Vladimir Dimitrijevic (1934-2011)

Imprimer

Triste jour pour la littérature — romande, suisse, européenne — : Vladimir Dimitrijevic, né en 1934 à Skopje, fondateur des éditions de L'Âge d'Homme, nous a quittés hier soir, 28 juin, victime d'un accident de la route, près de Clamecy, au sud de Paris. Nous rendrons hommage, dans les jours qui viennent, à cet homme exceptionnel.

Vladimir_Dimitrijevic.jpg

Lien permanent Catégories : Hommage 9 commentaires

Commentaires

  • Était-il le passager dans une Facel Vega?

  • Triste nouvelle. Je me souviens que cet éditeur se donnait la peine de répondre lui-même sur une carte de compliments, des mots très personnels et très encourageants, il aimait les livres et les auteurs et traitait ces derniers avec grand respect. Paix à son âme !

  • Beaucoup de souvenirs, un grand homme et le plus beau des destins bien qu'une fin tragique, une âme forte et pure.

  • Un homme de contrastes, tendre et violent, un homme en chemin qui ne se reposait jamais, qui intériorisait tous les livres qu'il publiait et qui est mort, comme il a vécu, d'un coup, au milieu des livres.

    Lorsque je songe à cette mort, je me dis qu’elle lie plusieurs facettes de cette personnalité complexe : le goût du voyage, le sens de l’ailleurs, les livres qu’il transportait partout évidemment, la route. « Voir la face de Dieu » disait Dimitri lorsqu’on lui demandait ce qu’il en serait de l’autre monde.

  • Au royaume littéraire, Vladimir Dimitrijevic poursuivra son entretien avec Georges Haldas.
    Vladimir Dimitrijevic ne laissait personne indifférent. Le fait de parcourir le monde lui donnait cette allure de jeune homme en quête de découvertes. Les années ont semé des fils d'argent dans ses cheveux sans atténuer le pli rebelle de la mèche sur son front.
    Sa disparition laissera un grand vide dans le paysage de l'édition.

  • Merci de vos messages, chers amis. Dimitri nous accompagnera encore longtemps dans nos cœurs.

  • JMO, merci à vous, les autres n'ont pas fait grand cas de cette grande disparition !

  • ! ACHTUNG ! ZENSUR !


    C'est beau(f), la liberté d'expression à géométrie variable. Pas sûr que Vladimir aurait apprécié...

    Pitoyable.


    =:oB

  • Quelle tristesse j'ai ressenti en apprenant sa mort!! J'avais découvert un homme chaleureux, attentif.. Il m'a même fait cadeau de son livre, "Personne déplacée" en me proposant de revenir en parler. Quelle culture! Quelle gentillesse!
    Je l'ai retrouvé dans cet entretien de 2010 sur France2. Merveilleux Vladimir Dimitrijevic!! Comme j'ai pleuré en vous écoutant... jusqu'à ce que je vous cru encore de ce monde.
    Comme vous me donnez envie de lire vos auteurs! Et de me remettre à lire!
    Il est certain que "vous nous accompagnerez encore longtemps... dans nos coeurs".

Les commentaires sont fermés.