Yann Moix, mendiant ou imposteur ?

Imprimer

Unknown.jpegEn France, c'est l'heure de la rentrée, qui est surtout littéraire. Pour s'extraire des 450 nouveaux romans à paraître — un véritable tsunami — il faut lancer une polémique. À ce jeu-là, les Parisiens sont les plus forts. On oublie vite les livres pour se focaliser sur celle ou celui ou qui l'a écrit.

Après Amélie Nothomb, qui se prend pour le Christ, dans un roman aussi vite lu qu'oublié, Soif*, il y a donc l'ancien trublion d'On n'est pas couché, Yann Moix, ami des puissants et habitué des plateaux télé. Il règle ses comptes, dans son dernier « roman », Orléans**, avec sa famille et l'institution scolaire, qu'il exècre. C 'est violent, rageur, emphatique, bouffi de prétention. Il décrit avec force détail les divers épisodes d'une enfance maltraitée — et ce n'est pas beau à voir. Son père le battait, sa mère pratiquait sur lui toute sorte de tortures plus ou moins raffinées, ses institutrices le harcelaient et ne le comprenaient pas. C'est une enfance martyre que décrit Yann Moix. Et l'on ne peut éprouver que de la révolte et de la compassion pour cet enfant victime de tant de sévices.

Unknown.pngMais, bien sûr, c'est un roman. Autrement dit, pas une confession ou un document qui se veut réaliste, mais une mise en scène d'un moment particulier de la vie du narrateur. Lequel distribue avec talent (et une belle dose de cynisme) les rôles à jouer : le père violent, la mère tortionnaire, l'institutrice insensible au génie de son jeune élève, etc. Et, au centre de cette tragi-comédie, l'enfant maltraité et incompris, qui prend les coups, mais tient le plus beau rôle : celui du martyr — autrement dit, du Christ. C'est le Christ outragé, humilié, torturé, qui parle ici pour dire la violence et la haine qui l'habitent. 

Encore un effort, Yann ! La crucifixion n'est pas loin…

Cette posture victimaire, Moix la maîtrise à la perfection. Il l'a encore jouée samedi dernier dans On n'est pas couché. Invité par son ami Laurent Ruquier, il a joué la contrition, l'émotion au bord des larmes, le mea culpa, l'autoflagellation. Unknown-1.jpegIl faut dire qu'il devait répondre de quelques dessins abjects parus il y a vingt ans. Pour une pauvre victime de maltraitante, ça fait beaucoup…

Qu'à cela ne tienne ! Moix, qui connaît les ficelles du métier, a su retourner la situation à son avantage : s'il a été antisémite, s'il a baigné dans les eaux glauques de Faurisson et consorts, ce n'est pas de sa faute, c'est à cause de son enfance maltraitée !

L'enfant martyr est d'abord victime de ses parents : c'est pourquoi il a cédé aux sirènes de l'extrême-droite en ricanant sur la Shoah (Ushoahia !)…

Une fois encore, Moix se donne le meilleur rôle. Comme dans ses livres. Il est d'ailleurs pardonné par une des Grandes Têtes Molles de l'époque : sa majesté Bernard-Henri Lévy, autorité, comme chacun sait, en matière de morale ! Bien sûr, personne n'est dupe. Ces gesticulations relèvent du petit cirque parisien. Le même qui accompagne chaque rentrée littéraire…

Commentaires

  • Très reconnaissant que vous existiez et que vous dites tout haut ce que nous n'avons plus le droit de dire...
    A comparer avec la critique de Isabelle Falconnier, la compagne du maître à penser juste, Christophe Passer, dans le Matin-Dimanche...

  • " et que vous dites" Merci de corriger, désolé de la faute. "Disiez"

  • « En France, c'est l'heure de la rentrée, qui est surtout littéraire. » Vraiment, Jean-Michel?

    La rentrée est « surtout » scolaire. Sans « surtout » non plus, négliger la rentrée politique qui a déjà eu lieu mais de laquelle nombre de suites sont attendues...

