10/09/2008

Servet, Servette : même combat!

images.jpegQu'a-t-on appris lors du procès de Marc Roger (et de ses acolytes) que tout le monde ne sût déjà?

Que notre Tartarin était un gestionnaire catastrophique, qu'il était mégalo et mythomane, naïf et beau parleur, mais qu'il avait le don d'inspirer la confiance à de plus naïfs que lui. Qu'il était mû, encore, par un véritable amour du Servette, cette légende que Genève ne mérite pas. Que son plus grand défaut, enfin, fut de ne pas appartenir à la mafia locale : autrement dit, il n'avait pas de protecteur, ni dans le monde politique, ni dans le monde économique. Il l'a payé très cher.

Et ses acolytes?  Ils en ont pris pour leur grade.

Marguerite Fauconnet a falsifié des documents et risque, tout simplement, la radiation de l'ordre des avocats français. Ce n'est pas rien…

Olivier Mauss, qui a beaucoup donné au Servette quand le club allait bien, mais a retiré ses billes quand le club, entré dans la tourmente,  avait besoin de lui, est également sur la sellette : il a laissé le navire couler, sans état d'âme, ni courage particulier.  Il payera sa lâcheté au prix fort : on lui réclame deux millions de francs de dommages et intérêts. Une paille, pour l'une des plus grandes fortunes du pays. Qui, durant tout le procès, n'a eu de cesse d'afficher son mépris tant pour Marc Roger que pour les anciens joueurs du club.

Et après?

Même si les principaux chefs d'accusation contre Roger ont été abandonnés (escroquerie, banqueroute frauduleuse), que la responsabilité du désastre servettien a été reconnue partagée, il reste un homme brisé, que Genève a voulu immoler sur la place publique comme un certain Calvin l'avait fait, il y a 450 ans.

Cela ne vous rappelle rien? Michel Servet, condamné pour hérésie par le tribunal de la Réforme et brûlé vif, devant les regards horrifiés et amusés des Genevois…

Pour se racheter, la ville avait ensuite donné son nom à un quartier, qui lui-même l'a donné à un club de football.

Servet, Servette : même destin, même combat…

Espérons que nos illustres ministres en tirent la leçon. Et qu'on attribue vite une rue — ou mieux : un stade — à Marc Roger. Pour le dédomager de ses déboires judiciaires genevois.

 

09:14 Publié dans sin city | Lien permanent | Commentaires (9) | | |  Facebook

Commentaires

Le dénouement de la tragédie d'un homme seul prend fin. Même si le personnage n'inspire rien de sympathique ni d'admirable, son histoire révèle à merveille la république bananière bien mafieuse qui sévit depuis Calvin.

Espérons qu'enfin, la Renaissance voie le jour, que la Constituante forme cette révolution mentale tant attendue!

Écrit par : juliette de c. | 10/09/2008

Vous avez raison : Post Tenebras Lux!

Écrit par : jmo | 10/09/2008

Hors sujet :

> Michel Servet, condamné pour hérésie par le tribunal de la Réforme
> et brûlé vif, devant les regards horrifiés et amusés des Genevois...
> Pour se racheter, la ville avait ensuite donné son nom à un quartier, ...

Je cherchais l'origine du nom Servette et je suis tombé sur votre billet, êtes-vous sûr que le quartier de Servette soit un hommage à Servet ?
Si vous connaissez quelque référence que je puisse consulter, je vous en serai reconnaissant.

Merci d'avance

Écrit par : Romain | 01/10/2009

Nice article, thanks for sharing this information. Good to know that this topic is being covered also in this web site.

Écrit par : Cheap backlinks | 29/01/2011

I adore your way of writing admin and I love how you expressed your ides into meaningful words.

Écrit par : evo racing parts | 14/02/2011

Nice article, thanks for sharing this information. Good to know that this topic is being covered also in this web site. +1

Écrit par : jersey shore episodes | 06/03/2011

I have read all the posts and i found very unique information
on this blog good work by your side thanks for your views these
are very helpful for those who don't know as much whenever i
wanna share or discuss something i surely come back and
discuss on this blog.
Regards
Cheap Article Writing Services .

Écrit par : Cheap Article Writing | 15/03/2011

Thank you very much for sharing such an informative article with us.

Écrit par : calculatoare second hand | 16/03/2011

Television in Switzerland was introduced in 1950. People who live in Switzerland and receive television services are required by law to pay a television licence fee, which is used to finance the public radio and television service SRG SSR idée suisse. Licence fee-payers in all the linguistic regions of Switzerland all pay the same amount (462 CHF for 2008, counting both radio and television licences) and, in return, are entitled under the law to services of equal quality.

Écrit par : kitchen Cabinets | 05/04/2011

Les commentaires sont fermés.