du genre en France (Rapido, Les Enfants du Rock, Houbahouba…). Et bien sûr il va participer au lancement d'une nouvelle chaîne de télévision, Canal+, en 1984, chaîne à laquelle personne ne croyait (surtout pas Françoise Giroud…) et qui, très vite, s'imposa comme l'une des plus intéressantes du PAF. On se rappelle avec délice ses performances, flanqué de José Garcia, dans des personnages divers et variés où il put laisser libre cours à ses talents comiques.

images-1.jpegBref, animateur, réalisateur, Antoine de Caunes a aussi un talent de plume. On retrouve, dans Perso*, la même verve et la même virtuosité que celles dont il faisait preuve dans Nulle Part ailleurs. Un goût certain, aussi, pour le canular et l'esprit potache. Mais aussi une volonté de rendre justice à tous ceux qu'il admire et qu'il aime. Georges de Caunes et Jacqueline Joubert, d'abord — magnifiques évocation de l'enfance dans le Calvados, de la nature et des longues absences de son père. Très belles pages, encore, sur Coluche et Pierre Desproges (qui s'appréciaient modérément). Éloge de la culture anglo-saxonne (et anglaise en particulier) — pas un musicien, pas un groupe de rock ou de pop qu'il n'ait fréquenté ou interviewé. Et beau portrait de Pierre Lescure, aux commandes de Canal+, un homme aux goûts éclectiques et sûrs (un homme qui aime à la fois Leon Redbone, Randy Newman et David Bromberg ne peut être qu'excellent !).

Beaucoup de saveur et d'émotion dans ce livre fait de rencontres, de questions et de passions (irraisonnées), écrit dans une langue riche et précise, toujours inventive.

* Antoine de Caunes, Perso, Sonatine éditeur, 2021. 

11:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook