31/08/2016

Une grande perte pour Genève

images-4.jpegLa nouvelle, bien sûr, n'a pas fait la une des journaux — ni même un entrefilet, pourtant elle est d'importance : François Jacob, l'éminent directeur de l'Institut et du Musée Voltaire, aux Délices, vient de démissionner de son poste, lassé par les bâtons qu'on a mis dans ses roues depuis quatre ans (tracasseries administratives, réduction de budget, intrigues diverses).  

Fondé par Theodore Besterman, l'Institut Voltaire a été dirigé longtemps par Charles-Ferdinand Wirz de 1973 à 2002, puis par François Jacob qui lui a redonné éclat et dynamisme, en mettant en valeur son extraordinaire bibliothèque (25'000 volumes !) et en consacrant à Voltaireimages-5.jpeg
plusieurs ouvrages essentiels, dont une savoureuse (et savante) biographie, parue cette année chez Gallimard (voir ici) dans la collection Folio.

Le grand Voltaire doit se retourner dans sa tombe !

Et pour Genève, c'est indéniablement une grande perte. images-6.jpeg
D'abord parce que François Jacob (à gauche sur la photo) — par ses compétences, son esprit, son dynamisme  —  était la personne idéale pour diriger l'impressionnante voilure de l'Institut Voltaire. Ensuite parce que l'on ne remplace pas facilement un homme d'une telle envergure. Et que laisser partir un tel oiseau rare relève de la bêtise ou de l'incompétence (mais nous sommes à Genève !)…

François Jacob retourne en Franche-Comté, où il enseignera à l'Université de Besançon. Nous lui souhaitons le meilleur pour sa nouvelle vie.

28/08/2016

Un thriller bien serré (Moka de Frédéric Mermoud)

images-3.jpegIl faut se hâter d'aller voir Moka*, le dernier film de Frédéric Mermoud.

Non seulement parce que c'est un film suisse, et que Mermoud est — avec Jean-Stéphane Bron et Jacob Berger — l'un de nos cinéastes les plus doués (on se souvient encore de l'excellent Complices, avec Gilbert Melki). Non seulement à cause d'Emmanuelle Devos, qui est filmée ici comme jamais, sous tous les angles et toutes les coutures, avec amour, dans le silence et les larmes, et qui porte le film sur ses épaules. Non seulement parce qu'il se joue entre Lausanne et Thonon, dans des décors (naturels) qu'on dirait faits pour le cinéma (Évian, la cité lacustre de Port Ripaille). Non seulement à cause du beau face à face — presque un corps à corps — entre Emmanuelle Devos, dont le fils unique a été renversé par une voiture de couleur moka, et Nathalie Baye, sobre, froide, excellente, dans le rôle de la meurtrière présumée.

images-2.jpegNon, il faut aller voir ce film de Frédéric Mermoud parce que c'est un thriller noir et bien serré, qui fait la part belle aux acteurs (ah l'ami Jean-Philippe Ecoffey !), qui est à la fois bien construit et bien filmé, bien écrit et bien réalisé. Une plongée, aussi, dans les abîmes d'une âme qui recherche moins la vengeance (légitime) que la vérité (c'est pourquoi ce long-métrage prend la forme d'une enquête).

Bref, courrez voir Moka, vous ne le regretterez pas !

* Moka, de Frédéric Mermoud, au cinema Bio, à Carouge, mais aussi à Lausanne, Yverdon, Evian, Thon-les-Bains.

16/08/2016

Femmes en cage et femmes socialistes

images-4.jpegDeux ministres socialistes, Mario Fehr (ZU) et Pierre-Yves Maillard (VD) ont commis l'irréparable : avec clarté, sans faux-fuyant, ils ont répété leur opposition à la burqa, ou voile intégral, et se sont attiré, par là même, les foudres des islamo-gauchistes de leur parti, la sémillante Ada Marra en tête.images-5.jpeg

Je n'analyserai pas les arguments de cette dernière, qui relèvent du jésuitisme (« La burqa n'est pas un problème en Suisse, puisqu'elle ne regarde qu'une centaine de personnes » : ces « personnes » ne valent-elles pas la peine qu'on se batte pour elles ? Et à partir de combien de « personnes » le problème mérite-t-il d'être posé ?).
Mais je m'étonne quand même que les  plus fervents défenseurs de cet accoutrement moyenâgeux se recrutent aujourd'hui parmi les femmes (socialistes) ! Après des années de lutte pour une égalité toujours à conquérir, ces dernières en viennent à défendre l'indéfendable, à justifier l'injustifiable, par peur de « stigmatiser » des femmes musulmanes qui le sont déjà suffisamment à leurs yeux. Pourquoi cet aveuglement ? Ce déni de réalité ?

Qu'ont fait les habitants de la ville syrienne de Minjeb après deux ans d'occupation par Daech ? Les hommes coupent leur barbe. Les femmes brûlent leur voile avec des cris de joie. Leur geste est sans ambiguïté. : c'est un geste de libération. Un appel aussi, pour nous, à imiter leur courage.

Puissent les femmes socialistes entendre ce message !

12:15 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : burqa, socialisme, islam, ada marra, pierre-yves maillard | | |  Facebook