30/09/2009

Soyons médiocres!

images-1.jpeg La violence des réactions suscitées par l'« affaire Polanski » est révélatrice de notre époque bien-pensante et médiocre.

Ces réactions, me semble-t-il, sont de quatre types :

1) même si les faits remontent à plus de 32 ans, qu'ils ont été commis dans des circonstances particulières et à une époque particulière, ils demeurent impardonnables. En cela, les Suisses sont de vrais calvinistes : pour eux, pas de pardon, pas de pitié pour ceux qui ont pêché. Surtout sexuellement. L'injure suprême, ici, c'est pédophile. Bien sûr, personne ne s'interroge sur ce terme : est-ce un vice, une maladie qui se soigne ? Un penchant criminel et inné ? Polanski est un pédophile (même certains journalistes l'ont écrit!) : il doit donc payer, et si possible finir ses jours en prison.

2) à travers Polanski, qui en serait le symbole, on s'en prend à la clique « médiatico-gaucho-culturelle ». Au fond, comme le jogging serait de droite, la « pédophilie » serait de gauche ! Une spécialité naturelle, en somme. Relents nauséabonds de populisme.

3) la Suisse était tenue de respecter le Droit international, surtout si la demande vient des USA (mon Dieu, quelles misères vont-ils encore causer à l'UBS?). Il fallait donc tendre un piège à Polanski, ce couard qui a fui la justice américaine (cette noble institution qui pratique la torture et la peine de mort), pour que Justice soit faite. L'argument juridique prime, bien entendu, sur le facteur humain : l'âge de l'accusé, le fait que la victime ait demandé à ce qu'on classe l'affaire, les circonstances infâmes de l'arrestation, etc.

images-2.jpeg4) mais ce qu'on ne pardonne pas à Polanski, au fond, c'est d'être un artiste — et même de génie. Tout le déferlement de haine auquel son « affaire » donne lieu trouve là son ultime expression. Elle n'est pas pas accidentelle ni occasionnelle : le siècle dernier, elle a frappé Charlie Chaplin (ce monstre), Vladimir Nabokov (tiens, encore un pédophile, chasseur de papillons en plus), Thomas Mann, Hermann Hesse, et j'en passe. (Relevons, entre parenthèses, que Chaplin, Nabokov et Hesse ont trouvé refuge en Suisse : mais c'était une autre époque).  Auparavant, elle a frappé Baudelaire, Flaubert, Oscar Wilde, etc. Cette haine de l'artiste est parfois sous-jacente : elle peut aujourd'hui s'afficher au grand jour. Quoi!  Tous ces malades, ces pervers, ces coupeurs de vérité en quatre, ces femmes et ces hommes dissolus, ces producteurs d'éphémères chefs-d'œuvre, pourquoi seraient-ils au-dessus des lois ? Pourquoi auraient-ils le droit d'outrepasser les règles de la vie sociale ?

Au fond, cette affaire infamante pour la Suisse (qui restera, à jamais, le pays qui arrêté Polanski — ce qu'avaient refusé de faire l'Italie, l'Allemagne, la Suède, le Canada, etc.) révèle au grand jour la haine des créateurs. C'est la revanche des médiocres. Plus besoin, désormais, de regarder les films de Polanski, puisque c'est un pédophile, doublé d'un lâche. Autrement dit : le diable.

Les esprits bien-pensants sont rassurés. La Suisse peut dormir sur ses deux oreilles. Les médiocres ont le dernier mot.

10:25 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (92) | Tags : polanksi, suisse, cinéma, infâme | | |  Facebook

Commentaires

Bonjour...je vous trouve sévère avec nos autoriés et nos médias...
je ne sais si tout cela cache une cabale anti-artistes, comme vous semblez le sous-entendre...il est certain que si Polanski avait été un magnat de la finance façon Donald Trump, les autorités suisses n'auraient pas agit de la même manière... En effet, le statut d'artiste est très mal reconnu en Suisse...les artistes sont apparentés à des "saltimbanques", ils ne sont là que pour nous amuser...et dans une société où le fric est Roi, forcément l'artiste est un mal-aimé..on lui préfère le banquier, le financier, et l'avocat...

mais au delà de toutes ces considérations(que je partage), les actes de Polanski, sont inadissibles, et méritent justice...
Et il ne s'agit pas de dénigrer toute l'oeuvre cinématographique de Roman, car c'est un grand cinéaste qui à réalisé de nombreux chefs-d'oeuvres...Simplement remêttre l'église au milieu du village en exprimant au monde entier, que ces actes d'abus sur une enfant (car à 13 ans, on ne peut véritablement décider face à un adulte accompli et reconnu comme Polanski), ces actes donc sont à sanctionner sévèrement...

et sur un plan symbolique, les USA, n'ont jamais digéré l'affront fait par Polanski...qui se pavanait sur les marches de canne(ou d'ailleurs) pendant qu'Interpol émettait un mandat d'arrêt international...

Alors oui, je fustige les bobo et autres bien-pensants qui s'alarment de l'arrestation de Polanski...mais qui n'ont eu aucun problème à faire subir ce traitement à Hannibal Kadhafi et son épouse enceinte...pourtant là, il ne s'agissait pas d'abus sexuels sur une enfant de 13 ans...!! et il n'y a même pas eu de plainte déposée...alors que dans le cas de Polanski, la plainte coure depuis 32 ans !

bien à vous ! :o)

Écrit par : MUR | 30/09/2009

"mais ce qu'on ne pardonne pas à Polanski, au fond, c'est d'être un artiste"

Pas du tout, ce qui choque dans cette affaire c'est justement le contraire: Qu'on ait évoqué son statut d'artiste pour juger son arrestation scandaleuse. Et vous jouez le même jeu, alors SVP n'inversez pas les rôles!

Visionnez-donc l'émission "Ce soir ou jamais" d'hier, Glucksmann y donne un exemple édifiant sur le sujet...

"même si les faits remontent à plus de 32 ans"

Le fait est que l'affaire a démarré et est passée par un premier jugement, et que dès lors elle n'est plus imprescriptible selon le droit américain. C'est du droit, pas de la littérature!

"les Suisses sont de vrais calvinistes : pour eux, pas de pardon"

Genève n'est pas la Suisse! Vous généralisez cette affirmation comme si tous les cantons suisses étaient catholiques!

"pour ceux qui ont pêché. Surtout sexuellement"

Vous ne comprenez pas: le pardon ne peut avoir lieu qu'après qu'un jugement ait eu lieu et qu'une peine ait été prononcée. Et fuir devant la justice n'est pas le genre de chose que les juges américains apprécient particulièrement.

Pour le reste votre texte transpire le complexe du martyr, c'est assez pathétique il faut bien le dire...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 30/09/2009

Erreur: "comme si tous les cantons suisses étaient protestants" bien sûr...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 30/09/2009

@ Carlitos : « Votre texte transpire le complexe du martyr » Bravo, vous avez gagné un point Godwin (et non Goldwin!)…

Écrit par : jmo | 30/09/2009

1) M. Polanski a, ne vous en déplaise, commis un acte pédophile. Je ne vois pas en quoi il s'agit d'une insulte. C'est un fait... Il l'a admis puisqu'il a plaidé coupable.
Nous sommes si typiquement "calvinistes" (pas de pardon,etc..)?
Puis-je vous poser la question : Si M. Polanski avait commis ces actes à l'une de vos filles à lâge de 13 ans. Vous ne voudriez pas voir cette homme présent à son jugement jusqu'au bout ? présent lors de la sentence ? Et purger sa peine ?

2)Raccourci un peu rapide et facile que vous faites là. Qu'y pouvons nous si ce sont des politiciens et des artistes qui montent aux barricades pour défendre l'indéfendable ?

3) Probablement que la manière n'y était pas. Mais peu importe, cela faisait 32 ans que ce monsieur se jouait de la justice de son pays (que cette justice vous/nous plaise ou non).

4) A nouveau, raccourci un peu trop rapide, facile et.. faux. Personne ne lui reproche d'etre un artiste. Ce qu'on reproche tant à lui qu'à ses défenseurs, c'est que sous prétexte que c'est un artiste internationalement reconnu, il serait au-dessus des lois.... (cela fait quand meme 32 ans qu'il se balade en toute impunité alors qu'un jugement pour acte criminel qu'il a admis avoir commis est toujours en cours).
Ce Monsieur n'est pas au-dessus des lois, personne ne l'est (ou ne devrait l'être). La réaction des gens auraient été la meme s'il fut politiciens, sportifs, patrons d'une multinationale ou autres.

PS: J'espère qu'il ne vous est pas trop pénible de vivre au milieu de tant de "médiocrité calviniste"...

Écrit par : mouais | 30/09/2009

"Bravo, vous avez gagné un point Godwin (et non Goldwin!)…"

Sauf que la loi de Godwin ne s'applique pas au complexe de l'artiste-martyr (bien qu'Hitler en ait souffert fortment dans sa jeunesse, lui aussi... @;-) )

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 30/09/2009

"Fortement", etc. Je ne vais pas revenir sur toutes les coquille, hein?...

Écrit par : Carlitos de Unmauno | 30/09/2009

Tout ce que la Suisse risque dans cette histoire, c'est des films sur les activités sales commises par les banques et les politiques suisses, et là, ça va faire très mal, Hollywood est une énorme machine, au sein de laquelle Polanski est très aimé, donc attention, il ne sera pas difficile de faire un scénario contre les activités meurtrières des banques avec les toutes les dictatures sanguinaires, alors pour moi, c'est une décision (l'arrestation) de l'udc, pour encore plus nous isoler, mais cette fois ça va être terrible !

Écrit par : corto | 30/09/2009

Avec l'arrestation de Polanski, c'est pas 2 otages, c'est 7 millions d'otages !

Écrit par : corto | 30/09/2009

Les lois et la morale sont des maux nécessaires pour éduquer les médiocres, mais ces génies, tel Polanski, sont de purs esprits, ils sont au-dessus de ces basses considérations.

C'est une infamie que de l'arrêter et de l'emprisonner, il n'a fait que saouler, droguer et violer une médiocre petite fille de 13 ans, qui depuis ne veut même plus entendre parler de cette histoire, c'est dire ...

Il avait fait preuve d'une telle grandeur d'âme, il avait plaidé coupable. N'est-ce pas là la preuve de sa bonté, lui, l'être supérieur, c'ètait abaissé à reconnaître avoir accorder ses faveurs à cette pauvre souillon.

Si on a entendu parler de cette affaire, c'est bien grâce à lui, à son aura internationale, elle devrait même lui être reconnaissante de s'être abaissé à la violenter !

Il est évident que ceux qui le poursuivent, ne sont que des jaloux ...

Votre mépris est à vomir

Écrit par : Clyde | 30/09/2009

L'ombre cohabite avec la lumière dans l'humain.

L'ombre n'est pas forcément criminelle. Elle peut simplement recouvrir la part inconsciente de nos actes. Elle peut aussi contenir les peurs, les échecs, les hontes, les lâchetés dont nous pouvons tous être porteurs à certains moments de notre vie. Mais rien de criminel dans cette ombre-là.

L'ombre de Polanski a un jour débordé de la marmite personnelle pour devenir une transgression. Transgressions des lois et donc des valeurs d'une société; transgression dans l'appréciation de la capacité d'un autre être - mineur en l'occurrence - à se déterminer sur un comportement - sexuel - qui demande une certaine maturité pour être assumé pleinement.

Polanski a transgressé, il l'a admis. Je ne connais pas tout le détail, j'ai lu qu'il avait reçu une peine relativement légère en 1978. L'accusation de viol n'a pas été retenue. Elle a été requalifiée ensuite en détournement de mineur, d'où la procédure pendante. Je ne peux bien sûr évaluer le vécu de la mineure en question. Mais ce deuxième chef d'accusation est, semble-t-il, assez différent du viol ou de l'abus, considérés - sauf erreur de ma part - comme d'une gravité plus marquée.

