24/04/2009

Êtes-vous jaloux de moi?

images.jpegL'Hebdo, qui ne sait plus comment gagner des lecteurs, et, accessoirement, parler des livres qu'il reçoit mais ne lit pas, a eu l'étrange idée de sonder quelques écrivains romands « mâles » (et pourquoi pas « femelles »?) sur le seul écrivain suisse connu de la rédaction : Jacques Chessex.

La question posée était la suivante : êtes-vous jaloux de Chessex?

Même si la question ressemble à un piège, et qu'elle n'a aucune pertinence, je n'ai pas voulu me défiler. Mais, plutôt que de répondre à l'ultimatum d'Isabelle Falconnier, je tenté de replacer la question dans un contexte plus large, qui n'est pas celui de Chessex (dont la plupart des écrivains et des lecteurs se contrefoutent). Mais bien de la place et de l'intérêt qu'on accorde à la littérature vivante dans certains médias de ce pays (dont L'Hebdo).

Voici donc ma modeste réponse à cette abyssale question : « Plusieurs journaux, en Suisse romande, pratiquent la monoculture, et de manière intensive. Ils piquent, au hasard, dans la riche production littéraire, un ou deux noms qu’ils matraquent à toutes les occasions. C’est un signe de paresse et d’aveuglement. Ainsi se croient-ils dispensés de lire la vraie littérature vivante, qui n’est pas celle des best-sellers (que tout le monde achète, mais que personne ne lit). En outre, en focalisant toute l’attention sur un ou deux noms, ils cherchent à faire croire que toute la littérature se résume à ces deux noms. Autrement dit qu’elle est morte. Ce qui est une tromperie. Jamais, en Suisse romande, la littérature n’a été aussi riche et diverse. Mais on préfère la mono-culture… Sur le chapitre de la jalousie, les écrivains, qui ne sont pas meilleurs que les autres, la connaissent certainement. Mais, pour ma part, à la jalousie j’ai toujours préféré l’admiration. »
D'autres « écrivains mâles » passent aussi à la question : Jean Romain, Blaise Hofmann, Alain Bagnoud et Olivier Sillig. On peut lire leurs réponses dans le dernier Hebdo (gratuit au Salon du Livre).

PS : À ceux (et celles) qui désireraient rencontrer tout ce beau monde, les jaloux et les pas jaloux, les romands et les pas romands, ceux qui s'en fichent et ceux qui ne s'en fichent pas, passez leur dire bonjour aux stands des Éditions de l'Aire (Bagnoud, Béguin, Bimpage, Godel, etc.), aux Éditions Campiche (Sillig, Burri, Bühler, Cunéo, etc), aux Éditions Zoé (Hofmann, Brécart, Layaz,  Barilier, etc) et l'Âge d'Homme (Kuffer, Haldas, Gallaz, Buache et votre serviteur).

10:25 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : chessex, hebdo, olivier, écrivains romands | | |  Facebook

08/04/2009

Dirty money, le film qui tombe à pic

Affiche_723.jpg Comme l'homme du même nom, voici un film qui tombe à pic! Pile poil dans l'actualité, au moment où la Suisse, attaquée de toutes parts, doit admettre les pratiques frauduleuses de ses banquiers et en rabattre sur sa sacro-sainte moralité. Ce devrait être l'occasion, pour beaucoup de monde, de laver le linge sale non seulement en famille, mais sur la place publique. Car ce que le film de Dominique Othenin-Girard, Dirty money, l'Infiltré, nous montre s'est rééllement passé, et se passe encore aujourd'hui.

On sait que ce film coup de poing est basé sur le livre de Fausto Cattaneo,* un flic tessinois intègre et assez fou pour jouer les infiltrés dans les réseaux de blanchiment d'argent lié au trafic de drogue. En particulier avec la Turquie. Sans complaisance, le film montre bien les espoirs et les doutes de l'agent infiltré (Antoine Basler, qui joue en état d'urgence). Lequel, manipulé par un juge ambitieux (Michel Voïta, excellent), doit d'abord se battre contre ses supérieurs hiérarchiques, et une procureur elle aussi ambitieuse, revancharde et sans scrupule (interprétée par Caroline Gasser), qui fait penser à notre Carla (del Ponte, hélas, et non Bruni!).

Haletant d'un bout à l'autre, mis en scène comme une partie d'échecs où tout serait pipé mystérieusement d'avance, le film de Dominique Othenin-Girard a le grand mérite de saisir la question de l'argent sale à bras le corps. Comme un nœud d'alliances et de compromissions, de convoitises, de 41X157ZD4NL._SL500_AA240_.jpgsilences armés, de complicités peu reluisantes. Le rythme est bien sûr soutenu. Le propos, d'abord un peu confus, se clarifie au fil de la narration, et de cette course éperdue pour prendre au piège les trafiquants de drogue, et ceux, chez nous, qui recyclent leur argent. Même si, parfois, on aimerait, de la part du réalisateur, un point de vue plus précis et plus clair, ce film fera date parce qu'il s'attaque aux fondements obscurs de notre opulence, les milliers de millions engrangés dans nos banques non seulement pour qu'ils y soient en sécurité, mais également pour qu'ils y soient blanchis.

Cette grande lessive, Othenin-Girard en démonte patiemment le mécanisme secret et pour une fois qu'un cinéaste suisse saisit l'actualité à bras le corps, il faut lui rendre hommage.

* Fausto Cattaneo, Comment j'ai infilté les cartes de la drogue, Albin Michel, 2001.

11:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cinema, suisse, argent sale | | |  Facebook

06/04/2009

Mardi de l'Encre à la Potinière

L7844.jpgNous avons déjà parlé ici des Mardi de l'Encre organisés par les éditions Encre Fraîche le premier mardi de chaque mois. Le débat, animé par Sita Pottacheruva, tourne autour d'un thème et confronte deux auteurs, généralement très différents. Le thème de ce mardi 7 avril sera le roman noir. J'aurai la chance d'y être invité avec l'écrivain genevois Jean-Jacques Busino (présenté ici), auteur de nombreux (et excellents) polars, parus aux éditions Rivages noir.VMjp.jpg
La soirée commencera à 20h, au restaurant La Potinière (Jardin anglais, derrière l’Horloge fleurie).
Et les débats porteront sen particulier sur La Vie mécène (voir ici l'article de Danier Fattore), paru en 2007, et Le théorême de l'autre, paru en 2000.
Bien sûr, on peut manger sur place, après les débats, la cuisine y est excellente.
Venez nombreux!

19:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

18/03/2009

Un pape criminel

images.jpeg C'est entendu : la religion, dans nos contrées, n'intéresse plus personne. Il y a belle lurette que nous avons évacué croyances, superstitions, magie blanche et magie noire. Pour nous, s'Il existait encore, Dieu est mort à Auschwitz et à Hiroshima. En outre, depuis que l'Homme a vaincu la Nature, exploré l'espace et marché sur la lune, inventé chaque jour de nouvelles techniques, de nouveaux remèdes, de nouvelles formes d'art, la question religieuse semble définitivement réglée. Un livre de Claude Frochaux, L'Homme religieux*, montre combien toute forme de religion est condamnée par les progrès techniques, économiques et sociaux, à disparaître tôt ou tard de nos sociétés.

