08/01/2011

Urs Widmer ou la vie secrète

images.jpegNé en 1938, à Bâle, Urs Widmer est l'auteur d'une dizaine de romans et de récits, la plupart publiés en Allemagne (on en trouve des traductions chez Fayard et à L'Âge d'Homme). Chez nous, il est connu grâce au succès de sa pièce de théâtre, Top Dogs, montée il y a quelques années par la compagnie Gardaz-Michel. Pièce qui, on s'en souvient, mettait en scène une poignée de cadres supérieurs au chômage, et leur faisait passer un entretien d'embauche à la fois drolatique et émouvant.
On retrouve cet esprit cocasse et poignant dans le dernier roman de l'écrivain alémanique, L'Homme que ma mère a aimé*. Widmer entreprend d'écrire ici la vie de sa mère, sous une forme romancée, mais, semble-t-il, très proche de la réalité. Ce portrait étonnant de Clara, en même temps qu'une confession bouleversante de l'auteur, est aussi une tentative de réhabilitation de sa mère. Hommage posthume de celui qui a su dompter les mots à la femme qui fut éternellement dans l'ombre et le silence.
Tout commence par un curieux tour du destin : Clara, issue d'une riche famille de négociants du Piémont, rencontre un jour Edwin, fou de musique contemporaine et sans le sou (derrière Edwin on peut reconnaître Paul Sacher, le grand mécène et chef d'orchestre bâlois). Elle l'aide à monter son orchestre, joue à la fois les secrétaires, les managers et les nounous, porte littéralement à bout de bras l'orchestre de jeunes musiciens qui donne ses premiers concerts à Bâle dans les années 30. Suivant Edwin comme son ombre, Clara devient sa maîtresse, croyant par là avoir dans la vie du grand homme une place sinon officielle, du moins privilégiée. Elle va même tomber enceinte du chef d'orchestre, qui l'aidera (dans la version qu'elle donnera à son fils) à avorter. C'est par le plus grand des hasards que Clara apprendra, un jour, qu'Edwin vient d'épouser la fille d'un riche industriel bâlois. Elle n'en continuera pas moins à se dévouer pour la cause de l'Orchestre et de son chef, comme si sa vie, toujours, dépendait de cet homme froid et distant, qu'elle ne cesse d'aimer jusqu'à sa mort, et qui ne l'aimait pas. Clara se mariera à son tour, aura un enfant (le narrateur), sombrera dans la dépression, au point de passer de longs mois en clinique, puis elle vivra dans un asile. Jusqu'au moment où elle choisira d'en finir, seul geste de liberté véritable de sa vie, en sautant par la fenêtre de sa chambre.
Dans ce livre magnifiquement traduit par Bernard Lortholary (quel sens du rythme et du mot juste !), Urs Widmer écrit plus qu'un roman. Il joue sa vie à faire revivre cette femme silencieuse, incurable en amour, qui traverse la vie comme une somnambule. Lourd de secrets et de mélancolie, ce roman a le poids des livres essentiels, ceux qui changent à la fois la vie de l'écrivain et celle du lecteur.

* Urs Widmer, L'homme que ma mère a aimé, Folio, Gallimard.

09:21 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (3) | | |  Facebook

Commentaires

Lieber Herr Widmer,
ich hoffe, dass ich bei Ihnen angelangt bin. Es ist nicht einfach einem Schriftsteller Ihres Ranges zu schreiben, schon nur wegen den Schreibfehlern, aber es wird ja nicht veröffentlicht und das ist auch beruhigend !
Vor ungefähr 22 Jahren habe ich Sie in Zürich besucht und vielleicht können Sie sich noch an mich erinnern. Bei dieser Gelegenheit habe ich mich als Komponist bei Ihnen vorgestellt. Ich habe dieses Treffen in sehr angenehmer Erinnerung und finde es sehr schade, dass sich daraus nichts weiteres entwickelt hat, aber so ist es halt im Leben.
Nun wirke und arbeite ich als Dirigent und Komponist seit 19 Jahren in Nizza.
Vielleicht könnten wir uns bei einer Gelegenheit, wieder einmal in Zürich oder anderswo sehen, zwecks Gedankenaustausch, ich weiss Sie sind eine berühmte und vielbeschäftigte Persönlichkeit, aber vielleicht sind Sie doch an einem Treffen interessiert, was mich sehr freuen würde, da wir in einer ähnlichen Ebene zu hause sind.
Jetzt bin ich aber gespannt auf Ihre Antwort und
grüsse Sie herzlich
Urs Brodmann

Écrit par : Urs Brodmann | 17/08/2009

I would like to thank you for the efforts you have made in writing this post. I am hoping the same best work from you in the future as well. In fact your creative writing abilities has inspired me to start my own BlogEngine blog now.

Écrit par : Twitter FreeMovieTag | 12/01/2011

There is obviously a lot to know about this. I think you made some good points in Features also.

Écrit par : Free Software Downloas | 14/01/2011

Les commentaires sont fermés.