14/09/2018

La curée

images-1.jpegOn reproche à Pierre Maudet d'avoir été invité à Abu Dhabi aux frais de l'émir — et non de la princesse (le voyage n'a pas coûté un sou aux Genevois). Mais ce n'est pas le plus grave. Et d'ailleurs on ne sait rien sur ce voyage (officiel ? semi-officiel? privé ?). Non. Ce qui est grave, aux yeux des Fouquier-Tinville de notre époque (qui ne manque pas de procureurs à la petite semaine), c'est que Maudet aurait menti. Oui. Vous avez bien lu : menti (lui prétend qu'il n'a pas dit toute la vérité, mais n'entrons pas dans ce débat philosophique !). Et là, il semblerait que cette faute (ce n'est plus une erreur ou une gaffe, mais une faute, au sens libéral-politique-calviniste du terme) soit impardonnable! 

On connaît la suite : sitôt que la bête est à terre, les charognards se précipitent. s-l300.jpgIl n'y a rien à faire. Après l'hallali, c'est la curée, si bien décrite par Zola.

Il est vrai que parmi ces vautours (politiciens et journalistes avant tout), personne n'a jamais menti. Pour eux, la vérité est une exigence quasi mystique (pour laquelle ils n'ont de comptes à rendre que devant l'Eternel). Jamais de mensonge, d'approximation, de petits arrangements avec la vérité.

Croix de bois, croix de fer. Nous jurons de dire toute la vérité…

Dans cette meute, des journalistes revanchards (« Je vous l'avais bien dit ! »), des politiciens opportunistes (oxymore ou litote ?) qui aimeraient tant être vizir à la place du vizir, des justiciers de la 25ème heure et, bien sûr, la cohorte de journaux alémaniques trop contents de se moquer, une fois de plus, de ce canton si arrogant, qui se veut international…

images-2.jpegFace au « mensonge », semble-t-il, plus rien ne compte. Et l'opération Papyrus qui a permis de légaliser des centaines de sans-papiers à Genève ? Du pipeau. Et le sentiment d'insécurité en baisse depuis quelques années ? Bof. Et la réforme du Département de la Police ? Rien à voir.

Qu'un homme politique accomplisse son travail, et fasse du bon boulot, ça n'a pas l'air de peser lourd dans la balance politique et morale (à quatre sous) d'aujourd'hui !

On se souvient, il y a six ans, de l'affaire Mark Müller, obligé de quitter son poste pour un malheureux pugilat. Aujourd'hui, cette « affaire » semble bien anodine. Je pense que dans quelques années, l'affaire Maudet — quelle que soit sa conclusion — nous inspirera le même sentiment : une tempête dans un verre d'eau.

Shakespeare disait : beaucoup de bruit pour rien ! 

11:10 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook

Commentaires

Soit on regarde l'aspect extérieur comme vous le faîte, soit on prend la mesure de ce qui peut potentiellement se passer.

La limite entre simples cadeaux et corruption est flou. La corruption, il faut le prouver et ce n'est jamais simple. Il y a rarement cadeaux sans retour d'ascenseur.
Le sponsoring se fait en toute transparence, contrairement aux cadeaux.

L'ennemi de la démocratie est la corruption. Maudet n'est pas stupide au point de confondre cadeaux et sponsoring.

Écrit par : motus | 14/09/2018

Tiens, même titre que celui que j’avais donné à l’un de mes récents sujets de blog, Jean-Michel:

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2018/09/06/curee.html

En réalité, oui, cette curée est bien réelle et peut-être créée de manière opportune pour qui veut la peau de Pierre Maudet.

Les agissement du Conseiller d’Etat genevois n’en demeurent pas moins ce qu’ils sont, douteux sinon fumeux et plus encore. Seule la justice nous en dira davantage, espérons-le du moins!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 14/09/2018

Conclusion si on est "brillant et intelligent" on peut mentir, tromper et rouler son entourage. Voilà un raisonnement qui laisse songeur.

Écrit par : Boccard | 14/09/2018

Je constate que la censure fait partie de vos valeurs. Dont acte.
Pour votre information:
https://www.srf.ch/news/schweiz/neue-vorwuerfe-an-pierre-maudet-die-brisanten-bau-plaene-von-maudets-freunden

Écrit par : Daniel | 15/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.