Sur la terre, un seul homme, aujourd'hui, semble encore y croire (mais y croit-il vraiment?) Vous l'avez reconnu : c'est l'homme sur le balcon, qui dispense à tous les miséreux et les naïfs du monde sa bonne parole : Benoit 16 en personne, Père spirituel et souverain Poncif. Preuve, s'il en fallait encore une, de la déliquescence de l'église (catholique en l'occurrence), notre grand Pape a levé l'excommunication qui pesait sur les prêtres d'Écône. Ce qui a permis au plus brillant d'entre eux, Mgr Williamson, d'exprimer enfin urbi et orbi ce qu'il pensait de l'Holocauste. Qu'on lui apporte des preuves des chambres à gaz, et il est prêt à y croire! Que ceux qui ont péri dans les fours crématoires viennent lui raconter leur calvaire, et il prendra en considération la Shoah…

Mais notre Père à tous ne se contente pas de réhabiliter les criminels de guerre. Il va aussi faire du tourisme en Afrique, dans sa papamobile, pour mobiliser et moraliser les foules de malades et d'indigents qui boivent ses paroles. Ainsi, des milliers de Camerounais enthousiastes — familles au grand complet, enfants des écoles en uniforme, religieuses, orchestres de percussions  — ont fait, l'autre jour, une haie au cortège officiel le long de la route menant de l'aéroport à la nonciature apostolique où Benoît 16 est logé.

Ce n'est pas tout : dans l'avion qui le menait dans la capitale camerounaise depuis Rome, le pape a estimé que l'« on ne pouvait pas régler le problème du sida », pandémie dévastatrice en Afrique, « avec la distribution de préservatifs. Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème » a-t-il affirmé. On savait le Vatican opposé à toute forme de contraception autre que l'abstinence, mais réprouver ainsi l'usage du préservatif, même pour des motifs prophylactiques (prévention de maladies), constitue un pas de plus dans la dérive criminelle d'une église de plus en plus déphasée et coupée de toute réalité. À quelle époque vit donc Benoît 16? Le Moyen Âge? Le Préhistoire?

L'Afrique est le continent le plus pauvre du monde. C'est le seul continent, aussi, où le nombre de fidèles augmente chaque année (3% de plus en 2007). De là à penser qu'il est dans l'intérêt de l'église de maintenir l'Afrique le plus longtemps possible dans l'état de pauvreté, de maladie et de détresse qu'elle connaît actuellement, afin de grossir les rangs d'une Eglise qui ne cesse de oerdre du terrain, il n'y a qu'un pas. Que notre benoît pape — même s'il ne l'avouera jamais — se montre prêt à franchir chaque jour.

* Claude Frochaux, L'Homme religieux, L'Âge d'Homme, 2008.

09:40 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : benoit xvi, afrique, religions | | |  Facebook

16/03/2009

Les deux visages du socialisme

images.jpeg La Parti socialiste suisse — comme le capitalisme d'ailleurs ! — traverse une crise sans précédent. Habitué, presque partout, à être dans l'opposition, le rôle qui lui convient le mieux, il joue, en Suisse, le jeu de la concordance. C'est-à-dire du compromis, du politiquement correct. Du Juste Milieu. Il rejette dans ses marges toutes celles et ceux qui ne correspondent  pas à la pensée dominante du moment, qui bien sûr est unique.

Les femmes illustrent à merveille ce dilemme douloureux : d'un côté, il y a Maria Roth-Bernasconi, mamy sympathique et bien-pensante, mariée et mère de famille, comme il se doit, qui n'a certes pas inventé le fil à couper le beurre, mais qui est de tous les débats et de tous les combats pour nous asséner ses vérités carrées, reine du poncif et des platitudes, incarnation du socialisme plan-plan. De l'autre, vous l'avez reconnue, il y a Valérie Garbani, la bad girl neuchâteloise, célibataire, libre de mœurs et de pensée, ayant un certain penchant pour le heavy metal et la bouteille, souvent les deux en même temps d'ailleurs, conseillère municipale compétente, tout le monde le reconnaît, mais ayant un peu de peine à supporter la pression médiatique, surtout depuis qu'un journal de boulevard vitaminé l'a prise comme tête de Turc.images-1.jpeg

Voilà, aujourd'hui, le dilemme des socialistes suisses : devoir choisir entre Courtney Love-Garbani et la Mère Denis-Bernasconi… Laquelle des deux lave le plus blanc (Ah ! C'est bin vrai, ça)? Laquelle incarne le mieux l'idéal sinon révolutionnaire (il y a belle lurette que ce mot a disparu du vocabulaire politique), du moins de révolte et de contestation cher aux fondateurs du PS ? Laquelle des deux est la plus en phase avec la société d'aujourd'hui (et ses problèmes) ?

Grandeur et décadence du PS : en son sein ne règnent plus que les mères de famille (si possible nombreuse), les sociaux-démocrates en cravattes, les gentilles sages-femmes, les syndicalistes recyclés, les nouvelles girouettes de la pensée unique, les inventeurs de platitudes…

Où est le temps de la révolte et des cerises? Le temps des rêves (un peu) fous ? Ah ! Où sont passées les égéries indomptables de notre jeunesse ?

 

11:25 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : garbani, socialisme, roth-bernasconi | | |  Facebook

13/03/2009

Petit éloge des journaux

images.jpegMa mère ne lit pas les journaux. Mon père ne lisait pas de livres. En revanche, il dévorait tles quotidiens. Il commençait par les pages sportives, souvent dans le deuxième ou le troisième cahier, pour remontait inexorablement vers les pages suisses, puis internationales. En s'arrêtant longtemps sur les avis mortuaires, sur lesquels il était imbattable. Comme, d'ailleurs, sur les derniers résultats sportifs.

Au fil des ans, lui qui était un fidèle lecteur de La Suisse, s'abonna à La Tribune de Genève, ce qui était pour lui une sorte de promotion sociale. Tout en épluchant chaque jour le quotidien de la rue des Savoises, comme il l'avait toujours fait. En attendant la sortie, chaque semaine, mercredi ou jeudi, de La Semaine sportive, qui lui apportait un supplément d'informations sur ses clubs de foot préférés, Lausanne Sports ou Servette…

Que lirait-il aujourd'hui, alors que presque tous les journaux qu'il chérissait ont disparu? Les gratuits? Certainement pas. Le Temps ou 24Heures, peut-être. La Tribune, certainement. Même si, depuis une semaine, ces titres si profondément ancrés en terre romande ont désormais un petit accent zurichois, puisqu'Edipresse a été racheté par le groupe de presse alémanique Tamedia. Lequel jure, par tous les dieux du ciel, que les quotidiens romands survivront à cette nouvelle « fusion », et même prospéreront sous sa gouverne. On ne peut que le souhaiter vivement. En ces temps de crise, seuls les mastodontes ont des chances de survie (encore que l'exemple des dinosaures, qui régnaient sur la terre sans partage avant de disparaître totalement, ne soit pas de très bon augure…).