    Pour le reste, je me suis exprimée sur mon blog.

  • "A comparer avec la critique de Isabelle Falconnier"
    https://www.radiolac.ch/podcasts/les-signatures-09012019-081741/
    Qu'attendre d'autre d'une groupie?

    Il y en a un qui connaît bien l'autre:
    https://www.voici.fr/news-people/actu-people/yann-moix-fou-menteur-insultant-un-celebre-acteur-balance-648110

    Menteur un jour, menteur toujours. Même pour une histoire de train. Ce n'est jamais sa faute.

    Le plus dégueulasse, c'est d'accuser sans preuve son frère d'être à l'origine de la publication de ses "dessins" antisémites. Même s'il dit qu'il n'a pas de preuve, la méthode est dégueulasse. Et de ça, il ne s'excusera jamais.

    Son frère n'apparaît pas dans son dernier "roman", cela a tout du meurtre symbolique. L'excuse qu'il donne (le protéger!!!) est de la pure hypocrisie.

    https://www.programme-tv.net/news/people/238066-accuses-de-maltraitance-les-parents-de-yann-moix-dementent/

  • Mendiant ET imposteur, serait plus exact.
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/negationnisme-le-mensonge-de-yann-moix_2095809.html

  • @Daniel Oui, à la réflexion, je pense que « Mendiant et imposteur «  serait plus juste!

  • «Qu'attendre d'autre d'une groupie? », Daniel, elle est, elle aussi et par nos contrées, la référence quasi incontournable en matière littéraire...

    Mais Jean-MIchel la connaît mieux que moi - ni elle ni moi ne nous sommes jamais rencontrées, je précise- et saurait peut-être en parler de manière à ce qu’elle n’apparaisse pas ici de manière réductrice?

  • "et saurait peut-être en parler de manière à ce qu’elle n’apparaisse pas ici de manière réductrice?" N'importe quoi. Il suffit de lire sa critique lécheuse de bottes du Matin dimanche. Le livre de Moix n'est qu'un roman...Tu parles !

  • Géo,

    Mon propos sous forme d'interrogation polie, s’adressait à notre hôte, Jean-Michel Olivier qui connaît, me semble-t-il bien, Isabelle Falconnier mise ici en cause dans son appréciation de Yann Moix.

  • Madame Richard-Favre,
    Avez-vous écouté la chronique de Falconnier? Je cite:
    "D'abord ce n'est - pas - sa - faute, sa maman le battait, son père aussi, il n'avait pas de chien à battre à son tour"...

    Excusez-moi, mais ce commentaire est complètement déplacé, odieux. Oui, il n'avait pas un chien, il avait un frère qu'il a traité pis qu'un chien. Si comme vous l'écrivez "elle est, elle aussi et par nos contrées, la référence quasi incontournable en matière littéraire...", alors elle devait connaître l'existence de ce frère - écrivain lui aussi - et de quoi il retournait.

    Le reste est d'une stupidité sans nom ou quand on n'a rien à dire mais qu'on le dit quand même.

  • De qui traite donc votre blog?

  • Daniel,

    Merci de cet extrait de la critique d’I.F qui en dit long, en effet et même un peu trop. Je vais
    l’écouter, question de compléter le tableau que j’ai esquissé sur mon blog à partir de l’émission « ONPC » :-)

  • En effet, que pouvait-on attendre d’autre d’Isabelle Falconnier, la “diva” de la bienpensance moralisatrice mondialo-gauchiste dont l’indignation est à géométrie variable!

    Quant à Mme Favre qui nous dit que cette même personne est “par nos contrées, la référence quasi incontournable en matière littéraire...” Faites-moi rire, Avoir été présidente du Salon du livre n'a jamais fait de personne un gand écrivain, ni d'ailleurs le fait de s'autoproclamer "critique littéraire."