Ce qui n'ôte rien au fait de la transgression.

Il a reconnu une faute. Il a donc déjà en partie rendu justice à la victime. Laquelle semble avoir ou pardonné ou tourné la page en retirant sa plainte et en affirmant publiquement qu'elle souhaitait que cette affaire cesse.

Polanski n'est pas un habitué des transgressions sexuelles. Exposé comme il l'est, cela serait déjà sorti au grand jour. Il a dérapé certes. Mais employons les mots à leur juste sens. Un-une pédophile est une personne qui recherche les contacts avec les enfants de manière habituelle, qui en abuse régulièrement quand il-elle le peut, chez qui c'est un comportement récurrent. Je ne vois pas que cela soit le cas ici. L'appellation stigmatisante et définitive de pédophile ne me paraît pas correspondre avec le personnage.

Je doute que l'on puisse assimiler Roman Polanski à un Dutroux ou à une Badaoui d'Outreau. L'émotion est toujours forte quand il s'agit de victimes mineures, c'est compréhensible et légitime. Mais avec l'émotion on pend, on brûle, on lynche et crucifie avant d'avoir analysé les faits. Elle ne peut donc guider notre pensée. Et cela vaut autant pour les défenseurs du cinéaste, tous dans l'émotion, que pour ses détracteurs, également dans l'émotion.

On sait que tout ce qui touche aux transgressions sexuelles est devenu émotionnel et irrationnel dans notre société actuelle. On peut être condamné à moins de prison pour avoir tué quelqu'un que pour des attouchements. C'est irrationnel. Quelle que soit l'émotion, il faut garder raison.

Je ne considère donc pas M. Polanski comme un pédophile, mais je rejoins Luc Besson quand il dit que le cinéaste s'est mis en faute. Il y a eu transgression.

Cela posé, cette affaire et les réactions suscitées m'inspirent deux autres réflexions.

La première concerne le fait que M. Polanski a reconnu les faits, rendant ainsi en partie justice à la victime. Il l'aurait indemnisée selon ce que j'ai lu. Il n'est pas habitué à ce genre de transgressions. 32 ans, c'est une vie. En 32 ans il a aussi évolué, questionné son acte puisqu'il a reconnu à la jeune fille un statut de victime. Est-il inimaginable qu'il ait pu s'amender, évoluer? En 32 ans, c'est une vie presque, on change, on réfléchit, on prend du recul, on se défait de comportements anciens qui étaient erronés. Ne peut-on lui accorder cela?

La seconde est d'un autre ordre. Certainement, comme parent, j'aurais surréagi s'il s'était agi de ma propre fille à ses 13 ans. Mais comme parent je n'aurais jamais laissé ma fille seule à faire des photos de mode dans un jaccuzzi. Je n'aurais pas laissé exploiter ainsi ma fille dans des conditions que je ne contrôle pas un minimum. Je pense que cet aspect n'a de loin pas été assez questionné.

Sans pour autant rien enlever à la transgression du cinéaste.

Écrit par : hommelibre | 30/09/2009

Samantha GIEMER (la victime) au Point.FR :

"J'ai rencontré Roman Polanski en 1977, quand j'avais 13 ans. J'étais en quatrième cette année-là, quand il a dit à ma mère qu'il voulait prendre des photos de moi pour une revue française. C'est ce qu'il a dit, mais en fait, après avoir pris des photos de moi dans la maison de Jack Nicholson à Mulholland Drive (Los Angeles, Californie), il a fait quelque chose d'un peu différent. Il m'a donné du champagne et du Quaalude (un puissant sédatif). Et il a abusé de moi. Ce n'était pas du sexe consenti, en aucune façon. J'ai dit non, de manière répétée, mais il ne voulait rien entendre. J'étais seule, et je ne savais pas quoi faire. J'avais peur et, quand je repense à tout ça, il ne fait aucun doute que ce qu'il a fait était horrible. C'était une chose horrible à faire à une petite fille.
Les gens ne savent pas avec quelle injustice j'ai été traitée par la presse. Je me suis sentie violée ! Les médias m'ont fait vivre un enfer, et j'essaie de mettre tout ça derrière moi. ..."

Roman Polanski - Wikipédia :

Polanski est incarcéré 47 jours pour passer des expertises psychiatriques, puis il est libéré sous caution. Il a plaidé coupable pour la relation sexuelle avec un mineur en échange de l'abandon des charges plus graves de viol et de fourniture d'alcool et de drogue à mineur, en accord avec le juge. Mais avant l'audience devant fixer la peine, alors qu'il est libre sous caution, Polanski part pour la France dont il possède la nationalité. Comme d'autres États, la France refuse généralement l'extradition de ses citoyens. Sous le coup d'un mandat d'arrêt américain lancé en 1978, il ne revient jamais sur le sol américain.

Écrit par : Clyde | 30/09/2009

Et qui s'inquiète de la victime qui semblerait-il voudrait oublier et tourner la page ?
Sûr que cette mère de famille sera ravie de témoigner au procès et de faire resurgir son passé, sans parler des souper en famille, avec son mari et ses enfants ...

Écrit par : Alain Hubler | 30/09/2009

Une page qui tient ses promesses !

Écrit par : dano | 30/09/2009

Bonjour hommelibre...je ne partage pas votre avis...pour moi un adulte capable de ressentir un quelconque désir sexuel envers un enfant de 13 ans, et bien c'est un pédophile...dès lors qu'il transgresse l'interdit. il ne s'agit pas là de fréquences de l'acte de transgression, car l'acte sexuel se suffit à lui-même à justifier de l'ignominie.
car il faut bien comprendre qu'entretenir des relations intimes avec une enfant, c'est contre-nature, c'est sordide, et cela mérite une sanction exemplaire... que l'on soit prince ou mendiant ! et là je parle en tant qu'humain, mais aussi en tant que parent...pour nous les parents, ces êtres déviants représentent la PIRE MENACE et la plus grande angoisse pour nos enfants...

Aussi, à mes yeux, la requalification de l'accusation sur un détournement de mineur plutôt qu'un viole, n'ôte rien au caractère pédophile de cette affaire...

Écrit par : MUR | 30/09/2009

Dans tous les commentaires que j'ai postés, je n'ai pas jugé Polanski puisque le tribunal n'a pas encore pu le faire. Ce qui m'a révoltée c'est la levée de boucliers de toute l'intelligentsia qui ne peut tout simplement pas supporter qu'un "génie", comme certains le désignent, soit soumi aux mêmes lois que le commun des mortels. ça frise le ridicule tellement on a l'impression que tous veulent faire partie de la corporation des artistes, c'est comme si défendre Polanski était un examen à passer pour être admis dans le monde artistique.

Cette furie me rappelle l'époque de l'affaire Jeanmaire où, tout au début de l'emquête, chaque corps constitué, chaque législatif cantonal ou même dans certaines communes modestes, demandait avec véhémence que ce TRAITRE soit jugé avec la plus grande sévérité. Aucun homme politique en herbe ne voulait être en reste.

On dit souvent que c'est la foule "populaire" qui hurle avec les loups, mais ici on a la preuve que même les "grands esprits" se laissent entraîner par le mouvement.

Écrit par : gamine | 30/09/2009

Merci pour votre article. Enfin un peu de salubrité mentale, de raison et de noblesse dans cet océan de boue.

Écrit par : manuel sabaté | 30/09/2009

Enfin un article équilibré sur cette affaire. comme vous l'avez écrit, ce qu'il a fait est et demeure impardonnable, sauf par la victime elle même.
Les messages revanchards que l'on peut lire tiennent plus du lynchage et le fait qu'il soit un artiste réputé y est certainement pour beaucoup.
Maintenant calvinistes ou catholiques peu importe mais votre analyse est valable pour bien d'autres pays que la Suisse.

Écrit par : broutard | 30/09/2009

homelibre qui parle de transgression, l'hopital qui se fout de la charité, je l'attend toujours ta plainte pénale.
Quand à Polanski, tout ceux qui l'accable, sont simplement jaloux, de sa vie, de son génie et surtout de ses conquêtes féminines.
Comme si il n'y avait pas des milliers de gamines qui se font pas sautées par des papas potentiels, quel hypocrisie, c'est symptomatique dans une société dans laquelle des millions de gamins ont été confiés à des curés pédophile, où la principale religion elle même n'a jamais condamné les actes pédophiles, il y a quelques mois une gamine de 8 ans au brésil, tombée en ceinte de son père, l'église à déclarée "le viol du père n'est rien en comparaison d'un avortement".
Arrêté tous avec votre hypocrisie teintée d'antisémitisme, de jalousie et de bêtise congénitale !
Les débiles goitreux des alpes vont donner des leçons de morale aux grand génie de la culture, non mais de quoi vous vous plaignez, vous avez piqué tout le poignon de toutes les dictatures de la planète, dictature où les viol sont quasi obligatoires, non mais de qui vous vous foutez avec vos glapissement de limasses !

Écrit par : corto | 30/09/2009

C'est un peu dur d'arriver avec un esprit modéré après le commentaire de Corto, mais je vais m'efforcer de faire en sorte qu'on voie encore ce qu'on mange...

Jean-Michel, je ne puis te suivre quand tu dis que l'arrestation de Polanski est une forme de vengeance locale contre les artistes. C'est tout simplement l'application du droit. Et le droit s'applique à tous. Point. Si on tenait ton propre discours pour une sorte de vengeance, tu crierais au procès d'intention, et tu aurais raison. Cela marche dans les deux sens.

Ce qui est beaucoup plus gênant dans cette affaire, c'est qu'on y voit les inconvénients de l'imprescriptibilité pénale en matière de pédophilie.

Condamner un homme plus de 30 ans après les faits qu'on lui reproche, alors que sa victime supposée (n'oublions pas la présomption d'innocence, bafouée d'office dans ce genre d'affaires) déclare lui avoir pardonné, en ignorant ce que le temps apporte de réparateur et d'apaisant, d'oubli aussi tout simplement, et en laissant fonctionner la justice en roue libre, comme une mécanique aveugle, au nom d'on ne sait quelles angoisses ou par pur esprit de vengeance, ce n'est même pas criminel, c'est tout simplement idiot.

Et dire qu'on a voté pour ça en Suisse...

Nietzsche disait quelque part que "l'oubli est une force et la manifestation d'une santé robuste."

On se dit qu'il avait bien raison, en ces temps de "devoir de mémoire" aussi vain qu'empoisonné.

Écrit par : yves scheller | 01/10/2009

Corto,

Bien sûr qu'il y a des grands pères et des curés violeurs, et ils doivent être poursuivis. Je ne vois pas néanmoins pourquoi ce fait indéniable contredirait l'idées que Polanski, lu aussi, doit rendre compte à la justice. Pour le reste tes accusations haineuses, désordonnées et chaotiques n'ont aucun sens, et je me demande bien où tu vis pour faire de nous tous des riches, jaloux, antisémites, etc. L

Les "goitreuzx des Alpes" que nous sommes n'ont pas à recevoir de leçon de toi mon petit, et ton bref concentré de haine ne convaiqura personne.

Encore une fois personne il ne s'agit pas de contester le génie artistique de Polanski, mais bien de souligner qu'en matière judiciare il est un citoyen comme un autre. Trop difficile à comprendre pour toi?

