25/12/2009

Hafid Ouardiri, champion du monde

789924557.jpg Il manquait encore un personnage à notre galerie des Grandes-Têtes-Molles. Mais, après avoir tenté, un  soir de décembre, devant Saint-Pierre, de faire scander à une foule naïve et frigorifiée le slogan : « Nous sommes tous des musulmans ! », Hafid Ouardiri s'est rappelé à notre souvenir. On se rappelle que le bonhomme s'était illustré, avec son ami Tarik Ramadan, dans un débat aux subtilités jésuitiques, il y a une dizaine d'années, sur la légitimité de battre sa femme, ou non (sourate 24 du Coran : « L'homme a tout pouvoir sur la femme, y compris celui de la battre »).

À l'époque, c'est le journal le Courrier qui avait abrité ce débat passionnant et passionné dans lequel nos deux as en théologie rivalisaient d'arguments. « Il y a battre et battre » disait l'un. « La violence est déconseillée, rétorquait l'autre, mais enfin, s'il fait battre sa femme (comme le prescrit le texte sacré), il faut que ce soit avec une… brosse à dents (que ceux qui ne me croient pas relisent le Courrier) !

Notre Grande-Tête-Molle a encore frappé la semaine dernière en déposant un recours, lui le docteur en démocratie, devant la Cour de Justice Européenne pour tenter de faire annuler la fameuse votation sur l'interdiction des minarets (initiative que l'Europe entière nous envie). Bel exemple de tolérance ! Venant d'un homme, licentié par les siens, qui s'est donné pour tâche de faire la leçon aux Occidentaux, coupables de tous les vices : racisme, islamophobie, intolérance, déni de démocratie, populisme, etc.

S'il fallait, en cette fin d'annus horribilis, décerner un prix de la plus Grande-Tête-Molle de la République, nul doute que M. Ouardiri décrocherait le pompon.

Toutes nos félicitations !

10:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : hafid ouardiri, islam, minarets, suisse, intolérance | | |  Facebook

Commentaires

Ce recours est une maladresse politique de la part de Ouardiri, même si du point de vue légal, il est recevable. Maladresse à deux niveaux :
- d’une part, ce recours dans le contexte actuel d’une votation tranchée clairement par le peuple suisse, fait passer Ouardiri dans le camp des islamistes, même s’il est un homme avec lequel on peut discuter.
- d’autre part, si un tel recours gagnait, cela ferait grimper en Suisse la cote de l’UDC la moins modérée. Le principe « l’excès appelle l’excès » se vérifierait et ce serait un cas d’école pour nos sociologues.

Écrit par : Jean Romain | 25/12/2009

"même s’il est un homme avec lequel on peut discuter."
"Discuter", "dialoguer" sont des termes qu'il aime répéter à satiété, comme tous ses amis. La question est de savoir si on peut le faire changer d'avis sur quelque point que ce soit concernant sa compréhension du Coran.

Écrit par : Mère | 25/12/2009

Intenter un tel recours est une ineptie. Les arguments, inexistants, ne font que renforcer l'idée que certains méprisent la vox populi-vox dei.

M. Ouardiri sombre là dans la caricature (pas danoise). Faut-il le rappeler que le minaret ne figure pas dans les textes religieux et par conséquent il n'est pas nécessaire à l'exercice de la prière.

En plus du Courrier, il y eut le Temps où il déclarait en juillet 2006." En Suisse, il n'y a pas de restriction à exprimer sa foi." Alors, où est le problème? Est-ce qu'une telle déclaration cacherait un sens particulier, dans la direction d'une revendication à faire n'importe quoi au nom de la religion?

Le peuple suisse, éclairé, a voté! Il a dit tout haut sa profonde méfiance à l'égar de l'islamisation des eours juridico-sociales dans la mesure où religion et politique sont entremêlés. Nos tribunaux regorgent déjà de tels problèmes ... les hôpitaux, les cantines scolaires et les prisons aussi!

M. Hani Ramadan précise avec une clarté éblouissante ce constat. Dans "L'islam et la dérive de l'Occident", il explique que : "L'islam comprend une notion qui est étrangère à la démocratie moderne : l'obéissance de tous les citoyens musulmans va d'abord à la loi divine. C'est elle, la sharia qui constitue la référence normative de la communauté."

Le ridicule d'un tel recours n'est plus à démontrer ...

JOYEUX NOËL à vous, JR et JMO!