La presse écrite doit faire face à une concurrence de plus en plus rude de la part des radios, comme des télévisions, et des médias électroniques. Chacun se bat pour conserver sa part de publicité. C'est la loi du marché, c'est-à-dire de la jungle. Les petits se font dévorer par les grands. La preuve, une fois encore, que le libéralisme sauvage ne règle rien, et n'a pas d'états d'âme. Edipresse a été englouti par Tamedia. Un ou plusieurs titres vont disparaître bientôt de la scène médiatique. Chez l'autre grand éditeur suisse, Ringier, l'Illustré se frotte les mains, tandis que L'Hebdo se demande ce qu'il va devenir. Certains parlent même de supprimer le titre cette année…

Chérissons nos journaux — ces petits miracles de travail collectif et quotidien — qui nous apportent le monde sur un plateau : mais un monde illustré, commenté, éclairé de manière souvent originale et passionnante. Lisons-en un, deux, trois par jour. Pas de limite à l'addiction. Beaucoup de titres, en Suisse romande, ont disparu depuis vingt ans. D'autres les ont remplacés. Bien sûr, on peut regretter La Suisse ou Le Journal de Genève. Ils appartenaient à une époque où Genève était encore une ville puissante et rayonnante. Les centres de décision se sont ensuite déplacés à Lausanne, dans la tour Edipresse. Aujourd'hui, c'est à Zurich que le destin des quotidiens romands va se jouer.

Oui, chérissons nos journaux parce qu'ils font partie de nous. Ils nous parlent, comme ils savent lire, en nous, ce qui nous regarde et qu'on ne voit pas toujours. Parce qu'ils célèbrent le lien social et constituent, peut-être, le dernier lieu commun où les hommes se rencontrent, échangent, discutent. Parce qu'ils nous tendent un miroir qui nous permet de mieux saisir ce qui nous constitue, et que le monde. d'ordinaire, s'ingénie à nous cacher.

 

10:40 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, suisse, crise | | |  Facebook

09/03/2009

La cinéma suisse fait la fête

images.jpegAllons, ne faisons pas la fine bouche: le cinéma suisse, pour modeste qu'il soit, mérite bien une fête, et des quartz! Grâce à Nicolas Bideau — détesté des cinéastes comme seul le Diable peut l'être des fidèles — nous avons, nous aussi, notre remise des Césars ou des Oscars. À quelques différences près, tout de même. Alors que les théâtres parisiens ou hollywoodiens paraisssent trop petits pour accueillir toutes les stars en lice, la salle zurichoise qui a accueilli la remise des quartz samedi dernier paraissait bien trop grande. C'est pourquoi, heureusement, on avait multiplié les invitations de personnalités politiques, sportives, médiatiques qui ont rempli l'espace, si modeste, des artisans du cinéma lui-même.

Mais passons. À défaut de stars, le cinéma a fait la fête à quelques films tout à fait honorables. Home, de Ursula Meier, a raflé plusieurs prix, amplement mérités. La genevoise Céline Bolomey a reçu un quartz pour sa performance dans le film de Vincent Pluss, Du bruit dans la tête, œuvre déjà disparue de l'affiche et bientôt oubliée. Quant au prix d'interprétation masculine, il a été attribué à Dominique Jann, un des personnages principaux de Luftbusiness de Dominique de Rivaz, dont la carrière en salle a été brève et modeste.

Comme on le voit, le cinéma suisse a beaucoup de chance : il a déjà un patron honni et adulé (Nicolas Bideau), il a aujourd'hui sa cérémonie officielle. Il ne manque plus que les films et les stars…

Soyons honnêtes : quand on va voir le dernier Gus Van Sant (Milk) ou le dernier film du vétéran Clint Eastwood (Gran Torino), ou encore Doubt ou L'étrange histoire de Benjamin Button, on se rend compte qu'il y a encore pas mal de pain sur la planche.… Même s'il est ridicule de comparer des films aux budgets totalement disproportionnés, on peut tout de même remarquer le fossé qu'il reste à franchir pour que notre cinéma s'ouvre au monde, et touche un plus vaste public. À partir de personnages ordinaires, le cinéma américain (par exemple) fait des figures quasi-mythologiques, trace des destins, brasse les thèmes les plus vastes et variés de la condition humaine. Pour cela, il s'appuie d'abord sur d'excellents scénaristes, sur de bons réalisateurs et des acteurs souvent géniaux qui n'hésitent pas à composer un personnage de toute pièce, au lieu de jouer perpétuellement le même rôle (Isabelle Huppert, Depardieu, etc.). Autrement dit, il n'a pas peur de se frotter au monde tel qu'il est, dans sa tragique beauté. Il n'a pas peur, non plus, de ses moyens, de ses artifices, de sa démesure.

Encore un effort, donc, et le cinéma suisse, qui a déjà un directeur charismatique et une cérémonie, pleine de strass et de stress, pourra briller au firmament du 7ème art mondial!

10:52 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma, quartz, suisse, home | | |  Facebook

25/02/2009

Un film vertigineux

images.jpeg Hollywood a fait son cinéma, dans la nuit de dimanche à lundi, et distribué ses oscars. Rires et larmes.  Cris de rage. Déceptions. Polémique. Rien que de très habituel. Pour un peu, on se serait cru aux Journées du cinéma suisse de Soleure! Manquait juste Nicolas Bideau…

Le beau film de Danny Boyle, Slumdog millionnaire, a presque tout raflé. Au détriment de l'autre grand favori, L'étrange histoire de Benjamin Button, avec Brad Pitt et Cate Blanchett, qui n'a eu que des miettes. Certains ont crié à l'infamie et à la trahison. D'autres ont parlé de « pornographie de la misère » à propos du film de Boyle qui, comme on l'a dit ici, se passe pour l'essentiel dans les bidonvilles de Bombay. Les critiques de cinéma aiment toujours à s'échauffer pour rien…

Mais revenons au perdant et disons-le tout net: il faut aller voir cette Etrange histoire de Benjamin Button, réalisé par David Fincher, qui est un film admirable. D'abord par le scénario, impeccable, tiré d'une nouvelle de Francis Scott Fitzgerald. Preuve qu'un grand film repose toujours sur un grand scénario. Et que le meilleur scénariste et dialoguiste est encore un écrivain! Si seulement les cinéastes français (et romands) pouvaient s'en inspirer ! Ensuite par l'interprétation de Brad Pitt, acteur convenable, sans plus, transfiguré ici par son rôle de BB, vivant sa vie à l'envers, vieillard à la naissance et nouveau-né au moment de mourir. Que dire aussi de Cate Blanchett qui illumine l'écran à chacune de ses apparitions, joue juste et bien, confère une bouleversante profondeur à son personnage de danseuse, vivant, pour sa part, une vie à l'endroit. Par la réalisation, enfin, à la fois souple et nette, rythmée et surprenante, de David Fincher, qui donne là son plus beau film.

Mais l'histoire, me direz-vous, n'est-elle pas un peu fort de café? Ce destin à l'envers, ce vieillard vagissant, ce bébé qui meurt à 80 ans, qui peut vraiment y croire?