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 01/10/2009

Cher Yves,

Il me semble que cette soudaine vague de moralité, n'est pas autant que certains voudraient le faire croire si morale que mon intervention !
Sur le plan juridique, il y a plusieurs point à remémorer :
La proportionnalité des peines encourues par le pays demandeur.
La proportionnalité de la prédictibilité d'une affaire non jugée pratiqué par un état demandeur, en cas de forte disproportionnalité le doit Suisse prévoit de en pas reconnaitre une commission rogatoire ou une extradition.
Le droit américain n'existe pas, chaque état applique ses propres lois basées sur les jurisprudences et il suffit de prendre comme étalons certains jugements californiens pour se rendre compte, que la fellation est proscrite, cela même dans le cadres de l'institution du mariage ! Donc les dispositions juridictionnelles ne sont pas compatibles avec les exigences du droit Suisse en la matière, ce qui va arriver vers un non lieu en tenant compte des applications des lois d'extradition au regard de la CDEH.
Donc rien que sous cet angle, cette décision d'interpellation ne tient pas la route !
Donc si les autorité zurichoise s'obstinent dans cette démarche sur-réaliste, ce n'est pas pour des motifs juridiques, mais bien pour des raisons politiques !
Quelles raisons politiques pourraient bien motiver une telle démarche ?
Zurich ou la prostitution est légale aux filles de 16 ans, cette pratique légale permet à des réseaux de bienfaiteurs de mette en vente le corps de ces jeunes âmes, ceci certainement car la demande est belle et bien existante, sauf erreur de ma part ?
Au niveau national, selon les organismes de lute contre la pédophilie, des milliers de concitoyens ont été victimes d'actes bien plus répugnants ceci au sein d'institutions religieuses officielles sans que le millièmes des dossiers aient été poursuivit par la justice de notre pays.
Personnellement j'en ai rencontrer et ils ne se portent pas aussi bien que la victime de Polanski qui je le rappel à le même âge que l'actuelle épouse de ce génie du cinéma !
Comme le rappel hani le porc, à qui notre justice à versé un sheik d'un million de Sfr, pour avoir enseigner les joies de la lapidation des femmes violées, Polanski est avant tout Juif, merci Monsieur Mabut qui partage l'avis de nos instances judiciaire. Ceci il soulève un fait que j'ai entendu se répéter dans l'un de nos cher établissement publique bientôt non fumeur, que je fréquente assez rarement. Cette belle rumeur accompagne ce nouvel élan avoué par les scrutins et le populisme de façons surprenante n'a pas trop changer de visage depuis la dernière, les mêmes rides, le même rictus irrésistible, la même certitude de faire justice !
Autre chose, l'amour de nos politiques membres des conseils d'administrations des banques, qui adulent si vigoureusement l'expression culturelle et cinématographique, pour rester dans le créneaux préférer de nos cher hani le porc, Israel pays peuplé par 5,5 millions de Juifs et 1,5 millions de Musulamans, hors territoires occupés. Produits des centaines de films qui s'exportent dans le monde entier et l'un d'eux vient de remporter un lion d'or à Venise, ce qui représente un certains état d'esprit de nos politiques dans la matière, avec cette sempiternelle volonté de nous faire passer comme aussi médiocre que leur élocution, elle devenue également célèbre internationalement !
En jetant Polanski dans peu transparente mare helvétique, nous assistont figés dans cette crasse, à la vue des remous chargés de cette inconsistance "propre" à la reluisante nation ayant dans ses coffre les preuves matérielles de toutes les ignominies planétaires, voilée, comme dirait hani le porc, du linceul maculé de l'histoire la plus moraliste dans les apparences seulement !
Faut-il encore en rajouté, les politiques nous ouvrent une nouvelle voie délatrice et révélatrice par cette illusion de moralité intouchable, impalpable et qui va nous mettre dans une position encore plus délicate, déjà qu'il n'est pas bon d'aller dans certains pays.
Je ne vais pas traduire certains commentaires publiés sur les blogs américains nous "consternant", je me ferais censurer, comme d'habitude, la seule expression restant pratiquée et prônée par les blocheriens de la presse romande !
Mais les génies d'Hollywood eux, ne vont plus se gêner, car parallèlement et curieusement, les victimes soigneusement sélectionnées par nos politiques-banquiers ne fait que confirmer les intentions peu avouables mais secrètes pratiquées par les mêmes courageux soldats de cette morale !

Écrit par : corto | 01/10/2009

Carlito, après ce courageux témoignage, je me retrouve tout boulversifié, va y mollo, il y a des personnes sensibles en Suisse, surtout en Suisse !

Écrit par : corto | 01/10/2009

La Suisse est un petit pays

Écrit par : Santo | 01/10/2009

Merci pour ce vif échange! Mais je vous rappelle que les commentaires sont modérés...

Écrit par : jmo | 01/10/2009

jmo, y a t-il des propos insultant mis à part le fait que des extrémistes propagandistes et vivant des nombreuses donations d'autres fanatiques meurtriers sont hébergés par la TDG ?

Écrit par : corto | 01/10/2009

Autre chose, le fait que de plus en plus de mouvements terroristes aient officiellement ouverts leurs bases arrière dans le territoire Suisse alors que l'on arrête Polanski, dérange les bien penseurs de votre audience ?

Écrit par : corto | 01/10/2009

Soyons modérés, combien de dictateurs ayant pratiqués, instigués, ordonnés, prônés la pratique, encouragés et continue de le faire, le viol d'enfants de tous sexes, de tous âges, de femmes et des toutes populations ethniques, possèdent des comptes à numéros et sont reçus avec tapis rouge dans notre pays, ne sont pas poursuivis par leurs propres institutions juridiques sous leurs contrôle sanguinaires, viennent encore en Suisse aujourd'hui, demain et après demain sans être aucunement inquiété par nos institutions tant morales que juridiques ?
Pourquoi serions nous obligés de piégé des arbres venant d'ailleurs pour cacher notre bien jolie forêt ?

Écrit par : corto | 01/10/2009

L'infiltration par de très petits cellules terroristes ou de narco-trafiquants en Suisse, les zones de non droit qui gangrènent notre territoire jour après jour n'ont pas l'air d'affoler la tranquille Berne fédérale et encore moins les Cantons. C'est un autre débat mais nettement plus problématique que l'épilogue d'une affaire vieille de 30 ans.

Écrit par : demain | 01/10/2009

"Autre chose, le fait que de plus en plus de mouvements terroristes aient officiellement ouverts leurs bases arrière dans le territoire Suisse alors que l'on arrête Polanski, dérange les bien penseurs de votre audience ?"

Calmos Corto, ne pars pas dans toutes les directions.

Ensuite visite mon blog:

http://auxfrontieresdelextreme-centre.blog.tdg.ch/

Conclusion: On peut haïr les Mollah et soutenir Israël, tout en estimant que les prises de positions des milieux artistiques dans cette affaire ont une fâcheuse tendance à en nier la nature profonde.

Ensuite, selon un scénario plausible en vogue dans les médias anglo-saxons, c'est la tentative récente de Polanski de régler l'affaire avec la justice américaine qui aurait rallumé la mèche, le juge étant prêt à entrer en matière à condition que Polanski se présente devant le tribunal. Ses avocats ont été imprudents, c'est un fait, ils aureint dû mieux le conseiller. Et je n'aime pas cette vague de haine anti-américaine et anti-suisse. Et encore une fois, une fois Polanski extradé, je suis certain qu'il n'aura pas grand chose à part quelques mois de taule et une caution salée pour clore l'histoire. Qu'il la règle une fois pour toute au lieu de fuir! Et perso je refuse de défendre un homme empêtré dans une sombre affaire de viol: un viol celà reste un viol, point final. Autres époque, sentiment d'impunité, Dieu seul sait ce qui l'a inspiré à ce moment là, mais je refuse de banaliser son acte.

Les mollah, c'est un autre sujet, très important, et qui me tient particulièrement à coeur, mais ne mélangeons pas tout.

Écrit par : Carlitos de Unamuno | 01/10/2009

Je suis sidéré par la naïveté de ceux qui défendent l'action d'un Etat de droit dans cette affaire. Monsieur Polanski aurait pu être arrêté sur le territoire depuis de longues années. Pourquoi aujourd'hui?
C'est la seule question.
La morale et la justice n'ont rien à faire dans ce triste marchandage. Quelle est la contre-partie à la peau de Polanski?
Cette Suisse "reconduisant à la frontière" rappelle des heures sombres et fait froid dans le dos.
Ce nouveau marchandage avec les USA est une erreur supplémentaire qui ne fait que détériorer l'image d'indépendance et de probité de notre pays.
Les dérives coupables de l'UBS nous suffisent amplement, merci!!
Piéger un vieil homme de 76 ans est franchement pitoyable.
Les auteurs de cette triste opération ne réalisent pas combien ce scandale ridiculise notre pays. L'incompétence et la bêtise ont des limites!
J'espère que les cerveaux de cette superbe opération vont vivre les joies de la retraite anticipée..

Écrit par : actarus | 01/10/2009

Encore un point central à ce vaste débat: l'absence calamiteuse de vrai gouvernement dans notre pays, très bien illustré par le dessin de Chapatte dans le Temps. L'office de la culture de la Confédération a aidé à préparer la réception officielle de Polanski à Zurich, ignorant qu'un autre office de la Confédération préparait son arrestation. Par hasard j'ai croisé hier matin le directeur de l'office de la Culture à la gare de Berne: son visage en disait plus que tout sur cette gravissime faute de gouvernance.

Écrit par : bonobobo | 01/10/2009

Après le scandale libyen et la dénonciation arbitraire de milliers de comptes bancaires, la Suisse se met à arrêter une personne dont même la victime a demandé l'arrêt des poursuites, pour une affaire qui a eu lieu il y a 30 ans. C'est grotesque. Par contre, toutes les fortunes des dictateurs sont les bienvenues en Suisse. Quelle hypocrisie! Bravo pour le soi-disant courage. Le courage, cela aurait été de ne pas céder face aux plus forts... Mais l'Etat fédéral préfère visiblement ramper devant les puissants pour obtenir quelques faveurs.

Écrit par : samjavat | 01/10/2009

Pauvre Suisse qui s'aplatit un peu plus devant la "justice" des USA, celle des ultra-conservateurs puritains. Pourtant, souvenez-vous, il y a plus d'un demi-siècle, la Suisse accordait l'asile à un certain Charles Chaplin, qui avait fui les USA lui aussi, poursuivi par des campagnes l'accusant de toutes les perversions sexuelles, surtout sur des jeunes mineures !

Écrit par : eric | 01/10/2009

Je vous recommande l'excellent article de Luc Debraine dans Le Temps d'aujourd'hui sur les circonstances du procès de Polanski en 1877 et l'acharnement du procureur qui a tout fait pour diaboliser le cinéaste polonais.
http://letemps.ch/Page/Uuid/7f655654-ae00-11de-afff-219c66af17ee/La_justice_de_la_Cité_des_anges

Écrit par : fédor | 01/10/2009

"Après le scandale libyen et la dénonciation arbitraire de milliers de comptes bancaires, la Suisse se met à arrêter une personne dont même la victime a demandé l'arrêt des poursuites, pour une affaire qui a eu lieu il y a 30 ans. C'est grotesque."

Avec ces histoires de comptes en banques,d'affaires libyennes et autre fortune des dictaures suisse,laissons aussi libre les chauffards de la route,les cambrioleurs le vendalisme,les pickpokets,les cas d'incestes 20 ans plus tard etc...puisque celà semble rien comparé.

C'est quoi cette mentalité qui dit que les crimes impunis justifie ceux qui ont une notoriété public? Si celà était un vol d'un téléviseur ou d'un paquet de chips,je veut bien,mais ce qu'à fait Polanski est indéfendable.

