06/02/2017

L'affaire Fillon, avatar de l'affaire DSK

images-3.jpegL'affaire Fillon ne vous rappelle rien ? Allons, cherchez, vous y êtes presque…

Mais, bon sang, c'est bien sûr ! comme disait le brave commissaire Bourrel. Il y a 6 ans, presque jour pour jour… L'affaire DSK !

L'analogie es troublante : deux candidats à la présidence de la République française — largement favoris — flingués en plein vol par les médias (en attendant le verdict de la Justice). Le premier pour « agression sexuelle, viol, séquestration » ; le second parce qu'il a accordé, pendant des années, un emploi fictif à son épouse, la bien-nommée Pénélope (près d'un million d'euros tout de même !). Dans les deux cas, la Justice s'en mêle. Mais trop tard : les hommes ont déjà été lynchés publiquement par les médias. Ils sont morts tous les deux — symboliquement, politiquement.

On comprend mieux, avec le temps, les contours du complot dont les deux hommes ont été victimes : il s'agissait d'écarter deux candidats gênants de l'élection présidentielle. Mission accomplie. Peu importe d'où vient le coup (Sarkozy ? Juppé ? Dati ? Macron ?) Seul compte le résultat.

images-2.jpegL'affaire DSK a constitué un véritable feuilleton à suspense pour la presse française (et étrangère). Une aubaine. Un miracle. Jour après jour, on a fouillé la vie (pas très nette) de l'homme politique. Des « victimes » ont sauté sur l'occasion pour se payer un quart d'heure de notoriété. On a poursuivi l'homme. On l'a traqué, cerné, puis lapidé sur la place publique. Il ne s'en remettra pas.

En octobre 2011, la Justice américaine rendait son verdict. Comme on sait, DSK a été blanchi de toutes les accusations portées contre lui. Lynché, mais innocent.

images-5.jpegIl risque bien de se passer la même chose pour François Fillon. tout le monde, en France comme ailleurs, attend le verdict de la Justice. Mais le mal est fait. D'autant que l'«inculpé» s'est très mal défendu. Et il est difficile, en effet, de demander des sacrifices à ses compatriotes (dont plus de 15% sont au chômage) tout en rétribuant grassement sa femme et ses enfants pour un travail qu'ils n'ont jamais effectué ! 

La morale de la fable, c'est que la presse est toute puissante (c'est-à-dire plus forte que la Justice). C'est elle qui aiguille nos choix, élimine tel ou tel candidat gênant, influence nos décisions. Tout cela sent la cabale, bien sûr. Mais quelle efficacité ! Innocent ou coupable, personne ne s'en relève. 

09:30 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fillon, dsk, presse, élecion présidentielle, scandale, pénélope fillon | | |  Facebook

Commentaires

"Comme on sait, DSK a été blanchi de toutes les accusations portées contre lui."
Non. Les poursuites ont été abandonnées au pénal. Notamment parce que la victime a été diffamée. Au civil DSK a lâché suffisamment de pépettes pour ne pas être condamné à payer plus et surtout pour éviter le procès civil. Aux États-Unis, celui qui a de l'argent et peut se payer les meilleurs avocats s'en sort toujours mieux que celui qui est fauché. Voir l'affaire OJ Simpson (acquitté au pénal, et condamné au civil, et qui a écrit comment "il l'avait fait". DSK n'est pas "innocent". Ou alors vous avez un certain sens de la Justice qui m'échappe. La vérité c'est le début de la Justice. La "justice" des tribunaux elle obéit à des intérêts qui sont parfois contraire à la Justice. Les cas sont nombreux où la raison d'État fait que des poursuites n'ont pas leur conclusion logique. Si Fillon est "lynché" (toujours dans l'exagération), c'est qu'il sait lui-même passé la corde au cou.
"tout le monde, en France comme ailleurs, attend le verdict de la Justice."
Non. Ce sera le verdict de la "justice" des tribunaux. Qui peut n'être pas impartiale. Comme vous. Ce qui est curieux, c'est que vous admettez qu'il est coupable: "en rétribuant grassement sa femme et ses enfants pour un travail qu'ils n'ont jamais effectué !" Et vous voudriez qu'un tel escroc devienne président? Quelle morale est la vôtre? Surtout que vous participez à ce que vous appelez "lynchage". Imagine-t-on Charles de Gaulle impliqué dans une affaire d'emplois fictifs?

Écrit par : Charles | 06/02/2017

@ Charles. Votre commentaire (outre son ton malveillant) comporte tant d'erreurs que je renonce à les corriger toutes (les poursuites, au pénal, n'ont pas été abandonnées parce que la « victime » a été diffamée, mais parce qu'elle a menti si souvent que plus personne ne la croit!). Cela dit, je ne pense pas que l'on puisse manipuler (voire acheter!) la justice, qu'elle soit américaine ou française. Parlez-en à des juges ou des avocats et vous verrez! La seule chance de Fillon réside justement dans le verdict de la justice. Mais il viendra beaucoup trop tard…

Écrit par : jmo | 06/02/2017

La presse n'est pas toute-puissante et n'arrive pas à influencer toutes nos décisions, puisqu'on n'a pas arrêté de répéter, que Trump a été élu contre l'avis des médias, que les journalistes ont été incapables d'envisager la victoire du camp du Brexit, qu'ils n'ont pas vu venir ni Fillon, ni Hamon.