Eh bien, si le film met du temps à déployer ses sortilèges, figurez-vous qu'on y croit. C'est la magie du cinéma américain,qui nous fait souvent avaler les plus grosses couleuvres. Ce destin renversé, renversant, cette vie qui commence par la fin, nous fait réfléchir au sens du temps. Il ébranle nos bonnes vieilles habitudes de pensée, nous qui sommes captifs du temps des horloges, linéaire, régulier, implacable. Or ce temps des horloges n'est qu'une convention humaine comme une autre (la monnaie, le calendrier, etc). Arbitraire, artificielle. Sans doute calqué sur le rythme biologique de l'homme qui va de sa naissance à sa mort. Or il existe un autre temps. Des autres temps. Le film nous invite à les explorer. Comme il nous invite à nous interroger sur les temps parallèles, synchrones ou séparés. Vivons-nous tous le même instant en même temps? Chacun ne vit-il pas sa propre temporalité? Sommes-nous d'ailleurs toujours synchrones avec nous-mêmes?

La scène la plus vertigineuse du film advient quand les deux protagonistes, Brad et Cate, qui se sont croisés plusieurs fois sans jamais se rencontrer vraiment, s'aperçoivent qu'ils ont presque le même âge. Mais que cet instant magique, unique, ne va pas durer. Et que le temps lui-même va les séparer, irrémédiablement, puisque Benjamin va rajeunir, tandis que Daisy prendra chaque jour quelques nouvelles rides. L'amour n'est pas synchrone, même s'il est réciproque. Une faille, toujours, creuse le temps, qui n'a pas la même valeur pour chacun d'entre nous. C'est peut-être pour cette raison que nous ne savons pas aimer comme nous aimerions aimer…

* L'Étrange histoire de Benjamin Button, de David Fincher, avec Brad Pitt, Cate Blanchett, Julia Ormond.  Actuellement dans les salles de Suisse romande.

11:18 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, brad pitt, cate blanchett, oscars | | |  Facebook

02/02/2009

Hommage à Mouduneux

images.jpeg

Rendons hommage, une fois n'est pas coutume, au magistrat le plus charismatique de Genève, grand amateur de pipes et fidèle adepte de l'adage selon lequel « mieux vaut ne rien faire que tenter le diable », qui s'est encore une fois illustré, ce samedi, en mobilisant, dans la vieille-ville transformée en camp retranché, près de 1300 policiers pour endiguer la violence (forcément…) aveugle d'une poignée de manifestants. Coût de l'opération : 1,5 millions de francs. Est-ce cher payé pour dormir sur nos deux oreilles?

« Avocat besogneux, il avait, au grand bonheur de ses clients, renoncé au prétoire pour s’occuper d’une association de locataires. Comme il n’était jamais à son bureau, préférant aller à la pêche ou fumer une bonne pipe, il fit peu de dégâts. Sans doute est-ce la raison pour laquelle un groupement politique l’inscrivit sur sa liste pour les futures élections. Un ténor du parti tomba malade. La pasionaria des causes féministes dut renoncer à son mandat à la suite d’une plainte pour harcèlement sexuel déposée contre elle par l’une de ses secrétaires. Le numéro trois disparut du pays, abandonnant femme et enfants, et laissant derrière lui une ardoise de plusieurs millions de francs.
Pour Mouduneux, tête de liste malgré lui, la voie était brusquement libre.
Il fut élu, prit possession de son bureau Téo Jacob et s’empressa de reprendre ses anciennes habitudes.
Ne rien faire, surtout, et attendre.
Cela ne dura pas longtemps. Élias le contacta, lui présenta un ambitieux projet de construction de logements à la frontière franco-genevoise et déploya toute son énergie pour le convaincre d’y souscrire. Mais l’autre, tirant comme un malade sur sa pipe d’écume, était plus coriace que prévu. Dans les semaines qui suivirent, il revint à la charge plusieurs fois. Il fit valoir les nombreux postes de travail créés (Genève connaissait alors le taux de chômage le plus élevé de Suisse), le grand nombre de logements (dans un canton frappé de pénurie) et l’ouverture transfrontalière qu’un tel projet allait favoriser.
Fidèle à sa légende, la pipe vissée entre les dents, Mouduneux resta inébranlable. Car au moment de s’engager, considérant les risques du projet et les jalousies politiques qu’il n’allait pas manqué de susciter, il préférait ne pas tenter le diable. »
Extrait de La Vie mécène, roman, l’Âge d’Homme, 2008.

10:35 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moutinot, pipe, politique, genève | | |  Facebook

30/01/2009

Candide à Davos

images.jpegComment va le monde? Qui le dirige? Comment survivre au milieu des mensonges et des crimes?

Pour répondre à ces questions, il faut relire Candide, le conte philosophique que Voltaire, l'homme aux 200 pseudonymes, publia en 1758. Si l'on veut comprendre le monde contemporain, rien n'est plus édifiant : les guerres absurdes, l'injustice, l'exploitation de l'homme par l'homme (et de la femme par l'homme), les rêves utopiques, etc. Remplacez le fameux « optimisme » prêché par Pangloss, le philosophe borgne, par « mondialisation » ou « libéralisme », et vous aurez tout compris. Après Rousseau, mais avant tous les autres, Voltaire avait mis le doigt sur les défauts du système, et les mensonges qui cherchent à les dissimuler.

On peut voir actuellement, au Théâtre de Carouge, une adaptation de Candide, écrite par l'écrivain genevois Yves Laplace et mise en scène par Hervé Loichemol. Même si le résultat n'est pas très convainquant (texte plat et mise en scène ampoulée), la pièce trop longue et la distribution extrêmement inégale, Candide est toujours d'actualité parce qu'il dénonce les machinations idéologiques qui essaient de nous aliéner.

L'une d'elles s'appelle le WEF, ou World Economic Forum. Elle se tient à Davos depuis près de trente ans et ressemble tout ce que le monde compte de « puissants » et de « décideurs ». Tout ce petit monde devise, plus ou moins poliment, autour d'une tasse de thé, des problèmes des autres. Cette année, c'est la crise financière, que tous ces hommes et ces femmes doués de pouvoirs extralucides n'ont bien sûr pas vu venir (mais qu'ils ont certainement contribué à provoquer). À quoi servent-ils? demanderait Voltaire. À rien. Quel sens donner à leurs discours, si semblables aux longues péroraisons de Pangloss, docteur en métaphysico-nigologie? Aucun, bien sûr. Alors pourquoi se réunissent-ils ainsi chaque année? Voltaire dirait sans doute qu'il s'agit d'une sorte de thérapie collective : les puissants se réunissent pour oublier leurs crimes (la Géorgie, la bande de Gaza) et sceller leur alliance. Qu'une meute hurlante de journalistes les accompagne chaque jour ne change rien à l'affaire. Ils peuvent dire n'importe quoi (ils ne s'en privent pas d'ailleurs) puisque leurs paroles, répercutées dans le monde entier, n'ont aucun poids, aucune incidence sur le monde réel, comme les discours admirablement vides du docteur Pangloss…

Oui, pour comprendre l'imposture du monde actuel, relisez Candide — et Le Monde comme il va, et Micromégas et L'Ingénu ! Relisez aussi La Plaisanterie de Milan Kundera. Et La Tache de Philip Roth. Si les hommes politiques lisaient davantage de littérature, ils n'auraient pas besoin d'aller faire de la figuration dans les neiges davosiennes.