Écrit par : D.J | 01/10/2009

DJ, "Avec ces histoires de comptes en banques,d'affaires libyennes et autre fortune des dictaures suisse,laissons aussi libre les chauffards de la route,les cambrioleurs le vendalisme,les pickpokets,les cas d'incestes 20 ans plus tard etc...puisque celà semble rien comparé."

N'est pas le cas ?

Écrit par : corto | 01/10/2009

"Polanski n'est pas un habitué des transgressions sexuelles."

Faux. Il a entretenu des relations sexuelles avec Nastasia Kinsky alors que celle-ci n'avait que 15 ans. En 1976, soit un environ 1 an avant de droguer, violer et sodomiser une enfant de 13 ans dont il connaissait parfaitement l'âge puisqu'il précise qu'elle allait "avoir 14 ans dans 3 semaines".
D'autre part il a admis qu'il recherchait les femmes "jeunes" et qu'il pensait que c'était le cas pour "tous les hommes".

Et nommer "transgression sexuelle" le viol d'une enfant... c'est dégueulasse.


"La première concerne le fait que M. Polanski a reconnu les faits, rendant ainsi en partie justice à la victime."

Encore faux. Il a toujours nié le viol, toujours affirmé qu'elle était consentante.


"j'ai lu qu'il avait reçu une peine relativement légère en 1978."

Encore faux (décidément). Il a été placé 90 jours en détention à des fins d'observation psychiatrique par décision du juge. Et c'est l'établissement qui l'a relâché avant les 90 jours, parce qu'ils craignaient pour sa sécurité vis-à-vis des autres "pensionnaires" de l'établissement qui pouvaient lui faire un sort après avoir su pourquoi il était là.


"L'accusation de viol n'a pas été retenue."

Encore et toujours faux. Les "négociations" en vue de déterminer la peine n'étaient pas terminées ou la décision d'aller au tribunal n'était pas prise quand il s'est enfui.


"Je n'aurais pas laissé exploiter ainsi ma fille dans des conditions que je ne contrôle pas un minimum. Je pense que cet aspect n'a de loin pas été assez questionné."

Sauf qu'il s'agissait du second rendez-vous. Pourquoi dans ces conditions ne faire confiance à un génie artistique?

L'étape suivante, c'est d'accuser les parents de proxénétisme.

"L'émotion est toujours forte quand il s'agit de victimes mineures,"

Il ne s'agit pas d'émotion, mais de l'application du droit.


"Quand à Polanski, tout ceux qui l'accable, sont simplement jaloux, de sa vie, de son génie et surtout de ses conquêtes féminines."

Mais oui, certainement! Et des médiocres en plus! Et de "pauvres connards", à l'image de ces personnages si intelligemment, si génialement mis en scène par le sodomite:

http://www.dailymotion.com/video/x1n8bv_extrait-de-lune-de-fiel_shortfilms

A vomir!
Mais dans le fond, une solution à la Peter Coyote, n'est-ce pas ce qui est suggéré?

Il y a donc deux catégories de gens: les médiocres et les génies, ces derniers étant comme de bien entendu des "élus", une sorte de race supérieure qui se distingue particulièrement de la masse. En tant que tels ces élus échappent aux lois destinées aux médiocres.

Et bien moi, je préfère encore être un médiocre qu'un salopard. Et le sodomite est un psychopathe qui sublime sa psychose par sa création "artistique". Il n'est pas le seul. "Ils" se reconnaîtront.

Écrit par : Johann le médiocre | 02/10/2009

Johann, je ne te connais pas, mais j'en ais connu qui tenait des discours très puritains, puis quelques années plus tard, j'ai découvert que ci, puis que ça, et j'ai été très surpris d'apprendre que !
Donc, je ne te connais pas, mais je sais que tu juge les autres et ça, ce n'est pas très joli, et que si tu te sens obliger de juger les autres sur des affaires de cul, certes pas très reluisantes, tu ne connais rien de la ville, du pays et du monde dans lequel tu vis !
Il faut savoir, que dans le cas Polanski, la petite était suffisamment consentante pour aller jusque vers certaines limites, qu'elle avait déjà eu des relations auparavant, que le juge à débloquer à plusieurs reprises et il était connu pour ses dérapages. Donc traiter quelqu'un de monstre ou de salopard pour des actes de cet acabit laisse des bien plus monstrueux à l'ombre de ton exaltation. Aussi que beaucoup de jeunes filles, certes moins jeunes, mais dans ces âges, aiment beaucoup séduire des hommes mures et que si la relation est consentie des deux partenaire, je ne vois pas où est vraiment le problème dés lors que la fille dans le cas présent avait déjà pratiqué l'acte sexuel.
Dans toutes les écoles on enseigne les philosophes grecques, il passaient leurs temps à sodomiser des jeunes garçons pré-pubères, que tout au long de notre histoire européenne et encore maintenant, nombre de prêtres et autres curés on institutionnalisé les pratiques homosexuelles sur des garçonnets encore non-conscients de tout ce qui concerne la sexualité.
Alors s'en prendre avec autant de révolte contre un mec parce qu'il aiment bien les plus jeunes, excuse, mais tu te fout du monde, pourquoi y a t-il des prostituées légalement établies dans la ville de Zurich à partir de 16 ans, répond et après on verra dans quelle catégorie de perversion tu appartient.
Aussi va dans ces pays comme la Thaïlande ou le Saint-Domingue, Philippines, etc... et compte les milliers de Suisse qui vont à la pêche aux petites filles et petits garçons !
Après tu pourra vider ta colère contre Polanski !

Écrit par : corto | 02/10/2009

"Johann, je ne te connais pas"

Moi non plus, et je ne m'en porte que mieux. Je n'ai nulle envie de connaître un taré qui justifie le viol d'une enfant.

Écrit par : Johann | 02/10/2009

Alors continue de côtoyer des vacanciers de bonne réputations !
T'en croise tous les jours, peut être que tu l'as été, c'est une manière de se convaincre comme une autre !

Écrit par : corto | 02/10/2009

Imaginons que ce fut l'auteur de ce blog qui aurait commis un crime pédophile il aurait été condamné même 30 ans après sans que d'ailleurs personne ne s'en aperçoive et dans ce cas y aurait-il eu haine ou non .Sans doute non selon l'auteur puisqu'il n'y aurait de haine que si on applique la justice aux gens célèbres . Autrement dit on ne devrait pas appliquer les peines aux gens célébres qui ont fauté sous pretexte qu'il y aurait haine du fait qu'ils sont connus. Drôle de conception de l'égalité.!
Les crimes pédophiles sont particulièrement horribles. Imaginez vous un instant enfant vous faire sodomisé par un ogre de surcoit un colosse au membre puissant. C'est particulièrement abominable et sur le plan physique et psychologique avec des séquelles pour toute la vie.
En tant que médecin j'ai recousue le vagin de petites filles au Maroc qui avaient été défoncée jusqu'au col de l'utérus, le périné et tout le vagin étaient déchirés!!
Non Polansky est un salop, il a enmerdait sans doute plus d'une petite fille. Sa peine de prison sans doute à vie vu son age fera réfléchir d'autres salops pédophiles qu'il n'y a pas de prescription en ce domaine

Écrit par : Hervé | 02/10/2009

Tient, ça tombe à pic, faut-il être une star pour aller après des gamins au Maroc ? Non, c'est Monsieur et Madame tout le monde, votre assureur, le buraliste du coin, le policier à la retraite. Mais eux ils paient comptant avec leurs fric bien gagner.
Ce qui laisse penser dans cette affaire, c'est qu'il y a des centaines de milliers de personnes de notre pays qui sont consommateurs de cette forme de nazisme quelque peu décalé mais néanmoins en phase avec les dénonciateurs d'une morale trop populaire. Hervé va recoudre des petites filles au Maroc, il est dans le service après vente, Johann s'horripile sa conscience sur les aventures trentenaire d'une mésaventure présumée d'une star, au nom d'une morale bien en dessous de certaines réalités plus praticable dans l'ombre des clochers en rut !
Bravo, moi j'en ai vu des citoyens biens sous tous rapports pédophiles ! Et en plus des politiciens genevois avec un cadavre de petit algérien sous le lit, tout le monde le savait et personne n'a rien dit, c'était il y a moins de trente ans et il en est mort de ces parties fines !

Écrit par : corto | 02/10/2009

Il est sain de nettoyer ce sujet des strates d’émotion qui le submergent pour en revenir un peu aux fondamentaux.

A quoi sert de mettre les gens en prison ?

1 - A favoriser le travail de deuil et de guérison de la victime en la reconnaissant comme telle et en châtiant le coupable.

Ici, la victime a clairement indiqué que rouvrir l’affaire aurait un effet inverse.

2 - A empêcher le coupable de récidiver en le privant de contact avec la société.

On peut douter de la dangerosité extrême pour la gent féminine d’une personne de 76 ans.

3 – A dissuader le coupable de récidiver.

Les 30 années écoulées montrent qu’il n’est pas besoin de dissuader Roman Polanski.

4 – A dissuader les autres délinquants potentiels de passer à l’acte.

Ce dernier point mérite qu’on s’y arrête, car son analyse est plus délicate. Rappelons que l’enjeu est bien de protéger la société, y compris le cas échéant contre l’avis de la victime. Dans le contexte de la politique pénale américaine, qui utilise très peu la détention provisoire, on peut comprendre qu’une attention particulière soit mise à poursuivre longtemps des criminels en fuite (en France, où la justice est très généreuse en matière d’accueil en maison d’arrêt des prévenus, le risque d’évaporation est bien sûr moindre).

Cela justifie-t-il pour autant que les crimes soient imprescriptibles et les fuyards poursuivis à vie ? De mon point de vue, non. Il est fort douteux qu’un criminel sur le point de passer à l’acte se demande s’il va se faire coincer à un festival de cinéma en Suisse à 76 ans, et qu’il renonce pour cette raison

On peut discuter du délai de prescription pour les crimes les plus graves, comme les crimes contre l’humanité ou les assassinats en série, mais cela n’a rien à voir avec une agression sexuelle, voire un viol, même sur une mineure.

Continuons donc à dire haut et fort que la prescription et, plus généralement, le droit à l’oubli sont des facteurs d’apaisement et que la poursuite éternelle des délinquants est une idée, certes américaine, mais pas forcément humaniste ni efficiente.

Écrit par : corto | 02/10/2009

On ne met pas les pervers ou les gens dangereux en prison par esprit de vengeance on les écarte de la société pour protéger les citoyens de nuisances fomentés par les anormaux et c'est tout, point barre.
Que des gens veuillent trouver dans les peines infligées par la justice un juste
retour des choses une saine vengeance c'est leur problème mais je vois là plutôt un automatisme dénué de tout jugement de valeur d'écarter les nuisibles pour protéger tout le monde quitte à soigner ces malheureux nés avec la perversité entête.
Polansky et les autres doivent être mis à l'écart quitte à les relacher à condition d'être très sérieusement suivis par les services médicaux.

louis HERVE

Écrit par : Hervé | 03/10/2009

A Corto

Non je ne vais pas au Maroc recoudre les petites filles. J'étais au Maroc en tant qu'interne et j'occupais le poste d'urgentiste au service des urgences à l'hopital Averroes de Casablanca. Croyez moi que j'en ai v!
Certaines petites filles tenaient dans leur main des begnets ou autres gâteaux et me disaient que c'était le monsieur qui leur avaient donné.!!!!! Ca faisait rigoler les infirmiers que j'engueulais comme du poisson pourri. Evidemment je ne faisais pas que de recoudre les petites filles mais puisque c'est le sujet...