Écrit par : Micheline Pace | 25/12/2009

Bonjour à toutes et à tous,

j'ai eu le plaisir de débattre avec M. Ouardiri lors d'un débat qui a précédé la votation.

M. Ouardiri est effectivement un homme de dialogue, même si il a réellement eu "peur" des conséquences de cette votation. Le résultat de cette dernière l'a aussi beaucoup touché.

Quant à son recours, effectivement c'est une maladresse, mais c'est son droit.

Si la votation reflètait une crainte, une peur, que je comprenais et partageais, je comprends aujourd'hui sa crainte de voir des dérives et des interprétations malheureuses de ce résultat.

Ce résultat est avant tout un "non" clair à un islam radical prôné par certains. Et non, un refus des musulmans qui vivent leur culte le plus normalement du monde dans le respect des autres, de notre Constitution et de nos lois pénales, civiles et de nos us et coutumes.

Quant à sa décision, je la regrette et ne la partage évidemment pas, tout en comprenant le souci qui l'aura motivée.

Sur ces bonnes paroles, Joyeux Noël !

Stéphane

Écrit par : Stéphane | 25/12/2009

Ouardiri a déposé son recours à la Cour de Strasbourg, représenté par cinq avocats:

Il s'agit du Bâtonnier Pierre de Preux, avocat au barreau de Genève, du Bâtonnier Georges-Albert Dal, avocat au barreau de Bruxelles, du Bâtonnier Bertrand Favreau, avocat au barreau de Bordeaux, du Bâtonnier Pascal Maurer, avocat au barreau de Genève, et de Me Christophe Pettiti, avocat au barreau de Paris (http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=200001&sid=11606026)

Je ne crois pas que M. Ourdiri a promis à ces avocats des houris aux grands yeux prévues par le Coran au Paradis ... après la mort. C'est certainement avec de l'argent sonnant et trébuchant qu'ils seront payés, et tout de suite. Je souhaite savoir qui les paie. Peut-on avoir une idée? Messieurs les journalistes, pouvez-vous poser la question à M. Ouardiri?

D'autre part, je souhaite savoir si le Conseil fédéral défendra la décision du peuple suisse ou s'il baissera les culottes devant les islamistes. Messieurs les journalistes, pouvez-vous poser la question au Conseil fédéral?

Deux questions qui méritent méditation.... et réaction.

Écrit par : Sami Aldeeb | 25/12/2009

Que pense M. Ouardidi des 100 millions de chrétiens sous surveillance dans le monde et notamment au Soudan, Paskistan et Irak avec des politiques d'assassinats en série, d'épuration religieuse, d'exodes, de charia. La situation des musulmans de Suisse est fort enviable et même si le vote anti-minaret est une mauvaise initiative, il n'y aucune commune mesure avec ce que les chrétiens vivent dans certains y compris de la part des régime chinois.
http://www.lefigaro.fr/international/2009/12/23/01003-20091223ARTFIG00626-noel-cent-millions-de-chretiens-sous-surveillance-.php#xtor=AL-5

Écrit par : demain | 25/12/2009

Bonjour...je lis tous vos commentaires et critiques sur les musulmans et sur M. Ouardiri...
Vsiblement l'intolérance et le mépris sont les fondements même de ce qui vous poussent à tenter une stratégie de stigmatisation et de rejet vis à vis de la démarche de M Ouariri.
Nous sommes nombreux, musulmans ou non à souhaiter que cette interdiction de construire des minarets sur le territoire suisse soit annulée par la cour européenne, car malheureusement le gouvernement suisse pour des raisons purement électoralistes n'osera pas mettre fin au petit jeu perfide instauré par l'UDC branche Blocher.
Nous sommes solidaires avec l'action de M Ouariri car il se bat contre toutes formes de discrimination.
Aujourd'hui les musulmans... demain les noirs et aprés... les juifs...?
Non, la haine de l'autre ne gagnera pas, car nous avons assez de culture et de raisonnement pour comprendre que cette loi devait servir de tremplin éléctoral à L'UDC et nous ne pouvons pas accepter ce type de dérives islamophobes dans notre pays civilisé...La communauté musulmane suisse ne servira pas de strapontin pour l'ascension des idées nauséabondes de l'UDC.... !!
Lorsque la cour de Starsbourg aura annulé cette loi, nous pourrons enfin débatre et luter contre les peurs et pour la tollérance.
Bravo à M Ouardiri pour son engagement car une loi ne doit pas servir de faire valloir pour mettre a genoux toute une communautée pacifique qui ne demande qu'a pratiqué sa religion en paix.
Luttons plutôt contre les sectes et toutes formes d'extrêmisme politque ou religieux.