    En revanche, je veux bien croire que cette dame et son compagnon de gauche lui aussi, ont, par le biais de leurs réseaux bien-pensants et de leurs camarades de parti "journalistes", le pouvoir de faire ou de défaire des carrières en fonction des opinions politiques des auteurs, et en faisant de la publicité à ceux qui "pensent bien" et en ignorant ou en coulant "ceux qui pensent mal", mais ça Mme Favre, ça ne s'appelle pas être "une référence quasi incontournable en matière littéraire" et ça n'a rien avoir avec le talent, c'est tout simplement de la magouille.

    Souvenez-vous comment Eric Zemmour avait été reçu à l'émission Infrarouge de la RTS: parmi les invités il n'y avait comme par hasard que des gens de gauche qui lui étaient fortement opposés (dont Isabelle Falconnier) et qui ont fait de leur mieux pour le descendre en flèche. Il n'y avait pas de vrai débat: on a eu droit à un tribunal de l'Inquisition de la bien-pensance. Ces mêmes personnes endoctrinées sont aussi celles qui ont porté Tarik Ramadan aux nues!

    Mais comme ces petits "juges" odieux n'ont fait que de se ridiculiser face à Zemmour, de rage, le compagnon de Falconnier publie vite en une de l'Hebdo un pamphlet pour critiquer Zemmour et expliquer le danger qu'il est censé représenter, sans lui donner la parole bien entendu!

    Eh oui Isabelle Falconnier, représente avant tout l'idéologie de la gauche bien-pensante avant de représenter une quelconque littérature!
    Il ne faut jamais l'oublier!

    Voici l'émission Infrarouge en question:

    https://www.youtube.com/watch?v=1xyR8v2YjY8

  • @ Daniel @ Hélène Le sujet de mes modestes réflexions est bien Yann Moix et son livre incendiaire (un roman). Isabelle Falconnier, interpellée dans vos commentaires, est une journaliste intègre et compétente pour qui j'ai beaucoup d'estime. Elle a ses goûts, qui ne sont pas toujours les miens. Mais elle lit les livres et en parle très bien.
    Quant à Moix, on peut se demander si son roman n'est pas une manière de suicide social…

  • Je me sens en plein accord avec Aramand dans son appréciation du couple de juges du bon goût politiquement correct en Suisse romande. Et à propos, je ne saurais trop vous recommander la lecture de "Défi français" de Eric Zemmour. Ce type a une culture historique et politique prodigieuse, et même si je ne suis en rien d'accord avec lui sur son amour immodéré de la France, j'ai passé des moments formidables à lire ce livre...

  • Mon commentaire ci-après a peut-être été victime d’un bug? Ou alors, il vous a échappé? Le revoici, merci de me dire, sinon, en quoi il aurait contrevenu aux règles de bienséance:


    @Aramand,

    Dire d’une personne comme je m’y suis employée qu’elle est une « référence littéraire », n’en fait pas une. Il s’agit là d’un constat, ne vous méprenez pas!

    @Jean-Michel,

    C’est Mère-grand qui vous interroge sur le fait de savoir de qui parle votre blog, pas Daniel ni moi, desquels vous avez bien voulu publier les commentaires :-)

  • "Voici l'émission Infrarouge en question:
    https://www.youtube.com/watch?v=1xyR8v2YjY8"

    Je suis en train d'écouter cette émission. Ô misère, jz qui nous dit que le coran est un message d'amour et qu'il y a un immense respect pour les chrétiens et les juifs... Il n'a pas lu le coran. C'est triste.

  • Il est triste que la promotion d'un "roman" sans intérêt autre que pour son auteur prenne la place d'un autre livre comme celui-ci:
    https://www.babelio.com/livres/Hunzinger-Les-grands-cerfs/1149727
    Vont-ils en parler au Masque et la Plume dimanche soir prochain?

  • Au moins, maintenant, Mère-Grand sait que le sujet n’est pas sur Isabelle Falconnier.... . En revanche, moi, je me suis demandée si je ne m’étais pas trompée de blog........

