27/02/2017

L'ange rouge (Jean-Marie Rouart)

Unknown-1.jpegDepuis 1991, Jean-Marie Rouart mène un combat judiciaire pour faire reconnaître l'innocence d'Omar Raddad (photo), le jardinier marocain condamné pour le meurtre de sa patronne, Ghislaine Marchal. Ce combat a débouché sur un livre (Omar, la construction d'un coupable, de Fallois), puis sur un film (Omar m'a tuer, de Roschdy Zem, 2011, avec l'excellent Denis Podalydès). Mais c'est surtout pour ses romans, d'amour et de pouvoir, que Jean-Marie Rouart est aujourd'hui le plus connu.

Son dernier livre, Une jeunesse perdue*, est le récit d'une noyade amoureuse, mais d'une noyade heureuse, et délibérée. Le héros du roman dirige à Paris une revue d'art. Il est marié à une femme qu'il retrouve quelques jours par mois et qui occupe, en province, des responsabilités politiques. L'un et l'autre paraissent s'accommoder fort bien de ce arrangement, sentimental autant que financier. 

C'est alors qu'une femme inconnue déboule dans la vie bien rangée du narrateur. D'abord, elle lui envoie un article pour sa revue (qu'il juge indigne de publier), puis elle s'arrange pour le rencontrer. images.jpegLa foudre, alors, tombe sur lui. Cette jeune femme aux cheveux roux, d'origine russe, s'appelle Valentina Orloff. Elle va chambouler, de fond en comble, la vie de notre directeur de revue, qui va passer par tous les stades de l'extase et de l'humiliation, vivant un véritable chemin de croix avec cette femme imprévisible, fuyante, irrésistible — et probablement bi-polaire.

Le narrateur va tout donner — c'est-à-dire tout perdre — pour obtenir Valentina, l'ange rouge du roman. Il va être acculé au divorce, devoir vendre son apparemment et les tableaux les plus précieux de sa collection, abandonner sa vie tranquille pour les intermittences du cttœur. Pourtant, ce long naufrage est aussi une manière d'embellie dans la vie d'un homme qui souffre de vieillir et de ne plus séduire les femmes qui l'attirent. Comme si, perdre sa vie (c'est-à-dire tout donner par amour) était aussi une manière de rédemption.

Un roman intense et lumineux, écrit dans une langue musicale et élégante.

* Jean-Marie Rouart, Une jeunesse perdue, roman, Gallimard, 2017.