10/05/2010

Staro, le dernier maître

images-1.jpegIl y avait beaucoup de monde — et du beau monde ! — mercredi dernier, au Victoria Hall, pour la remise du Prix de la Fondation pour Genève à Jean Starobinski. L'académicien français Pierre Nora nous a rappelé, en grandes lignes, la carrière de celui que tous les étudiants genevois appellent familèrement (et affectueusement) Staro. Licence de Lettres, puis doctorat de médecine, puis doctorat de Lettres. Sans oublier le diplôme de piano… Difficile, pour un seul homme, de faire plus, et mieux ! Remi Pagani a eu raison de rappeler la méfiance des autorités genevoises de l'époque (1913) face au père Starobinski, émigré polonais venu trouver refuge en Suisse, que l'on mettra cinq ans sous surveillance policière et qui, ultime affront, devra attendre 30 ans pour se voir accorder la nationalité suisse.

Mais le meilleur moment de la soirée, ce fut, bien entendu, le discours de Staro lui-même. Diction inimitable, élégance du style, propos mêlant à la fois saveur et savoir. J'ai repensé en l'écoutant (comme tous ceux qui furent ses étudiants) aux cours de littérature et d'histoire des idées qu'il a donnés à l'Université de Genève pendant près d'un demi-siècle. Il y a un style Staro : clair, érudit sans ostentation, intelligent. En un mot : musical. Dans son discours, Staro a rendu hommage à ses maîtres Marcel Reymond, Albert Béguin, Jean Rousset. En l'écoutant, je me suis aperçu qu'il était sans doute le dernier maître, et que j'avais eu bien de la chance à l'avoir rencontré et suivi.

En effet, qui peut citer, aujourd'hui, un seul nom de professeur de Français à l'Université de Genève ? Personne. Après une génération exceptionnelle de professeurs qui étaient des maîtres (Butor, Rousset, Steiner, l'extraordinaire Roger Dragonetti), le désert a lentement gagné du terrain. Pour aboutir à une manière de no man's land. C'est ainsi que Genève, qui était un phare dans les études de Français, est devenue, en quelques années, une université de province. Qui bientôt, sans doute, devra fermer ses portes au profit de l'université de Lausanne, bien plus active dans son domaine.

« Aujourd'hui, me glissait une amie à la fin de la soirée, il n'y a plus de maître. Il n'y a que des experts ! Plus personne ne circule avec autant d'aisance que Staro entre littérature et médecine, musique et histoire de la folie, linguistique et philosophie. On est plus volontiers spécialiste « Des paysans du lac Paladru entre l'an 1000 et 1010 » que généraliste éclairé. »

C'est tout le drame. Staro, le dernier maître, nous l'a confirmé brillamment l'autre soir.

16:10 Publié dans Hommage | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : starobinski, université, genève, littérature, critique | | |  Facebook

Commentaires

Je ne l'ai pas connu, pas eu comme prof ou maître - à vous lire maître au sens noble, occidental du terme, celui où l'élève, plutôt que de suivre et reproduire, crée son propre chemin - mais votre billet me donne l'envie d'en savoir plus.

Écrit par : hommelibre | 10/05/2010

@hommelibre: "...au sens noble, occidental du terme" Un peu condescendant, vous ne trouvez pas?

J'ai pour ma part toujours compris de l'enseignement des maîtres orientaux (donc roturiers?)que j'ai approchés ou dont j'ai lu les ouvrages qu'il s'agissait justement de découvrir son propre chemin, de devenir ce que l'on est... en s'aidant des enseignements dispensés par le maître.

On n'a pas du avoir les mêmes maîtres...

Écrit par : Azrael | 11/05/2010

Un véritable "intellectuel genevois", lui, même si je ne me souviens pas que la TdG ait utilisé cette adjectif le concernant, préférant le réserver à des gens plus médiatiques. Mais peut-être était-ce par déférence ...

Écrit par : Mère-Grand | 11/05/2010

Les commentaires sont fermés.