  • "desquels vous avez bien voulu publier les commentaires"
    Pourquoi pas "dont vous avez bien voulu". Suis-je seul à trouver que cela sonne mieux et n'est pas contre l'usage?

  • "Ô misère, jz qui nous dit que le coran est un message d'amour"
    Qui peut bien être ce jz ? Vous ne pensez tout de même pas qu'on va regarder Infrarouge pour le savoir ?

  • "Qui peut bien être ce jz ?"
    Il semble bien qu'il soit moins connu que le HR d'André Thomann ...
    P.S. J'avoue ne me retrouver souvent dans les abréviations autres que ONU, AVS, etc.

  • @ Mme Richard-Favre

    "Dire d’une personne comme je m’y suis employée qu’elle est une « référence littéraire », n’en fait pas une. Il s’agit là d’un constat, ne vous méprenez pas!"

    Merci Madame pour cette précision, je suis heureux de l'entendre.

    @ Monsieur Olivier

    Je tiens à vous remercier pour votre excellent billet. Vous avez visé juste!

    Notez que je n'ai absolument rien contre Mme Falconnier à titre personnel, mais je n’aime pas les gens qui font passer une idéologie (quelle qu'elle soit) avant l'objectivité, pour finir par ne faire plus que de la propagande. Mais de nos jours, c'est malheuresement le cas avec la plupart des "journalistes" y compris et surtout avec Yann Moix, comme je vais l’expliquer plus bas, car ce que je dis s’applique directement à lui, ainsi qu’à beaucoup d’autres.

    Je dois dire que le fait d’avoir vu, dans l'émission Infrarouge que jai citée, comment tous ces militants de la “bonne pensée” avaient été invités dans le seul but de "dézinguer" Eric Zemmour m'a profondément dégoûté. On peut être ou ne ne pas être d'accord avec ce que dit Zemmour, là n’est pas la question, mais si on se prétend journaliste et digne de ce titre, on établit un dialogue et on cherche un débat, pas un procès où l’accusé est coupable d’office comme cela a été le cas. Zemmour s’en plaint d’ailleurs après la présentation qui a été faite de lui au début de l'émission. Ce jour-là Mme Falconnier faisait partie de la meute qui voulait l'anéantir et je ne l'oublierai pas.

    Bref pour en revenir à Yann Moix, il fait partie de la même famille que les "journalistes" d'Infrarouge et de la RTS en général, à savoir de gens qui veulent faire passer une idéologie avant tout, quitte à mentir par omisssion ou même à déformer les faits. Yann Moix est un grand spécialiste en la matière.

    Ce gens sont si sûrs de faire partie du "camp du bien" que toute personne qui ose ne serait-ce que mettre en doute leur opinion se verra tout suite traitée de tous les noms que la Novlangue a élaborés pour ça:

    -la première fois parlera de "dérapage",

    -la deuxième fois de "sérieux dérapage", de “repli sur soi” et on dira que la personne est “controversée”,

    -puis à partir de la troisième fois (ou plus vite encore), si la personne a eu l’outrecuidance de pas s’excuser publiquement d’avoir osé émettre un opinion différente de la doxa, on dira que ses propos sont "nauséabonds", “sulfureux”, ou même “fascistes”, “racistes”, “xénophobes”, “islamophobes”, “homophobes” etc.

    -Et on ne manquera pas non plus de faire une comparaison avec les années 30 pour être sûr que tous les lecteurs ou auditeurs comprennent bien dans quel camp il faut classer ce détestable individu.

    L'on peut lire ou entendre les termes “dérapage”, “controversé”, “nauséabond” employés des centaines, des miliers de fois par an dans la Tribune, Le Matin, Le Temps et bien sûr à la RTS, et c’est bien triste, car on voit à quel point tous ces pseudo-journalistes ne font que de répéter la leçon qu’ils ont apprise par coeur.

    On se croirait dans l’ex-URSS ou en Allemagne nazie où il y avait aussi tout un arsenal de mots choisis pour désigner et les opposants au système et les juifs.