10:35 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : candide, davos, wef, théâtre | | |  Facebook

21/01/2009

La Suisse fait son cinéma

images.jpegAlors que les États-Unis fêtent avec panache leur nouveau président, dans un show très hollywoodien (avec quelques guests stars comme Dustin Hoffman, Leonardo di Caprio, Bruce Springsteen), la Suisse fait son cinéma à Soleure. Bien sûr, cela n'a rien à voir : c'est modeste, discret, plein de rancunes et de rancœurs, d'obscurs metteurs en scène et d'éphémères starlettes. Comme on le rappelle à l'envi, le cinéma suisse a connu ses heures de gloire dans les années 70-80, autour de la brillante équipe des Tanner, Goretta, Soutter et autres Yersin. Depuis, il cherche un second souffle. Et surtout un patron, réclamé cependant par toute la profession. Ce patron a été nommé : il s'agit de Nicolas Bideau, fils de. En quelques années, Bideau a réussi à décupler le budget alloué au cinéma par la Confédération, qui reste le principal pourvoyeur de fonds du 7ème art en Suisse. Il a voulu aussi mettre en place une nouvelle politique du cinéma (réclamée par tous les réalisateurs) en misant sur certains films davantage « grand public » que les films suisses traditionnels. À ce jeu-là, il a connu de belles réussites (Eugen, Vitus, Grounding, Home) et quelques échecs (Max & Co). Plusieurs réalisateurs ont saisi ce prétexte pour réclamer la tête de Nicolas Bideau : trop autoritaire, trop bavard, pas assez suisse. Après avoir supplié qu'on leur donne un père, ils veulent maintenant l'abattre. C'est de bonne guerre. Prisonniers de leur autisme, ils ne veulent pas quitter leur petite marge où ils règnent en maîtres. Vincent Plüss vaut-il mieux que Freddy Murer? Le noir et blanc de Lionel Baier fait-il oublier celui de Tanner ou de Godard? Notre cinéma est-il exportable ou ne doit-il s'adresser qu'à ceux qui le subventionnent? Vastes questions. La grogne qui règne à Soleure montre bien qu'il y a un débat. Tant mieux. C'est la preuve que le cinéma suisse est encore vivant. Mais à force de vouloir tuer le Père (grande gueule comme Jean-Luc), ceux qui mènent la fronde risquent un jour de  se retrouver orphelins, sans moyens, sans famille, sans personne à qui adresser leurs jérémiades. Ce jour-là sera vraiment dramatique. Il signera la mort du cinéma suisse.

10:18 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma, suisse, bideau | | |  Facebook

28/11/2008

La TSR peut faire mieux (ter)

images.jpeg
Aux dernières nouvelles, nos quatre Genevois des Petits déballages entre amis ont réussi leur coup : avec près de 150'000 spectateurs (soit 28% de taux d'audience), ils ont largement rempli leur contrat. La TSR doit être contente. Et surtout Gilles Marchand qui ne pense que chiffres, taux de pénétration, impact publicitaire, etc.
Franchement, cela nous réjouit. Comme est réjouissante l'annonce d'une seconde saison, elle aussi composée de 12 épisodes, qui devrait être tournée l'été prochain en vue de la rentrée 2009. Car on ne le dira jmais assez: c'est un grand plaisir de voir sur le petit écran quelques-uns des meilleurs comédiens de Suisse romande : la lumineuse Barbara Tobola, le fils-à-maman Laurent Deshusses, l'excellent Julien Georges (que l'on peut découvrir, ces jours-ci, dans la très belle Disparition de Suzy Certitude, au Théâtre du Loup, à Genève), la mutine Isabelle Caillat, etc.
On se réjouit déjà de retrouver cette joyeuse bande en septembre. Mais, de grâce, que notre TSR engage de vrais dialoguistes, ude vrais scénaristes, des réalisateurs dignes de ce nom! Sans voulolir à tout prix prendre exemple sur ce qui se fait à l'étranger (les séries américaines ont des moyens qui défient toute concurrence), regardons tout de même en France, par exemple. Voilà un pays qui a su remplacer ses séries vieillissantes des années 80 (Julie Lescaut, Navarro, Commissaire Moulin) par de nouvelles séries drôles, vives, ouvertes sur le monde moderne, pleines d'invention. Regardez par exemple Clara Sheller, sur France 2 : c'est enlevé, mordant, plein d'esprit (« dans les relations amoureuses, les hommes empilent et les femmes font disparaître ! »). Non seulement les comédiens sont bons, mais ils s'appuient sur une « bible » solide, les dialoguent sont rebondissent, la réalisation est inventive…
Alors, chère TSR, encore un effort! Osez la nouveauté, l'invention, la surprise! Quittez la télé de papa ! C'est très bien de faire appel aux comédiens romands, mais faites appel aussi aux scénaristes, aux écrivains, aux réalisateurs (Bron, Berger, Ursula Meier, etc.) romands! Ces Petits arrangements n'en seront que plus attrayants et réussis!
 

09:11 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision, séries, suisse romande | | |  Facebook

23/11/2008

Le comble du vide

images.jpegÀ quoi sert l’art contemporain ?
— À rien ! vous répondront, d’une même voix, ses détracteurs et ses thuriféraires.
Pour les premiers, l’art ne sert à rien parce qu’il est inutile, il coûte cher, il ne remplit aucune fonction sociale. C’est à peine s’il procure un semblant de plaisir — et encore est-ce un plaisir rare et honteux. Pour les seconds, l’art ne sert à rien non plus : il est indépendant du monde comme des modes, des marchés financiers, des soucis politiques. Coupé de tout, il évolue désormais en vase clos, se nourrit de ses multiples reflets, jouit de son inanité sonore ou visuelle comme si elle était un gage suprême d’affranchissement.
Il y a vingt ans (voir ici l’article de Jean-Louis Kuffer), Jeff Koons exposait à Lausanne des sérigraphies sur lesquelles on voyait l’artiste éjaculer sur le derrière de sa femme (la fameuse Cicciolina). Cette bagatelle se négociait autour des 50'000 dollars. Ce qui fait cher, vous en conviendrez, la goutte de liqueur séminale…
Aujourd’hui, l’art atteint des sommets dans sa quête du néant. Grâce à Sylvie Fleury et Miguel Barcelo, il touche même au comble du vide. Tout le monde sait (car les meilleures gazettes l’ont rapporté) que la première expose au Mamco de Genève ses shopping bags, ses Dog Toys géants et, sur de splendides présentoirs, des chaussures de marque qu’elle n’a portées qu’une seule fois. « Avec de faux Mondrian en fourrure synthétique, avec des slogans tirés de publicités, sortes de pensées ready-made – BE GOOD, BE BAD, JUST BE ou YES TO ALL qui parodient la série Art as idea as idea de Joseph Kosuth  – , Sylvie Fleury crée des ponts entre l’histoire des formes modernistes et le système de la mode » nous explique, fort heureusement, un critique.
5716a71.jpgSur l’autre rive du lac, dans le prestigieux Palais des Nations, on a inauguré mardi, en présence de 750 invités (dont le roi Juan Carlos d’Espagne) et en grande pompe, une œuvre qui décore le plafond de la toute nouvelle salle des Droits de l’Homme. Due au talent du célèbre artiste Miguel Barcelo, cette fresque en trois dimensions représente, sous la forme de stalactites de couleur peintes au karcher, le monde dans sa diversité multiculturelle. Pour être d’une rare laideur, l’œuvre n’en a pas moins coûté près de 20 millions d’euros. Son financement ressemble au règlement de la crise des subprimes. Des entreprises privées ont fourni 60% de l’argent. Le reste est sorti du budget du ministère espagnol des affaires étrangères, dont une partie est débitée du compte destiné à l’aide au développement des pays pauvres…
Comme on le voit, le vide n’a pas de prix. Qu’il s’agisse d’escarpins Dior ou de sacs Chanel, de giclures colorées imitant l’intérieur d’une fausse grotte, il se vend bien et a pignon sur rue. Ce qui n’est pas très rassurant…
Peut-être faut-il souhaiter, comme dans le cas des subprimes, une manière de tsunami artistique, comparable à la révolution impressionniste ou aux débuts de l’abstraction, qui ferait table rase de tous les imposteurs et permettrait à l’art (ce qu’il en reste) de rejaillir sous d’autres formes, ailleurs, et sur d’autres bases ?