Louis HERVE

Écrit par : Hervé | 03/10/2009

Eh, Louis, j'en est entendu sur les bons européens au Maroc, perso. lors d'un voyage en Afrique de l'ouest avec un ami psychiatre, je me suis vite rendu compte que son serment d'hypocrate n'était pas incompatible avec certaines pratiques.
Votre déclaration est assez symptomatique au vu des seuls stigmates dont vous révéler certains contenus.
première allusion ;
"En tant que médecin j'ai recousue le vagin de petites filles au Maroc qui avaient été défoncée jusqu'au col de l'utérus, le périné et tout le vagin étaient déchirés!!"
deuxième allusion ;
"Polansky et les autres doivent être mis à l'écart quitte à les relacher à condition d'être très sérieusement suivis par les services médicaux."
troisième allusion ;
"Non je ne vais pas au Maroc recoudre les petites filles. J'étais au Maroc en tant qu'interne et j'occupais le poste d'urgentiste au service des urgences à l'hopital Averroes de Casablanca. Croyez moi que j'en ai v!"
Ces aveux sont quand même surprenants de repentance et hors toute logique dans notre affaire, vous reprenez mes arguments afin de justifier vos points de vues en mettant en avant votre fonction dans des témoignages principalement émotionnels, ensuite vous vous reprenez et vous justifier, comme si par la suite vous rechercher en vous, le repentir, pas le votre mais le mien.
Curieusement, si vous étiez au Maroc entouré d'autres personnages appartenant à une forme de caste souvent confrontés à d'autres situations concernant certains comportement sexuels, mais vous n'en parler pas, vous vous cantonner uniquement derrière votre fonction et l'homme potentiellement prédateur dans ce type de pays où pratiquement seul la prostitution permet de rencontrer des partenaires sexuels !
Parlez-nous un peu de vos virées nocturnes entre internes à Casablanca ! Ainsi je comprendrais mieux votre stigmatisation par rapport à Polanski !

Écrit par : corto | 03/10/2009

C'est fou comme le silence peut être assourdissant !

Écrit par : corto | 03/10/2009

C'est très reposant!

Écrit par : jmo | 03/10/2009

En effet, la médiocrité ambiante s'essouffle aussi !

Écrit par : Santo | 03/10/2009

"Parlez-nous un peu de vos virées nocturnes entre internes à Casablanca ! Ainsi je comprendrais mieux votre stigmatisation par rapport à Polanski !"

Vous accusez très clairement M. Louis Hervé de pédophilie. Il n'y a que deux réponses possibles : le silence ou la plainte pour calomnie. Contentez-vous du silence. Ca vaudra mieux pour vous.


"Eh, Louis, j'en est entendu sur les bons européens au Maroc, perso. lors d'un voyage en Afrique de l'ouest avec un ami psychiatre, je me suis vite rendu compte que son serment d'hypocrate n'était pas incompatible avec certaines pratiques."

Et comment l'avez-vous su, sinon en l'accompagnant?
Et vous n'avez pas dénoncé le crime? Vous êtes donc complice.

Écrit par : Johann | 03/10/2009

Dura lex, sed lex !
De deux choses l'une : ou bien on considère l'arrestation comme illégale et très vite la justice le dira ou bien un tribunal juge l'inculpé et dira s'il est coupable ou non.

Le fond est clair ; seule la manière soulève la tempête.

Écrit par : Michel Sommer | 03/10/2009

Si a cinquante ans, si ta pas baisé un petit cul, ta raté ta vis !

Écrit par : corto | 04/10/2009

Dura sex, sed sex !

Écrit par : corto | 04/10/2009

"La revanche des médiocres"..

Votre billet me fait bien rire, dans le fond. Peut-être, comme vous l'avez écrit il y a déjà quelques jours, vous n'étiez pas au courant de toute l'histoire.

Je trouve cet esprit corporatiste détestable. Comme s'il y avait d'un côté les génies et de l'autre, les médiocres.

Réhabilitons les privilèges de la noblesse, tant qu'on y est !

Et puis l'esclavage, tiens. why not ?

Écrit par : Fufus | 04/10/2009

L'humour noir c'est la politesse du désespoir

Écrit par : corto | 04/10/2009

"Tout ce que la Suisse risque dans cette histoire, c'est des films sur les activités sales commises par les banques et les politiques suisses, et là, ça va faire très mal, Hollywood est une énorme machine, au sein de laquelle Polanski est très aimé, donc attention, il ne sera pas difficile de faire un scénario contre les activités meurtrières des banques avec les toutes les dictatures sanguinaires (...)"

La "puissante machine hollywoodienne" est d'abord un tiroir-caisse et non un repaire de soixantehuitards. Et comme ceux qui tiennent les manettes n'ont pas de raisons de se tirer une balle dans le pied, les banquiers peuvent dormir sur leurs deux oreilles.

Écrit par : petard | 04/10/2009

"Au fond, cette affaire infamante pour la Suisse (...) révèle au grand jour la haine des créateurs. C'est la revanche des médiocres."

Chez les créateurs, c'est p'têtre ce sentiment de persécution, qui leur provoque ces troubles chroniques de la libido. Allez savoir !

Maintenant, si c'est être médiocre, de ne pas enculer des gosses, vive les médiocres !

Écrit par : petard | 04/10/2009

"Continuons donc à dire haut et fort que la prescription et, plus généralement, le droit à l’oubli sont des facteurs d’apaisement et que la poursuite éternelle des délinquants est une idée, certes américaine, mais pas forcément humaniste ni efficiente."

Allez dire ça aux Juifs à Jérusalem, allez leur demander d'oublier Hitler et ses lieutenants...

Votre raisonnement est incompréhensible !

Écrit par : robert | 04/10/2009

Bonne lecture à tous les défenseurs du pédophile sodomite:

http://www.thesmokinggun.com/archive/polanskia1.html

Écrit par : Johann | 04/10/2009

Enculer des mouches à travers leurs commentaires dans les blogs de la tdg ... voilà en tous les cas que les médiocres savent faire.

Écrit par : Santo | 04/10/2009

Johann, tu vis dans un pays qui bat tous les records mondiaux de tourisme sexuel, (touriste sexuel / population), la justice suisse à couvert des dizaines de milliers cas de pédophilie catholique et cela avec des délais inférieurs à 32 ans !
Alors Johann, fait le ménage devant ta porte, si ça se trouve, tu fais partie de ceux qui partent au Maroc ou dans d'autres paradis sexuels ou les Suisses débarquent par centaines de milliers !
Méfions nous des grands justiciers n'ayant même pas lu le dossier.
Par contre celui de l'un de tes concitoyens, avocat qui à abusé deux gamins de 14 et 15 ans il y a pas plus de 4 ans et qui a été inculpé il y a 2 ans, sans qu'aucune suite ne l'ait gêné et qui fait des voyages dans tous les paradis homosexuels de la terre, donc J-P. G. défendu par Me. Poncet, ne dérange ni la justice ni des personnes comme toi, alors que peut être vous êtes voisins ou amis !

Écrit par : corto | 04/10/2009

Le cas d'un prédateur suisse jamais condamné !

Une femme a porté plainte auprès de la police cantonale neuchâteloise contre un Suisse condamné en 2006 pour pédophilie à Madagascar. Elle dit avoir subi des attouchements quand elle était enfant.

«Une plainte a été déposée et enregistrée même si il y a prescription», a indiqué aujourd'hui le chef de la police de sûreté neuchâteloise Olivier Guéniat à l'ATS. Il confirmait une information parue la veille au Téléjournal de la TSR.

Le procès-verbal a été transmis au juge d'instruction Nicolas Aubert et le rapport de police devrait suivre d'ici vendredi. Le ministère public devra alors décider des suites à donner à l'affaire, a pércisé Olivier Guéniat.

Les faits dénoncés par la plaignante étant prescrits, le dossier pourrait être classé. S'il existe des soupçons que d'autres abus non prescrits ont été commis, le ministère public peut décider d'ouvrir une enquête préliminaire, selon M. Guéniat.

Si c'est le cas, l'enquête risque d'être compliquée par le fait qu'une autre instruction est en cours dans le même dossier au ministère public bâlois, a rappelé le criminologue neuchâtelois.

Le pédophile présumé avait été condamné en 2006 à Madagascar pour détournement de mineurs et s'en était sorti avec une peine de cinq mois de prison et une amende de 1300 francs avec sursis.

Comme les faits s'étaient déroulés à bord d'un bateau immatriculé en Suisse, le dossier a été transmis au canton de Bâle Ville, responsable des affaires impliquant des bateaux battant pavillon helvétique. /ats

Écrit par : corto | 04/10/2009

Selon les médias, l'Unicef a publié une étude sur la prostitution enfantine au Kenya qui montre que 12 pour cent des clients sont des touristes suisses et que ceux-ci occupent ainsi la quatrième place.

Je pose au Conseil fédéral les questions suivantes:

1. A-t-il connaissance de ces chiffres?

2. D'après lui, quelles mesures pourrait-on prendre en collaboration avec les autorités kenyanes pour combattre ces abus?

3. Que compte-t-il entreprendre pour lutter contre l'exploitation sexuelle d'enfants par des touristes suisses dans le tiers-monde?
Réponse du Conseil fédéral du 28.02.2007

1. Le "tourisme sexuel", qui a pris des proportions effrayantes dans certains pays, est devenu un des aspects de l'exploitation des enfants. Le Conseil fédéral a appris les chiffres cités par divers comptes-rendus des médias du 20 décembre 2006. Il s'agit d'estimations qui sont par nature à traiter avec prudence. L'actualité et même l'urgence de cette situation n'en sont pas moins grandes. L'Office fédéral de la police (Fedpol) estime que le nombre réel des touristes pédophiles fréquentant le continent africain est élevé.

2. La coopération avec les autorités kényanes a lieu au cas par cas et principalement par le canal d'Interpol. La police judiciaire fédérale a adressé une demande aux autorités de Nairobi concernant la situation évoquée ici, dans le but de développer des contacts et d'obtenir des éléments d'appréciation plus concrets sur le chiffre cité de 12 pour cent de touristes pédophiles suisses. On a également pris des contacts avec l'Unicef pour obtenir des informations plus précises sur l'étude et sur ces touristes.

3. Sur le plan de la coordination, la police judiciaire fédérale vise à utiliser de manière optimale les possibilités de lutte contre le tourisme pédophile, en développant la collaboration sur la base de cas concrets, en travaillant en réseau avec tous les partenaires, en faisant des recherches ciblées et en échangeant des informations et des expériences. Il est fondamental que tous les indices soient recueillis et traités systématiquement. Il faut en outre encourager et renforcer les alliances entre autorités, secteur privé et organisations de protection de l'enfance.

La police judiciaire fédérale possède depuis environ trois ans un Commissariat pédophilie, traite des êtres humains et trafic de migrants (PMM), qui recueille et traite les indices en relation avec le tourisme pédophile. Il coordonne les procédures et travaille avec des autorités et des organisations non gouvernementales en Suisse et à l'étranger. Les attachés de police suisses à l'étranger (en poste actuellement en Thaïlande, au Brésil, à Prague, à Rome, à Wiesbaden, aux Etats-Unis, auprès d'Europol à La Haye et auprès d'Interpol à Lyon) lui offrent un soutien précieux, ainsi que les ambassades de Suisse. Fedpol est en outre membre du Groupe spécialisé d'Interpol sur la criminalité contre l'enfance, qui se réunit une ou deux fois par an et s'occupe entre autres du tourisme pédophile. Une centaine de participants venus de plus de trente pays (y compris africains) participent à ces réunions.

