11/09/2009

Noëlle Revaz ou l'amour improbable

images.jpeg C'est avec impatience qu'on attendait le second roman de la valaisanne Noëlle Revaz (née en 1968). Sept ans après Rapport aux bêtes, rude roman rural, voici donc Efina, histoire d'amour improbable entre une jeune femme sans emploi et un comédien sur le retour, bégueule, duplice et impuissant. C'est peu dire que la déception est à la mesure de l'attente, tant au niveau du propos, inconsistant, de la construction (?) que du style, oscillant entre le tournures enfantines et les maniérismes (suppression des points d'interrogation, inversions systématiques, style oral, etc.)

On comprend bien ce qui a pu fasciner l'auteur : décrire une relation « amoureuse » non seulement inaboutie, ou malheureuse, mais aussi inexistante. Tout commence, ici, par un malentendu : Efina retrouve une lettre d'un comédien fameux, T, laissée en souffrance depuis longtemps, et décide de lui écrire. Il lui répond. Ils se revoient. Ils couchent ensemble. C'est un désastre. Ils s'éloignent l'un et l'autre, se rapprochent sporadiquement, se séparent à nouveau. Entre eux, quelque chose à la fois les relie et résiste. obstinément. Elle multiplie les amants ; tous la laissent froide. Il vit entouré de femmes, sa carrière prend un nouvel  essor. Il accumule les aventures. Le cinéma s'intéresse à lui. De son côté, Efina se fait faire un enfant, puis se marie avec Raül (!) ; le couple décide de prendre un chien…

Le roman, bizarrement construit, est fait des lettres — souvent répétitives — qu'échangent les amants improbables (on est loin des Liaisons dangereuses). Le roman progresse ainsi, cahin caha, sans véritable point fort, ni fil conducteur solide. On sent que l'héroïne se cherche, tout au long du livre, autant qu'elle cherche un homme qui pourrait la révéler à elle-même. Or, bien sûr, le comédien sur le retour ne le peut ou ne le veut pas. Il est flatté par cette groupie, ce « crampon » que rien ne décourage, même pas les lettres d'insultes ou les humiliations. Il reste campé dans son double rôle de comédien et de confident. Il a l'habitude qu'on l'adule. Depuis longtemps et sans raison. Il ne quitte jamais son personnage.

On le voit : Efina ne prend pas, comme on le dit d'une sauce ou d'une mayonnaise. Les intermittences affectives des protagonistes lassent même le lecteur le mieux disposé. Le roman ne progresse pas. Il ne dit rien du trouble amoureux, ni de l'enjeu, central, d'une vraie relation. On reste à jamais prisonnier des faux-semblants. La déception est à la mesure de l'attente.

Noëlle Revaz, Efina, roman, Gallimard, 2009.

09:30 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : noelle revaz, littérature romande, amour | | |  Facebook

Commentaires

... j'ai déjà lu des avis plus enthousiastes que le vôtre! Tout cela devrait m'inciter à mettre à mon tour mon nez dans ce roman, et à m'intéresser davantage à ce que fait Noëlle Revaz - j'avais zappé son "Rapport aux bêtes", je l'avoue humblement.

Passez un bon week-end!

Écrit par : Daniel Fattore | 11/09/2009

Allez, courage, fervent lecteur! Et bon week-end à vous aussi!

Écrit par : jmo | 11/09/2009

Vous avez la dent dure, JMO. Dans vos mots, ce roman ressemble à un mélange-succédané entre "La Nouvelle Héloïse" et "Belle de Jour", avec aussi l'atmosphère des bons vieux films français avec Romy Schneider. Je ne pense pas que je le lirai: je dois déjà lire un recueil de poésie de mon camarade Daniel Lévy, et puis ensuite un exposé géographique sur le désert de Platé, par l'un de mes chers oncles, écrivain et géographe. Mais vous ne l'avez pas aimé, "Poésies végétales"?

Écrit par : rm | 11/09/2009

La célébrité parfois incompréhensible, souvent insupportable!

Écrit par : Noëlle R, | 12/09/2009

Cher Rémi, tous les messages que je vous ai envoyés à vos adresses mail me sont revenus… En avez-vous une autre?

Écrit par : jmo | 15/09/2009

xiao zhuang

Écrit par : Gucci shoes | 29/10/2010

So like i saw your blog and it like totally told me whats up thanks for your input.

Écrit par : car led turn signals | 16/01/2011

Je vous remercie pour ce blog. C'est vraiment très intéressant! Pour moi, c'est instructif!

Écrit par : Sildenafil | 25/03/2011

Happines véritable est difficile à atteindre pour les personnes qui sont seulement semblant. Vous devez accepter les forces et les faiblesses de l'autre. Ce qui est important est l'acceptation. Si cela est vrai amour que tu peux trouver le vrai bonheur.

Écrit par : raw food diet | 14/04/2011

Les commentaires sont fermés.