Écrit par : M.U.R | 25/12/2009

Cher MUR, ne confondez pas M. Ouardiri et les Musulmans. La plupart des musulmans ne se reconnaissent pas en M. Ouardiri, qu'ils ont d'ailleurs viré de la mosquée du Petit-Saconnex. Ce monsieur ne représente que la faction extrême d'une religion qui ne respire pas la haine, ni le mépris de la démocratie. La liberté de culte est totale en Suisse et l'Islam mérite le respect dû à toutes les religions. D'autre part, Strasbourg ne peut pas annuler le résultat d'une votation populaire (et démocratique). Elle n'a pas ce pouvoir. Et M. Ouardiri le sait bien !

Écrit par : jmo | 25/12/2009

Et bonne fêtes à vous !

Écrit par : jmo | 25/12/2009

jmo, bonjour. Je suis bien conscient que Mr Ouardiri n'était peut-être pas la bonne personne pour déposer un recours contre la décision du peuple suisse. Mais qui d'autre? Un Suisse d'origine? Encore moins crédible. Un politicien? Du suicide pur et simple pour lui. Aller contre le peuple, c'est aller contre soi. Qui alors, si ce n'est Dieu lui-même aurait pu avoir la légitimité de recourir dans cette triste affaire qui nous désunis et sème la haine? Mais comme Dieu n'existe pas et que la Suisse n'existe pas, il faut laisser reposer cette décision dans son amphore. Je pense que les Suisses ont commis une bêtise de plus, poussé par un parti qui surfe sur une vague qui va lui retomber sur la figure. Les Suisses retrouveront un jour la sagesse, peut-être en laissant les étrangers aussi votés sur les décisions qui les concernent directement puisqu'ils vivent parmi nous. Le résultat aurait été tout autre, n'est-ce pas? Bien à vous. Mr Ouardiri est un des seuls leader musulman reconnu qui tente de bâtir des ponts entre une religion qui veut se faire respecter et un occident laïcisé qui ne sait plus faire des choix rationnels quand il s'agit de croyances. Et pourtant, c'est bien de ça qu'il s'agit. Faire des choix rationnels. On refuse de parler de l'interdiction de la burqa alors que là, il y avait un boulevard juridique qui s'ouvrait, un sens de la dignité féminine qui pouvait s'exprimer haut et fort, un sens de la pudeur public ( voile intégral = nudité intégrale dans l'expression choquante et provocatrice vis-à-vis de la population). Encore une fois, tirer sur Mr Ouardiri, c'est faire une fleur aux disciples de Ben Laden. Bien à vous. Joyeux Noël!

Écrit par : pachakmac | 25/12/2009

On savait M. Ouardiri très susceptible, on le savait aussi embarrassé après cette interdiction de construction de minarets et surtout incapable de l'expliquer à son fils - " Comment vais-je l'expliquer à mon fils " déclarait-il devant les caméras au soir du 29 novembre dernier - , lui l'homme jamais à court d'arguments, et on le découvre aujourd'hui récipiendaire du grand prix "Champignac d'Or de la Grande-Tête-Molle" - à ne pas confondre avec la "Tête de Moine AOC au lait cru" qui n'appartient pas à la même obédience.

On apprend aussi, selon Sami Aldeeb, qu'il s'est assuré le concours de cinq avocats, et non des moindres, dont les honoraires seront vraisemblablement payés par quelque pétro-monarchie du Golfe, pour l'assister auprès de la Cour Européenne. On reste perplexe devant tant d'étalage de moyens et d'efforts médiatiques pour victimiser cette cause défendue avec acharnement par M. Ouardiri, alors qu'il eût été peut-être préférable de pacifier le débat, d'initier un dialogue entre Musulmans pratiquants et les défenseurs de la laïcité.

Non, ne soyons pas naïfs, M. Ouardiri n'a pas agit par maladresse car son recours auprès de la Cour Européenne relève au mieux de l'indécence. C'est d'une faute politique dont il s'agit, pas d'une maladresse ! Par ce recours, M. Ouardiri contribue à souffler sur les braises d'un incendie prêt à s'allumer. Les initiateurs de l'interdiction des minarets n'en demandaient pas tant, on leur sert ainsi des arguments supplémentaires sur un plateau d'argent !

J'ai voté contre cette initiative anti-minarets, car je la trouve stupide et inappropriée, mais mon opposition ne fait pas de moi un "Musulman" !

