12/03/2008

Un magistrat au-dessus de tout soupçon


Avocat besogneux, il avait, au grand bonheur de ses clients, renoncé au prétoire pour s’occuper d’une association de locataires. Comme il n’était jamais à son bureau, préférant aller à la pêche ou fumer une bonne pipe, il fit peu de dégâts. Sans doute est-ce la raison pour laquelle un groupement politique l’inscrivit sur sa liste pour les futures élections. Un ténor du parti tomba malade. La pasionaria des causes féministes dut renoncer à son mandat à la suite d’une plainte pour harcèlement sexuel déposée contre elle par l’une de ses secrétaires. Le numéro trois disparut du pays, abandonnant femme et enfants, et laissant derrière lui une ardoise de plusieurs millions de francs.
Pour Mouduneux, tête de liste malgré lui, la voie était brusquement libre.
Il fut élu, prit possession de son bureau Téo Jacob et s’empressa de reprendre ses anciennes habitudes.
Ne rien faire, surtout, et attendre.
Cela ne dura pas longtemps. Élias le contacta, lui présenta un ambitieux projet de construction de logements à la frontière franco-genevoise et déploya toute son énergie pour le convaincre d’y souscrire. Mais l’autre, tirant comme un malade sur sa pipe d’écume, était plus coriace que prévu. Dans les semaines qui suivirent, il revint à la charge plusieurs fois. Il fit valoir les nombreux postes de travail créés (Genève connaissait alors le taux de chômage le plus élevé de Suisse), le grand nombre de logements (dans un canton frappé de pénurie) et l’ouverture transfrontalière qu’un tel projet allait favoriser.
Fidèle à sa légende, la pipe vissée entre les dents, Mouduneux resta inébranlable. Car au moment de s’engager, considérant les risques du projet et les jalousies politiques qu’il n’allait pas manqué de susciter, il préférait ne pas tenter le diable.
Extrait de La Vie mécène, roman, l’Âge d’Homme, 2008.

19:00 Publié dans sin city | Lien permanent | Commentaires (4) | | |  Facebook

Commentaires

Comme quoi la réalité dépasse toujours l'imaginaire!

Le plus dramatique est que le peuple des moutons roses est incapable de faire le ménage. Pire il risque de nous proposer le chef du rayon layette qui sévit en Ville!

Tout ceci nous rappelle qu'à Genève ce n'est pas la gauche qui est bonne mais la droite qui est conne.....

La devise "post Tenebras Lux" est désormais une publicité mensongère.

C'est toujours ce qui arrive lorsqu'on laisse trainer les ordures dans les pas perdus.

Écrit par : Jean Foutre | 13/03/2008

Eh bien, ce distingué Monsieur Mouduneux adopte une attitude tout simplement confucéenne. Il faudra attendre le retour de la vague taoïste pour que cela change. Et ça a été comme ça en Chine pendant près de 1500 ans, alors pourquoi pas à Genève ?

Écrit par : Rabbit | 13/03/2008

Très amusant !
Me permettrez-vous de mettre un lien vers ce billet dans un billet que je prépare ?
D'avance merci et bonne soirée !31276

Écrit par : Blondesen | 13/03/2008

Le portrait que vous avez dessiné hyper- réaliste est excellent et largement partagé!

Merci pour vos lumières, Olivier.



Écrit par : Micheline | 14/03/2008

Les commentaires sont fermés.