Petit éloge de la radio

Imprimer

images.jpegEn ces temps de délectation morose (dont le sommet fut atteint mercredi avec l'élection consternante de Ueli Maurer au Conseil Fédéral), il faut revenir aux vraies valeurs. Lesquelles? En voici quelques-unes, dans le désordre: le partage, le plaisir, la rencontre, l'échange, la transmission… Et où ces valeurs, me direz-vous, sont encore défendues aujourd'hui? Et même célébrées? Certainement pas à la télévision qui passe les plats aux politiques et aux requins de l'économie avec la candeur d'un Martien tombé par erreur sur une planète étrangère. Pas dans les journaux, hélas, de plus en plus tributaires d'une publicité qui cherche avant tout à abrutir le consommateur pour lui faire acheter n'importe quoi. Non: l'un des rares lieux d'échange et de partage, de véritable dialogue, de rencontre et de connaissance, reste la radio en général, et la Radio romande en particulier.
Inutile de faire la liste des émissions — sur La Première ou Espace 2 — qui ouvrent l'esprit. Elle est trop longue : de Rien n'est joué!, animé par la lumineuse Madeleine Caboche, à Médialogues, en passant par À Première vue, du passionnant Pierre-Philippe Cadert, ou encore Devine qui vient dîner (dont nous avons déjà parlé ici). À chaque fois (c'est-à-dire plusieurs fois par jour) la possibilité d'une vraie rencontre, la découverte d'une vraie passion.
On ne présente plus, bien sûr, Patrick Ferla, célèbre pour ses Déjeuners et, aujourd'hui, son émission bi-hebdomadaire Presque rien sur presque tout. J'ai eu la chance d'y être invité avec Jean Romain, qu'on ne présente pas non plus. Une heure de dialogue, d'écoute, de vraie passion des livres. Pendant laquelle chacun a pu non seulement se livrer, sans masque ni artifice oratoire, mais encore parler de l'autre,  du monde de l'autre et des autres.  Un échange constamment aiguillonné par les questions de Ferla, grand sorcier de la parole (et de l'écoute). Porté par des musiques qu'on se réjouit de réentendre…
L'émission Presque rien sur presque tout avec Jean Romain et votre serviteur passera dimanche 14 décembre entre 17h et 18h sur RSR La Première. Ne ratez pas ce rendez-vous!
 

Lien permanent Catégories : livres en fête 19 commentaires

Commentaires

  • j'aime bien votre blog monsieur Olivier, mais si vous pouviez arrêter de vous faire de la pub et de vous cirer les pompes entre collègues (Jean Romain, JLK, etc.), ça serait beaucoup mieux! On sent bien le besoin de reconnaissance, mais là il y a une complaisance envers soi-même qui devient pathétique! Je dis ça sans méchanceté, vraiment.

    A part ça, j'adore Patrick Ferla qui est en effet un excellent animateur radio!

  • Il n'y a aucune complaisance, chère madame! Seulement des gens qui se lisent, qui s'apprécient, qui discutent et disputent de leur travail! Un véritable échange, qui n'exclut pas un œil critique…
    D'autre part, comme les journaux ne parlent plus de livres, il faut bien le faire à leur place!
    Merci de votre message et de votre fidélité.

  • M. Olivier, voulez-vous que je vous envoie le dernier recueil de poésie des éditions Le Tour, situées à Samoêns, nommé "Poésies végétales", et incluant plusieurs poètes (dont Jean-Vincent Verdonnet et Michel Dunand, ainsi qu'une Genevoise appelée Sylvie Curioz), sur le sujet indiqué par le titre ? Ce serait en guise de service de presse. Ainsi, vous déjoueriez le reproche énoncé ci-dessus, issu d'une impression (sans doute erronée) que les renvois d'ascenseurs se font dans un cercle plutôt restreint ? En plus, Samoëns, ce n'est pas loin, mais assez exotique, somme toute. Le recueil a été présenté avec éloge par Didier Pobel, dans "Le Dauphiné libéré", mais en Suisse romande, personne n'en a parlé.

  • Volontiers, cher monsieur! Je me réjouis de vous lire.

  • Mais où l'envoyer ? Pouvez-vous me donner une adresse par message privé dans la boîte des éditions : editionsletour@yahoo.fr ? Je vous en serais infiniment reconnaissant.

  • Très heureuse d'apprendre que vous ouvrez vos pages à des auteurs. Je viens ici faire l'éloge de: VIBRATIONS du RHONE. Un petit bijou. Je vous donne un des textes.
    Le Rhône.
    Il est bien plus vieux que Mathusalem, mais bien moins sage.
    Engendré par une Terre, mère volage
    Une génitrice à la vie chaotique
    Le Rhône le bien nommé a surgi dans le massif du Saint-Gothard
    Il deviendra un seigneur des terres,
    Et non une simple rivière.
    Aux rejetons comme le Danube, le Rhin, il leur fera la nique.
    Au Rhône, la chance lui sourit.
    Le beau Danube s'oriente vers l'Est
    Les Caprices de la nature feront en sorte qu'il y reste.
    Quant au Rhin, il fanfaronne.
    Le Nord l'attire. Avec un air hautain et goguenard,
    Il lui dit: ton destin sera frivole et monotone.