Fedpol dirige depuis environ sept ans le Groupe de travail sur les abus commis sur les enfants, où siègent des représentants des autorités suisses de poursuite pénale et des ONG. Ce groupe de travail, qui se réunit deux fois par an, encourage la collaboration et l'échange d'informations sur la base d'une lettre d'intention. ECPAT Switzerland ("End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for Sexual Purposes"), qui dépend de l'Association suisse pour la protection de l'enfant (membre du groupe de travail) a sensibilisé deux fois la branche de l'hôtellerie au problème du tourisme pédophile, lors du Travel Trade Workshop (TTW). Le Code de conduite élaboré par ECPAT et soutenu par Fedpol oblige les agences de voyage à lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales. ECPAT a pu convaincre les deux plus grandes agences de voyage de Suisse d'adhérer à ce code: Hotelplan l'a signé en 2003 et Kuoni le fera prochainement.

D'un point de vue juridique, la nouvelle partie générale du Code pénal, entrée en vigueur le 1er janvier 2007, offre un meilleure base à la lutte contre le tourisme pédophile. Notamment, il est désormais possible, aux termes de l'article 5 du Code pénal (Infractions commises à l'étranger sur des mineurs) de poursuivre et de punir des personnes ayant commis une infraction grave d'ordre sexuel ou s'étant livré à la traite d'enfants, dès lors qu'elles ont leur domicile ou leur résidence habituelle en Suisse, et indépendamment de leur nationalité et du droit étranger (principe de l'universalité). Les agences de voyage qui indiquent, ouvertement ou non, la possibilité d'avoir des contacts sexuels avec des enfants dans le pays de destination peuvent être accusées de participation à l'acte commis à l'étranger sous forme d'incitation ou de complicité.

Le Conseil fédéral renvoie en outre à sa réponse à l'interpellation Wäfler 05.3145 du 17 mars 2005, "Mesures contre le tourisme sexuel", qui porte sur un sujet très proche.

Écrit par : corto | 04/10/2009

Depuis la création de cette loi, peut être 2 personnes ont été jugées avec des peines avec sursit, au Kenia, ou les touristes suisses sont moins présent que dans les autres pays abritant des réseaux pédophiles, nous sommes au 4ème rang mondiale alors que nous ne représentons que 1 pour 1000 de la population mondiale !
Silence attendu d'avance !

Écrit par : corto | 04/10/2009

les touristes suisses arrivent au quatrième rang de la clientèle de la prostitution enfantine au Kenya. Une étude de l'UNICEF montre que ce phénomène prend des proportions alarmantes sur les côtes de ce pays.

Près du tiers des filles kenyanes âgées entre 12 et 18 ans ont déjà eu des relations sexuelles contre de l'argent ou des cadeaux.

D'après l'enquête de l'agence de l'ONU publiée mardi, les Kenyans constituent 38% des clients.

Les touristes italiens viennent au second rang avec 18%, devant les Allemands (14%) et les Suisses (12%). Les Ougandais, les Tanzaniens, les Anglais et les Saoudiens suivent.

Bernard Boëton, responsable du secteur droits de l'enfant chez Terre des hommes, constate que malgré les campagnes des ONG suisses et européennes contre l'exploitation des enfants dans les régions touristiques, le phénomène ne diminue pas.

Le seul progrès se situe au niveau juridique. «Le résultat de ces campagnes, en Suisse comme dans la plupart des pays européens, c'est qu'il est désormais possible de juger les pédophiles qui agissent à l'étranger», indique-t-il

Écrit par : corto | 04/10/2009

Un ressortissant suisse de 62 ans a été arrêté vendredi dernier à Siem Reap, et a depuis été inculpé pour avoir abusé deux adolescents de 14 et 16 ans. Du matériel pornographique a par ailleurs été saisi dans la chambre de l’accusé. La semaine dernière un citoyen américain de 60 ans a été condamné à 10 ans de prison pour avoir eu des relations avec une vietnamienne de 14 ans. Quelques jours auparavant le tribunal de Phnom Penh avait mis en examen dimanche deux Français accusés d'avoir eu des relations avec une prostituée mineure et de détenir du matériel pornographique à caractère pédophile.
(LePetitJournal.com Cambodge) mardi 1er septembre 2009

Écrit par : corto | 04/10/2009

Sombre affaire pour la Suisse que celle qui se trame en ce moment à Marrakech, au Maroc. Selon nos informations, un Fribourgeois, établi dans cette ville depuis plusieurs années, a été arrêté cette semaine par la police. L’homme est suspecté d’exploitation sexuelle d’enfants à des fins commerciales. La justice marocaine, qui l’a déjà auditionné une première fois, poursuit son enquête. Pour l’instant, la présomption d’innocence reste donc entière.

Aniko Boehler, de l’association « Touche pas à mes enfants », suit le cas de près. Cette femme, dont Le Temps a dressé le portrait à l’occasion de sa série « Les Suisses dans le monde », a décidé de vouer sa vie à la lutte contre la pédophilie. Au Maroc, comme ailleurs, la tâche est immense. « Il s’agit de faire appliquer au quotidien la Convention des droits de l’enfant, ratifiée par le Maroc en 1993, apporter soutien moral et logistique aux victimes, se constituer partie civile dans les grands procès qui agitent le pays depuis 2004 et surtout, mobiliser la société face aux malheurs endurés par les mineurs et face à l’émergence d’un tourisme sexuel dévastateur », indique-t-elle.

Pour la première fois depuis qu’elle est à Marrakech, la Suissesse pourrait bientôt être confrontée à un compatriote. La partie s’annonce serrée. L’homme, 46 ans, s’est entouré d’une armée d’avocats. Issu d’une famille de notables fribourgeois, marié à deux reprises, il semble avoir de drôles de pratiques.

Lundi, la police marocaine l’a arrêté. Auditionné, il a ensuite comparu devant le procureur du roi. Ce dernier a décidé de renvoyer le dossier à la police judiciaire pour complément d’enquête. Jean-Paul* a donc été remis en liberté conditionnelle. Son passeport lui a toutefois été retiré, et il lui est l’interdit de quitter le territoire marocain.

Drogue et marché du sexe

Les chefs d’accusation pourraient être très graves. Le Fribourgeois aurait avoué avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs lors de son interrogatoire par la police judiciaire. Il serait aussi question de cocaïne, drogue et autres médicaments qu’il aurait administrés aux enfants. Pis, il aurait accueilli en ses murs d’autres touristes sexuels, mettant de ce fait en place un sordide marché du sexe avec des mineurs.

« Si des mineurs sont effectivement impliqués dans cette affaire, l’association « Touche pas à mes enfants », présidée par Najia Adib, se portera partie civile », relève Aniko Boehler.

Jean-Paul était apparemment dans le collimateur de la police marocaine depuis dix-huit mois. A Marrakech, celle-ci s’appuie sur un réseau d’informateurs qui sont actifs notamment dans le quartier historique de la Médina. Mais leur lutte est difficile. Souvent, les pédophiles peuvent se sortir d’affaire, ou sont condamnés à des peines légères, grâce à la corruption.

Karolina Frischkopf, responsable du Service spécialisé de l’ECPAT Switzerland, l’Association suisse pour la protection de l’enfant, témoigne : « Il est rare que l’on parvienne à condamner quelqu’un pour exploitation sexuelle d’enfants dans un pays d’Afrique. Les accusés peuvent souvent s’en sortir grâce à leur argent. »

A ce stade de l’enquête, ni le Département fédéral des affaires étrangères, ni l’Office fédéral de la police (Fedpol) « ne disposent d’information officielle au sujet de l’arrestation du Fribourgeois de Marrakech », selon Guido Balmer, porte-parole de Fedpol. Lequel précise toutefois que le bureau central d’Interpol en Suisse est en train de collecter des renseignements à ce propos. Affaire à suivre, donc.

Source : Le Temps - François Mauron

Écrit par : corto | 04/10/2009

"Selon les médias, l'Unicef a publié une étude sur la prostitution enfantine au Kenya qui montre que 12 pour cent des clients sont des touristes suisses et que ceux-ci occupent ainsi la quatrième place."

Après des siècles d'esclavage et de colonisation, maintenant c'est au tour de nos enfants d'êtres enculés...POUR VOUS C'EST MARRANT????????????
BANDE DE BARBARE.

Écrit par : Africain | 04/10/2009

La justice sur les traces du prêtre pédophile

ÉGLISESuite à ses aveux, le Père abuseur réfugié dans le Jura devrait être interpellé dans les prochaines heures.

D an s quelques heures, le Père François* pourrait être interpellé par la police jurassienne. Ce capucin pédophile récidiviste vaudois, en résidence surveillée dans un couvent de Delémont (voir nos éditions d’hier) , fait désormais la une de l’actualité française. Ses aveux dans nos colonnes et dans celles de la Tribune de Lyon d’un nouveau viol commis lors de son long exil en France ont lancé la machine judiciaire en France et en Suisse. Sur ce nouveau cas, il pourrait bien ne pas y avoir prescription.

Le procureur général de Lyon, Jean-Olivier Viout, a saisi hier les autorités judiciaires suisses pour leur demander une audition «détaillée » du religieux. Contacté, le procureur général de la République et du canton du Jura Yves Maître confirme qu’il a eu, hier dans l’après-midi, un contact officiel avec son homologue français. Et qu’il procédera à l’interpellation de Père François dès réception de la demande écrite. Ce qui, selon lui, ne saurait tarder. A moins que ce dernier ne soitdéjà en fuite. Selon une source capucine, qui a requis l’anonymat, le religieux aurait déjà été mis «au vert et en vacances » par la fraternité.

Sur France 3 Rhône-Alpes , le Frère capucin Jacques Duperthuy a admis que tant l’évêché que le provincial de l’ordre étaient au courant, dès son arrivée en Isère en 1989, «des histoires un peu avec des gamins » commises en Suisse par le Père François. Estimant qu’il fallait «l’accompagner », on lui aurait alors confié un ministère, et notamment la catéchèse, dans la Communauté des communes du Balcon de Belledonne et de ses sept relais d’église.

Pour sa part, Marielle Chabloz, nièce d’un des capucins delémontains, nous a affirmé: «Depuis deux ans, je me suis rendue à une dizaine de reprises au couvent des Capucins de Delémont où mon oncle officie. A chaque fois, mes deux enfants ont été en contact avec le Père François*, notamment dans le jardin. Aux alentours de ce couvent, il y a d’ailleurs souvent des enfants qui jouent. Je n’en veux ni au Père François* ni aux capucins puisqu’il ne s’est rien passé de répréhensible. Mais je suis choquée et en colère parce que l’on ne m’a pas avertie du passé pédophile de Père François*. Et s’il a, comme tout le monde, le droit à l’oubli, j’aurais voulu être au courant avant de décider s’il pouvait fréquenter mes deux enfants. En ce sens, l’Eglise m’a menti et je lui en veux pour cela. »

Une version qui contredit celle soutenue par les autorités religieuses. Et notamment celle réitérées hier, sur les ondes de la RSR, par le porte-parole de Monseigneur Genoud, Nicolas Betticher: «On nous a assuré que ce frère était assignéà résidence, qu’il était souscontrôle par ses confrères. Il ne vit donc pas seul mais en communauté. Il est donc surveillé et n’avait aucun contact extérieur. Il ne recevait même pas son courrier personnel. »

Écrit par : corto | 04/10/2009

"Je pose au Conseil fédéral les questions suivantes:"

Avez-vous au moins écrit au Conseil fédéral?
Parce que sinon...

"Par contre celui de l'un de tes concitoyens, avocat qui à abusé deux gamins de 14 et 15 ans il y a pas plus de 4 ans et qui a été inculpé il y a 2 ans, sans qu'aucune suite ne l'ait gêné et qui fait des voyages dans tous les paradis homosexuels de la terre, donc J-P. G. défendu par Me. Poncet, ne dérange ni la justice ni des personnes comme toi, alors que peut être vous êtes voisins ou amis !"

