11/10/2013

Les foutaises du Nobel

images-1.jpegSouvenez-vous: l'année dernière, le prix Nobel de la Paix avait été attribué à… l'Union européenne. Ce n'était pas une plaisanterie. La même Union qui laisse des milliers d'Africains venir mourir sur les côtes italiennes…

La même, aussi, qui impose à la Grèce, à l'Espagne et au Portugal des politiques de « rigueur » qui étranglent la population (mais pas les financiers, semble-t-il)…

Et cette année, c'est au tour de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes chimiques d'obtenir la glorieuse récompense. images-4.jpegOse-t-on rappeler que cette organisation, pour louable qu'elle soit, est le prétexte le plus commode trouvé par la communauté internationale pour sinon justifier, tout au moins protéger les exactions perpétrées par le président syrien Assad contre son peuple ? Tant que l'OIAC travaillera dans son coin, Assad pourra faire ce qu'il veut dans son pays…

Évidemment, quand on regarde les lauréats précédents, on se dit qu'il y a parfois des erreurs (presque tous les présidents américains l'ont obtenu…).

Mais cette année, ce n'est pas une erreur, c'est une faute.

13:15 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : assad. nobel de la paix, oicac, europe, obama | | |  Facebook

31/08/2013

L'air de la guerre

images.jpegRappelez-vous : il y a dix ans, c’était au mois de mars, George W. Bush, président des États-Unis, décidait d’attaquer l’Irak, au prétexte que ce pays développait des armes de destruction massive. Pour convaincre l’opinion, défavorable à cette intervention, le secrétaire d’État Colin Powell avait exhibé quelques fioles mystérieuses devant l’assemblée des représentants l’ONU. Ce tour de passe-passe opéra, du moins en apparence, puisque les va-t’en-guerre Américains furent bientôt rejoints par les fidèles Anglais (Tony Blair fut traité de caniche), les Italiens du beau Silvio Berlusconi, les Espagnols, les Polonais, etc. Seuls les Français, par la voix de Jacques Chirac, refusèrent d’entrer dans la danse, ce qui leur fut sévèrement reproché. Cette guerre, initiée en 2003, dura huit ans, puisqu’il fallut attendre décembre 2011 pour voir le dernier soldat yankee quitter le sol irakien.

Aujourd’hui, on entend la même sinistre musique. Fifres et tambours de guerre. Grandes manœuvres dans la Méditerranée. Logomachie des chefs d’État. On prépare l’opinion à une intervention armée. images-1.jpegQuoi de plus juste ? Le président syrien, Bachar-el-Assad, n’est-il pas un tyran ? Et de la plus odieuse race ? N’utilise-t-il pas, contre son propre peuple, des armes chimiques, comme Saddam Hussein, dix ans plus tôt, en Irak, accumulait les « armes de destruction massive » ?

Les bruits de bottes se rapprochent, mais Barak Obama hésite encore. Celui qui reçut le Prix Nobel de la Paix en 2009 « pour ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples » n’est pas très chaud, on le sent. En bon chef d’État pacifique, il préférerait la voie de la négociation. Mais comment négocier avec un dictateur qui s’accroche à son trône et massacre ses compatriotes ? Le voici acculé, comme son prédécesseur, à prendre le chemin de la guerre. Mais une guerre « propre », bien sûr, sans victimes, ni dégâts, ni effusion de sang…

Une « juste punition ». Quelques « frappes chirurgicales », ici et là, et puis basta.

images-2.jpegLa guerre est toujours fascinante. Elle oppose des hommes qui se battent sans raison, ou pour des causes qu’ils ne comprennent pas. Pétrole ? Pouvoir ? Religion ? Ce sont souvent les frères d’une même famille. Des voisins. Des amis. Le journaliste Jean Hatzfeld, grand reporter du journal Libération, a publié, il y a quelques années, un témoignage poignant sur la guerre en ex-Yougoslavie. Dans son livre, il montre la vraie guerre. Et non les frappes chirurgicales, par missiles interposés. La guerre humaine, sanglante et toujours fratricide. Ça s’appelle L ‘Air de la guerre*. Il faut relire ces histoires d’hommes et de femmes pris dans une tourmente absurde et obligés de fuir, de se cacher, de quitter leur pays pour simplement sauver leur peau.

L’histoire ne se répète jamais, mais les guerres se ressemblent.

Elles commencent toutes au son des fifres et des tambours.

* Jean Hatzfeld, l’Air de la guerre, Le Seuil, Points.

 

12:00 Publié dans chroniques nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : assad, syrie, obama, guerre, hatzfeld | | |  Facebook

16/11/2012

À qui profite la guerre ?