Joyeux Noël à tous les hommes de bonne volonté, à vous aussi M Ouardiri si vous vous sentez concerné ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 25/12/2009

Je crois à la maladresse. M. Ourdiri a déclaré sur les ondes au lendemain de la votation que « dans son for intérieur », il avait dû entreprendre quelque chose. Il s’est senti écrasé par ce vote, asphyxié. Or les émotions ne font pas bon ménage avec la politique.

Je ne pense pas, contrairement à JMO, qu’Hafid Ouardiri soit un extrémisme et son éviction de la mosquée de Genève est assez complexe, mais je pense qu’il passe aujourd’hui pour un extrémiste parce que son geste le propulse dans ce camp.

Si la cour de Bruxelles invalidait le résultat du scrutin suisse sur les minarets, ce serait une crise majeure pour notre pays et il ne ferait pas bon être musulman ici… malheureusement. Malheureusement parce qu’en fait l’interdiction des minarets ne change strictement rien à la vie de la plupart des pratiquants de notre pays.

Écrit par : Jean Romain | 25/12/2009

"Comment vais-je l'expliquer à mon fils" déclarait-il devant les caméras au soir du 29 novembre dernier."

J'ai répondu, sur le site de Hani Ramadan, qu'il n'avait qu'à reprendre les arguments avec lesquels il expliquait l'interdiction de l'abattage rituel, mais mon message a été censuré par le tenancier du blog :o)

Écrit par : Scipion | 25/12/2009

"On refuse de parler de l'interdiction de la burqa alors que là, il y avait un boulevard juridique qui s'ouvrait, un sens de la dignité féminine qui pouvait s'exprimer haut et fort, un sens de la pudeur public..."

Et cela, pachakmac, est censé vous éviter l'accusation d'islamophobie ? Si c'est ce que vous croyez, vous vous trompez lourdement.

Tarik Ramadan, autre dialogueur émérite, a d'ores et déjà annoncé la couleur : une loi contre la burqa serait une stigmatisation de toute une population. Et il fera lui-même en sorte que les musulmans la ressentent ainsi.

La plupart de ceux qui ont voté OUI à l'initiative savaient déjà qu'avec les dirigeants musulmans le chantage à l'islamophobie, à la stigmatisation et à l'exclusion serait permanent. Relativement peu nombreux encore, ils sont déjà forts de nos faiblesses et de notre (fameuse) tolérance.

Écrit par : Scipion | 25/12/2009

Je suis rassuré de voir que certains sont sur leur garde quand M. OUARDIRI s'exprime.

Monsieur l'ex-porte parole d'un boulot qu'il avait il y a 3 ans.

On sais rien de lui. Il dit qu'il a fait des études en France. Moi j'aimerai bien qu'il nous les montre ses diplômes.

Tarik, Hani, Hafid, même combat.

Moi, j'aimerai bien qu'on donne la parole aux vrais porte-paroles : l'iman de la mosquée de Genève par exemple. Pourquoi pas, il est pas fréquentable ??

Écrit par : ceptique | 25/12/2009

Scipion, c'est justement pour cela que les porte-paroles officiels des musulmans doivent un peu s'effacer et laisser les musulmans s'exprimer librement sur nos blogs, dans les journaux, à la télévision, partout. Le veulent-ils? Là est toute la question. Mes parents, ce n'est pas si vieux, craignaient la liberté d'expression face à l'Eglise catholique, ma mère était d'esprit assez critique mais soumise au pape, aux autorités. C'est difficile de s'exprimer quand on craint d'être banni de la société, de la famille, de sa femme, de son mari. Les musulmans n'ont pas encore acquis la même liberté au droit à l'expression que nous avons conquis ces quarante dernières années. Surtout, certains d'entre nous savent vivre la solitude comme art de vivre et de penser même si psychologiquement c'est pénible. Le musulman pense encore trop collectif et pas assez individuel. Ce n'est pas pour cela que nous devons les rejeter ou les maudire. Il faut au contraire les aider comme eux peuvent nous aider à explorer de nouvelles pistes sur le chemin du libéralisme. La lutte contre l'intolérance continue.

Écrit par : pachakmac | 26/12/2009

"Le musulman pense encore trop collectif et pas assez individuel. Ce n'est pas pour cela que nous devons les rejeter ou les maudire. Il faut au contraire les aider..."

Les aider ? Comme des handicapés, en somme... Mais où allez-vous chercher que c'est ce qu'ils souhaitent ? C'est parce que vous vous croyez tellement supérieur à eux que vous ne concevez pas qu'ils puissent aspirer à autre chose ?