Eh bien donnez le nom et je pourrais vous dire si nous sommes voisins.
En consultant le site:

http://www.odageneve.ch/dbsearch/alphabetique.php?lang=fr&letter=G

Je ne vois qu'une personne dont les initiales correspondent. Donc soit vous mentez, soit vous allez vous retrouver avec une plainte pour calomnie, ce qui ne m'étonnerait pas.

Et au lieu de publier ici, faites votre devoir de citoyen.

Corto, si ça se trouve, vous êtes le roi des trolls. Et je suis très gentil.

Écrit par : Johann | 04/10/2009

TRibune de Genève article sur l'arrestation du personnage également disparu des sites internet, mais je l'ai dans mes archives papiers !

Écrit par : corto | 04/10/2009

Et il n'est pas dans liste de l'ODA ou plus !

Écrit par : corto | 04/10/2009

Mais il est toujours actif professionnellement !

Écrit par : corto | 04/10/2009

Cela, juste pour dire que la justice de ce pays est complètement pourrie !
Et des cas où des pédophiles n'ont pas fait de prison font légions, car ces réseaux sont constitués principalement de notables intouchables qui se connaissent tous !

Écrit par : corto | 04/10/2009

30.07.2009

Écrit par : corto | 04/10/2009

Alors, il vient se nom d'avocat soi-disant toujours en activité ou vous vous dégonflez?

-------------

Lettre d'un médiocre (on remarquera toutefois que cette prose est nettement moins médiocre que celle qui sert d'introduction à cette discussion):

http://www.lemonde.fr/opinions/chronique/2009/09/30/lettre-ouverte-a-monsieur-kouchner-et-monsieur-mitterrrand_1247376_3232.html#ens_id=1245879

Et au cas où elle disparaîtrait:

Lettre ouverte à Monsieur Kouchner et Monsieur Mitterrand
par Manu A, Invalide sans profession.
30.09.09
Vos prises de position au sujet de l'affaire Polanski me forcent à venir à vous. En 1989, il y a donc 20 ans de cela, je me suis rendu coupable des mêmes faits que l'on reproche à Monsieur Polanski. Je croyais, moi aussi, que j'avais un rapport sexuel avec une adolescente de 14 ans consentante. Contrairement à votre pauvre cinéaste, j'ai attendu sagement la venue des gendarmes, puis je suis resté en cellule deux ans et demi, jusqu'à mon procès devant la Cour d'assises. Et, toujours en cellule, j'ai compté deux mille deux cent cinquante cinq (2255) jours avant d'être enfin élargi. Soit dit en passant, sans une seule permission de sortir préalable.
Le fait est que la prison, le procès et la psychanalyse aidant, j'ai fini par saisir une subtilité qui jusque là m'avait échappé et qui, je l'avoue, était sinon à l'origine de mon acte, tout du moins un élément déclencheur de ce que j'infligeais à ma victime. Comme j'ai pu constater, suite à l'affaire Polanski, que cette subtilité vous échappe à tous deux, je m'empresse de vous en faire part. J'ai appris à mes dépends, mais aussi et surtout aux dépends de celle à qui j'ai fait tant de mal, qu'une gamine de 13 ans ne peut en aucun cas donner son consentement pour une relation sexuelle avec un adulte. Je le répète, il est impossible qu'elle donne son consentement, y compris lorsqu'elle est explicitement demandeuse, c'est vous dire combien certains font fausse route et pourquoi je fus très justement condamné pour viol. Si vous me demandiez la raison de cette impossibilité, je vous répondrais ce par quoi je commençais ce paragraphe. D'où, Messieurs les ministres, la nécessité de répondre de ses actes devant la justice, devant la victime et de les revoir, les mâcher, les ruminer, jour après jour, nuit après nuit. Tout cela bien sûr dans la douleur, les larmes, la contrainte, l'humiliation, la honte et la solitude de la prison. Travail qu'on ne peut nullement réaliser dans le strass et les paillettes. Travail que vous, Messieurs les ministres et tous ceux qui protègent Polanski depuis si longtemps, l'avez empêché de réaliser.
Voilà pourquoi cette affaire lève un tel tollé parmi les gens communs, et voilà la raison du décalage abyssal qu'il y a entre l'opinion du petit peuple, dont je suis, et vous et vos amis intellectuels : parce que vous vous dressez comme un seul homme contre ce que nous enseigne toute notre civilisation - excusez du peu !
Vous, Messieurs, voilà que tout d'un coup, vous nous crachez que l'homme ne doit nullement faire amende honorable, ni redresser son chemin. Et vous voilà, soudain, la bouche pleine de ses pitoyables excuses que l'on entend si souvent dans la bouche de tristes individus, dont j'étais, plus proches de l'animalité que de ce à quoi ferait penser leur silhouette: "Elle était consentante, elle paraissait vingt ans, il y a si longtemps" Vous, ministres et intellectuels, vous n'avez loupé aucune de ces bestialités, plus l'insulte faite à tous ceux qui purgent leur peine dans la promiscuité, le silence et l'oubli de nos prisons.
Mais il y a pire. Les faits dont je me suis rendu coupable, je les ai commis en 1989, il y a donc vingt bonnes années. Personnellement, j'ai assumé, j'ai payé et j'ai même payé un second crime que je n'avais pas commis et puis surtout, j'ai réalisé l'infinie gravité de mes actes. Et si je n'ai jamais eu droit au pardon, j'ai en revanche eu droit à l'oubli... Jusqu'en février dernier. Car voilà qu'en février 2009, donc vingt ans après, ces messieurs en uniforme sont venus me notifier que dorénavant j'héritais d'une nouvelle punition qui consiste à devoir me rendre deux fois par an dans leurs locaux pour leur confirmer mon adresse. Vingt ans après Monsieur Kouchner ! Vingt ans après Monsieur Mitterrand ! Alors que j'ai tout assumé, payé et jamais récidivé. Alors qu'ils ont devant leurs yeux vingt longues années de non récidive. Et cette loi scélérate, c'est vous, Monsieur Kouchner, c'est vous, Monsieur Mitterrand, vous qui demandez à ce qu'on oublie un fugitif, c'est vous qui l'avez voulue et votée, quand pour Polanski "c'est si vieux, quel acharnement, méchants américains..."
Depuis février, je fais des cauchemars, depuis février, j'ai perdu ma paix et l'on m'a arraché à l'oubli, celui que la coutume ancestrale me concède. Depuis que vous m'avez infligé une nouvelle punition, vingt ans après les faits, ça va mal. Mais depuis trois jours, Messieurs les ministres, depuis que vous avez réagi pour Polanski, là vous m'avez mis la haine, j'ai perdu mon peu de sagesse. Vous m'avez empoisonné le sang. Je vous demande donc au nom du simple principe de cohérence de me faire enlever cette dernière punition aussi injuste que traumatisante. De lancer une pétition avec vos amis les intellectuels et autres cinéastes. Redonnez-moi mon droit à l'oubli, car moi, oui, j'y ai droit, j'ai fait plus juste que le "Pianiste" et son auteur : J'ai payé !

Écrit par : Johann | 04/10/2009

"Nietzsche disait quelque part que "l'oubli est une force et la manifestation d'une santé robuste." "

Et l'oubli de Nietzsche, la manifestation d'une santé encore plus robuste.

Écrit par : Johann | 04/10/2009

Et citer Nietzsche, c'est croquignolet de la part de quelqu'un qui s'érige contre toute discrimination.

Bonne nuit!

Écrit par : Johann | 04/10/2009

"A Corto
Non ce n’est pas du silence, je n’ai tout simplement pas consulté mon ordinateur !!
Mais c’est curieux que vous dites que je fais des aveux pour des choses toutes simples qui sont des constatations anatomique physiques incontournables.
Oui quand une petite fille est violée c’est tout à fait abominables de résultats, les gens semblent tout simplement oublier des évidences et préfèrent s’adonner à des raisonnements emberlificotés de petits marquis de la ville pour se voiler la face des abominations.
Vous dites que je ne parle pas d’autres déviances sexuelles auxquels j’étais confrontés. Mais là aussi c’est tout simple on ne peut pas parler de tout dans des petits textes comme ceux là qui doivent être couts sur un blog. C’est bizarre que vous dites que les médecins employés dans un hotpal constituent une caste ???!!!
Pourquoi je suis un homme potentiellement prédateur parce que je fais mon boulot de médecin. Alors si vous arrivez dans un hôpital avec la gueule cassé vous dites aux médecins qui veulent vous soigner « hors de ma vue vils prédateurs je préfère mourir de douleur » !!.
Autre contre vérité pourquoi voulez- vous qu’au Maroc on ne peut avoir des rapports sexuels que dans le cadre de la prostitution ! Vous dites vraiment de drôles de trucs. Vous manquez de simplicité et semblez très éloigné des réalités.
Je ne suis tout de même pas un voyou obligé de faire des virées dans Casablanca pour fréquenter une filles, il y a toutes sortes de jeunes filles bien comme il faut ici. Venez voir.
Mais arrêtez de vous creuser la citrouille avec des idées tordues loin des réalités !!

Louis Herve
Polanski évidemment a été avec une fille pubère (13ans) ce qui attenu la gravité de son acte) Mais les vrais monstres se sont ceux qui se payent les gamines non pubères alors là la prison à vie. C’est pourtant tout simple le problème on ne va pas avec des partenaires non formées pour faire l’acte sexuel les animaux na le font pas. Point barre.

Écrit par : Hervé | 04/10/2009

Hervé, bien sûr qu'il n'y a dans ces affaires que des vétérinaires !

Sombre affaire pour la Suisse que celle qui se trame en ce moment à Marrakech, au Maroc. Selon nos informations, un Fribourgeois, établi dans cette ville depuis plusieurs années, a été arrêté cette semaine par la police. L’homme est suspecté d’exploitation sexuelle d’enfants à des fins commerciales. La justice marocaine, qui l’a déjà auditionné une première fois, poursuit son enquête. Pour l’instant, la présomption d’innocence reste donc entière.

Aniko Boehler, de l’association « Touche pas à mes enfants », suit le cas de près. Cette femme, dont Le Temps a dressé le portrait à l’occasion de sa série « Les Suisses dans le monde », a décidé de vouer sa vie à la lutte contre la pédophilie. Au Maroc, comme ailleurs, la tâche est immense. « Il s’agit de faire appliquer au quotidien la Convention des droits de l’enfant, ratifiée par le Maroc en 1993, apporter soutien moral et logistique aux victimes, se constituer partie civile dans les grands procès qui agitent le pays depuis 2004 et surtout, mobiliser la société face aux malheurs endurés par les mineurs et face à l’émergence d’un tourisme sexuel dévastateur », indique-t-elle.

Pour la première fois depuis qu’elle est à Marrakech, la Suissesse pourrait bientôt être confrontée à un compatriote. La partie s’annonce serrée. L’homme, 46 ans, s’est entouré d’une armée d’avocats. Issu d’une famille de notables fribourgeois, marié à deux reprises, il semble avoir de drôles de pratiques.

Lundi, la police marocaine l’a arrêté. Auditionné, il a ensuite comparu devant le procureur du roi. Ce dernier a décidé de renvoyer le dossier à la police judiciaire pour complément d’enquête. Jean-Paul* a donc été remis en liberté conditionnelle. Son passeport lui a toutefois été retiré, et il lui est l’interdit de quitter le territoire marocain.

Drogue et marché du sexe

Les chefs d’accusation pourraient être très graves. Le Fribourgeois aurait avoué avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs lors de son interrogatoire par la police judiciaire. Il serait aussi question de cocaïne, drogue et autres médicaments qu’il aurait administrés aux enfants. Pis, il aurait accueilli en ses murs d’autres touristes sexuels, mettant de ce fait en place un sordide marché du sexe avec des mineurs.

