16/11/2012

À qui profite la guerre ?

DownloadedFile.jpegÇa s'en va et ça revient, comme une mauvaise rengaine, ça s'arrête et ça repart, inexorablement, comme une guerre sans fin. Au point de lasser les regards les plus compassionnels : pourquoi tant de haine ? De sang ? De larmes versées en vain ? Pourquoi relancer, aujourd'hui, le cycle infernal des vengeances ?

La réponse, pour une fois, semble simple : le 22 janvier 2013 auront lieu les élections parlementaires en Israël. C'est dans deux mois. Si Benjamin Netanyahu veut être réélu, il doit préparer l'opinion israélienne à voter pour son parti. Comment ? À défaut de se lancer dans une guerre contre l'Iran, guerre longue et coûteuse, à l'issue incertaine, il s'agit d'agiter, une fois encore, la menace palestinienne. Multiplier les raids meurtriers (plus de 150 en deux jours!) contre une population déja exsangue. Appliquer, encore et toujours, la loi du Talion, en décuplant le nombre des victimes…

Le plus terrible, dans cette guerre sans fin, c'est le silence des Nations qui observent, passivement, cet éternel jeu de massacre.

Il faut dire qu'Obama, comme François Hollande, qui viennent d'être réélus, n'ont plus rien à gagner dans cette affaire.

10:00 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : israël, palestine, gaza, guerre, hamas, obama, hollande | | |  Facebook

05/01/2009

À qui profite le terrorisme?

images.jpegFace à l'escalade de violence qui fait rage au Proche-Orient, l'observateur occidental a le choix entre deux terrorismes, différents l'un de l'autre, mais complices au final. Le Hamas, d'un côté, qui joue avec le feu, depuis longtemps, en balançant sur Israël ses dérisoires roquettes artisanales — autant dire des pétards. De l'autre, Israël qui pratique, depuis toujours, la Loi du Talion, mais un Talion à la puissance 10 ou 100, puisqu'à un soldat israélien tué correspondent près de 100 Palestiniens (civils ou militaires) abattus. Deux terrorismes, donc. Un terrorisme dit de « résistance » et un terrorisme d'État s'appuyant sur une invincible armée et des appuis internationaux puissants.
Entre ces deux terrorismes lequel choisir?
Aucun des deux, évidemment, car aucun des deux n'est légitime. Sournois, calculateurs, ils pratiquent tous les deux la politique du pire. Le Hamas en instrumentalisant la population civile. Israël en pratiquant la vengeance aveugle et disproportionnée. Le premier joue avec le feu. Le second fait jouer le feu de ses canons et de son aviation, sûr de son impunité. Ces deux rages meurtrières sont complices l'une de l'autre. Israël prend prétexte des roquettes lancées sur son territoire pour semer la terreur à Gaza. Avec un brin de cynisme, on pourrait même dire qu'il entretient cette terreur en affamant par exemple la population de Gaza, qu'il la suscite par mille tracasseries administratives afin de mieux faire parler sa puissance (sans égale au Proche-Orient). On comprend mieux pourquoi certains dirigeants politiques se frottent les mains à chaque roquette tombée sur une habitation d'Israël…
Dans cette logique imbécile — où deux formes de bêtise se font face — on ne peut que souhaiter l'intervention d'un sage, sinon d'un juge. Peut-être est-ce là un défi à la hauteur du nouveau président des Etats-Unis, Barak Obama, qui prendra bientôt ses quartiers à la Maison Blanche? Il en a les capacités et la grandeur d'âme. On lui souhaite, d'avance, bon courage!

09:40 Publié dans Monde | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : israel, hamas, terreur | | |  Facebook