15/12/2009

Rapt : un film à ne pas manquer !

DownloadedFile.jpeg Il y a un film à ne pas manquer actuellement au cinéma. C'est le dernier film du cinéaste belge Lucas Belvaux, Rapt ! Inspiré de la fameuse affaire du baron Empain, qui défraya la chronique en 1978, Rapt ! est une adaptation à la fois fidèle et incroyablement intelligente de ce faits divers. On se souvient que le fameux baron, « grand capitaine d'industrie » comme on disait alors, fut enlevé par un groupe de truands qui réclamèrent une rançon extrêmement élevée. Rançon que la famille et l'entourage d'Empain, délibérément ou pas, ne purent payer.

Lucas Belvaux décortique l'affaire au scalpel sans jamais tomber dans le pathos. Pourtant, les ravisseurs du baron ne sont pas des enfants de chœur. Ils cognent avant de causer. Et ils n'hésitent pas, comme on sait, à mutiler leur victime en lui coupant une phalange de la main gauche. D'un côté, donc, la violence froide et calculée. De l'autre, une famille désemparée qui apprend chaque jour, par la presse de boulevard, les frasques de leur fils, mari ou père respectif. Autre violence, médiatique, qui vaut bien celle des truands. Au mileu, enjeu de tous les combats, le baron, réduit à un animal apeuré, qui porte un masque et secoue ses chaînes quand on le lui ordonne, qui tremble qu'on l'ampute à nouveau, qui ne pense à qu'à sauver sa pauvre vie.

La force du film de Belvaux, c'est de montrer tout ça sans fiotirure, ni effet de style superflu. La fin est particulièrement impressionnante qui montre le baron, détruit, rentrer dans sa famille, où l'attendent humiliations, chantages et nouvelles menaces d'enlèvement. Qui est la victime ? L'homme (« horrible-chef-d'entreprise-capitaliste-aristocrate ») ou son entourage ? Et qui, dans cette affaire, manipule qui ? La famille ? Les truands ? La presse ? La police ?

Tout cela rend le film de Belvaux admirable. Comme les comédiens, tous fantastiques. Yvan Attal est un baron tout à fait crédible, touchant, dépassé par ce qui lui arrive. Mais aussi André Marcon, magnifique comédien, dans le rôle trouble de l'homme de confiance du baron. Maître du double jeu. Et encore Anne Consigny, qu'on a déjà admirée dans le dernier film d'Arnaud Despléchins, qui joue ici l'épouse du baron. Et enfin, last but not least, le très bon Michel Voïta, l'un de nos tout meilleurs comédiens, parfait dans son rôle de patron de la police.

Allez, j'en ai trop dit ! Courez voir Rapt ! avant qu'il disparaisse de nos écrans. C'est l'un des meilleurs films de l'année.

A Genève, au cinéma Central.

10:00 Publié dans mon petit cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rapt, belvaux, yvan attal, michel voïta | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.