Moi qu'on taxe si fréquemment de racisme, je ne parviens pas à me persuader que les autres ne rêvent que d'être comme nous. Ce qui reste une façon comme une autre d'affirmer une supériorité.

"La lutte contre l'intolérance continue."

Vous n'avez jamais pensé que, dans bien des cas, l'intolérance ressortit à la légitime défense ? Ce qui collerait avec la définition que Cioran donnait de la tolérance : "une coquetterie d'agonisant"...

Écrit par : Scipion | 26/12/2009

@pachakmac

"...laisser les musulmans s'exprimer librement...

De quels musulmans vous voulez parler? Des personnes comme moi, musulmane , pratiquante et voilée par choix, par exemple? Ou bien des musulmans athées ( qui ne veut rien strictement rien dire!), ou des musulmans chrétiens ou des musulmans de nom?

L'Islam est une religion qui exige un choix individuel et absolu d'adhésion, et celui qui avance autre chose, est un fieffé menteur! Ensuite, on fait forcément partie de la Communauté, et c'est ce qui fait la force et la beauté de cette religion! Cherchez à diviser ses membres, et les monter les uns contre les autres, est un vil travail que fait l'occident depuis déjà pal mal de temps, et les musulmans ne sont pas dupes! Diviser pour régner n'est-ce pas là un slogan occidental?

Écrit par : Inside | 26/12/2009

A mon avis, il faut éradiquer les musulmans comme on fait avec les rats! La seule manière de débarrasser la terre d'eux, c'est de lancer des initiatives partout pour le droit de tuer des musulmans! Je suis sûre qu'il y aura un plébiscite, et les peuples peuvent s'en donner à coeur joie pour réaliser, enfin, leur fantasme le plus fou!

Écrit par : Inside | 26/12/2009

@JMO..
vous dites : "Cher MUR, ne confondez pas M. Ouardiri et les Musulmans. La plupart des musulmans ne se reconnaissent pas en M. Ouardiri, qu'ils ont d'ailleurs viré de la mosquée du Petit-Saconnex. Ce monsieur ne représente que la faction extrême d'une religion qui ne respire pas la haine, ni le mépris de la démocratie. La liberté de culte est totale en Suisse et l'Islam mérite le respect dû à toutes les religions. D'autre part, Strasbourg ne peut pas annuler le résultat d'une votation populaire (et démocratique). Elle n'a pas ce pouvoir. Et M. Ouardiri le sait bien !"

Je ne me prononcerai pas sur la première partie de votre comment...M Ouardiri est tout à fait respectable dès lors qu'il s'oppose à une loi scélérate qui de facto stigmatise une religion en Suisse...
Maintenant, concernant la cour de Strasbourg, il est indéniable que la décision qui sera rendue par cette institution, n'a aucun valeur coercisive sur nos affaires intérieurs...Mais le jugement rendue aura une très forte valeur symbolique et mondialement reconnue...Notre postion de "petit pays arriéré" sera affiché au yeux du monde entier...
Enfin, notre psoition au sein du conseil de droits de l'Homme, la présidence pour la Suisse, nos relations avec le monde arabe...etc...Tout cela servira d'arguments pour justifier encore plus les attaques de notre système économique-financier et diplomatique (Kadhafi !)
Si après cela, les suisses n'ont toujours pas compris qu'ils ne pouvaient interdir un droit fondamental , alors...il faudra s'attendre à des temps encore plus difficiles...car nous serons devenus les parias du monde entier...

Écrit par : M.U.R | 26/12/2009

"La seule manière de débarrasser la terre d'eux, c'est de lancer des initiatives partout pour le droit de tuer des musulmans!"

En Suisse, ça ne marchera jamais. Je ne connais pas un seul de cas de musulman qui aurait reçu une petite claque du seul fait qu'il était musulman ! Alors, les tuer, vous pensez...

Écrit par : Scipion | 26/12/2009

Ce Monsieur Hafid Ouardiri est un très beau parleur, je n'ai pas encore très bien compris les intentions et les butes de sa fondation aux Pâquis, encore de l'esbroufe et du cabotinage!

"Culpabiliser" et "Terroriser" ça marchent toujours très bien et partout!

@inside
vous écrivez
"Laissez les musulmans s'exprimer librement!"

Vous n'avez pas très bien comprit, les musulmans n'ont pas le droit de s'exprimer librement, ils doivent toujours se référer au prophète, c'est là, à mes yeux le vrai problème!