    Bref, avec ce vocabulaire formatté du prêt-à-penser, les “journalistes” classent tout de suite la personne en question dans des catégories du “camp du mal” pour ainsi éviter tout débat et donc toute remise en question de leurs certitudes, car à quoi bon débattre avec quelqu’un qui fait partie du “camp du mal” (aussi nommée “fachosphère” par ces bienpensants) et qui par définition a obligatoirement tort!

    Il suffit de bien peu pour être classé dans la catégorie “nauséabonde”:

    -Prenons par exemple le cas de quelqu’un qui oserait remettre en question l’ouverture des frontières, arguments à l’appui; les “journalistes” parleront alors de “repli sur soi” et de “xénophobie” ... au suivant!

    -Si une autre personne remettait en question les arrivées massives de migrants sans pour autant être raciste, mais en disant qu’on devrait plutôt aider ces pays à se reconstruire et ne pas les vider de leur jeunesse et donc de leurs forces; eh bien, plutôt que de chercher à savoir si cette personne a raison, les “journalistes” de service la classeront immédiatement dans le camp des “racistes” et des “islamophobes” sans dialogue ni débat possible.

    C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Fernand Melgar, célèbre membre du “camp du bien” qui après avoir si bien soutenu les migrants dans ses films a ouvert les yeux et a osé se plaindre du trafic de drogue que ces derniers organisent dans son quartier. Un jour plus tard le mur de son immeuble était tagué par la gauche avec l’inscription “Vol spécial pour Fernand Melgar” pour lui faire comprendre qu’il devait quitter la Suisse.

    Vous voulez un exemple plus récent de la mauvaise foi de ce gens? Comme vous les savez le journal Le Monde a créé un site du nom de Décodex qui a la prétention de nous dire quel site internet est fiable ou non, ou plus précisément quel site internet faite partie du “camp du bien” ou du “camp du mal”. On pourrait donc attendre de la part d’un journal si “parfait” une totale impartialité, eh bien on y trouve par exemple un article de pures Fake News sur Bolsonaro pour le rendre responsable des feux de forêts en Amazonie, comme cela est bien expliqué dans le dernier billet d'Homme Libre:

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2019/09/03/le-monde-joue-avec-le-feu-300626.html

    Sur le sujet écoutez aussi la récente émission d'I-média (de TV-Liberté) qui décrypte l’actualité de chaque semaine en mettant en évidence les Fake News. Les feux en Amazonie y sont traités à la minute 23:50:

    https://www.tvlibertes.com/i-media-n261-les-meilleures-manips-mediatiques-de-lete

    Bref, Yann Moix fait partie de cette grand famille de “journalistes” bienpensants, moralisateurs et donneurs de leçons qui sont là non pas pour informer, mais simplement pour laver les cerveaux du pauvre peuple que nous sommes qui bien entendu pense mal. Il est donc d’autant plus jouissif de voir que ce triste personnage a été pris à son propre piège, tout come l’a été Fernand Melgar, mais d’une manière bien différente.

    Ce qui est grave en revanche c’est que tous les autres (La Tribune, Le Matin, 24h, Le Temps, et surtout la RTS) continuent de sévir et ceci l’est d’autant plus pour la RTS qu’elle le fait avec de l’argent publique.

    Tous ces “journalistes,” qui devraient être appelés plus justement des militants propagandistes, disent être pour la “diversité”, mais essayez donc de leur parler de diversité d’opinion ou de pensée et il ne vous écouteront plus, car seul un “méchant” peut soulever une telle question.

    Il n’y a ni pluralité ni diversité d’opinion dans les médias de Suisse romande, car si l’on n’est pas d’accord avec eux, on est automatiquement exclu comme faisant partie du “camp du mal” et envoyé au goulag médiatique.

    Bref l’on a affaire à une vraie police de la pensée digne de 1984 d’Orwell.

