08/03/2011

Mille merci !

images-3.jpeg

S’il y a une chose que j’ai apprise*, depuis le 16 novembre, date à laquelle L'Amour nègre a reçu le Prix Interallié, c’est bien à dire merci.

Merci dans toutes les langues et à beaucoup de monde.

Dans la langue de ma mère, l’italien, merci se dit grazie. Grâce à vous, grâce à toi. Grâce aux autres. Et d’habitude il y en a toujours mille. Mille grâces. Grazie mille. En Italie, on ne mesure jamais sa gratitude. Elle est infinie, comme tous ceux à qui l’on doit rendre grâce.

En anglais, merci se dit thank you. C’est-à-dire grâce à toi, grâce à vous. Grâces vous soient rendues. On peut noter qu’il signifie à la fois merci et s’il vous plaît, lorsqu’il est employé seul en réponse à une question. Il exprime une acceptation et non pas un refus poli, comme c’est le cas en français.

En norvégien, il se dit tak et signifie le toit de la maison. « Tu es le bienvenu sous mon toit. »

En néerlandais, il se dit tank. Un mot qui signifie aussi l’aiguière, le réservoir, la citerne, le char. Le tank. Mais aussi, curieusement, la jambe.

En russe, il se dit spassibo et signifie Dieu sauve.

En portugais, il se dit obrigado. C’est-à-dire : je suis votre obligé. J’ai contracté une dette à votre égard. Je vous suis redevable pour ce que vous avez dit ou fait.

Et en français, dans la langue de mon père, on dit simplement merci. Ce qui n’est jamais simple. Merci est un mot qui vient de loin. En latin, mercedem signifiait le salaire, puis la récompense. Enfin, la faveur que l’on fait à quelqu’un en épargnant sa vie. Quelqu’un qui est à votre merci. Il a donné merci, qui est le témoignage de cette faveur, qui est une grâce. Une miséricorde. Une pitié.

J’ai donc appris à dire merci. Grâce à vous.

« Il faut supprimer les douanes, mais conserver les frontières » disait un cinéaste de mon pays qui a inventé la Nouvelle Vague.

En m’honorant du Prix Interallié, vous avez fait sauter une frontière. Invisible et secrète, mais souvent désarmante. Vous avez abattu quelques murs. Vous avez ouvert une brèche qui, je l’espère, restera encore longtemps ouverte.

* Petit discours improvisé à l'Ambassade de Suisse, à Paris, le mercredi 2 mars, pour fêter, encore une fois, le Prix Interallié attribué à L'Amour nègre.

09:55 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : prix interallié, merci, ambassade de suisse | | |  Facebook

04/11/2010

Quelle nouvelle !

Allez, pour mes amis blogueurs, lecteurs et amateurs de littérature, et tous les autres, cette bonne nouvelle que je découvre, à mon retour d'Alger, dans mon journal préféré…
images.jpegLe jury de l’Interallié a annoncé jeudi sa dernière sélection en vue de ce prix qui sera décerné le 16 novembre. Parmi les quatre auteurs retenus figure l'auteur genevois Jean-Michel Olivier pour L'amour nègre.
L'attribution du Prix Interallié clôturera la saison des grandes distinctions littéraires d’automne.
Liste par ordre alphabétique des quatre auteurs retenus :
- Mohammed Aïssaoui pour L’affaire de l’esclave Furcy (Gallimard)
- Claude Arnaud pour Qu’as-tu fait de tes frères ? (Grasset)
- Simonetta Greggio pour Dolce Vita (Stock)
- Jean-Michel Olivier pour L’amour nègre (éditions de Fallois)

 

22:50 Publié dans amour nègre | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : amour nègre, prix interallié, littérature suisse | | |  Facebook