27/03/2009

A la rencontre de Marie Gaulis

images-1.jpegQuand un nouveau talent surgit en Suisse romande, on a tendance à l'étouffer sous les références prestigieuses ou les rameaux d'un héritage lourd à porter (un père aventurier, écrivain et homme de théâtre ; une mère artiste-peintre). Pourtant Marie Gaulis, dont le talent éclate dans Ligne imaginaire*, un premier recueil de récits poétiques, ne doit rien à personne…
Après une enfance itinérante, Marie Gaulis (née en 1965 à Paris) entreprend des études de Lettres à Genève, se passionne pour le grec ancien, puis se lance, avec succès, dans une thèse qu'elle achèvera quelques années plus tard. Parallèlement à ses études « classiques », elle ne cesse d'écrire : des poèmes (publiés à l'Aire en 1993 sous le titre Le Fil d'Ariane), des textes courts et même une pièce de théâtre (qui devrait intéresser les metteurs en scène, car elle est excellente).
Pour entrer dans Ligne imaginaire, il faut s'abandonner à la musique de la langue, laisser agir un charme à la fois singulier et très puissant qui vous mène au cœur du secret, là où l'on touche peut-être « au plus silencieux de soi, au plus innommable ». C'est ainsi que commence le beau livre de Marie Gaulis : par une invitation à la sieste, ce moment rare de la journée où affleurent, dans un demi-sommeil, les visages oubliés, les paysages lointains, les rencontres furtives (peut-être simplement rêvées), les cris, les peurs, les jardins de l'enfance. Autant d'images, saisies au seuil de la conscience, qui se révèlent riches en expériences, en sensations, en moments de grâce pure.
Ainsi l'étrange cérémonial du thé qui marque une pause au cœur du temps et réunit, en un instant fugace, mais précieux, les membres d'une famille dispersée. Sous l'écorce des mots, Marie Gaulis nous restitue avec bonheur ces moments de partage et d'angoisse, d'amour et d'espérance, qui portent en eux, déjà, le germe de la séparation, « insoutenable, mais nécessaire ».
Au fil du livre, les visages défilent, tantôt comme des fantômes, tantôt comme des masques, toujours comme des énigmes. C'est à la fin seulement qu'apparaît, comme un mystère central, le visage du père adoré, indissociable des autres membres de la famille, mais « saisi dans le fier et tendre bastion de sa solitude ». C'est la force de cette Ligne imaginaire que de sonder ainsi les visages les plus proches (les plus apparemment familiers) pour déchiffrer sans cesse sa propre énigme.

* Marie Gaulis, Ligne imaginaire, éditions Métropolis, 1999.

09:48 Publié dans livres en fête | Lien permanent | Commentaires (7) | | |  Facebook

Commentaires

Cher Jean-Michel,
Toutes mes félicitations pour ce magnifique prix! Ma femme Caroline aime beaucoup ce que tu écris. Je me permettrais de t'approcher tout prochainement pour une dédicace.
Tout autre chose: J'en ai une belle anecdote à te raconter au sujet de Marie Gaulis.
A bientôt.

Écrit par : Lionel | 16/11/2010

wonderful post..........

Écrit par : pass4sure CISA | 03/12/2010

Could not be written any better. Reading this post reminds me of my old room mate! He always kept talking about this. I will forward this post to him.

Écrit par : hid lights | 03/01/2011

Great sotry you came up with! Thanks for sharing, I appreciate that!

Écrit par : adipex | 19/01/2011

Wow I love Gaulis, she is my hero! I blog on bankruptcy attorneys we should talk.

Écrit par : Ahren Tiller | 19/01/2011

It's an interesting approach. I commonly see unexceptional views on the subject but yours it's written in a pretty unusual fashion. Surely, I will revisit your website for additional info.

Écrit par : the diet solution | 26/01/2011

This really is an awesome post, I'm happy I recently found. I have been trying to find guest writers for my blog so if you ever decide that's something you are interested in please feel free to contact me. I will be back to look at out more of your articles later!

Écrit par : Anabolic | 29/01/2011

Les commentaires sont fermés.