    Désormais essayez de compter combien de fois vous lisez ou entendez dans ces médias les mots magiques du vocabulaire formatté de la novlangue du système, à savoir, par exemple:

    -“déraper”, “dérapage”
    -“controversé”
    -“nauséabond”
    -“repli sur soi”
    -“fasciste”
    -“raciste”
    -“islamophobe”
    -“xénophobe”
    -“homophobe”

    et j’en passe

    et vous prendrez conscience du lavage de cerveau que ces propagandistes nous font subir chaque jour!

    Et n’oublions pas que ce sont ces mêmes Tartuffe qui ont porté aux nues un certain Tariq Ramadan, “l’intellectuel genevois” comme ils aimaient l’appeler, alors que d’autres vrais intellectuels n’avaient eux pas droit à ce titre élogieux dans ces mêmes médias.

    Ces temps ils font tous de même avec Greta Thunberg et le climat.

    Yann Moix est tombé, tant mieux! Quel sera le prochain Tartuffe à exploser en vol? Je l'ignore, mais je m'en réjouis pas avance!

  • @ Geo:
    "Qui peut bien être ce jz ? Vous ne pensez tout de même pas qu'on va regarder Infrarouge pour le savoir ?"

    Vous devriez pourtant regarder cette émission, car elle est très divertissante. JZ c'est Jean Ziegler! Il faisait partie de la "Grande Armada Anti-Zemmour" réunie par Mamarbachi et qui a chaviré rapidement face à l'intelligence et l'à-propos de Zemmour. Un vrai régal. il les a mouchés les-uns après les autres. JZ en est resté bouche bée.

    @ Daniel
    Merci pour lien vers les Grands Cerfs. Je vais lire!

  • "Qui peut bien être ce jz ?"
    Jean Ziegler

  • "car elle est très divertissante" Plus pour moi, depuis déjà pas mal de temps. Me colle de mauvaises énergies et l'envie de vomir. Vous verrez, cela vous arrivera aussi. Et je ne veux pas sombrer dans les fantasmes ultra-violents de certains qui se voient déjà sur leur char d'assaut foncer dans la foule des boutonneux climatiques...(Je suppose que je n'ai pas besoin de citer le commentateur en question...).

  • @ Mère-Grand, vous avez parfaitement raison, j’avais la tête ailleurs... désolée et merci de l’avoir signalé. Il s’agit bien, ici, de « dont » et non « desquels ».

    @Aramand, à très juste titre, vous relevez ce terme de « nauséabond » utilisé à répétition et au sujet duquel une jolie et brève passe d’armes a eu lieu dans le cadre de « La Grande Librairie », entre François Busnel et Andreï Makine. A partir de la minute 09’ mais toute la partie consacrée à Makine vaut d’être visionnée...

    https://www.youtube.com/watch?v=FneAcXgyhAU

  • @Aramand
    "Hear, hear!", comme disaient les membres du Parlement britannique à l'époque où leurs cerveaux fonctionnent encore ... et continuent à dire.
    Sans réclamer la paternité de la dénonciation de l'usage du terme "nauséabond", qui laisse entendre qu'il faut dorénavant remplacer le cerveau par le nez pour juger de la valeur d'un argument, j'ai le plaisir d'avoir dénoncé à plusieurs reprises, il y a des années déjà, cette détestable dérive dans nos commentaires de blog.
    C'est un rare plaisir de pouvoir constater que l'opinion générale (du moins celle que nous respectons) nous donne parfois raison et j'en profite donc abondamment et sans vergogne.

  • @ Mme Richard-Favre

    Merci bcp pour cette intéressante vidéo qui m'a d'ailleurs donné envie de lire ce livre de Makine.

    Il est effectivement frappant de voir comment le présentateur utilise immédiatement le qualificatif "nauséabond" car son esprit été si bien formatté que c'est devenu un réflexe de Pavlov. Ou alors il joue la comédie pour garder son job, mais j'en doute.