16:25 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : art contemporain, sylvie fleury, barcelo | | |  Facebook

17/11/2008

La télé de papa

images.jpegDes lecteurs me reprochent ma sévérité excessive au sujet de la nouvelle série produite et réalisée par la TSR, Petits déballages entre amis (voir ici). Quoi? Pour une fois que notre télévision se lance dans quelque chose de nouveau… Pour une fois qu'elle offre aux comédiens romands une occasion de montrer leur talent, eh bien vous, vous les flinguez sans sommation!
Précisons alors notre pensée.
Tout le monde le sait : depuis qu'elle est dirigée par un pur gestionnaire (Gilles Marchand), la TSR, obsédée par ses « parts de marché », a abandonné aux autres chaînes toute ambition culturelle, toute émission sportive digne de ce nom (il suffit de lire l'édifiant ouvrage que Bertrand Duboux vient de publier aux éditions Slatkine*) et, enfin, toute forme de fiction originale.
Mais alors, ces Petits déballages, n'est-ce pas une fiction créée par la TSR?
Bien sûr que oui. Sur ce point, nous applaudissons des deux mains. C'est en produisant de telles séries que la TSR remplit sa mission de service public — ce qu'elle ne fait pas souvent…
C'est ailleurs que le bât blesse. Dans la conception de la série, son scénario, ses dialogues, sa réalisation, tous pareillement bâclés ou empreints d'amateurisme. À qui doit-on le concept de la série, ses dialogues inoubliables, son scénario en acier trempé ? À deux vieux de la vieille : Gérard Mermet et Alain Monnet (qui se cachent sous les pseudonymes d'Alain Bolet et Gérard Mérou). Auteurs, entre autres, des Pique-Meurons, feuilleton familial sympathique qui embauchait une ancienne miss Suisse et une future terroriste écolo… Mais passons. On comprend mieux alors pourquoi le bât blesse: au lieu de faire appel à de nouveaux talents, à de nouvelles idées, la TSR se rabat sur les vieilles recettes (qui ne font plus recette). On nous sert une série qui sent le réchauffé, patauge dans les clichés nauséabonds (« Michel est pédé? Non! Pas possible… »), multiplie les incohérences. Autrement dit : ces Petits déballages (au niveau de la conception et de la réalisation) relèvent de la télé de papa. Des dialogues sans queue ni tête, une réalisation à l'emporte-pièce. Une conception complètement dépassée de la série télé, comme si ses auteurs ne regardaient jamais les autres chaînes…
On savait que la TSR ressemblait à un vieux cargo soviétique enlisé dans les sables de la Baltique : cette nouvelle série, hélas, le prouve encore une fois.
Mais répétons-le: embarqués dans cette galère, les comédiens n'y peuvent rien. Quand on leur laisse exprimer leur talent, ils excellent. Le problème, c'est qu'ils en ont rarement l'occasion. Qu'une comédienne aussi lumieuse que Barbara Tobola soit ainsi réduite à un rôle de « prof coincée » est déplorable, comme est déplorable le rôle d'inspecteur joué par Philippe Matthey (qui traîne son spleen) et celui de dentiste bi joué par Marc Money-Doney qui enfile les clichés…
Encore un effort, chère TSR! Plutôt que de servir une énième resucée des vieux feuilletons éculés, essayez l'invention, l'originalité, la jeunesse! Faites confiance aux nouveaux talents. N'ayez pas peur de nous surprendre…
*Chroniques d'un insoumis, Éditions Slatkine, 2008, 128 p.

10:15 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : télévision, fiction, petits déballages | | |  Facebook

05/11/2008

La revanche des purs

images.jpeg L'élection de Barack Obama, cette nuit, à la Présidence des Etats-Unis d'Amérique, est réjouissante à plus d'un titre. C'est la victoire, on l'a dit, d'un homme simple et ordinaire, encore parfaitement inconnu il y a deux ans : l'incarnation, si chère à nos amis états-uniens, du puissant rêve américain. C'est aussi la victoire de l'espoir et du changement après huit années d'enfer bushien – et le monde a besoin d'espoir. C'est enfin l'entrée en scène, officielle et en grandes pompes, du peuple noir, et pas n'importe où : à la Maison Blanche! Ce peuple à qui l'on ne doit pas seulement les génies du basket ou du jazz, mais aussi de la religion, du cinéma et maintenant de la politique…
Mais il me semble que cette élection, en ces temps où finance et politique dansent une valse nauséabonde, prend encore un autre sens. Obama, on le sait, est un homme du Middle West. Grâce à lui, c'est la victoire de Chicago, la ville aux quatre vents, sur Los Angeles et New York, les Sodome et Gomorrhe de l'Amérique. C'est la revanche des purs sur les miasmes de Wall Street et les rêves de pacotille d'Hollywood. C'est la leçon des gens ordinaires, intègres, travailleurs, anonymes, sur l'obsession du profit et de l'argent facile. Grâce à lui, les États-Unis d'Amérique vont enfin redevenir aimables et fréquentables. Ce n'est pas rien, avouez-le, après Guantanamo et Abu Graïb! Nous allons pouvoir retourner dans ce pays légendaire sans honte, ni remords, et vivre à notre tour le rêve américain.
Décidément, en cette aube brumeuse, que des bonnes nouvelles!

10:01 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : obama, chicago | | |  Facebook

03/11/2008

La TSR peut faire mieux (bis)

images-1.jpgEnfin, la TSR s'intéresse à la culture! Après des années de néant, notre télévision prend en compte son cahier des charges et nous propose une vraie émission culturelle. Avouez qu'il y a de quoi rêver…

Cette fois-ci, c'est le journaliste Michel Zendali (ex-Hebdo, ex-Matin dimanche, ex-Liberté) qu'on envoie à la mine. Son émission s'appelle « Tard pour bar » et porte bien son titre. Elle se situe en fin de soirée (ah! la TSR est courageuse, mais pas intrépide…) et son décor est le bar d'un cinéma désaffecté de Lausanne. Le concept de l'émission? Une première partie constituée d'un débat, puis une longue interview d'un « acteur culturel », le tout ponctué d'interventions d'une DJ fébrile, d'un barman bavard et de quelques chroniqueurs, plus ou moins inspirés.