    Le Rhin oublie que le Rhône
    N'est pas un fleuve comme un autre.
    Sa nature pourrait paraître polissonne.
    Voyez les petiotes, en robe d'eau, à son passage, frissonnent.
    La Massa, La Dala, La Lonza, la Fara...
    Elles en sont toutes gaga....
    N'oublions pas la Dranse aguicheuse
    Qui se jette contre lui sans se préoccuper des qu'en dira-t-on.
    Le Valais s'en offusque ce grand canton
    S'inquiète de ces manifestations licencieuses
    Intimidations, sanctions.
    Rien n'y fit. Les Pères la pudeur peuvent bien brûler des cierges.
    Rebelles, les rivières comme la Raspille, la Lienne, la Sionne
    Ont envoyé au diable les sommations
    Saisies d'effroi de mourir vierges
    Elles s'offrent au Rhône.

    Le Rhône sourit
    En pensant à ces conquêtes valaisannes
    Et est juste surpris
    Lorsque l'Arve, la citadine
    Serre sa taille fine
    Contre son flanc

    Le Rhône file en France
    Première déconvenue, première résistance-
    -Hé, vous là-bas, s'époumone le Rhône.
    -Etes-vous si disgtraite pour ne pas me voir!
    C'est une aristocrate, la Loire-
    Imaginait-il d'être éconduit. Pas un instant!
    Le Rhône, ce séducteur impénitent.

    Sa déception fut de courte durée.
    La Saône lui ouvre les bras.
    Le mariage est consommé et l'affront oublié.
    Le Rhône se gonfle d'orgueil-
    A l'horizon aucun écueil
    Dans sa route vers le Sud, les terres s'agrandissent
    Et pourtant lorsque le Rhône se jette dans la mer
    Les vagues l'engloutissent.

    Si d'autres textes vous intéressent......

  • Perfume Diary is an online perfume blog, which covers latest fragrance news, perfume reviews and a perfume forum.

  • radio est l'un des plus passionnants de l'humanité, que la chaleur à la voix, le son direct, un régal pour les oreilles.

  • I found your website perfect for my needs. It contains wonderful and helpful posts. I have read most of them and got a lot from them. To me, you are doing the great work.

  • Sure helped me a lot as well.This is not an easy task, but it is easy to be understood.thank much! I go to your website every once in a spell and I fair eff to say that I like your model!

  • 68054 "Il n'y Aucune une complaisance, chère Madame! SEULEMENT des gens Qui Lysenthus oui, Qui s'apprécient, et de Leur Qui disputent discutent travail! Un vrai Échange, Qui n'exclut œil critique des pas ... Partie D 'Autre, Comme les Journaux NE parle nt plus d'un millier de livres, comme il faut bien, "faire à Leur place! Merci votre message et votre Fidélité. Aw, this was a really quality post. In theory I'd like to write like this too - taking time and real effort to make a good article... but what can I say... I procrastinate alot and never seem to get something done.

  • Il n'y Aucune une complaisance, chère Madame! SEULEMENT des gens Qui Lysenthus oui, Qui s'apprécient, et de Leur Qui disputent discutent travail! Un vrai Échange, Qui n'exclut œil critique des pas ... Partie D 'Autre, Comme les Journaux NE parle nt plus d'un millier de livres, comme il faut bien, "faire à Leur place! Merci votre message et votre Fidélité. Aw, this was a really quality post. In theory I'd like to write like this too - taking time and real effort to make a good article... but what can I say... I procrastinate alot and never seem to get something done.

  • L'épilogue du récit est heureux. Les rouge-queues sont de retour, comme par miracle., dans la maison familiale. Le 10 décembre 2004 naît Ophélie. Une autre histoire commence. Le livre se termine sur ces lignes magnifiques de Ramuz : « Mais moi, te prenant alors sur mes genoux, je te raconterai cette autre mort d'avant et tu seras consolée. Je te dirai : c'est à caude que tout doit finir que tout est si beau. C'est à cause que tout doit avoir une fin que tout commence. » Tâche seulement d'être toujours émerveillée.

  • Pretty bon poste. Je viens de tombé sur votre blog et je voulais dire que j'ai vraiment apprécié la lecture de vos messages blog. De toute façon je vais être abonnés à votre flux et j'espère que vous publiez de nouveau bientôt.

  • Interesting article. Thanks for listing the other site and url to read more baout it.

  • Je viens ici faire l'éloge de: VIBRATIONS du RHONE. Un petit bijou. Je vous donne un des textes.

  • I enjoy reading post secrets and i think that your analysis was a good one.I feel that it is healthy for people to be reading some of the informative and new things that can be found on post secret. you shared your point of view in easy way. Nice job.

  • Qui s'apprécient, et de Leur Qui disputent discutent travail! Un vrai Échange, Qui n'exclut œil critique des pas ... Partie D 'Autre, Comme les Journaux NE parle nt plus d'un millier de livres, comme il faut bien, "faire à Leur place! Merci votre message et votre Fidélité.

  • In fact your fanciful writing abilities has prompted me to start my own blog now. Actually the blogging is spreading its wings rapidly. Your write up is a fine example of it.

Les commentaires sont fermés.