11/01/2013

So long, Claude !

DownloadedFile.jpegQu'est-ce qui fait la richesse d'un pays ? Ses banquiers ? Ils travaillent dans l'ombre et, de plus en plus souvent, ont avantage à y rester. Ses hommes politiques ? Ils occupent le devant de la scène, pérorent, promettent, lambinent, se taisent, avancent d'un pas, puis reculent de trois. On les a déjà oubliés bien avant qu'ils quittent la scène (et la Suisse, à cet égard, n'a que des seconds couteaux). Le bon gros géant orange ? Swisscom ? Les pharmas bâloises ? Lindt ou Cailler (vous êtes plutôt Lindor ou Frigor ?)…

Non : la richesse d'un pays, surtout s'il est petit comme la Suisse, ce sont ses artistes. DownloadedFile-1.jpegLaissons de côté Rousseau, qui est né genevois et mort prussien ! Mais prononcez à Paris ou à Los Angeles le nom de Blaise Cendrars et vous verrez les yeux s'écarquiller ! Ah L'Or ! Quel chef-d'œuvre ! Et Moravagine ! Et la Prose du Transsibérien ! Parlez de Frisch ou de Dürrenmatt et tout le monde vous écoutera ! Et Le Corbusier ! Et Tinguely, bricoleur de génie ! Et Stefan Eicher, le manouche à l'accent rocailleux ! Et Albert Cohen, juif errant de Genève ! Et Ferdinand Hodler ! Et Louis Soutter ! Et Corinna Bille !

Et Claude Nobs ! L'enfant de Territet aura déplacé des montagnes, ici et ailleurs, sa vie durant, pour réaliser son œuvre : réunir à Montreux, dans le plus beau panorama du monde, les meilleurs musiciens de son époque. La musique, pour lui, n'avait pas de frontières. Il aimait le jazz, bien sûr, mais aussi le rock, le pop, la musique folklorique, les chanteurs italiens, les crooners américains, les talents « émergents » comme on dit, mais aussi les talents reconnus.

images-5.jpegLa dernière fois que je suis allé au Festival, c'était en 2006. Programme fastueux, comme toujours. Diana Krall, enceinte et rayonnante. Le renard à la voix éraillée, Randy Newman, seul au piano. Paolo Conte, malicieux et profond, comme toujours, disparaissant dans les coulisses entre deux chansons pour se tenir au courant de la finale de la Coupe du Monde de foot, où l'Italie jouait contre la France (victoire des Italiens aux pénalties). Claude Nobs surgissant à la fin du concert avec son harmonica magique…

Oui, la richesse d'un pays, ce sont les rêveurs obstinés, les passeurs de frontières, les briseurs de préjugés, les voyageurs de l'infini, les arpenteurs de nouveaux mondes, les passionnés fidèles et fous.

Claude Nobs était tout ça.

Merci pour tout, Claude, and so long !

09:50 Publié dans all that jazz, Hommage | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : claude nobs, jazz, montreux, musique, cendrars, krall, paolo conte | | |  Facebook

12/03/2012

Genève rencontre New York (5)

images-1.jpegAvant-dernier jour à New York, où le ciel est toujours bleu délavé et où l'hiver est de retour, tant les températures ont chuté depuis quelques jours.

Deux grands moments, encore, dans cette ville debout, éprise de liberté, où l'on ne peut fumer nulle part, ni prendre des photos dans les salles de spectacle, sans qu'un aimable gardien de l'ordre vienne vous faire une remarque…

De liberté, il est question dans le spectacle présenté hier à La Kitchen, haut-lieu du théâtre expérimental et de la musique d'avant-garde (John Cage y a créé plusieurs de ses pièces, ainsi que Philip Glass, dans les années 70). L'artiste est suisse, même genevois. Né en 1969, Footwa d'Imobilité (le nom que Frédéric Gafner s'est choisi pour entamer une carrière solo) a été nourri au giron de la danse par sa mère Beatriz Consuelo, puis a dansé en Allemagne et fait partie de la prestigieuse troupe de Merce Cunningham à New York. Foofwa_new-120x100.jpgDepuis 2000, il a créé plus de 40 spectacles de danse-video. D'ailleurs, le spectacle d'aujourd'hui, joué en première américaine, débute par une vidéo de Jonathan O'Hear, qui réussit le prodige de réunir trois figures majeures de la danse contemporaine : Pina Bausch, Merce Cunningham et Michael Jackson. Autrement dit : la Reine de Wuppertal, l'Empereur de la danse moderne et le Roi de la pop. Footwa imagine leurs retrouvailles inattendues (ils sont morts à quelques semaines d'intervalle, en 2009, et se retrouvent aux portes de l'enfer). L'idée est assez géniale. Le spectateur, guidé par une sorte de Virgile à l'accent italien, va assister, pendant 50 minutes, aux périgrinations des trois danseurs qui racontent leur vie. Mêlant à la fois le théâtre et la danse, l'imitation, la parodie, les images video, le spectacle de Footwa interroge aussi la liberté de l'artiste. Le danseur est-il libre ou condamné à réciter une chorégraphie longuement apprise ? A-t-il le droit d'improviser ? Et de franchir la ligne rouge qui le sépare des territoires inconnus ? Footwa, qui joue non seulement devant le public, mais avec lui, nous entraîne dans une réflexion assez vertigineuse sur la danse et les libertés de l'interprète.

images-2.jpegÀ peine le spectacle terminé, il faut sauter dans un taxi pour se rendre au Allen Room, près du Lincoln Center, à deux pas de Central Park, mais à l'autre bout de Manhattan.

Cette salle, magnifique, est l'une des plus prestigieuses de New York. On n'a pas le droit de la prendre en photo. Qu'à cela ne tienne ! De nombreuses images circulent sur le Net, qui donnent une idée de l'endroit. Spectaculaire…

Au programme, donc, ce soir, le trio du musicien de jazz genevois Marc Perrenoud (né en 1981), ancien élève du Collège de Saussure (cocorico!). Il joue avec l'excellent Marco Müller (basse) et le dynamique Cyril Regamey (batterie). Marc_Perenoud_Trio-120x100.jpgLe trio est installé devant l'immense bait vitrée qui offre une vue plongeante sur la ville et la nuit qui descend. It could be worse

Disons-le d'emblée. Est-ce que cadre ? L'ambiance si particulière de cette fin d'après-midi ensoleillée ? La chaleur du public (en partie genevois) ? Le punch intact des musiciens ? Le concert fut sublime. Interprétant presque intégralement les titres de son dernier album, Two Lost Churches, Marc Perrenoud (visitez son site ici) et ses acolytes ont subjugué le public. Tout a commencé avec le lancinant « Gospel », avant d'enchaîner avec « Mantas Playground ». Puis le standard de Prévert et Kosma, « Autumn Leaves » (Les feuilles mortes) et l'extraordinaire et swingant « You'be so Nice to Come Home to » un titre de Cole Porter. Une heure et demie de jazz planant et métronomique. Un régal !

Signalons que le spectacle de Footwa d'Imobilité, comme le concert du Trio de Marc Perrenoud, n'auraient pu avoir lieu sans le soutien de la ville de Genève et du Flux Laboratory animé par Cynthia Odier, qui peut être fière de ses protégés !