20/02/2015

Barroso à UNIGE : une honte pour Genève ?

images-10.jpegOn connaît la crise que traversent les Universités européennes — et l'Université de Genève n'échappe pas à cette crise : il est de plus en plus difficile de trouver des professeurs de renom ou ayant les compétences d'assurer un enseignement de haute tenue. Est-ce la raison pour laquelle l'Université de Genève (UNIGE) est allée repêcher José-Manuel Barroso, ancien président de la Commission européenne, parti sans gloire de Bruxelles, pour le nommer professeur au Global Studies Institute (GSI), ainsi qu'à l'Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) ?

N'y avait-il aucun autre candidat ? Et pas d'autre choix que cet ancien premier ministre devenu l'ennemi de toutes les forces démocratiques européennes ? 

On se souvient que Monsieur Barroso fut le plus fier et le plus prompt allié de George Bush (père) lorsque les Etats-Unis décidèrent d'attaquer l'Irak. Mais ce n'est pas son seul titre de gloire.

« La vérité sur ce personnage mérite quelques précisions. L’ambassadeur des États-Unis au Portugal à l’époque, Franck Carlucci, dépêché par Washington pour ramener le Portugal dans le droit chemin, n’est pas étranger à la reconversion de Barroso. Agent de top niveau de la CIA, Carlucci manipulait et finançait le MRPP (le Parti du Prolétariat). Il découvrait dans le jeune José-Manuel un talent d’avenir. Sur les conseils de son nouveau protecteur, Barroso adhérait au Parti social-démocrate (PSD) et gravissait tous les échelons de la hiérarchie. Jusqu’au poste de Premier ministre. L’Union européenne peut donc se satisfaire d’avoir eu à sa tête un candidat choisi, formaté et propulsé par la CIA. » (voir article complet ici)

On se rappelle aussi, plus récemment, en tant que président de la Commission européenne, son rôle dans la mise en œuvre d'une politique d'austérité qui a mis le Portugal à genoux, et la Grèce à l'agonie. Sans parler des propos guerriers (et méprisants) qu'il a tenus sur la Suisse, après la votation du 9 février 2014.

Mais Genève n'est pas rancunière. Ou peut-être aime-t-elle à se faire flageller ? 

Elle avait déjà fêté José-Manuel Barroso en 2010, topelement.jpgen même temps qu'Élie Wiesel (mais comment comparer ces deux hommes ?). Elle récidive aujourd'hui en accueillant le Portugais au sein de son alma mater.

Est-ce une gloire ou une honte pour Genève ?

10:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : barroso, unige, genève, cia, commission européenne, suisse | | |  Facebook