29/10/2008

Leonard Cohen ou le chant du monde

images.jpeg Comment survivre dans un monde rongé par l'argent, dirigé par une poignée de politiques de bonne volonté, certes, mais incompétents, et impuissants, et par une armée de criminels en col blanc ? Pourquoi ne pas céder, comme tout le monde, aujourd'hui, à la panique subtilement distillée par les Bourses et les Banques, afin de faire payer à tous les pauvres pékins leurs erreurs et leurs crimes passés?
La réponse est très simple. Ou plutôt, une partie de la réponse. Il suffisait de se trouver à l'Aréna de Genève, lundi soir, entre 20 heures et 23 heures 30. Ce soir-là, ce n'est pas Daniel qui descendait dans la fosse aux lions, mais Leonard, Cohen de son nom de barmitsva. Oui, le poète et chanteur canadien, célébré comme un dieu dans les années 60 et 70, avec deux albums mythiques : Songs of Leonard Cohen et Songs from a room. Puis une éclipse de près de 20 ans, au cours de laquelle notre poète a vécu sur le Mount Baldy, en Californie, au sein d'une communauté bouddhiste. Et enfin le retour. Ou plutôt : la renaissance. Et, lundi soir, à près de 74 ans, un concert exceptionnel, in oubliable, qui a duré près de 3 heures et demi (!) au cours duquel Cohen, plus fringant que jamais, a chanté, psalmodié, dansé, récité des poèmes, célébré le génie de ses musiciens, la beauté sur la terre, l'amour, le pardon, l'errance, remercié le public des magnifiques moments partagés…
Hé oui, pendant que certains, suspendus aux cours volatiles des Bourses virtuelles, s'arrachent les cheveux ou spéculent sur de futurs juteux profits, d'autres, la majorité sans doute, célébrent d'autres valeurs plus réelles, plus durables, plus humaines en un mot. Le monde qui nous entoure et les hommes et les femmes qui l'habitent ont besoin d'être chantés, mis en musique, célébrés à leur juste valeur. Cela n'a rien d'anecdotique ou de ridicule. C'est le sens même de la vie, la raison d'être de l'art. La beauté sur la terre — comme le disait si bien Ramuz — a besoin d'être dite et chantée. Car, aux yeux de la plupart des hommes, elle demeure invisible. Seules la poésie, la musique, la voix des hommes et des femmes peut nous révéler cette beauté. C'est la leçon du concert mémorable de Leonard Cohen, 74 ans, près de 200 chansons, quinze livres de poésie qui sont autant de chef-d'œuvres, tels The Book of Longing ou encore The Spicebox of Earth.
Pendant presque tout le concert, ma voisine pleurait, et le voisin de ma voisine, et la voisine du voisin de ma voisine. Ce n'était paa des larmes de tristesse ou de rage — ces larmes d'impuissance qu'on voit pleurer tous les jours à la télévision. Non. C'était des larmes de joie, des larmes de reconnaissance. Oui, reconnaître un prodige et se montrer reconnaissant de ce prodige. Voilà pourquoi, dans un monde de brutes, il faut remercier Leonard Cohen (et tous les grands artistes): l'espace de quelques instants miraculeux, ils nous rendent le monde que d'autres nous ont confisqué. 
 
Ring the bells that still can ring
Forget your perfect offering
There is a crack in everyting
That's how the light gets in…
 
 

09:45 Publié dans all that jazz | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

Commentaires

merci pour ce bel article. j'ai pleuré à la fin du concert aussi, et adoré qu'il nous bénisse, ce vieux gentleman.
"cheerfulness keeps breaking through..."

Écrit par : cendre | 29/10/2008

Les commentaires sont fermés.