Si on admet, que des rivaux du même camp politique essayent de torpiller les favoris, on pourrait dire que la presse est manipulée ou instrumentalisée.
Certes, le dispositif est du type gagnant-gagnant. Pour un journal, pouvoir révéler un scoop fracassant est du pain bénit.

Pour en revenir aux affaires elles-mêmes :
Il est difficile de s'imaginer, comment ces hommes très intelligents et ambitieux (DSK, Cahuzac, Fillon et ....) , ayant une bonne expérience de la vie politique, comment peuvent-ils être aussi naïfs et croire que leurs secrets inavouables pourront rester ignorés de leurs adversaires et grand public, trop contents d'exprimer leur indignation, d'autant plus si c'est à juste titre ?
Fillon aurait dû anticiper le problème, comprendre que cet argent public ne lui revenait pas de plein droit. Il n'y a pas droit au "piston", surtout pas, si on fait déjà partie des sphères du pouvoir.

Ces cas seraient-ils la preuve vivante de l'affirmation, selon laquelle les élites politiques peuvent être déconnectées de la réalités des simples citoyens ?

Écrit par : Calendula | 06/02/2017

Merci de votre commentaire, Calendula. J'abonde en grande partie dans votre sens.

Écrit par : jmo | 06/02/2017

Comparer DSK et Fillon, ce n'est pas un peu manquer de respect envers les femmes ?
Il n'y a pas que l'affaire Nafissatou Diallo, il y a Tristane Banon, il y a Dodo la saumure, il y a la bassesse absolue d'un obsédé sexuel de bas étage qui a harcelé tout ce qui porte jupon au PS et ailleurs...
Strictement aucun point commun avec Fillon.

Écrit par : Géo | 06/02/2017

Est-il tolérable que la presse soit toute puissante?
Prajnanpad. un sage, dit que l'on ne peut pas comparer ce qui ne l'est pas à partir même des fondements, des socles qui ne sont jamais les même.

Quel rapport entre les affaires Strauss-Kahn et Penelope?
Aucun

En revanche, comme toujours à l'approche des élections coups bas ou tordus de rigueur permettant également de dissiper l'attention des futurs électeurs...

Tellement important, n'est-ce-ce pas, d'imaginer Strauss-Kahn en partie fine... plutôt qu'étudier attentivement les programmes, réalisables ou non, des candidats!

D'ailleurs, selon la qualité des médias, ces programmes, du moment qu'on a du "pétillant" à présenter pourquoi se fatiguer à rédiger des articles sérieux...!

Sur les plateaux TV comment "orienter juste" les téléspectateurs?
Invités "judicieusement" choisis.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/02/2017

Le problème avec Fillon c'est qu'il a misé essentiellement sur l'immaculée conception de sa candidature pour emporter la primaire... Et au finish il s'avère qu'il a cocufié jusqu'au trognon tous ses admirateurs.

Écrit par : petard | 06/02/2017

« il est difficile [...] de demander des sacrifices à ses compatriotes [...] tout en rétribuant grassement sa femme et ses enfants pour un travail qu'ils n'ont jamais effectué ! »

Ce qui fait grincer des dents, c'est le principe: "faites comme je dis, mais pas comme je fais".
On est en plein dedans. Travail fictif ou pas, c'est la Justice qui évaluera. Sur ce point précis, les médias se sont mis en "autoallumage". C'était inévitable après la "boule puante" du confrère de "contestation de référence".

Même si les faits ne sont pas illégaux, et les sommes ridicules, l'opinion a bien retenu ce "moi d'abord" qui ne PASSE PLUS dans une compétition électorale.

La "faute" de Fillon, c'est d'insister avec son idée qu'il est dans une posture de "bon droit", que c'est légal, et que c'est normal que lui en tant que député ou ministre, fasse partie des nantis et que ceux qui ne le sont pas, doivent se serrer la ceinture plus que les autres. En matière de communication de "masse", c'est complètement désastreux.

D'ailleurs les grosses fortunes de ce monde en savent quelques chose: Elles ont toutes une activité philanthropique ou de mécénat pour faire passer le message dans le populo: "je suis riche, mais voyez comme je suis généreux".

Les politiques devraient y réfléchir aussi, s'ils veulent être "entendus", quand ils "doivent" balancer une vacherie au petit peuple qui se gratte dans les orties.

Enfin, sa dernière déclaration de patrimoine qui devrait rassurer et "rassembler"... même si les valeurs vénales sont "justes"... c'est qund-même à se rouler sous la table ! Il n'a vraiment rien compris Fillon !

Écrit par : petard | 07/02/2017

Les commentaires sont fermés.