19/07/2013

Les livres de l'été (11) : Vous ne connaîtrez ni le jour, ni l'heure, de Pierre Béguin

images-5.jpegSous ce titre biblique, l’écrivain Pierre Béguin (né à Genève en 1953) nous conte une drôle d’histoire, on ne peut plus moderne, qui est l’antithèse parfaite de la citation de l’Évangile (Mathieu 25 ; 13). Un soir, entre la poire et le fromage, presque en catimini, ses parents lui annoncent qu’ils vont bientôt mourir. Au seuil de la nonantaine, ils souffrent l’un et l’autre dans leur corps, comme dans leur âme, du déclin de leurs forces. Ce qui, après une vie de labeur, d’abnégation, de modestie et d’« honnêteté jusqu’à la naïveté », semble être dans la nature des choses. Ce qui l’est moins, et qui stupéfie le narrateur, c’est qu’ils lui donnent le jour et l’heure de leur mort : tous deux, après mûre et secrète réflexion, ont décidé de faire appel à Exit et ont fixé eux-mêmes la date de leur disparition : ce sera le 28 avril 2012 à 14 heures…

C’est le point de départ, si j’ose dire, du livre poignant de Pierre Béguin. Comment réagir face à la violence inouïe d’une telle annonce ? Faut-il se révolter ? Ou, au contraire, tenter de la comprendre et accepter, en fin de compte, l’inacceptable ? Quoi qu’il décide, le fils se trouve pris dans les filets d’une culpabilité sans fond. Soit il refuse d’entendre la souffrance de ses parents. Soit il se fait complice de leur suicide.

Ainsi, le fils se trouve un jour dans la position intenable du juge qui cautionne ou condamne la mort de ceux qui lui ont donné la vie. Mais de quel droit peut-il s’opposer à leur liberté essentielle ? Et que commande l’amour ? Abréger leurs souffrances ou les forcer, au nom de la morale chrétienne, à poursuivre leur chemin de croix ?

Aimer, c’est reconnaître à l’autre sa liberté, fût-elle mortelle. Le fils accepte donc cette mort programmée. Il revient dans la ferme familiale (son père est maraîcher). Il retrouve sa chambre d’enfant. Et, la veille du jour fatal, il se met à écrire. Une vie de rigueur et de discipline. De colères et d’humiliations. Dont la hantise, répétée maintes fois, était de tenir sa place et de ne jamais faire honte. Une vie de silence surtout. Un silence mortifère qui rongeait toutes les conversations.

Comme il est difficile de parler à son père ! Ou à son fils.

Alors, sur ce terrain miné, on échange des insultes. On joue de l’ironie. On distribue des gifles ou des coups de pieds au cul.

796236_f.jpg.gifDe manière admirable, Pierre Béguin revisite son passé. Il cherche à trouver l’origine de cette faille qui le sépare de ses parents. Comme Annie Ernaux**, il constate que cette faille est liée aux études : le père a quitté tôt l’école et le fils, en poursuivant les siennes, a trahi ses racines, et son milieu social. Et il a aggravé cette faille en voulant devenir écrivain. Ce que son père n’a jamais compris.

 Au fil des heures, la mort s’approche. Inéluctable et pourtant désirée. Ils vont entrer, bientôt, dans le domaine des dieux.

 Le fils assiste à leur départ. Il écrit pour ne pas pleurer. Il recueille leurs dernières paroles, leurs derniers gestes.

Il répare le silence.

* Pierre Béguin, Vous ne connaîtrez ni le jour ni l’heure, Éditions de l’Aire/ Philippe Rey, 2013.

** Annie Ernaux, La Place et Une Femme, Folio.

04:34 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : pierre béguin, annie ernaux, littérature romande, philippe rey, aire | | |  Facebook

Commentaires

"... l’écrivain Pierre Béguin, né à Genève en 19539, nous conte une drôle d’histoire, on ne peut plus moderne,..."

Elle est plus que moderne, futuriste, science-fiction et machines à voyager dans le temps.

La bonne nouvelle, c'est qu'en l'an 19539, date fort éloignée de la nôtre, Genève existe encore.
Espérons que ce soit avec tous les belles choses qui la compose: les banquiers honnêtes, le jet d'eau, les fameuses "Genfereien", des voisins vaudois toujours aussi "rupestres" et une chose dont beaucoup de Genevois ne font que rêver actuellement, un pont qui traverse la rade.

Écrit par : Baptiste Kapp | 20/01/2013

Un livre magnifique que je viens de terminer, ému jusqu'aux larmes.
A recommander à tous, nous sommes tous déjà des orphelins ou en devenir...

Écrit par : Duval | 20/01/2013

Certains écrivains sont en avance sur leur temps, c'est sûr. Mais Pierre Béguin est né au siècle passé, en 1953! Et non après la fin du monde! Sorrry!

Écrit par : Jmo | 20/01/2013

Il y a un sentiment de devoir accompli chez un fils ou une fille d'avoir accompagné jusqu'au bout ses parents, d'avoir pu rendre ce qui a été donné lors de l'enfance. Et un sentiment de soulagement à voir partir ses parents sans trop de souffrances, dans ce qui est indubitablement la fin de leur vie. Avec ou sans Exit. Il faut que les gens de notre société se réapproprie la mort comme faisant partie de la vie. La médecine des 50 dernières années a totalement perverti son appréhension. Les fameux soins palliatifs sont peut-être un progrès par rapport à ce qui se faisait avant, qui dépendait de l'idéologie du médecin traitant. Mais en gros, cela consiste à vous bourrer de morphine et de benzodiazépine. Et malgré ces doses élevées, il semble que la mort continue d'être tout aussi angoissante...
Alors, que deux personnes qui ont passé leur vie ensemble décident de partir ensemble prouve une chose et une chose seulement : quand on réfléchit à la mort, on en arrive à une seule solution : la choisir, en temps et en manière.

Écrit par : Géo | 20/01/2013

Les commentaires sont fermés.