25/12/2009

Hafid Ouardiri, champion du monde

789924557.jpg Il manquait encore un personnage à notre galerie des Grandes-Têtes-Molles. Mais, après avoir tenté, un  soir de décembre, devant Saint-Pierre, de faire scander à une foule naïve et frigorifiée le slogan : « Nous sommes tous des musulmans ! », Hafid Ouardiri s'est rappelé à notre souvenir. On se rappelle que le bonhomme s'était illustré, avec son ami Tarik Ramadan, dans un débat aux subtilités jésuitiques, il y a une dizaine d'années, sur la légitimité de battre sa femme, ou non (sourate 24 du Coran : « L'homme a tout pouvoir sur la femme, y compris celui de la battre »).

À l'époque, c'est le journal le Courrier qui avait abrité ce débat passionnant et passionné dans lequel nos deux as en théologie rivalisaient d'arguments. « Il y a battre et battre » disait l'un. « La violence est déconseillée, rétorquait l'autre, mais enfin, s'il fait battre sa femme (comme le prescrit le texte sacré), il faut que ce soit avec une… brosse à dents (que ceux qui ne me croient pas relisent le Courrier) !

Notre Grande-Tête-Molle a encore frappé la semaine dernière en déposant un recours, lui le docteur en démocratie, devant la Cour de Justice Européenne pour tenter de faire annuler la fameuse votation sur l'interdiction des minarets (initiative que l'Europe entière nous envie). Bel exemple de tolérance ! Venant d'un homme, licentié par les siens, qui s'est donné pour tâche de faire la leçon aux Occidentaux, coupables de tous les vices : racisme, islamophobie, intolérance, déni de démocratie, populisme, etc.

S'il fallait, en cette fin d'annus horribilis, décerner un prix de la plus Grande-Tête-Molle de la République, nul doute que M. Ouardiri décrocherait le pompon.

Toutes nos félicitations !

10:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : hafid ouardiri, islam, minarets, suisse, intolérance | | |  Facebook

24/12/2009

Merry Christmas !

Joyeux Noël à toutes et à tous !

16:29 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bob dylan, noel, chanson | | |  Facebook

23/12/2009

Best of 2009

images.jpeg Prêtons-nous, comme notre Temps régional, au petit jeu des meilleurs livres de l'année. En toute subjectivité et injustice, bien sûr, puisque, contrairement à certains critiques littéraires, nous ne parlerons que des livres que nous avons vraiment lus !

1. Championne toutes catégories : l'écrivain américain Joyce Carol Oates, qui étouffe tous ses concurrents directs par son extraordinaire fécondité et — disons-le — son génie littéraire. On pourrait citer plusieurs titres de cette géniale femme de lettres, puisqu'elle publie deux, voire trois livres par année ! Contentons-nous de citer le recueil de nouvelles, Vous ne me connaissez pas, et son Journal (1973-82), les deux parus en Livre de Poche.

Lire la suite

10:15 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : romans, 2009, meilleurs livres, littérature romande | | |  Facebook

16/12/2009

Rencontre au Rameau d'Or

DownloadedFile-1.jpeg Ne manquez pas la rencontre amicale, suivie d'une verrée, à la Librairie Le Rameau d’Or, mercredi 16 décembre 2009 dès 16 h 00, avec les auteurs de l'Âge d'Homme qui ont publié un livre cette année :

* Jean-Marie Adatte • Antonio Albanese * Rafik Ben Salah • François Berger • Freddy Buache * André Corboz • Julien Dunilac • Christophe Gallaz * Virgile Elias Gehrig • Philippe Grosos *Serge Heughebaert • Hervé Krief • Jean-Louis Kuffer* Georges Ottino • Philippe Paulino • Barbara Polla (à gauche sur la photo)
François Rothen • Jil Silberstein • Marielle Stamm
Anne-Marie Steullet-Lambert • Sylvoisal * Giordano Tironi • Raymond Tschumi

Librairie Le Rameau d'Or
17, bd Georges Favon
CH-1204 Genève
Tel. 022.310.26.33
Fax 022.781.45.90
rameaudor@bluewin.ch

09:37 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : livres, littérature romande, rencontre | | |  Facebook

15/12/2009

Rapt : un film à ne pas manquer !

