22/06/2008

La résistible ascension d'Yves N.

Yves-007306.jpgDepuis quelques semaines, il est partout, squattant l'écran de la télévision, suscitant des éditos délirants d'enthousiasme et dissertant, dans Le Matin dimanche, tout à la fois sur le cerveau féminin, la politique suisse et le football. De qui s'agit-il? Vous l'avez reconnu : Yves Nidegger, «l'étoile montante» de l'UDC genevoise.
Longtemps confiné aux strapontins, parce que tout se passait à Berne ou à Zurich, l'UDC romande, et surtout genevoise, n'avait guère droit de cité. Il suffit qu'une tête tombe — celle du grand Chef, Christoph B. — pour que la curée commence. Un coup de chance pour Yves N., un homme qui n'a jamais brillé par son courage, ni par son audace politique. Mais dans un parti en pleine déroute (les dernières votations en attestent) il y a des places à prendre.
Intronisé par la télévision et Pascal Décaillet, Yves N. tente sa chance. Pourquoi pas? Dans le monde plutôt médiocre de la politique suisse, il peut être, pour un temps du moins, le sauveur d'un parti qui ne sait plus s'il dans la majorité ou dans l'opposition. Conseillons-lui, quand même, d'avoir quelques idées sinon tout à fait neuves, du moins originales. Conseillons-lui, aussi, de sortir du populisme habituel à son parti et de ne plus faire de la peur des étrangers, d'où qu'ils viennent, l'argument central de sa politique.

10:58 Publié dans Grandes Têtes Molles | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook

Commentaires

Conseillons lui surtout de surveiller ses propos qui l'air de rien sont ultra-racistes, car avec sa gueule de gentil tortionnaire, il fout carrément les boules.

Écrit par : Sandro Minimo | 22/06/2008

Il est blond, et alors? "Gueule de gentil tortionnaire", c'est un peu facile, voire diffamatoire. Vous avez les ordures qui nous gouvernent (en tous cas 4), ce sans qu'il en aient l'air?

"Dans le monde plutôt médiocre de la politique suisse" (je cite), l'enfer est souvent parsemé de bonnes intentions, en vue d'asseoir tranquillement ses propres ambitions au nez et à la barbe des administrés!

Il ne s'agit pas seulement d'avoir des idées neuves ou originales, encore faut-il une volonté politique et non la lâcheté pour les réaliser. Or, les deux aspects manquent cruellement. Cessez donc de faire croire qu'un Y.N. est pire qu'un Beer, par exemple!

Écrit par : Micheline | 22/06/2008

Les commentaires sont fermés.