30/04/2008

Les comices littéraires

97690832.jpgEnfin, ils sont arrivés, ces fameux comices !
Avec leur lot de Prix, de Distinctions, de médailles du Mérite littéraire…
La grande foire d'empoigne de Palexpo a commencé. Elle durera cinq jours. Les quotidiens se sont mis sur leur trente-et-un pour publier force suppléments et pages spéciales, eux qui ne parlent de littérature que du bout des lèvres, ou en se pinçant le nez. Grâce à Dieu, on y retrouve toujours les mêmes têtes. Ce qui est rassurant. Les grandes stars parisiennes sont venues faire du tourisme en province, avant de reprendre le TGV ou de passer la nuit au Richemond. Les acteurs à belle gueule, comme Richard Bohringer, se prennent pour des poètes. Alexandre Jardin vient faire sa tournée de popotes. Katherine Pancol, un peu plus empâtée chaque année, vient parler d'amour aux lectrices éplorées des magazines féminins. Un peu plus loin, Boris Becker signe ses raquettes. Là bas, l'imam Ramadan dédicace sa nouvelle traduction du Coran. L'ex-porno star Ovidie, qui se lance dans la littérature pour enfants, exhibe ses tatouages. Alors qu'au stand voisin, Rocco Sifredi dédicace ses livres avec son bel organe. Au stand de l'Illustré, Elisabeth Tessier, repeinte à neuf, vient vanter ses salades. Martina Chyba, baskets roses et lunettes d'adolescente, essaye de faire croire qu'elle est un écrivain.
Et les journalistes, ces pauvres diables, ne seront pas en reste. L'un devra animer un débat sur la critique littéraire, l'autre une rencontre autour des écrivains gastronomes, le troisième devra se taper Ueli Leuenberger ou Christophe Darbellay (ou pire: les deux à la fois). Un autre, là-bas, animera une dictée. Quant à celui-là, il distribuera un cadeau à tous ceux qui contractent un nouvel abonnement de hebdomadaire favori…
Dans ce grand carnaval, pourtant, il y a des écrivains. Ils ne font pas la une des journaux. Ils ne couchent pas avec leur fille. Ils n'insultent pas (toujours) la police quand ils sont pris de boisson (ils n'intéressent donc pas les journalistes du Temps). Ils se content d'écrire. Ce qui, ma foi, est une haute ambition, et une tâche souvent ardue.
Alors, chers lecteurs, si vous voulez rencontrer des écrivains, des vrais, non des intermittents de la plume ou des touristes de passage, venez au stand des éditions Zoé, des éditions de l'Aire, des éditions Bernard Campiche, des éditions de l'Âge d'Homme!
Venez rencontrer Georges Haldas, Pierre Béguin, Alain Bagnoud, Mickael Perruchoud, Patrice Duret, Eric Eigenmann, Jean Vuilleumier, Michel Floquet, Serge Bimpage, Olivier Chiachiari, Isabelle Fluekiger, Catherine Lovey, votre serviteur, et tant d'autres…
L'apéro est gratuit! 
 

10:21 Publié dans badinage | Lien permanent | Commentaires (6) | | |  Facebook

Commentaires

Bonjour !
Dites ? Vous savez à quel stand Alphonse Allais dédicace son remarquable essai sur la gloire anthume ?

Écrit par : Blondesen | 30/04/2008

Au stand « Plus vivant que jamais », je crois!

Écrit par : jmo | 30/04/2008

... Perruchoud dans les parages? Sera-t-il aussi du côté de L'Age d'Homme?
Par ailleurs, vous m'avez piqué au vif en parlant de l'organisation d'une dictée... est-ce celle de la Tribune de Genève, une fois de plus, celle de Mme Jaques? J'ai quelques revanches à prendre de ce côté-là.

Écrit par : Daniel Fattore | 30/04/2008

Oui, cher monsieur, Michael Perruchoud sera au satnd de l'Âge d'Homme, avec Haldas, Chessex, Berger et quelques autres…

Écrit par : jmo | 30/04/2008

Rappelons-nous tout de même que, vu de Sirius (ou de Paris, c'est la même chose), George Haldas et Martina Chyba sont indiscernables.

Écrit par : stéphane staszrwicz | 01/05/2008

Fine équipe! Je viendrai vous faire un petit bonjour dans l'après-midi... après les dictées.

Écrit par : Daniel Fattore | 02/05/2008

Les commentaires sont fermés.