23/05/2009

Dans la brume électrique



images.jpegAlors que tant de films dispensables encombrent les écrans romands, il ne faut rater à aucun prix le dernier film de Bertrand Tavernier, In the Electric Mist : un vrai régal.

Adapté d'un roman de James Lee Burke (paru aux éditions Rivage sous le titre Dans la brume électrique avec les morts confédérés) le film de Tavernier est à la fois un fantastique polar et un portrait de policier usé, navigant entre ses rêves et une réalité coriace, qui ne lui laisse aucun répit. Il suffit d'ajouter que ce policier a les traits de Tommy Lee Jones, acteur magnifique de prestance et de générosité, pour que le bonheur du spectateur soit complet. Comme si cela ne suffisait pas, Tommy Lee Jones n'est pas seul dans ce film admirable. Mais il est entouré de l'imposant (et inquiétant) John Goodman, qui délaisse un instant les films des frères Coen, de la lumineuse et sensuelle Mary Steenburgen (Bootsie, l'épouse du policier), de Kelly MacDonald qui joue les starlettes fragiles et de Peter Sarsgaard (le réalisateur hollywoodien et alcoolique).

Mais on l'aura compris : le film de Tavernier n'est pas qu'un polar de plus. Il montre la Louisiane (ah les sublimes bayous!) d'après l'ouragan Katrina : un Etat dévasté, déserté, oublié par la clique bushienne au pouvoir, et livrée, sans vergogne, à tous les trafics d'argent, de drogue ou d'influence. Au polar se superposent bien vite une fantastique étude de mœurs, une fable morale et politique, et une méditation sur la vie et la mort (tout le film est littéralement hanté par des fantômes de la Guerre de Sécession et des prisonniers noirs exécutés dans les bayous).

Comme on peut l'imaginer, le film a eu bien des difficultés à voir le jour. Par exemple, les dialogues sont truffés de jeux de mots (souvent grivois) aux accents si américains qu’il a fallu ajouter des sous-titres en anglais ! La mise en scène de Tavernier, qui prend son temps pour explorer chaque scène, interroger chaque personnage, a été rudement contestée. Trop frenchy ! Heureusement, grâce au soutien indéfectible de Tommy Lee Jones, le film a pu se faire, envers et contre Hollywood. Et c'est tant mieux. Un dernier mot sur la musique du film qui fait la part belle aux blues cajuns de Clifton Chenier et à Buddy Guy qui joue lui-même un ancien prisonnier dans le film.

images.jpeg

09:29 Publié dans Les indispensables | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cinéma, tavernier, tommy lee jones, louisiane | | |  Facebook

Commentaires

Jaa, et c'est au minimum la seconde adaptation d'un des romans de cette "série" de J.L Burke, dont je conseille la lecture, non seulement ceux avec le personnage de Dave Robichaux, mais ses premiers romans, ou encore ceux qui ont pour personnage un avocat, et se situenet sur les mêmes lieux... Jaaa, teufel, déjà ce titre "dans la brume électrique avec les morts confédérés", ça "sonne" comme du Jim Morrison...

Écrit par : redbaron | 23/05/2009

Oui, le titre est superbe. Merci pour ces renseignements, redbaron, je cours acheter d'autres Burke, que je connais mal…

Écrit par : jmor | 24/05/2009

Pas de quoi, teufel, et sans vouloir faire de publicité, tous les livres de cet éditeur, et de cette collection sont au minimum bon... Sinon, que ce soit cet auteur, Hillerman, Sallis (lui est publié dans la noire, Gallimard) et d'autres qui écrive avec un personnage tel une "série", il faut juste passer sur le fait de quelques répétitions, sortes de points de rappel historiques, nécesssaire à celui qui lit un exemplaire "en cours de saga"... Mais rien là de tragique ni de désagréable...
Bien à vous

Écrit par : redbaron | 25/05/2009

Les commentaires sont fermés.