Écrit par : dominiquedegoumois | 26/12/2009

Chacun de nous se réfère à quelqu'un ou quelque chose! Cherchez bien chez vous, je donne ma mains au feu que vous trouverez! Vous êtes un humain comme les autres et vous n'échappez pas à la règle, à moins que vous ne me prouviez que vous n'allez pas au petit coin!

Je vous dédie cela :

"La liberté consiste à obéir aux lois que nous avons choisies". Montesquieu. La prétention à ne dépendre d'aucune loi, c'est, comme disait - à peu près - Robert Hainard, la liberté des chiffes molles.

Écrit par : inside | 26/12/2009

Ne donnez votre main à personne, pas même au feu!

Quesque ça veut dire un humain comme les autres?

Je ne vois pas ce que faire pipi à avoir avec Dieu?

Non cher @inside je m'interdis de penser au travers de qui que ce soit!

Je n'ai pas besoin de citer qui que ce soit non plus pour exister!

C'est incroyable ce besoin que les gens ont de vouloir forcer les autres à croire comme eux!

La Terre cher ami à 5 milliards d'années environ!
(ce que les musulmans réfutent)
Nos lointains ancêtres 1 million d'années, alors nos petite croyances à la noix, c'est simplement du vent!

On veut absolument qu'il y ai quelque chose après la mort, moi je pense qu'il n'y a rien et ça ne m'angoisse pas du tout!

Vacuité!
Vanité!

Écrit par : dominiquedegoumois | 26/12/2009

bonne fêtes aussi cher JMO ... !!
:o)

Écrit par : M.U.R | 26/12/2009

Allez voir le site de @Sami Aldeeb, il explique qu'en Egypte il n'y a que 25% des mosquées qui ont un minaret!

Écrit par : dominiquedegoumois | 28/12/2009

Ce qui m'agace le plus de cette personne c'est qu'il pronne l'ouverture et le respect des institutions et qu'il va déposer un recours, même s'il en a le droit, sur un VOTE POPULAIRE.

Et oui Monsieur la Suisse est un pays démocratique et personne ne pense pour nous, ce qui n'est pas le cas partout.

A méditer.

Écrit par : Davide | 29/12/2009

décidément il est difficile de faire comprendre à tous les opposants à ce recours qu'il s'agit là bien plus d'une avancée que d'une atteinte à je ne sais quoi d'autre.

un certain nombre de musulmans ont opté, là où les commentateurs caricaturaux ne voient que des intégristes extrémistes islmaistes, pour un recours judiciaire, et donc démocratique, accepté démocratiquement pas le sacro saint peuple suisse (vox populi vox dei) voici des années...

tant accepté d'ailleurs qu'aucun suisse n'a jamais manifesté la moindre opinion lors du prononcé des arrêts de la CEDH condamnant la suisse (69% des 80 (environ) arrêts prononcés concernant la suisse)

mais là... il semble que le sentiment xénophobe a tellement été excité par quelques partis politiques parmis les plus recommendables (UDC/MCG) que le suisse moyen voit dans ce recours un quasi-viol... un métèque qui ose lui rappeler les principes démocratiques qui sont les siens et parmis lesquels figure le respect... des traités internationaux...

alors à tous ceux qui considèrent ce recour comme "une ineptie", "ridicule", "de l'indécence" etc... etc... etc... vous devriez calmer vos réflexes d'intolérance et y voir au contraire un réel signe d'intégration alors même que bon nombre d'entre vous ne considèrent les musulmans que comme de simples imbéciles portant des ceintures d'explosifs... mieux vaut avoir recour à un avocat (lequel peut parfois pour répondre à une question posée, agir gratuitement en contrepartie de la publicité qu'une affaire est susceptible de lui faire... pas besoin d'avoir nécessairement recours à des valises de pétro-dollars...) que de se faire péter dans un tram bondé...

Écrit par : matthieu | 29/12/2009

@ Matthieu écrit :

"un certain nombre de musulmans ont opté, là où les commentateurs caricaturaux ne voient que des intégristes extrémistes islmaistes, pour un recours judiciaire, et donc démocratique, accepté démocratiquement pas le sacro saint peuple suisse (vox populi vox dei) voici des années..."

Que nenni matthieu !

La CEDH a été ratifiée en catastrophe avec la seule autorisation du Parlement dont la décision n'était alors pas soumise au referundum obligatoire ou même facultatif.

