Faut-il sauver Genève? (06/07/2009)

servette2015-2.jpgOn dirait qu'une sombre malédiction pèse sur Genève, cette ville qui se rêvait internationale, il n'y a pas si longtemps, et qui se réveille aujourd'hui avec la gueule de bois, en gros bourg de province. Disons-le franchement : en vingt ans, Genève a raté à peu près tous les rendez-vous avec l'Histoire. Ne parlons pas du projet de traversée de la rade, qui a été refusé, mais qui se fera un jour, bien sûr, et coûtera aux citoyens cent fois plus cher que le projet initial. Ne parlons pas non plus du nouveau musée d'ethnographie, ni des fameux « communaux » d'Ambilly. En matière de logement et d'urbanisme, Genève a pris un demi-siècle de retard. Et quand, dans quelques jours, Lausanne inaugurera son magnifique M2, la capitale vaudoise entrera de plain pied dans le XXIe siècle — tandis que Genève peine à sortir du XIXe…
Au niveau culturel, avec son beau projet de Musée des Beaux-Arts à Vidy, Lausanne est mille fois plus dynamique que sa grande sœur du bout du lac. Voilà le cœur du problème : Lausanne est vivante : elle a des désirs. Tandis que Genève, ville internationale, ville morte, se complaît dans le luxe et l'indolence, qui étouffent, comme on sait, toute forme de désir.
Et Servette dans tout ça?
Comme dirait une amie psychanalyste, Servette,  c'est le symptôme genevois. Un passé glorieux, des ratés mémorables, un présent pathétique…
Quand Servette a plongé, en 2004, par la faute d'un président mégalomane et sournoisement manipulé, personne, à la Ville comme au Canton, n'a levé le petit doigt. L'inénarrable Moutinot, jouant comme toujours le Père-la-Vertu, s'est même félicité de la faillite servettienne. Relégué en 1ère ligue, le club pourrait ainsi repartir sur de nouvelles bases plus saines. Quatre ans plus tard, Servette — qui, tout de même, a formé des joueurs de la trempe de Patrick Muller, Philippe Senderos et Julian Esteban ! — végète en queue de la Challenge League, plus seul et pathétique que jamais.
Et la Stade de la Praille, en cessation de paiement, ne va pas beaucoup mieux…
Alors saluons l'initiative conjointe de Mark Muller et Manuel Tornare qui viennent de lancer un cri d'alarme pour sauver le club de l'ornière où il englué : il est si rare, à Genève, de voir des politiques mouiller leur chemise pour un sujet dit « populaire ». Espérons qu'il y aura un déclic, et que des Genevois, surtout fortunés, s'investiront dans l'avenir d'un club qui mérite mieux que son triste présent, et représente, depuis un siècle, l'un des piliers de l'identité genevoise.

09:11 | Lien permanent | Commentaires (19) | | |  Facebook