    Quasiment tous les journalistes actuels sortent de ce même moule et sont devenus des zombies de la bien-pensance qui répètent comme des perroquets "la Bonne Parole." Plus d'opinions personnelles, plus de nuances, plus de vrai débat. Voilà comment cette idéologie du politiquement correct nous a amenés à cette pensée unique par l'intermédiaire d'une minorité qui, grâce au pouvoir que lui donne les médias, règne sur une majorité par la propagande, la culpabilisation, la menace et la peur de se faire "excommunier," de devenir quelqu'un de "controversé" aux propos "nauséabonds" et "sulfureux," bref un membre du "Camp du mal" et donc de risquer de perdre son travail et bien plus. Alors la majorité se tait et n'ose plus s'exprimer, comme dans 1984.

    Mais un jour ou l'autre tout cet édifice artificiel va s'écrouler. Le plus tôt sera la mieux. Il faut l'y aider en faisant prendre conscience de ce qui se passe au grand public.

  • Le Moix, c'est ni du poisson ni de la viande, en déplaise aux antispécistes, suivez mon regard !

  • @ Mère-Grand:
    Merci beaucoup pour votre aimable note à mon égard. En vous lisant, j'ai aussi un immense plaisir de voir que je ne suis pas le seul ici à penser comme ça. Bon weekend et à bientôt.

  • Ne nous trompons pas avec le PAF, c'est un cirque de tristes clowns au service des copains de Benallah. A ce sujet, en matière de "gilets jaunes" on dirait que le mouvement reprend de sa gouverne au niveau international, le Macron se fait traité par le ministre brésilien dun tourisme Renzo Gracie de : Voulant lui “tordre” son cou de “poulette” et qualifiant au passage Brigitte Macron de “dragon”, alors que la brouille diplomatique entre Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro dure depuis le début de la crise des incendies en Amazonie.

    Voilà que le Benallah national rétorque en lui proposant de régler cela lors d’un combat, aussi sec, Renzo Gracie lui a rétorqué : "Soyons honnêtes… Il ne pourrait même pas se battre avec ma grand-mère… Il ressemble à quelqu’un qui vend du maquillage pour fillettes”, a rétorqué sur Twitter ce jeudi 5 septembre celui qui est fraîchement devenu l’ambassadeur du tourisme brésilien. Le tout assorti d’émoticônes moqueurs".

    Le même jour, le ministre brésilien de l’Economie avait également estimé jeudi que Brigitte Macron, l’épouse du président français, était « vraiment moche ! Il reprenait les propos de son président Jaïr Bolsonaro qui avait aussi déclaré : "c’est la vérité. Cette femme est vraiment moche".

    A ce stade, qu'est ce qu'un Yann Moix pourrait bien changer concernant le niveau de l'image de la France, il a feind de prendre du recul par rapport à ses "erreurs de jeunesse" : « Je pourrais être une ordure antisémite mais j’ai essayé de raturer ça pour devenir l’homme que je suis aujourd’hui. Et l’homme de 50 ans que je suis aujourd’hui crache au visage de celui de 20 ans ».

    J'ai aussi eu 20 ans, mais premièrement j'ai compris assez tôt que je ne serait jamais un bon caricaturiste et deuxièmement j'avais déjà compris que l'humour consistait d'abord à se moquer de soi. A 5 ans, 10 ans ou même 20 ans, faire des dessins avec des contenus aussi scabreux relève du pathologique, maintenant qu'il vienne 30 ans plus tard demander le pardon, fait qu'il doit être entendu et cela doit être pris en considération.

    Mais ce qui doit être avant tout pris en compte dans cette affaire, c'est le niveau de plus en plus minable de l'émission de Rulquier, le comble de la bassesse, c'était ce crétin de Caron, ce type est condamné à vie dans la bien-pensance, là nous avons à faire avec un dangereux !

  • En même temps Corto, Caron est vegan. Ceci explique sûrement cela.

    C'est fou tout de même que l'on ne puisse toucher à Ste Brigitte, alors que celle-ci aurait dû passer une année en taule pour détournement de mineurs, Et vu ce qu'elle a fait endurer à sa famille, je pense que "s....." conviendrait parfaitement.

