31/10/2008

La TSR peut faire mieux

images.jpeg On attendait avec beaucoup d'impatience ces « Petits déballages entre amis *». Ce n'est pas tous les jours, en effet, que notre TSR se lance dans la production et la réalisation d'une nouvelle série. On se souvient de « Bigoudi », des « Pique-meurons », de « Paul et Virginie », des « Gros Cons ». Tout cela est déjà ancien. Mais aujourd'hui, avec les « Petits déballages… », la TSR veut frapper un grand coup, et répondre définitivement aux critiques qui prétendent qu'il ne se passe rien de nouveau, ni d'intéressant, dans le domaine de la fiction, sur cette chaîne nationale…
D'abord, il faut dire le plaisir, immense, de retrouver, dans une série télévisée, une équipe de comédiens romands magnifiques. On les connaît bien sûr grâce aux scènes de théâtre. Mais la télévision offre à leur talent une autre visibilité. Julien George est excellent dans son rôle de faux dur, Laurent Deshusses est semblable à lui-même, c'est-à-dire épatant, Barbara Tobola est une comédienne lumineuse. Caroline Gasser (« D'accord! ») est parfaite, comme l'inspecteur Philippe Mathey ou l'acheteuse de 4x4 Caroline Cons. Seule erreur de casting : Marc Donet-Money, inexpressif à souhait, qui n'arrive pas à donner à son personnage d'homo coincé une quelconque vraisemblance.
Bref, les comédiens sont excellents. Ce n'est pas là que le bât blesse.
Mais le scénario… Mais les dialogues… Mais la réalisation!…
En ces temps de globalisation, le télespectateur lambda (vous, moi) a accès à tous les programmes de toutes les chaînes du monde, même les plus navrantes. Il peut donc comparer. Et si l'on prend les meilleures séries TV du moment (Nip Tuck, Desperate Housewives et surtout Six Feet Under, le chef-d'œuvre absolu), force est de constater que nos « Petits déballages » sont désolants. Pourquoi? Les faiblesses principales sautent aux yeux : alors que les séries américaines sont construites, élaborées, réalisées par les meilleurs spécialistes du genre, ces « Petits déballages » suintent l'amateurisme : scénario inexistant, dialogues ineptes, mise en scène à l'emporte-pièce, réalisation bâclée. Alors que les Américains soignent le moindre détail, ici tout semble improvisé. Les personnages, au bout de cinq épisodes, sont toujours aussi inconsistants. L'intrigue est nulle. La caméra s'attarde longuement sur les déboires de Michel (cliché du dentiste-divorcé-homo-coincé), le plus inintéressant de la bande des quatre, au détriment des autres — et surtout de Fred, la délicieuse Barbara Tobola, qui joue un personnage autrement plus consistant, mais n'a pas les faveurs, semble-t-il, des réalisateurs.
Quel dommage! Avoir à sa disposition une poignée des meilleuirs comédiens de Suisse romande et ne pas savoir comment les utiliser et les mettre en valeur! Lancer une nouvelle série sans consulter ni scénariste, ni écrivain!
Au final, la TSR, qui a dans le domaine de la culture et de la fiction plusieurs années de retard, peut et doit mieux faire.
 
* Petits déballages entre amis, tous les vendredis, à 20h20, sur la TSR. 

10:30 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.