02/02/2010

Déclarons la guerre à l'Allemagne !

images.jpegJusqu'où la Suisse doit-elle aller pour défendre non le « secret bancaire », mais les fraudeurs étrangers qui viennent planquer leur argent dans notre beau pays ? Question délicate. Didier Burkhalter, le tout nouveau conseiller fédéral, ne mâche pas ses mots : « C'est une agression contre la Suisse » a-t-il même tonné (on se rappelle que c'est lui qui voulait envoyer le Corps d'Intervention rapide en Libye pour libérer les otages retenus à Tripoli : on connaît hélas le résultat). De là à demander la protection de l'Union Européenne (dont nous ne faisons pas partie), voire une intervention armée de l'Amérique…

Soyons sérieux : notre honneur est-il véritablement en jeu ou en danger si un État voisin (l'Allemagne, mais aussi la France et l'Italie) use des mêmes méthodes scélérates que les riches scélérats qui habitent cet État, mais s'empressent de planquer leur leur oseille sous des cieux moins gourmands ? Que risquons-nous ? Un blâme ? Une invasion armée ? Les départ de quelques fraudeurs affolés qu'on ait retrouvé leur trace ?

Osons le dire : je n'ai pas plus de sympathie pour les fraudeurs que pour les pays qui jouent les voyous. Il faut les mettre dans le même sac. Et surtout ne pas protéger les premiers pour s'assurer la bienveillance (provisoire et hypocrite) des seconds.


16:11 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : fisc, fraudeur, suisse, allemagne burkhalter | | |  Facebook

Commentaires

Vous avez osé le dire. Bravo Monsieur Olivier !
Que pouvons-nous faire avec ces gens qui nous pourrissent la vie avec leurs leçons de moralité ?
Commençons par faire le ménage à Berne. Débarquons ces sept cuistres au plus vite, y compris le "petit" dernier !

Écrit par : Rollmops | 02/02/2010

Excellentissime! Au lieu d'être offensive, elle préfère la défensive, la justification, l'excuse. Les eunuques qui nous gouvernent devraient en prendre pour leur grade alors qu'on en maintient sous perfusion à grands frais ...
Bien à vous!

Écrit par : Micheline | 02/02/2010

Voilà qui est dit! Bravo!

Écrit par : Inside | 02/02/2010

" Soyons sérieux : notre honneur est-il véritablement en jeu ou en danger si un État voisin (l'Allemagne, mais aussi la France et l'Italie) use des mêmes méthodes scélérates que les riches scélérats qui habitent cet État, mais s'empressent de planquer leur leur oseille sous des cieux moins gourmands ? "

Il ne s'agit point ici d'honneur bafoué, mais simplement de respect de l'Etat de droit. Je n'ai aucune sympathie pour la soustraction fiscale et ceux qui la pratiquent, mais lorsque l'Etat, censé être le garant de l'ordre légal, transgresse celui-ci en achetant le produit d'un vol, cela s'appelle du recel tout simplement. C'est indigne d'un Etat de droit !

Sachant que la Suisse applique maintenant la directive de l'OCDE qui supprime de facto la distinction entre "fraude" et "évasion" fiscale dans les accords de double imposition, la Suisse accordera désormais l'entraide administrative sans faire cette distinction. Dès lors, il suffisait à l'Allemagne d'attendre le paraphe de cet accord, actuellement en cours de négociation entre elle et la Suisse, pour obtenir satisfaction.

Si la fin justifie les moyens, alors il y a tout à craindre. Cela se traduit par la mort de l'Etat de droit et un retour aux rapports de forces.

Quant à nos sept "sages" - appelons-les ainsi -, je pense qu'ils font ce qu'ils peuvent dans le cadre institutionnel actuel. C'est ce dernier qui est en cause. Il n'est plus adapté aux problèmes de notre temps ! Le Conseil fédéral agit dans l'urgence en réagissant aux événements, alors qu'on le souhaiterait proactif.

C'est un changement institutionnel dont la Suisse a besoin, mais hélas ce ne sera ni pour demain, ni même pour après-demain ...

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/02/2010

Il ne s'agit point ici d'honneur bafoué, mais simplement de respect de l'Etat de droit. ?????? No.

Écrit par : Birthday Wishes | 13/07/2011

Les commentaires sont fermés.