    En tout cas, concernant les feux en Amazonie, on entend moins Macron ouvrir son clape-merde à l'attention du président bolivien. Ni le fait que sous le mandat Lula en 2005 et 2010, les feux amazoniens étaient deux fois plus importants.

  • Après avoir pardonné à Yann Moix, BHL pardonne aussi à Dieudonné !

    Le chef du gang des chemises ouvertes semble être entré dans une phase de grand pardon. Il a déjà créé la surprise en donnant son absolution sans concession à Yann Moix pour les écrits négationnistes de ce dernier, alors que d’habitude BHL est plutôt prompt à condamner sans appel ce genre de propos.

    Mais plus surprenant encore, et sans doute emporté par son élan, Bernard-Henri Lévy vient d’accorder son pardon à Dieudonné pour l’ensemble de son œuvre, y compris les sketchs de jeunesse qu’il nous a infligés avec Élie Semoun.

    Pour officialiser ce pardon pour le moins surprenant, BHL se rendra à Lyon la semaine prochaine, pour y déguster une des spécialités locale : la quenelle. Il convient de rappeler à ceux qui pourraient être choqués par cette initiative du philosophe que la ville de Lyon est également la patrie du Jésus ; tout se tient.

    Après un tel élan de bonté et de miséricorde, le mari d’Arielle Dombasle accordera peut-être un jour son pardon à Noël Godin, alias Georges le Gloupier, dit l’Entarteur. Mais ce n’est pas gagné, toutes les offenses ne sont pas pardonnables.

  • @Laurent, à la différence que le président de gauche bolivien a officiellement ordonné les incendies qui ont ravagés plus de 500'000 hectares et pas de la savane mais bien des forêts amazoniennes !

  • Ce clowns médiatisé, un de plus de ces larbins instaurés depuis l'ère Mitterrand qui trimbale des casseroles, Yann Moix a eu l'intelligence de faire son mea-culpa avant que tout lui pète dans le beignet, mais ce qui est interessant dans cette affaire, c'est pourquoi son frère est aussi présent dans le dossier et qui ou quoi allait de toute manière le mettre dans une situation délicate.

    A-t'il créer un contre-feu pour éviter un véritable incendie mortel ?

    Ce mea-culpa a-t'il été précipité pour sauver l'apparence des plateformes médiatiques qui l'ont autant utilisé ?

    L'image et certaines révélations faites par son frère cadet sont révélatrices sur le bonhomme, en plus si vous y ajouter que des "caricatures" sordides ont meublé son univers formateur, le compte est bon.

    Ces opinions manifestées durant sa jeunesse lui ont-elles ouvert des portes et des sympathies et lesquelles ?

    Les hommes sont très très très souvent paradoxaux et sa manie de vouloir coller à ce qu'il adjuge comme juste démontre clairement qu'il n'est pas si authentique qu'il voudrait bien le faire valoir !

    Encore un point, les médias le pratiquent systématiquement, faire exploser un pseudo scandale pour en cacher un plus gros !

    Nous le voyons magnifiquement avec les démocrates américains, ils nagent dans une mare remplie de putréfaction, un Bill Clinton qui a fait 27 aller-retours sur "paradise Island" dans le jet privé d'Epstein, les ex-dirigeants du FBI, DOJ et autres administrations enfoncés dans un cloaque sans précédent et qui ont essayés de faire un coup d'état aux USA. On dirait que les abcès sont tous en train d'exploser, nous sommes entrés dans l'ère des factures, les règlements de comptes dans les plus hautes sphères, Obama qui fait semblant de ne pas être informé après avoir installé tous ces criminels aux plus hautes positions clés du pays !

    N'oubliez jamais que tout ce qu'il se passe aux USA finit tôt ou tard de se produire en Europe et dans le reste du monde.

    Le plafond de glace est en train d'éclater, sortons nos parapluies !!!

Les commentaires sont fermés.