DownloadedFile.jpeg Il y a un film à ne pas manquer actuellement au cinéma. C'est le dernier film du cinéaste belge Lucas Belvaux, Rapt ! Inspiré de la fameuse affaire du baron Empain, qui défraya la chronique en 1978, Rapt ! est une adaptation à la fois fidèle et incroyablement intelligente de ce faits divers. On se souvient que le fameux baron, « grand capitaine d'industrie » comme on disait alors, fut enlevé par un groupe de truands qui réclamèrent une rançon extrêmement élevée. Rançon que la famille et l'entourage d'Empain, délibérément ou pas, ne purent payer.

Lucas Belvaux décortique l'affaire au scalpel sans jamais tomber dans le pathos. Pourtant, les ravisseurs du baron ne sont pas des enfants de chœur. Ils cognent avant de causer. Et ils n'hésitent pas, comme on sait, à mutiler leur victime en lui coupant une phalange de la main gauche. D'un côté, donc, la violence froide et calculée. De l'autre, une famille désemparée qui apprend chaque jour, par la presse de boulevard, les frasques de leur fils, mari ou père respectif. Autre violence, médiatique, qui vaut bien celle des truands. Au mileu, enjeu de tous les combats, le baron, réduit à un animal apeuré, qui porte un masque et secoue ses chaînes quand on le lui ordonne, qui tremble qu'on l'ampute à nouveau, qui ne pense à qu'à sauver sa pauvre vie.

La force du film de Belvaux, c'est de montrer tout ça sans fiotirure, ni effet de style superflu. La fin est particulièrement impressionnante qui montre le baron, détruit, rentrer dans sa famille, où l'attendent humiliations, chantages et nouvelles menaces d'enlèvement. Qui est la victime ? L'homme (« horrible-chef-d'entreprise-capitaliste-aristocrate ») ou son entourage ? Et qui, dans cette affaire, manipule qui ? La famille ? Les truands ? La presse ? La police ?

Tout cela rend le film de Belvaux admirable. Comme les comédiens, tous fantastiques. Yvan Attal est un baron tout à fait crédible, touchant, dépassé par ce qui lui arrive. Mais aussi André Marcon, magnifique comédien, dans le rôle trouble de l'homme de confiance du baron. Maître du double jeu. Et encore Anne Consigny, qu'on a déjà admirée dans le dernier film d'Arnaud Despléchins, qui joue ici l'épouse du baron. Et enfin, last but not least, le très bon Michel Voïta, l'un de nos tout meilleurs comédiens, parfait dans son rôle de patron de la police.

Allez, j'en ai trop dit ! Courez voir Rapt ! avant qu'il disparaisse de nos écrans. C'est l'un des meilleurs films de l'année.

A Genève, au cinéma Central.

10:00 Publié dans mon petit cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rapt, belvaux, yvan attal, michel voïta | | |  Facebook

13/12/2009

Norah forever

Pour vous, fidèles lecteurs, la voix de Norah Jones, la plus belle voix de ce début de siècle…

Extrait de son nouvel album, intitulé « Chasing Pirates »…

Lire la suite

18:40 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : norah jones, chanson, chasing pirates | | |  Facebook

10/12/2009

Ce soir, on rase gratis (bis)

