14/06/2010

Hervé Loichemol à la Comédie : une bonne nouvelle pour Genève ?

images.jpegJe viens de croiser dans la rue un ami comédien qui sortait de la conférence de presse annonçant le nom du nouveau directeur de la Comédie. Il me regarde avec un sourire mi-figue, mi-raisin. « J'ai une bonne et une mauvaise nouvelle à t'annoncer, me dit-il. La bonne ? Anne Bisang quitte la Comédie l'année prochaine. Et la mauvaise ? C'est Hervé Loichemol qui vient d'être nommé pour la remplacer… »

On connaît les intrigues qui ont présidé, comme chaque fois, à la nomination du nouveau directeur de la Comédie. La Fondation d'Art Dramatique qu'on accuse de tous les maux (en particulier d'avoir écarté des dossiers intéressants venant de l'étranger). Un processus de nomination opaque et faisant la part belle aux pressions extérieures. On parlera encore une fois de la république des copains. Etc. Le même psychodrame s'était produit lors de la nomination de l'immense Benno Besson (qu'on n'a jamais, hélas, remplacé), puis celle Claude Stratz (brillant metteur en scène), puis d'Anne Bisang.

Normal : c'est la Comédie de Genève!

Hervé Loichemol, donc. En le choisissant, la FAD a privilégié un projet local. Pour ne pas dire régional. L'heureux élu ayant longtemps dirigé, à Ferney, la Ferme du Châtelard (un théâtre qui a connu, on s'en souvient, quelques embrouilles avec la justice). Ce choix s'est fait, sans doute, au détriment de candidats plus prestigieux (on parlait d'Eric Lacascade et de Philippe Sireuil). Au détriment, aussi, de metteurs en scène de grande qualité (je pense à Omar Porras). On pouvait rêver, pour la nouvelle Comédie déplacée aux Eaux-Vives, d'un metteur en scène d'envergure disons « internationale ». Ce qui aurait été la moindre des choses pour diriger un théatre flambant neuf qui suscite beaucoup d'attentes et d'espérances. Parmi le public. Mais aussi parmi les comédiennes et comédiens romands. Le choix s'est porté un candidat dont la carte de visite, à cet égard, est plutôt mince. Il reste à lui souhaiter bonne chance. Il lui en faudra pour relever un défi particulièrement exigeant.

 

19:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : comédie, theâtre, geneve, hervé loichemol | | |  Facebook

Commentaires

Genève c'est l'esprit provincial avant tout pourtant le budget de la culture de la Ville de Genève est conséquent et l'on prend un directeur de deuxième ordre. Dommage que le choix ne soit pas plus audacieux après des pointures comme Benno Besson et Anne Bisang.

Écrit par : demain | 14/06/2010

Je me rends compte que pour le théâtre c'est comme pourle football ; dans les bistrots ou sur les blogs il y autant de directeurs de la Comédie que d'entraîneurs d'équipes nationales.
Les polémiques alimentées en fanfare par l'Etat de Genève n'ont à aucun moment déstabilisé la FAD.
Un élu et beaucoup déçus, c'est inévitable (plusieurs dizaines de candidatures déposées).J'ai entière confiance en Hervé Loichemol qui porte avec conviction un projet ouvert sur l'agglomération franco-valdo-genevoise, équilibrant intelligemment répertoire et textes de notre temps.
pierre losio
membre du conseil de
la Fondation d'Art Dramatique

Écrit par : pierre losio | 15/06/2010

Demain,
Quand vous parlez de "pointure" pour Anne Bisang, vous évoquez la taille de ses chaussures?

Écrit par : François V. | 15/06/2010

@ losio
nous vivons en démocratie et la FAD, qui regroupe des gens de bonne volonté mais nullement spécialistes, a toujours fait qu'elle pouvait. Mais elle porte bien son nom. Je regrette seulement que le projet de la Nouvelle Comedie n'ait pas intéresse des grosses pointures. Internationales et pas locales. C'est dommage pour Geneve.

Écrit par : Jmo | 15/06/2010

Les commentaires sont fermés.