07/07/2013

Genève et les genevoiseries

DownloadedFile.jpegOn le sait : Genève est la plus belle ville du monde. Son lac immense, sa cathédrale austère et le panache de son Jet d’eau…

C’est une ville où il fait bon vivre, malgré les prix exorbitants des loyers et des restaurants italiens, parce qu’à Genève rien ne change. Dans ce sens, c’est une ville éternelle. Plus éternelle que Rome, qui tombe en ruine. On y déteste tout ce qui est nouveau : ce qui pourrait surprendre, séduire et bouleverser les habitudes. Sitôt qu'un projet ambitieux voit le jour — dans le domaine culturel, architectural ou urbanistique — il est aussitôt torpillé, non pas par la majorité des citoyens, mais par une minorité bien plus puissante, en fait, que la majorité. 

En Suisse (car Genève fait encore partie de la Suisse), on appelle cela une Genferei — autrement dit : une genevoiserie.

La dernière en date concerne un beau projet de plage sur la rive gauche du lac. Il s’agissait d’agrandir le port de la Nautique, de créer de nouveaux espaces verts et de transformer les rives à l’abandon en plages publiques et en promenades. images-1.jpegLe projet émanait de Robert Cramer, ancien Conseiller d’État écologiste, amateur de montagne et de bons vins. Il faisait l’unanimité des partis politiques. Il vient d’être balayé par le WWF qui craint que cette nouvelle plage ne donne des idées à ceux qui veulent égailler les rives des lacs suisses.

Les Genevois sont consternés. Ce n’est pas la première fois. Ils sont habitués aux genevoiseries.

Mais pourquoi ces blocages ? J'y vois plusieurs raisons. D'abord, un attachement atavique à la médiocrité, élevée à Genève, au rang d'idole jalouse. Il faut toujours rester dans le juste milieu, ne jamais s'écarter de la norme. Les originaux, les farfelus, les utopistes, les artistes géniaux n'ont qu'à aller se faire voir ailleurs. Voyez Rousseau, chassé à 16 ans de sa ville…

Ensuite, une incapacité à entrer dans le mouvement du monde. Surtout ne rien changer ! La Gare, construite au début du XXe siècle, est trop petite ? On s'en contentera. La circulation automobile est infernale ? Supprimons les voitures ! Et surtout pas de pont ou de tunnel sur la rade : cela nuirait aux transports en commun. Et dans 20 ans, dans 30 ans ? Eh bien, rien n'aura changé. Si l'on veut se rendre d’une rive à l’autre, il faudra traverser la ville par le pont du Mont-Blanc, embouteillé comme jamais ! Le projet de Cramer était beau, généreux et peu cher, car financé en partie par des fonds privés. Tant pis, l'une des plus belles rades du monde restera ce qu'elle est : un entrepôt à ciel ouvert. 

Enfin, une peur panique de l'avenir. Car, à Genève, l'avenir n'existe pas. Il ressemble au présent, qui est du passé composé ! Aucun homme (ou femme, bien sûr) politique n'a de vision pour le futur du Canton. On bricole. On chipote. On construit un skate-parc sur la plaine de Plainpalais, summum de l'audace urbanistique, pour donner un os à ronger aux jeunes morveux. 

Rien à dire à ma fille qui prétend, ce matin, que Genève, c’est no future !

04:43 Publié dans all that jazz, chroniques nouvelliste | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

Commentaires

Très bonne analyse.

Il ne manque plus que de rajouter la médiocrité du débat politique, où chacun défend ses acquis, des chamailleries et blocages incessants ville/canton, une députation à Berne pour la plupart incapable de comprendre et de s'exprimer en allemand et qui fait rire la Suisse entière, des Conseillers d'Etat insignifiants qui font le lit d'un parti populiste peuplé de candidats récupérés à tout va (dans quel autre canton un Stauffer aurait-il été élu ?) et des finances publiques "plombées" par un fonctionnariat démesuré et aux privilèges d'un autre temps.

Oui, effectivement, votre fille voit juste, hélas.

Seul espoir, que cette nouvelle génération s'engage et fasse oublier, par des actes forts, les 50 dernières années qui ont été gâchées par Genève sur tous les plans.

Écrit par : A. Piller | 07/07/2013

Excellente plaidoirie !

J'abonde totalement dans le sens du commentaire ci-dessus en souhaitant que Genève reprenne le dossier en mains, cela en vaut la peine.

Écrit par : MBA | 07/07/2013

Je suis aussi fâché contre ces gens qui nous bloquent tout et le développe sur mon blog en parlant de la Coalition des Naufrageurs.

Cependant, à trop critiquer, je trouve que vous en faites partie aussi, et, puisque vous nous rapportez ses propos, votre fille aussi.

Parce qu'alors, si l'on parle de "no future" à Genève, je ne sais comment qualifier les innombrables autres villes de Suisse ou d'Europe que j'ai vues. Et, peut-être que votre fille est empêtrée dans des recherches d'emploi qui la minent mais, si ce n'est pas le cas, qu'elle apprécie déjà ce qu'elle a. Car pour savoir que notamment en Espagne, Grèce, Portugal, environ 50% des jeunes sont désœuvrés et, pour la plupart, dans une misère crasse, Genève s'apparenterait pour eux à un Eldorado.

http://autreregard.blog.tdg.ch/archive/2013/07/02/la-coalition-des-naufrageurs.html

Écrit par : Danijol | 08/07/2013

Les commentaires sont fermés.