Jean-Michel Olivier

Jean-Michel Olivier


Issu d'une vieille famille vaudoise, Jean-Michel Olivier est né en 1952 à Nyon. Il a passé une enfance agitée et inquiète à Genève, dans le quartier populaire de Saint-Jean (dont chaque rue, encore aujourd'hui, porte le nom d'une œuvre de Rousseau). Non loin de là, le Stade des Charmilles oriente ses émois, ce qui le fait hésiter longuement entre une carrière de footballeur et des études dont le sérieux ne lui apparaît que fort tard Après une maturité classique (au Collège Rousseau, bien sûr!), il entreprend une licence de Lettres à l'Université de Genève où il a la chance d'avoir pour maîtres Jean Starobinski, Jean Rousset, Michel Butor et le génial Roger Dragonetti. Il publie son mémoire de français sous le titre Lautréamont : le texte du vampire (prix Hentsch 1978). C'est le début d'une carrière littéraire où essais et textes de fiction vont alterner. Sur la photographie et l'art contemporain, il publie La Toilette des images (1981), La Chambre noire (1982), René Feurer : l'empire de la couleur (1984), Virus de la photographie (1991) et enfin la Montagne bleue (1997). Il signe 5 romans L'Homme de cendre (1987), La Mémoire engloutie (1990), Le Voyage en hiver (1994), Les Innocents (1996), L'Amour fantôme (1999), ainsi qu'un recueil de nouvelles Le Dernier Mot (1997).


Avec le nouveau millénaire paraît Nuit blanche (2001), un roman « polyphonique » qui met en scène, avec ses excès, la nuit la plus longue du siècle à Genève. Puis L'Enfant secret (2004) qui raconte l'histoire croisée de ses grands-parents italiens et vaudois. Immense succès public, ce livre obtient le Prix Michel-Dentan en 2004 et paraîtra en italien, aux Éditions Casagrande, en 2008. En 2005, il publie coup sur coup le second volet du Voyage en hiver, sous la forme des Carnets de Johanna Silber, ainsi que son premier livre de poésie, Vertiges de l'œil, aux Éditions du Miel de l'Ours. Enfin, en 2007, sortira La Vie Mécène, un roman noir et satirique qui met en scène quelques-unes des Grandes-Têtes-Molles de la région lémanique.


Autre facette de ses activités, Jean-Michel Olivier préside, dans les années 80, à la naissance de trois revues : La Main de Singe (publiée à Seyssel, France), Contrepoints et surtout Scènes Magazine, mensuel d'actualités culturelles, fondé avec son ami Frank Fredenrich, à Genève, en 1986, et qui perdure avec succès. Il est également critique de théâtre, de musique et de littérature à la Tribune de Genève et au journal la Suisse, de 1987 à 1994.


À l'automne 1995, il part pour les États-Unis où il est reçu à l'Université du Michigan (Ann Arbor) en tant que professeur invité. Il reprend la route de l'Ouest deux ans plus tard, à l'occasion du Salon du livre de Toronto afin d'y présenter le Dernier Mot. Il reçoit en 1999 le Prix artistique de la ville de Nyon, le Prix Michel-Dentan en 2004, puis le Prix de l'Association vaudoise des Écrivains en 2006.. Il vit aujourd'hui à Genève où il enseigne le français et l'anglais au Collège de Saussure. Il partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture, la musique et ses filles.

Interêts

Genève, romandie, littérature