Le résultat? Intéressant, mais comme toujours à améliorer…

Le débat, tout d'abord, passionnant, animé, autour du beau projet de nouveau Musée des Beaux-Arts que la ville de Lausanne (décidément toujours en avance d'une idée) veut construire à Bellerive. Même si ce débat ne réunissait aucun artiste, mais seulement des politiques (!), même s'il était simplement calqué sur les débats routiniers d'Infrarouge, l'idée est bonne, et l'on se réjouit des prochaines discussions autour d'un sujet culturel. Intéresssant était aussi l'entretien, au zinc du bar, entre Zendali et son invité, le metteur en scène colombien Omar Porras, personnalité attachante et chaleureuse, qui défend si bien un théâtre vivant et inventif.

Le reste? Anecdotique. Comme les interventions, brouillonnes, de la DJ chargée de relancer les débats (?) ou celles des chroniqueurs et -euses, crispées et crispantes. On passera rapidement sur le coup de fil, pour le moins laborieux, à Pierre Keller, chargé de chroniquer, pour la semaine prochaine, un « event » culturel, pour relever la performance, trop courte et mal présentée, du chanteur genevois Fauve qu'on aurait aimé mieux connaître.

Au final, une émission encourageante, pour une fois, qui devrait faire la part belle, à l'avenir, aux personnalités culturelles de Suisse romande (jeudi dernier, nous n'avons eu droit qu'à une brochette de people). N'oublions pas, pourtant, que les « artistes », ici comme ailleurs, n'existent que par les œuvres qu'ils produisent et, mis à part la belle chanson de Fauve, ces œuvres étaient curieusement absentes de l'émission. Mais Michel Zendali va certainement redresser le cap…

* Tard pour bar, tous les jeudis vers 22h30, sur la TSR. 

09:42 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : télévision, culture | | |  Facebook

31/10/2008

La TSR peut faire mieux

images.jpeg On attendait avec beaucoup d'impatience ces « Petits déballages entre amis *». Ce n'est pas tous les jours, en effet, que notre TSR se lance dans la production et la réalisation d'une nouvelle série. On se souvient de « Bigoudi », des « Pique-meurons », de « Paul et Virginie », des « Gros Cons ». Tout cela est déjà ancien. Mais aujourd'hui, avec les « Petits déballages… », la TSR veut frapper un grand coup, et répondre définitivement aux critiques qui prétendent qu'il ne se passe rien de nouveau, ni d'intéressant, dans le domaine de la fiction, sur cette chaîne nationale…
D'abord, il faut dire le plaisir, immense, de retrouver, dans une série télévisée, une équipe de comédiens romands magnifiques. On les connaît bien sûr grâce aux scènes de théâtre. Mais la télévision offre à leur talent une autre visibilité. Julien George est excellent dans son rôle de faux dur, Laurent Deshusses est semblable à lui-même, c'est-à-dire épatant, Barbara Tobola est une comédienne lumineuse. Caroline Gasser (« D'accord! ») est parfaite, comme l'inspecteur Philippe Mathey ou l'acheteuse de 4x4 Caroline Cons. Seule erreur de casting : Marc Donet-Money, inexpressif à souhait, qui n'arrive pas à donner à son personnage d'homo coincé une quelconque vraisemblance.
Bref, les comédiens sont excellents. Ce n'est pas là que le bât blesse.
Mais le scénario… Mais les dialogues… Mais la réalisation!…
En ces temps de globalisation, le télespectateur lambda (vous, moi) a accès à tous les programmes de toutes les chaînes du monde, même les plus navrantes. Il peut donc comparer. Et si l'on prend les meilleures séries TV du moment (Nip Tuck, Desperate Housewives et surtout Six Feet Under, le chef-d'œuvre absolu), force est de constater que nos « Petits déballages » sont désolants. Pourquoi? Les faiblesses principales sautent aux yeux : alors que les séries américaines sont construites, élaborées, réalisées par les meilleurs spécialistes du genre, ces « Petits déballages » suintent l'amateurisme : scénario inexistant, dialogues ineptes, mise en scène à l'emporte-pièce, réalisation bâclée. Alors que les Américains soignent le moindre détail, ici tout semble improvisé. Les personnages, au bout de cinq épisodes, sont toujours aussi inconsistants. L'intrigue est nulle. La caméra s'attarde longuement sur les déboires de Michel (cliché du dentiste-divorcé-homo-coincé), le plus inintéressant de la bande des quatre, au détriment des autres — et surtout de Fred, la délicieuse Barbara Tobola, qui joue un personnage autrement plus consistant, mais n'a pas les faveurs, semble-t-il, des réalisateurs.
Quel dommage! Avoir à sa disposition une poignée des meilleuirs comédiens de Suisse romande et ne pas savoir comment les utiliser et les mettre en valeur! Lancer une nouvelle série sans consulter ni scénariste, ni écrivain!
Au final, la TSR, qui a dans le domaine de la culture et de la fiction plusieurs années de retard, peut et doit mieux faire.
 
* Petits déballages entre amis, tous les vendredis, à 20h20, sur la TSR. 

10:30 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

29/10/2008

Leonard Cohen ou le chant du monde

images.jpeg Comment survivre dans un monde rongé par l'argent, dirigé par une poignée de politiques de bonne volonté, certes, mais incompétents, et impuissants, et par une armée de criminels en col blanc ? Pourquoi ne pas céder, comme tout le monde, aujourd'hui, à la panique subtilement distillée par les Bourses et les Banques, afin de faire payer à tous les pauvres pékins leurs erreurs et leurs crimes passés?
La réponse est très simple. Ou plutôt, une partie de la réponse. Il suffisait de se trouver à l'Aréna de Genève, lundi soir, entre 20 heures et 23 heures 30. Ce soir-là, ce n'est pas Daniel qui descendait dans la fosse aux lions, mais Leonard, Cohen de son nom de barmitsva. Oui, le poète et chanteur canadien, célébré comme un dieu dans les années 60 et 70, avec deux albums mythiques : Songs of Leonard Cohen et Songs from a room. Puis une éclipse de près de 20 ans, au cours de laquelle notre poète a vécu sur le Mount Baldy, en Californie, au sein d'une communauté bouddhiste. Et enfin le retour. Ou plutôt : la renaissance. Et, lundi soir, à près de 74 ans, un concert exceptionnel, in oubliable, qui a duré près de 3 heures et demi (!) au cours duquel Cohen, plus fringant que jamais, a chanté, psalmodié, dansé, récité des poèmes, célébré le génie de ses musiciens, la beauté sur la terre, l'amour, le pardon, l'errance, remercié le public des magnifiques moments partagés…
Hé oui, pendant que certains, suspendus aux cours volatiles des Bourses virtuelles, s'arrachent les cheveux ou spéculent sur de futurs juteux profits, d'autres, la majorité sans doute, célébrent d'autres valeurs plus réelles, plus durables, plus humaines en un mot. Le monde qui nous entoure et les hommes et les femmes qui l'habitent ont besoin d'être chantés, mis en musique, célébrés à leur juste valeur. Cela n'a rien d'anecdotique ou de ridicule. C'est le sens même de la vie, la raison d'être de l'art. La beauté sur la terre — comme le disait si bien Ramuz — a besoin d'être dite et chantée. Car, aux yeux de la plupart des hommes, elle demeure invisible. Seules la poésie, la musique, la voix des hommes et des femmes peut nous révéler cette beauté. C'est la leçon du concert mémorable de Leonard Cohen, 74 ans, près de 200 chansons, quinze livres de poésie qui sont autant de chef-d'œuvres, tels The Book of Longing ou encore The Spicebox of Earth.
Pendant presque tout le concert, ma voisine pleurait, et le voisin de ma voisine, et la voisine du voisin de ma voisine. Ce n'était paa des larmes de tristesse ou de rage — ces larmes d'impuissance qu'on voit pleurer tous les jours à la télévision. Non. C'était des larmes de joie, des larmes de reconnaissance. Oui, reconnaître un prodige et se montrer reconnaissant de ce prodige. Voilà pourquoi, dans un monde de brutes, il faut remercier Leonard Cohen (et tous les grands artistes): l'espace de quelques instants miraculeux, ils nous rendent le monde que d'autres nous ont confisqué. 
 