Cela ne veut pas dire qu'elle n'engage pas la Suisse. Mais on ne peut pas dire que le peuple a dit oui (pas de referendum obligatoire) ou même tacitement oui (referendum facultatif).

Écrit par : CEDH | 29/12/2009

si le peuple a dit oui et ce à plusieurs reprises puisque le système suisse est un système moniste ce qui implique nécessairement l'adaptation préalable de la législation interne avant la ratification officielle dudit traité...

l'inverse est impossible et c'est la raison pour laquelle le processus d'adhésion de la suisse a pris autant de temps (de 1963 à 1974)

Écrit par : matthieu | 29/12/2009

Je pense que la seule vraie question est: peut-on battre un minaret avec une brosse à dent?

Écrit par : Zorg | 29/12/2009

Que nenni mathhieu !

Le peuple a tacitement ou effectivement adopté des modifications législatives fédérales et constitutionnelles qui ont permis la ratification de la CEDH dans de "bonnes conditions". Je vous l'accorde.

Mais ce qui fait problème aujourd'hui, ce qui entrave la liberté du peuple et des cantons, ce n'est pas ces lois et modifications de la Constitution fédérale, c'est la CEDH. C'est bien elle qui est invoquée pour empêcher l'application de la volonté du peuple et des cantons. Ce ne sont pas les lois et modifications constitutionnelles que vous mentionnez, qui ne sont d'aucun secours à la thèse de Monsieur Ouardiri.

Etrange conception démocratique que d'exiger l'accord du peuple et des cantons pour modifier la Constitution, mais accorder les pleins pouvoirs à un Parlement pour adopter la CEDH, et, par là, empêcher l'effectivité d'une modification ultérieure de la Constitution par le peuple et les cantons. C'est rendre théorique et illusoire les droits du peuple et des cantons.

La CEDH est à ce jour l'expression d'un déficit de démocratie directe. Elle doit d'une manière ou d'une autre être soumise au vote du peuple et des cantons et, je l'espère, acceptée par le peuple et les cantons.

Ainsi le recours de Monsieur Ouardiri, qui se fonde sur la CEDH, est celui du Parlement contre le peuple et celui du Parlement contre les cantons. D'ailleurs il est assez clair que Monsieur Ouardiri se range derrière l'élite parlementaire contre le peuple et les cantons.

C'est son droit.

Écrit par : CEDH | 29/12/2009

Bah... Qui peut encore croire qu'un verdict de Strasbourg aurait un effet en Suisse? S'il se trouvait un responsable politique ou membre d'une autorité pour préconiser l'application de ce verdict, il signerait immédiatement son suicide politique. Alors, restons sereins et rions!

Écrit par : Emigré | 30/12/2009

la vraie question serait de savoir ai on pourrait accorder une dérogation pour autoriser des minarets de la taille d'une brosse à dents.

Voilà qui réglerait la question fameuse de la visibilité, chère à Tariq ramadan.

Écrit par : yves scheller | 30/12/2009

Extrait pour ceux qui se croient les meilleurs, les sublimes et les seuls dignes de louanges! Ils se reconnaitront sans problème!

" ...C’est que Tariq Ramadan développe ses idées d’ouverture à l’intérieur du dogme musulman. Il développe un discours islamique, bien que novateur et affranchi des pesanteurs, et non pas un discours sur l’islam qu’il soit hostile ou au contraire condescendant. Qu’un islamiste fondamentaliste, intégriste ou extrémiste (peu importe le qualificatif) défende les aspects les plus obscures et rétrogrades de sa croyance, cela ne provoque qu’haussement d’épaules. Qu’un musulman d’origine s’attaque frontalement aux fondements de sa religion et le voilà considéré comme éclairé. Mais qu’un homme défende sa foi tout en assimilant les valeurs universelles de liberté de conscience, d’émancipation de la femme et du progrès en général, cela semble étrange, suspect et pour tout dire condamnable. Tariq Ramadan devient dangereux. Il propose de relire les textes fondamentaux et en particulier le Coran, à la lumière du savoir et surtout des valeurs contemporains. L’Islam peut donc être la foi d’un homme moderne au sens plein et occidental du terme !

Tariq Ramadan réussira t-il son défi ? Aura t-il les moyens intellectuels et politiques pour faire progresser son idée jusqu’à faire basculer des pans entiers de musulmans dans un rapport au monde pacifié, tolérant et constructif ? Il faut préciser que s’il est en pointe dans ce combat, il n’est pas le seul, loin de là. Mais en étant aujourd’hui sous les feux de la rampe, il focalise sur sa personne les craintes, les peurs et les clichés de ceux qui assignent au musulman une alternative unique : être musulman de foi et donc sujet à caricature, épouvantail pratique, ou musulman de naissance, invisible d’un point de vue religieux, sujet d’intégration culturelle potentiel mais avec un néant cultuel.