« Si des mineurs sont effectivement impliqués dans cette affaire, l’association « Touche pas à mes enfants », présidée par Najia Adib, se portera partie civile », relève Aniko Boehler.

Jean-Paul était apparemment dans le collimateur de la police marocaine depuis dix-huit mois. A Marrakech, celle-ci s’appuie sur un réseau d’informateurs qui sont actifs notamment dans le quartier historique de la Médina. Mais leur lutte est difficile. Souvent, les pédophiles peuvent se sortir d’affaire, ou sont condamnés à des peines légères, grâce à la corruption.

Karolina Frischkopf, responsable du Service spécialisé de l’ECPAT Switzerland, l’Association suisse pour la protection de l’enfant, témoigne : « Il est rare que l’on parvienne à condamner quelqu’un pour exploitation sexuelle d’enfants dans un pays d’Afrique. Les accusés peuvent souvent s’en sortir grâce à leur argent. »

A ce stade de l’enquête, ni le Département fédéral des affaires étrangères, ni l’Office fédéral de la police (Fedpol) « ne disposent d’information officielle au sujet de l’arrestation du Fribourgeois de Marrakech », selon Guido Balmer, porte-parole de Fedpol. Lequel précise toutefois que le bureau central d’Interpol en Suisse est en train de collecter des renseignements à ce propos. Affaire à suivre, donc.

Écrit par : corto | 04/10/2009

L'avocat inculpé d'actes d'ordre sexuel sur des mineurs de moins de 16 ans sera bel et bien jugé par la Cour correctionnelle sur la base de l'acte d'accusation du procureur général, Daniel Zappelli

L'avocat inculpé d'actes d'ordre sexuel sur des mineurs de moins de 16 ans sera bel et bien jugé par la Cour correctionnelle sur la base de l'acte d'accusation du procureur général, Daniel Zappelli. Telle est la décision prise, vendredi dernier, par la Chambre d'accusation. Cette affaire a suscité bien des remous. Scandalisés par les fuites qui ont permis à deux journaux, dont la Tribune de Genève, d'évoquer le contenu des réquisitions rédigées par le procureur général, les défenseurs de l'avocat en question (Mes Alec Reymond et Pascal Maurer) ont annoncé, il y a dix jours, qu'ils déposaient plainte contre inconnu. Me Reymond estime que ces fuites «intolérables» pourraient s'expliquer par des ressentiments à l'égard d'un confrère décrit comme atypique: «Un plaideur opiniâtre, parfois provocateur.» Ce dernier sera jugé pour des actes qui remontent aux années 1999 et 2000. Il aurait laissé les jeunes regarder des films pornos, fumer du hasch, boire de l'alcool pour finir par les masturber. Il aurait entretenu des relations sexuelles complètes avec le plus jeune. La défense conteste et plaidera l'acquittement. Hier, nous avons tenté, en vain, de joindre l'homme de loi mis en cause. Catherine Focas et Fedele Mendicino
Retour à la page de recherche
Articles à la même date - 03/07/2007


© Edipresse Publications SA

Écrit par : corto | 05/10/2009

FINALES 1re LIGUE Dimanche noir pour les Violets d'UGS Battus 1-0 par Gossau au match aller, les Genevois se sont inclinés sur le même score chez eux, à Frontenex. La Challenge League, c'est raté! Page 10 JUSTICE Avocat inculpé d'actes sexuels Un avocat genevois est poursuivi par le Parquet qui l'accuse d'avoir entretenu des relations sexuelles avec des garçons de moins de 16 ans. Page 23 ÉCONOMIE Migros: mariage Genève-Vaud? Le patron de la filiale vaudoise s'en va. La «SonntagsZeitun g» croit savoir qu'une fusion avec sa consÅ"ur genevoise serait d'actualité. Page 27 SALON DU TUNING Voitures chromées et gommes brûlées Palexpo accueillait ce week-end le Swiss Tuning Show. De très nombreux passionnés sont venus admirer les belles carrosseries et assister à quelques spectaculaires dérapages. Page 25




MÅ'URS Le procureur général compte le faire comparaître devant la Cour correctionnelle

MÅ'URS Le procureur général compte le faire comparaître devant la Cour correctionnelle. FEDELE MENDICINO Un avocat genevois se retrouve inquiété par la justice. L'homme est suspecté d'avoir eu des rapports intimes avec plusieurs adolescents de moins de 16 ans. Or, la loi fixe précisément la majorité sexuelle à 16 ans: Moralité: l'inculpé risque fort de comparaître devant la Cour correctionnelle. C'est le vÅ"u du procureur général Daniel Zappelli qui, selon nos renseignements, vient de rendre ses réquisitions. Rappelons que d'après le Code pénal, les actes d'ordre sexuel sur un enfant de moins de 16 ans sont passibles d'une peine maximale de cinq ans de prison. Auto-stoppeurs Les événements, tels que décrits par le Parquet, remontent aux années 1999 et 2000. L'avocat fait la connaissance de deux jeunes, nés en 1981 et 1984 (le plus jeune n'a alors pas 15 ans). Il les prend en stop, puis, une fois arrivé à destination, il leur remet une carte de visite. Un des ados le contacte quelques semaines plus tard. L'avocat les invite à boire un verre dans un café, avant de les accueillir chez lui. Selon le Parquet, il les laisse plusieurs fois regarder des films pornographiques, les autorise à fumer du hasch, à se servir de l'alcool au bar, puis finit, un jour de 1999, par les masturber. Il leur aurait ensuite remis de l'argent (50 et 150 francs). A en croire les réquisitions, l'avocat revoit régulièrement le plus jeune, âgé de 15 ans, pour des relations sexuelles complètes «en sachant qu'il avait moins de 16 ans, ou du moins en l'envisageant et en l'acceptant.» Les sommes versées à l'ado varient alors entre quelques dizaines de francs et 300 francs en fonction des «prestations». Et le Parquet de dénoncer des faits similaires à Zurich où l'inculpé aurait emmené deux autres jeunes chez une connaissance. A l'époque, l'un d'eux n'avait visiblement pas encore soufflé ses 16 bougies. Enfin, les accusations du Ministère public décrivent une scène de baignade, en 1999, dans le lac Léman. Il est question de corps nus et d'attouchements entre l'avocat, les deux autostoppeurs et un autre jeune né en 1983. Cette semaine, la chambre d'accusation devrait examiner les réquisitions du procureur général en vue du renvoi de l'inculpé devant la Cour correctionnelle. «C'est une procédure formelle, précise une source proche du dossier. Il est rare que la Chambre d'accusation examine et prononce un non-lieu suite à un élément nouveau.» L'avocat conteste-t-il les faits décrits? Contacté hier, il refuse pour l'heure de s'exprimer.
Retour à la page de recherche
Articles à la même date - 18/06/2007

Écrit par : corto | 05/10/2009

Alors Johann si t'as des couilles tu y va pour attaquer, mais t'as pas de couilles ! JP G ça se trouve aussi dans l'annuaire,

Encore des articles sur le sujet !


S'il vous plaît, les initiales Genève, 3 juillet

S'il vous plaît, les initiales! Genève, 3 juillet. ? A propos: l'avocat sera jugé, inculpé d'acte d'ordre sexuel sur des mineurs. S'il vous plaît, les initiales? Dans vos colonnes de la Tribune de Genève vous omettez de donner les initiales de cet avocat! Il n'y a pas de raison que pour un ouvrier, ou, même des avocats et juges impliqués dans des affaires de mÅ"urs, vous insérez les initiales, voire son village de domicile à ce stade et pour certains se rajoutent des lettres de militant es antipédophiles. La suite du jugement, on la connaît d'avance! Sans compter les fanatiques de la Marche blanche qui profitent de propagandes payantes dans la presse gratuite indiquant leurs statistiques anticipées disant qu'un enfant sur cinq est victime d'actes pédophiles et 80% des cas sont commis par des proches. Cela ne concerne pas la Suisse mais plutôt le tiers-monde! (...) Henri Roudier
Retour à la page de recherche
Articles à la même date - 19/07/2007

Alors concernant les initiales, elles y étaient à l'époque, la TDg défend les pédo locaux, c'est tout, ils mettent des MÅ'URS à la place des initiales, comme quoi avec Polanski c'est une histoire plutôt antisémite comme d'hab. en Suisse. C'est khadafi qui a fait un chantage et l'on risque de voir sortir les otages dans quelques jours !

Écrit par : corto | 05/10/2009

Ce n'est qu'un exemple, des affaires de pédos en Suisse impunies, j'en ai des cartons !
ça m'a pris 5 minutes de trouver l'avocat J-P G à Genève

Écrit par : corto | 05/10/2009

Le 90 % des J suivis d'une autre lettre sont des jean, comme il se cache de façons très futée, il suffit de taper jean-p et de trouver le quel commence par G ! A Genève

Écrit par : corto | 05/10/2009

sous avocat

Écrit par : corto | 05/10/2009

@ Corto, Johann, Hervé : et si vous alliez poursuivre votre petite discussion-règlement de comptes ailleurs?! L'air commence à être lourd.

Écrit par : fédor | 05/10/2009

Merci pour ce billet qui soulève pas mal de commentaires qui vont dans tous les sens... Je pose un bidon d'essence ce matin, sur mon blog... Pas sûr qu'il soit bidon... Oui. Je suis comme vous. Je soupçonne quelque chose derrière cette arrestation. Je l'ai déjà écrit. On dirait que l'on veut refaire le procès de Mai 68 à travers cette arrestation pour éviter de trop condamner les années frics, les années Madoff, les dérives d'UBS. Comme s'il fallait encore une fois tuer une bête plus monstrueuse, la liberté de Mai 68, que la bête totalement cynique du néolibéralisme des 30 dernières années qui, soit dit en passant, ne doit rien envier à Polanski en matière de chair fraîche... Voir mon bidon d'essence ce matin sur mon blog. Pour venger la culture et le festival de Zurich qui n'avaient pas besoin d'être au coeur de cette arrestation douteuse non sur l'acte sexuel sur mineur mais douteuse quant à ses motivations.

Écrit par : pachakmac | 05/10/2009

La TSR qui interview tous les fascos de service suivi comme par hasard d'un reportage sur les colons israéliens, ce pays pue à plein les vieux relents, l'allemagne après le nazisme à fait un nettoyage qui n'a pas du tout été fait içi.
merz qui va serrer la main d'amadhinedjad, comme si il n'y avait personne d'autre à aller saluer ensuite il prend l'avion de la confédération pour aller voir les libyens.
Si ce n'est pas une guerre entre les banques zurichoises et genevoise orchestrée par conseil fédéral, calmy en tête, je me les coupes.
Comme avec suissair qui avait cessé ses vols directe sur Genève et qui fait faillite droit derrière, puis la conf se repaye une nouvelle compagnie aux petit service exclusif de zurich avec son international airport ! ça pue, et Polanski fait partie du package.
Sur les histoires des banquiers zurichois j'en ais à raconter !

Écrit par : corto | 05/10/2009

fédor, ne sommes pas là pour parler de pédophilie ?

Écrit par : corto | 05/10/2009

Oui, oui, il y en a point comme nous, les Suisses ! avec nous, les pédophiles du monde entier n'ont qu'a bien se tenir ! vous le savez tous, parmi toutes les nations, nous sommes l'unique exemple de probité, d'honnêteté et de droiture. Peu importe, que nos armes et munitions aillent faire exploser la chair des enfants et de leurs mères sur les champs de bataille, pourvu que les pédophiles ne soient pas mêlés à nos juteuses affaires, que diable !

Écrit par : Gian | 22/03/2010

Les commentaires sont fermés.