29/07/2013

Les livres de l'été (19) : Philippe Sollers fait une fugue

images-1.jpegUn éditeur romand de mes amis, il y a quelques temps, se lamentait sur le déclin de la littérature française. « Pas de Sartre, pas de Camus, aujourd'hui, disait-il. Plus de monstres sacrés. Plus que des sous-produits commerciaux comme Christine Angot, Olivier Adam, Guillaume Musso. Quelle décadence ! »

À cela, j'osai répondre que, tout de même, parmi les 700 romans de la rentrée, par exemple, il y en avait de tout à fait convenables, sinon remarquables. Et que peu de littératures pouvaient, aujourd'hui, offrir une telle richesse et une telle diversité. Je citai quelques noms : Quignard, Djian, Le Clézio, Sollers. » À ce nom, l'éditeur s'échauffa. « Sollers ? Mais ce n'est pas un écrivain. C'est du bluff. Du vent. Il n'a pas écrit un bon livre. » La discussion en resta là, chacun campant sur ses positions.

images.jpegUne semaine plus tard, je reçois le dernier livre de Philippe Sollers, Fugues*, 1114 pages, un recueil d'articles qui fait suite à La Guerre du goût (1994), Éloge de l'Infini (2001) et Discours parfait (2010). Une véritable somme (près de 5000 pages!) qui brasse et embrasse toute la littérature mondiale, d'Homère à Céline, de Casanova à Diderot, de Joyce à Proust, de la Chine aux avant-gardes italiennes ou allemandes. Une radiographie unique et remarquable de la littérature d'hier et d'aujourd'hui. Un regard d'aigle. Un scalpel affûté et précis. Bien sûr, Sollers y parle beaucoup de Sollers (entretiens, préfaces, réflexions sur ses livres). Mais pourquoi un écrivain n'aurait-il pas le droit de revenir sur ses livres — toujours peu ou mal compris ? Bien sûr, parmi les auteurs étudiés, il y a peu de Belges, peu d'écrivains africains (pourtant, les talents ne manquent pas). Pas de Suisse (même pas Rousseau !). Mais il y a Diderot, Baudelaire, Aragon, Montherlant, Melville, Hemingway, etc.

En prime, quelques fusées. Essais ? Poèmes ? Débuts de romans ? Comme ce texte intitulé sobrement « Culs ».

« Dans chaque femme, donc, deux femmes.

L'une parfaitement présentable, bien élevée, cultivée, bien prise.

L'autre pleine de choses horribles, d'obscénités inouïes, avec son laboratoire d'insultes et d'injures, ses trouvailles hardies.

Elles ne se rencontrent jamais. C'est pourtant la même. »

Ou encore cette phrase, énigmatique, dont j'attends du lecteur qu'il me livre le sens.

« Le bon cul est toujours catholique, expérience de voyageur. »

* Philippe Sollers, Fugues, Gallimard, 2012.

04:10 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sollers, littérature française, céline, diderot, paradis | | |  Facebook

Commentaires

Je ne peux pas dire, je n'ai connu que des catholiques. Mon expérience n'est pas grande.

Écrit par : Rémi Mogenet | 31/10/2012

S'agit-il de culs bénits ?

Écrit par : Dirait-on pas la grande palmeraie de Tizi-Ouzou ? | 31/10/2012

je partage l'avis de l'éditeur de vos amis ! pour moi aussi Sollers c'est avant tout du vent, de l'imposture intellectuel. Mais comme cela marche....pas de raison qu'il n'en profite pas même si les dernières critiques, en France, sont plutôt sévères.

Écrit par : uranus2011 | 31/10/2012

C'est votre droit, Uranus. Mais sur presque tout (je parle des essais), ce que Sollers a à dire est éclairant, érudit, intelligent. Il nous aide à mieux lire les autres — et par la même occasion nous-mêmes. Il faut lire son commentaire de La Divine Comédie : c'est le meilleur commentaire en français sur Dante.

Écrit par : jmo | 31/10/2012

Les commentaires sont fermés.