DownloadedFile.jpegÇa s'en va et ça revient, comme une mauvaise rengaine, ça s'arrête et ça repart, inexorablement, comme une guerre sans fin. Au point de lasser les regards les plus compassionnels : pourquoi tant de haine ? De sang ? De larmes versées en vain ? Pourquoi relancer, aujourd'hui, le cycle infernal des vengeances ?

La réponse, pour une fois, semble simple : le 22 janvier 2013 auront lieu les élections parlementaires en Israël. C'est dans deux mois. Si Benjamin Netanyahu veut être réélu, il doit préparer l'opinion israélienne à voter pour son parti. Comment ? À défaut de se lancer dans une guerre contre l'Iran, guerre longue et coûteuse, à l'issue incertaine, il s'agit d'agiter, une fois encore, la menace palestinienne. Multiplier les raids meurtriers (plus de 150 en deux jours!) contre une population déja exsangue. Appliquer, encore et toujours, la loi du Talion, en décuplant le nombre des victimes…

Le plus terrible, dans cette guerre sans fin, c'est le silence des Nations qui observent, passivement, cet éternel jeu de massacre.

Il faut dire qu'Obama, comme François Hollande, qui viennent d'être réélus, n'ont plus rien à gagner dans cette affaire.

10:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : israël, palestine, gaza, guerre, hamas, obama, hollande | | |  Facebook

03/05/2011

Requiem pour Ben Laden

images-2.jpegAinsi donc il repose, par mille mètres de fond, dans la Mer d'Oman, dévoré par les congres et les murènes.

Comme les passagers des avions qu'il a fait exploser, un peu partout, dans le monde, depuis vingt ans, sans leur réserver d'autre sépulture que la mer immense.

Honnêtement, qui s'en soucie ? Qu'un homme soit exécuté, assassiné, voire même torturé, puis livré en pâture aux requins, quand cet homme a lui-même organisé la mort de milliers d'innocents ? À part quelques nostalgiques de la guerre terroriste, une poignée de pusillanimes de gauche et de droite, effarouchés qu'on viole ainsi le sacro-saint « droit international », personne ne regrettera Ben Laden, triste pitre barbu, idéologue à la petite semaine, philosophe pour classes élémentaires. Quel autre message que celui de la violence — parfaitement aveugle – a-t-il porté au jour ? Quelle vision messianique ? Quel projet d'avenir ?

Il repose, par mille mètres de fond, mangé par les requins, et bientôt on l'aura oublié. Seul restera le souvenir, indélébile, du sang qu'il aura fait verser.

Dessin de Patrick Chappatte, paru dans Le Temps du mardi 3 mai 2011.


11:40 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : ben laden, terrorisme, usa, obama | | |  Facebook

05/11/2008

La revanche des purs

images.jpeg L'élection de Barack Obama, cette nuit, à la Présidence des Etats-Unis d'Amérique, est réjouissante à plus d'un titre. C'est la victoire, on l'a dit, d'un homme simple et ordinaire, encore parfaitement inconnu il y a deux ans : l'incarnation, si chère à nos amis états-uniens, du puissant rêve américain. C'est aussi la victoire de l'espoir et du changement après huit années d'enfer bushien – et le monde a besoin d'espoir. C'est enfin l'entrée en scène, officielle et en grandes pompes, du peuple noir, et pas n'importe où : à la Maison Blanche! Ce peuple à qui l'on ne doit pas seulement les génies du basket ou du jazz, mais aussi de la religion, du cinéma et maintenant de la politique…
Mais il me semble que cette élection, en ces temps où finance et politique dansent une valse nauséabonde, prend encore un autre sens. Obama, on le sait, est un homme du Middle West. Grâce à lui, c'est la victoire de Chicago, la ville aux quatre vents, sur Los Angeles et New York, les Sodome et Gomorrhe de l'Amérique. C'est la revanche des purs sur les miasmes de Wall Street et les rêves de pacotille d'Hollywood. C'est la leçon des gens ordinaires, intègres, travailleurs, anonymes, sur l'obsession du profit et de l'argent facile. Grâce à lui, les États-Unis d'Amérique vont enfin redevenir aimables et fréquentables. Ce n'est pas rien, avouez-le, après Guantanamo et Abu Graïb! Nous allons pouvoir retourner dans ce pays légendaire sans honte, ni remords, et vivre à notre tour le rêve américain.
Décidément, en cette aube brumeuse, que des bonnes nouvelles!

10:01 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : obama, chicago | | |  Facebook