25/03/2013

Le cinéma suisse et la méthode Coué

DownloadedFile-1.jpegOr donc, le gratin du cinéma suisse, ses huiles et ses mécènes, se sont réunis samedi soir à Genève pour remettre leurs traditionnelles récompenses, les quartz, équivalents modestes des Oscars et autres Césars. La cérémonie, une fois encore, a davantage tenu de l'autocélébration que de la reconnaissance d'un large public.

Combien de chefs-d'œuvres impérissables le cinéma suisse a-t-il produits l'année dernière ?

Ne levez pas tous la main à la fois !

Les bons films, cette année encore, auront été des documentaires : More than Honey de Markus Imhof, sur la disparition programmée des abeilles, et Hiver nomade, le premier long-métrage de Manuel von Strürler, dont la presse française a dit le plus grand bien (voir ici).

À part cela, rien, ou presque. DownloadedFile.jpegEn l'absence de Jean-Stéphane Bron, Frédéric Mermoud (on avait adoré Complices) ou encore Jacob Berger, les jurés se sont rabattus sur L'Enfant d'en haut de Ursula Meier, fiction au scénario inconsistant et aux dialogues ineptes. Faute de mieux, semble-t-il. Le souffle manque, cette année, aux fictions inspirées du réel ou nourries par l'imaginaire d'un cinéaste habité.

Samedi soir, au BFM, le cinéma suisse s'est rassuré. Alain Berset a même twitté toute la soirée. Plus d'un million de bises ont été échangées. Tout le monde est reparti content.

Ce n'est pas rassurant.


09:30 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cinéma suisse, alain berset, twitter, enfant d'en haut, ursula meier | | |  Facebook