Marc Roger ou le dindon farci à la genevoise

Imprimer

images.jpeg Jour après jour, ce qui ressort des témoignages recueillis lors du procès de Marc Roger vient confirmer ce que nous pensions de l'affaire : à savoir que le Français, à jamais étranger dans une société genevoise où règnent l'omerta et le copinage, a joué dans l'affaire le rôle du lampiste de service. Tous les témoins entonnent la même rengaine. Christian Luscher :« Il avait un projet solide et beaucoup d'énergie. On lui a fait confiance. » Olivier Mauss : « Peut-être ai-je été trop naïf ? Mais je lui ai fait confiance… » Et les joueurs de rajouter : « Il parlait bien, il avait des idées, nous lui avons fait confiance. » Seule la comptable, cherchant désespérément une oreille charitable dans un club où personne, visiblement, ne se souciait d'argent, tient un discours un peu différent : « M. Roger n'avait aucune connaissance en comptabilité. Tout le monde le savait. En outre, il était d'une naïveté confondante. La preuve : un jour, il a failli racheter le club de foot du Vatican, un club qui n'existe pas. »
On le voit encore une fois : trop contents de se refiler la patate chaude, les anciens dirigeants du Servette (Luscher, Carrard, Mauss) ont profité de la candeur de ce méridional pur sucre, naïf et mégalo, en se réjouissant secrètement, sans doute, de le voir échouer là où eux avaient réussi à sauver la baraque (sauvetage relatif, puisqu'ils ont légué à Marc Roger près de 12 millions de dettes, qu'il a épongées !). 
Marc Roger va-t-il payer pour tous les autres? Sera-t-il jusqu'au bout le dindon de la farce? Si la justice veut un coupable, elle tient en Marc Roger l'homme idéal : naïf, incompétent en matière de finance, hâbleur, flambeur, mégalomane et mythomane. Un vrai champion du monde.
Espérons tout de même que les vrais responsables — ceux qui ont placé Marc Roger à la tête du club et lui ont servi de caution, tous ceux qui ont fermé les yeux sur sa gestion désastreuse —, à défaut d'être condamnés, soient blamés publiquement comme ils le méritent. Cela ne serait que justice.

Lien permanent Catégories : sin city 3 commentaires

Commentaires

  • "Espérons tout de même que les vrais responsables — ceux qui ont placé Marc Roger à la tête du club et lui ont servi de caution, tous ceux qui ont fermé les yeux sur sa gestion désastreuse —, à défaut d'être condamnés, soient blamés publiquement comme ils le méritent. Cela ne serait que justice."

    Dans cette république bananière, il sera difficile de rendre justice! Les affaires juridiques, comme les autres, se règlent en trois coups de téléphone.
    Cette rentrée judiciaire montrera-t-elle un autre visage?

  • Bien vu!

    Coupable certes! Bouc émissaire encore plus sûrement.
    C'est le bal des faux culs, Luscher en tête.

  • Le bal des faux-culs de la république bananière déploie tous ses talents! Au lendemain de son audition, le playboy Libéral vient sur le plateau de la TSR pour nous faire pleurer dans les chamières : il nous révèle qu'il a failli prendre le fameux avion Swissaire crashé il y a dix ans; de ce chemin de Damas qui lui révéla la valeur de la vie, il décida d'être l'avocat des familles endeuillées, avec aide psychologique dans le casse-tête juridique.

    Tellement humain!

Les commentaires sont fermés.