DownloadedFile.jpegOn sait combien les œuvres des artistes européens (chanteurs, cinéastes, écrivains) ont de la peine à traverser l'Atlantique. L'inverse est vrai aussi, parfois. Ainsi le nom de Stephen Sondheim est-il presque inconnu en Europe. C'est à lui que l'on doit, pourtant, les paroles de West Side Story (musique de Leonard Bernstein) et de nombreuses comédies musicales, dont Follies, Into the Woods, etc. Cette lacune, heureusement, est en passe d'être réparée.
C'est à Genève, au Théâtre du Loup, que Sondheim a fait une entrée fracassante avec la création, en français, il y a une année, de Sweeney Todd, le barbier dément de Fleet Street.
À mi-chemin de l'opéra et de la comédie musicale, du tableau de mœurs et du thriller, Sweeney Todd raconte les mésaventures d'un barbier anglais devenu serial killer. L'argument est simple ; il pourrait vite être simpliste ou répétitif (quoi de plus ennuyeux qu'un serial killer?). Mais la musique est inclassable. Le texte admirablement adapté par Alain Perroux, qui signe également la mise en scène du spectacle. Et les voix, surtout, sont magnifiques. Avec une scénographie réduite au minimum, peu d'effets spectaculaires, le spectacle est pourtant endiablé d'un bout à l'autre. Cela tient au livret, bien construit, à la musique toujours surprenante et au jeu des comédiens-chanteurs, tous parfaits dans leur rôle.
En un mot comme en cent, il faut courir au Théâtre du Loup pour admirer les voix, le texte et la musique de Sondheim, et assister au rituel macabre du barbier de Fleet Street, qui chaque soir rase gratis. C'est une reprise, bien sûr, mais qui mérite d'être vue et revue !


Du 9 au 20 décembre 2009
au Théâtre du Loup de Genève (GE)
10, chemin de la Gravière, Genève-Acacias
accès bus 2, 10 arrêt Bâtie, bus 11 arrêt Queue-d’Arve
réservations : 022 301 31 00
location : Service culturel Migros – 7, rue du Prince – GENEVE
www.theatreduloup.ch

10:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sweeney todd, théâtre du loup, sondheim | | |  Facebook

03/12/2009

Michel Buhler à Tard pour Bar

images.jpeg Victime, sans doute, de son succès, la seule émission « culturelle » de la TSR, Tard pour Bar, qui a déjà défrayé cette chronique (voir ici et ici), passe à une heure de plus en plus tardive, jeudi à 22h50. Ce n'est pas une raison pour manquer l'émission de ce soir qui réunira, outre la comédienne Anouk Grinberg, venue présenter un spectacle sur Rosa Luxembourg, quelques vieux de la vieille de la gauche suisse-romande (Pierre-Yves Maillard, Michel Buhler) et des routards du néo-libéralisme (François Schaller, Marc Comina) autour du thème « Vive la révolution ! »

Lire la suite

12:50 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (10) | | |  Facebook

02/12/2009

Nous sommes tous des fumeurs juifs allemands et musulmans

images-1.jpegNous vivons sous la dictature de l'émotion. Les journaux en font leurs choux gras. Les politiques l'attisent. La radio et la télévision en vivent et s'en délectent. Tout le monde la caresse, l'encense, la glorifie. Ceux qui ont voté pour l'initiative anti-minarets : ils ont voté avec leurs tripes, sans réfléchir, ce ne sont que des émotionnels. Mais aussi les autres, tous les autres. Par exemple ceux qui ont défilé hier soir à Lausanne et à Genève, hurlant leur émotion devant les caméras (tiens, elles étaient là, quelle chance !). Arborant des slogans absurdes comme : « Nous sommes tous des musulmans ». Des slogans absurdes et surtout discriminatoires. Pourquoi seulement « musulmans » ? A-t-on pensé à toutes les autres minorités opprimées de par le monde ? Et les Juifs alors ? Et les fumeurs qu'on relègue dans des cagibis insalubres ? Et les femmes (battues ou non) ? Et les victimes d'actes pédophiles ? Je trouve cela inacceptable…

Lire la suite

08:45 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : minaret, musulman, juif, fumeur, émotion | | |  Facebook