Justement, le double langage dont on accuse M. Ramadan est plutôt une perception double de la part de ses adversaires : il apparait trop moderne pour pouvoir être de foi islamique ; les deux termes, à leurs yeux, s’excluant réciproquement et définitivement.

L’impossibilité pour eux de conceptualiser la synthèse d’une foi musulmane authentique avec les valeurs des lumières fait qu’ils projettent sur lui une dualité radicale. Tariq Ramadan dit, selon eux, deux choses contraires avec un même langage. Avec les mêmes mots, il séduirait à la fois l’auditeur occidental naïf tout en renforçant l’obscurantisme chez l’auditeur musulman !

Le musulman peut être islamiste, archaïque, misogyne et extrémiste. Il fait alors bonne figure pour être stigmatisé. Il peut être au contraire laïc et même antireligieux. Il est alors un bon citoyen assimilé et fait dès lors souvent office de faire-valoir. Par contre, il ne peut pas être visible dans sa foi, spirituel, moderne, cultivé et prônant les belles valeurs universelles. Le rapprochement de ces termes de l’équation semble à jamais impossible dans l’univers mental des détenteurs de la vérité.

* Comble de l’ironie, il est interdit en Arabie Saoudite, alliée politique intime de l’Occident."

Écrit par : Inside | 30/12/2009

C'est bien joli tous ces discours, mais ne pensez-vous pas qu'il y a des problèmes bien plus importants qui pourraient être traité par cette Haute cour. Je remarque que cette dernière aime bien cassé du sucre sur des pays civilisé comme le notre, mais qu'elle ne prend pas la peine de s'occuper des pays qui bafouent réellement les droits de l'homme.

Par ailleurs, c'est belle Cour avait condamné la Suisse il y a quelques années suite à une Africaine qui se plaignait d'avoir été maltraitée. Ironie du sort, la condamnation était intervenue avant même que les mis en causes n'aient pu faire valoir leur droit. En finalité il s'est avéré que cette dame avait menti, mais rien n'a été dit par cette belle Cour par la suite.

Donc pour moi rien ne vaut la volonté populaire, Haute cour ou pas.

Écrit par : Davide | 31/12/2009

La fine fleur raciste et xénophobe s'exprime en toute quiétude.
Si l'on pouvait gratter quelque peu sur les origines des intervenants on ne saurait guère être surpris qu'il s'agit bien souvent non pas de Suisse AOC, mais d'immigrés ou de secundos européens au bénéfice de la nationalité suisse qui ont une peur bleue de tous les étrangers autres que ceux de leur pays d'origine.
Parmi les thuriféraires de Freysinger & consorts j’ai eu l’occasion de croiser lors de la campagne anti-minarets nombre de ces ahuris qui cassaient du musulman.
A noter que se sont de bons clients des salons de massage dont les techniciennes du sexe sont des maghrébines.

Écrit par : Daray | 09/01/2010

Coran : Dieu s'adresse aux musulmans, aux gens du Livre ( juifs et chrétiens )

ainsi qu'à tous les humains,


Chapitre 4 verset 123) Votre salut ne dépend ni de vos souhaits ni des souhaits

de gens des Ecritures! Quiconque fait du mal aura à en répondre et ne trouvera

personne, en dehors de Dieu, pour le protéger ou le secourir. 124) Tous ceux,

hommes ou femmes, qui, en revanche, auront accompli de bonnes oeuvres tout en

ayant la foi seront admis au Paradis; et tout dommage, même le plus infime,

leur sera épargné. 125) Qui donc professe une meilleure religion que celui qui

se soumet à Dieu, tout en faisant le bien et en suivant le culte d'Abraham, ce

monothéiste exemplaire dont Dieu a agréé l'amitié? 126) Dieu est le Maître des

Cieux et de la Terre et Sa science s'étend à toute chose.

Écrit par : Inside | 09/01/2010

That's shocking.

Écrit par : tempur advanced ergo system | 09/09/2010

Never say this mission will come to an end. We can try together to make this mission everlasting.

Écrit par : solar pool cover | 06/10/2010

This is one of my favourite page to visit regularly. It has different interesting trending topics everyday.

Écrit par : free internet advertising | 11/10/2010

Les commentaires sont fermés.