Ring the bells that still can ring
Forget your perfect offering
There is a crack in everyting
That's how the light gets in…
 
 

09:45 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

14/10/2008

L'Axe du Rien

images.jpegNous vivons, depuis un mois, dans l’hystérie du 13 septembre.
Rien à voir avec l’histoire des jumelles (cf. American hysteria), hélas. Mais tout à voir avec une histoire de bourses, trop pleines ou désespérément vides. Des bourses où l’argent — semence de la guerre et du business — ne circulerait plus. Des bourses gangrenées, nécrosées, atteintes de tumeurs malignes.
N’importe quel médecin, dans ce cas-là, fût-il américain et républicain, prescrirait un traitement radical : quand un organe est à ce point atteint par le mal, il faut l’éradiquer, immédiatement et définitivement. Autrement dit: couper la chose malade, avant que le mal ne touche, par contagion, les autres parties du corps, jusqu’ici restées saines.
Mais personne, aujourd’hui, n’a le courage des médecins. Surtout pas les politiques, esclaves de l’économie et des sondages. Il faudrait, tout d’abord, reconnaître l’importance du mal, qui n’est pas extérieur, ni causé par la menace de pseudo-terroristes, iraniens, nord-coréens ou talibans. Non : le mal est intérieur. Il est ici, dans nos bourses, il progresse comme un cancer sournois. Le mal, depuis toujours, ronge l’Axe du Bien, comme son ennemi intime, son complice, son frère. Il faudrait, ensuite, oser donner un nom à cette maladie, vigoureusement niée à Wall Street, comme à la Maison Blanche.
Mais si le Mal n’existe pas, pourquoi administrer au patient un remède radical ?
On le voit : il n’y a pas plus d’Axe du Bien que d’Axe du Mal, aussi fantasmatiques l’un que l’autre. Il n’y a plus, aujourd’hui, qu’un immense Axe du Rien, célébration commune d’une monnaie virtuelle (on ne parole plus en milliards, mais en centaines, en milliers de milliards de dollars !). Faillite d’un système ou d’une société gangrenée par l’argent vide, la semence pourrie de la spéculation.

07:55 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

08/10/2008

Cafés littéraires

J'étais hier soir, en galante compagnie, à la Potinière, le délicieux café-restaurant du Jardin anglais. Une fois par mois, les éditions Encre Fraîche y invitent deux auteurs à dialoguer, autour d'un thème choisi d'avance. Cela s'appelle les Mardis de l'Encre. Ils sont animés par une jeune femme gracieuse et pétulante, Sita Pottacheruva. Mardi, les invités se nommaient Eugène (Prix des Auditeurs de la RSR pour La Vallée de la jeunesse*) et Jérôme Meizoz (pour son dernier livre, Père et passe**, beau portrait de son père, dont nous avons parlé ici même). images.jpeg
On ne dira jamais assez l'importance de ces rendez-vous, toujours un peu clandestins (sans ram-dam médiatique : juste le bouche-à-oreille), qui permettent aux auteurs de rencontrer leurs lecteurs — et réciproquement. Ou mieux : de se retrouver, autour des livres, mais en chair et en os, si j'ose dire, de vivre voix et face à face.
images-1.jpegEugène s'est expliqué sur l'origine et la construction de son livre, dans lequel il se raconte à travers 22 objets qui lui ont fait du bien, ou du mal. Cette sorte d'« analyse transactionnelle », caustique et pleine d'humour, n'a pas été sans conséquence sur le cours de sa vie, ni de ses relations avec les autres. Jérôme Meizoz, à sa manière discrète et authentique, a raconté en quoi son livre, qui se voulait une sorte d'exorcisme face à la maladie de son père, lui a permis de tisser d'autres liens avec cet homme taciturne, grand travailleur, qui ne prenait la parole que dans les grandes occasions pour déclamer des «bouts rimés»…
Menée tambour battant par Sita Pottacheruva, la discussion qui a suivi s'est révélée instructive et émouvante, chacun des deux auteurs jouant la carte de la sincérité.
Ne manquez pas les prochains rendez-vous de ces chaleureux Mardi de l'Encre, le premier mardi de chaque mois, à la Potinière.
Mardi 4 novembre 2008 : La nouvelle. Valentine Sergo, comédienne, metteuse en scène et auteure (Histoires de la porte d’à côté, Editions Encre Fraîche, 2008) et Sébastien Ramseier, écrivain (Sugar Daddy, Editions Encre Fraîche, 2006).
Mardi 2 décembre 2008 : Projets inédits au féminin. Françoise Roubaudi, enseignante et auteure (Les enfants des rues m’ont appris à écouter les oiseaux, Editions Encre Fraîche, 2008), Eliane Longet (enseignante, fondatrice et marionnettiste de la troupe des Croquettes, présidente de l’association Graine de Baobab, Burkina Faso) et Catherine Nickbarte (présidente de l’association Buakhao White Lotus Foundation, Thaïlande).
Mardi 3 février 2009 : La science-fiction en Suisse romande avec Lucas Moreno, www.utopod.com et Jean-François Thomas.
Mardi 3 mars 2009 : L’autobiographie en bande dessinée (en coll. avec la Galerie Papiers Gras, Genève) avec Frédérik Peeters et Pierre Wazem.
Mardi 7 avril 2009 : Le roman noir avec Jean-Michel Olivier et Jean-Jacques Busino.
Mardi 5 mai 2009 : Photographes et littérature avec Olivier Delhoume.
Mardi 2 juin 2009 : Carte blanche à Olivier Delhoume.

* Eugène, La Vallée de la jeunesse, Editions La Joie de Lire, 2007.
** Jérôme Meizoz, Père et passe, Editions d'En-Bas et Le Temps qu'il fait, 2007.
 

10:25 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook