25/05/2009

Cannes, mode d'emploi

images.jpeg

Vous faites du cinéma ? Et vous voulez gagner un Prix au Festival de Cannes ? Rien de plus facile. La recette tient en deux mots : du sang et des larmes. Mais attention, pas des larmes de joie et de compassion. Non ! On est en 2009 ! Mais des larmes de souffrance et de cruauté, versées sous la torture. Et de l'hémoglobine, s'il vous plaît, par tonneaux, par torrents ! Pas d'éraflures ou de blessures légères. Non. Mais des mutilations, des excisions, des décapitations, des émasculations, des viols, des artères sectionnées (Nuits d'ivresse printannière, de Lou Ye), des festins vampiriques (Thirst, du Coréen Park Chan-Wook, des massacres à la machette (Kinatay, du Philippin Brillante Mendoza), des sévices sadiques ou pédophiles (ou les deux) dans le dernier Michael Haneke, Palme d'Or 2009, Le Ruban blanc

Sexe et violence, le cocktail n'est certes pas nouveau. Mais, mondialisation oblige, il semble contaminer aujourd'hui presque tous les cinéastes. Parmi lesquels des vieux renards, comme très superficiel Lars van Triers ou le bluffeur Quentin Tarantino, excellent show-man, mais cinéaste de seconde zone. La violence est partout. Mais d'abord, comme le suggère l'excellent Thierry Jobin (voir ici)  dans la famille. « Même hors compétition, de Mother (du Sud-Coréen Bong Joon-ho) au Le Père de mes enfants (de la Française Mia Hansen-Love), les parents auront été, avec la violence et le sexe, les figures récurrentes de cette édition 2009. Vengeurs (chez Johnnie To), indignes (chez Andrea Arnold), sévères (chez Michael Haneke), pédophiles (chez Haneke encore), absents (chez Marco Bellocchio), dépassés (chez Ang Lee) et souvent responsables d’accidents traumatisants (chez Gaspar Noé ou Marina de Van), ils sont aussi des empêcheurs d’aimer en rond (chez Jane Campion), de vivre en rond ou de mourir en rond. Ils sont le noyau du mal, du mensonge, de la violence. »

Le cinéma, miroir d'une société régie (ou menacée) par la violence ? Ou, plus trivialement, exploitation d'un phénomène (la violence) qui attire les foules et, par conséquent, rapporte gros ?

Comme toujours, le cinéma, art populaire par excellence, est déchiré entre expression subjective et pure merchandisation d'un produit au contenu insignifiant, mais qui doit faire du chiffre.

En cela, le Festival de Cannes est instructif : il cherche à concilier ces deux tendances — de fait inconciliables — : le film d'auteur et le blockbuster. Les spectateurs, avertis des flots d'hémoglobine qui les attendent, jugeront bientôt par eux-mêmes du résultat…

 

 

11:00 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.